Donation de Pépin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pépin.

La donation de Pépin ou traité de Quierzy, signée le entre Pépin le Bref roi des Francs et le pape Étienne II, est un acte décisif pour la création des États pontificaux qui subsistèrent jusqu'en 1870.

Historique[modifier | modifier le code]

Lors du voyage en France de 754 du pape Étienne II, Pépin le Bref le reçoit au palais de Ponthion[1] (Champagne, Marne) le 6 janvier, puis sur les bords de l'Oise dans sa villa de Quierzy.

Le pape souhaite se défaire de la menace d'Aistolf, le nouveau roi lombard. Par ailleurs la papauté revendique la propriété de la Corse qui a été conquise par les Francs et, pour influencer la décision du roi, la chancellerie va se servir d’un faux : une prétendue donation de la Corse en 335 au pape Sylvestre Ier par l’empereur Constantin Ier.

Le 14 avril 754[2], un traité est signé, par lequel, en vue de la création d'un domaine pontifical, le roi s'engage à conquérir puis donner au pape certains territoires détenus par le roi de Lombardie soit : l'exarchat de Ravenne ainsi que la Corse. En contrepartie, celui-ci reconnaît la dynastie carolingienne et approuve la relégation au couvent qui a été imposée au roi mérovingien Childéric III. De 756 à 758, Pépin lance trois campagnes (couronnées de succès), pour parvenir à repousser les Lombards et finalement livrer au pape les territoires conquis, appelés depuis le patrimoine de Saint-Pierre, soit 22 villes de l'Italie centrale, dont Ravenne, Pérouse et les provinces d'Émilie et de la Pentapole byzantine[3].

Le 4 avril 774, Charlemagne, fils de Pépin, confirme cette donation au pape Adrien Ier qui en avait fait la demande dans un Liber Pontificalis..

En 816, un corps expéditionnaire envoyé par Charlemagne aurait délivré temporairement la Corse[4] de l'occupation sarrasine. Le légendaire Prince romain Ugo Colonna (760-834) devient, selon l'historien Giovanni della Grossa, le premier comte de Corse[5], vassal du pape.

La donation de Pépin le Bref au pape Étienne II (754). Représentation tardive.

Le texte de la donation se trouve dans le Liber Pontificalis et dans la Chronique du Mont-Cassin par Léon d'Ostie[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « « Pro Ponticone » Donné historiques », sur ponthion.free.fr (consulté le 5 avril 2016).
  2. « Pépin le Bref est sacré roi des Francs », herodote.net.
  3. Abbé Brasseur de Bourbourg, Histoire du Patrimoine de Saint-Pierre depuis les temps apostoliques jusqu'à nos jours, Sagnier et Bray, , 383 p.
  4. Au mieux le nord de l'île, car il est avéré que les Sarrasins n'ont été totalement expulsés qu'au XIIe siècle.
  5. Selon d'autres historiens, le premier Comte de Corse serait Boniface II de Toscane (v.791-ap.838).
  6. Gobry 2018, s.v.  Étienne II.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]