Antonin Daum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Antonin Daum
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Conjoint
Marguerite Daum (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Antoinette Daum (d)
Michel Daum (d)
Françoise Daum (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction

Né Jean Antonin Daum à Bitche le 30 octobre 1864 et mort à Nancy le 28 mars 1930[1], fils de Jean Daum, Antonin Daum est un maître-verrier, ingénieur et entrepreneur français, qui assura la direction artistique, puis, à la suite de son frère Auguste, la direction administrative de la cristallerie Daum.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vase Bouquet de marguerites, réalisé à l'occasion du mariage d'Antonin et Marguerite Daum[2], vers 1897, Musée des Beaux-Arts de Nancy. Sur le bord du vase : CALME / GAITÉ / BONTÉ / PUDEUR / TRAVAIL

Après avoir suivi une formation d'ingénieur à l'école Centrale de Paris[3], il travaille dès 1890 à la cristallerie Daum, créant notamment des décors floraux et décidant de l'orientation artistique de l'entreprise avant de la reprendre en 1891[4]. Sa politique active de recrutements et de collaborations avec des artistes de l'école de Nancy, tels que Jacques Gruber (rencontré à l'exposition universelle de 1889 devant le stand d'exposition d'Émile Gallé), Henri Bergé, Edmond Lachenal, Ernest Bussière, Emile Wirtz, Edgar Brandt, Louis Majorelle, Charles Schneider (inventeur de la technique des intercalaires) ou Amalric Walter (inventeur de la technique moderne de la pâte de verre) ainsi que le renouvellement créatif après la Première Guerre mondiale, notamment l'abandon de l'esthétique art nouveau pour embrasser le mouvement art déco sous la direction artistique de son neveu Paul Daum, assurent le succès de la cristallerie[4]. C'est aussi sous son impulsion que la cristallerie passe de la production d'objets utilitaires à celle de pièces décoratives[5]. Les historiens attribuent le succès de l'entreprise Daum autant à ses qualités artistiques qu'à sa capacité à s'entourer d'artistes et de collaborateurs aux compétences variées et complémentaires, dont il sait mettre le travail en valeur[3], qu'aux compétences managériales de son frère Auguste.

Les frères Daum ont un grand sens de la communication et du marketing, offrant spontanément une réalisation de la cristallerie Daum à Sadi Carnot lors de sa visite de Nancy, geste photographié et repris dans de nombreux journaux[5]. Contrairement à Emile Gallé qui utilise la diffusion de ses dessins préparatoires dans le but de préserver sa propriété intellectuelle et se protéger des copieurs, Auguste et Antonin Daum le font dans le but d'assurer la publicité de l'entreprise, que ce soit via l'édition de catalogues commerciaux, catalogues d'expositions, ou la réalisation de photographies des pièces uniques éditées ensuite dans la presse spécialisée, telle que Art et Décoration ou La Revue des Arts décoratifs[5].

Gagnant, conjointement avec Emile Gallé, du grand prix à l'Exposition universelle de 1900, il entretient de bonnes relations avec le verrier et permet, avec cette entente, l'émergence de l'école de Nancy comme association, dont il est vice-président à la fondation[3]. Il travaille à l'organisation de l'Exposition internationale de l'Est de la France[4]. Il réalise en 1909 avec Jacques Gruber les vitraux de la chambre de commerce et d'industrie de Meurthe-et-Moselle puis en 1913 la décoration de la villa Vaganay, à Vienne (Isère)[6]. En plus de son implication dans l'école de Nancy, il participe à l'école des Beaux-Arts de Nancy, la chambre de commerce de Meurthe-et-Moselle, l'académie Stanislas, la société d'horticulture de Nancy et même une société de logement bon marché[3],[7]. Il est commandeur de la Légion d'honneur[3].

Il épouse Marguerite Didion le , avec qui il habitera dans la demeure familiale des Daum tandis qu'il aura une résidence secondaire à Lay-Saint-Christophe, héritée de son beau-père. Ils auront trois enfants, Antoinette, Michel et Françoise[8]. Auguste Constantin, un des beaux-frères de son frère Auguste Daum est également centralien.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives municipales de Nancy, acte de décès n°738, vue 126 / 205
  2. Cette affectation dans le catalogue Claude Pétry et Nathalie Maury, DAUM dans les musées de Nancy (ISBN 2-901-408-03-6), page 36, image n°24, doit être prise avec précaution car il y est aussi dit qu'Antonin Daum épousa sa cousine
  3. a b c d et e « Antonin Daum, industriel et artiste », école Centrale de Paris,
  4. a b et c Christian Debize, Guide de l'école de Nancy, Nancy, Presses universitaires de Nancy, (ISBN 978-2-86480-373-7, BNF 35032494)
  5. a b et c Christophe Bardin, « La part du visuel dans l’industrie d’art », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem,‎ (lire en ligne)
  6. Notice no PA38000018, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Christophe Bardin, « Les débuts de la verrerie Daum à Nancy », Revue de l'art,‎ (lire en ligne)
  8. https://gw.geneanet.org/garric?lang=fr&p=antonin&n=daum

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Meyrat, Antonin l'ingénieur maître verrier, Association des centraliens, (lire en ligne)
  • « Antonin Daum (1864-1930) industriel et artiste », Centraliens, no 66,‎ , p. 566 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • La famille Daum dans le site ecole-de-nancy.com
  • (en) Daum dans le site artdecoceramicglasslight.com