Bania

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
image illustrant la culture russe
Cet article est une ébauche concernant la culture russe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Intérieur d'un banya (Musée national de l'architecture et de la vie populaires de Strochitsy (en), en Biélorussie).

La ou le[1] bania, ou banya (en russe : баня), désigne les bains publics ainsi que la tradition des bains qui s’y rattache en Russie. Lorsque la salle de bain n’existait pas, les Russes avaient l’habitude de se laver aux bains publics. Cependant, de nos jours, de nombreuses maisons particulières ont leur propre bania. C'est la plus parfaite expression de la culture russe[réf. nécessaire] qui reste très prisée des Russes.

Origines[modifier | modifier le code]

Selon la légende, la bania aurait vu le jour en 1071 lorsqu’une sorcière aurait donné l’âme aux hommes après un bain de vapeur.

Processus[modifier | modifier le code]

Veniki en cours de séchage

C’est un bain de vapeur chaude qui se différencie du sauna scandinave à chaleur sèche. On obtient cette vapeur en aspergeant d’eau chaude un poêle en brique. La température peut s’élever de 65 °C à 120 °C. La tradition veut qu’on se fouette vigoureusement avec des branches séchées de bouleau ou de chêne, qui forment un « balai » appelé venik (веник), auparavant imprégnées d’eau. Cela a pour rôle de nettoyer et assouplir la peau, d’activer la sudation et la circulation du sang tout en dégageant un agréable parfum. Une fois ce « massage » terminé, il est d’usage de plonger dans un bassin d’eau froide, un lac, une rivière ou bien, l’hiver, de se rouler dans la neige. On répète habituellement le processus deux ou trois fois avant de prendre un thé et des douceurs dans la salle de repos.

Pluralité des traditions[modifier | modifier le code]

Traditionnellement on distingue la bania noire (баня по-чёрному) de la bania blanche (баня по-белому). La première est la plus ancienne tradition russe de bains à vapeur puisqu'elle apparaît au XVIe siècle. Lors de la préparation de la bania qui consiste à faire monter la température jusqu'à 60 °C, la fumée qui se dégage du poêle en brique sort à l'intérieur même du bain afin d'exterminer tous les microbes et germes qui peuvent s'y trouver. La fumée est ensuite évacuée à l'extérieur afin de permettre aux visiteurs d'entrer sans être asphyxiés. C'est donc d'abord par souci d'hygiène que cette tradition voit le jour. La fumée en étant ejectée à l'intérieur noircit les murs de la bania, d'où son nom de bania noire. Cette technique complexe nécessite entre 3 et 6 heures de préparation et est maintenant très rarement pratiquée en Russie. La bania blanche, au contraire, rejette la fumée à l'extérieur du bain et pour des raisons esthétiques et économiques est plus largement répandue.

Expressions[modifier | modifier le code]

« С лёгким паром! » = « Que la vapeur soit légère ! » (expression dite à ceux qui sortent de la bania)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le français par analogie avec sauna et bain l'emploie souvent au masculin, alors qu'il est au féminin en russe

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :