Jean Grey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marvel Girl, Phoenix et Grey.

Jean Grey
Personnage de fiction apparaissant dans
X-Men.

Cosplay de Jean Grey en tant que Strange Girl.
Cosplay de Jean Grey en tant que Strange Girl.

Alias Jean Elaine Grey-Summers
(véritable identité ; nom complet)
Strange Girl (Marvel Girl en VO)
Phénix (Phoenix)
Phénix noir (Dark Phoenix)
Redd Dayspring, Ms Psychê, Jeannie[1]
Naissance Annandale-on-Hudson (en), New York, État de New York, États-Unis[1]
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sexe Femme
Espèce Mutante
Cheveux Roux[1]
Yeux Verts[1]
Activité Aventurière, professeur, directrice, ancienne étudiante, ancien mannequin ; citoyenne des États-Unis sans casier judiciaire, légalement décédée[1]
Pouvoirs spéciaux En tant que Strange Girl :

En tant que Phénix :

  • Télépathie
  • Télékinésie
  • Immenses capacités cosmiques comprenant :
    • génération de feu/flammes cosmique
    • altération de la réalité
    • contrôle de l'espace et du temps
    • contrôle de la force vitale
    • manipulation du temps et de l'existence
Adresse Aucune (décédée) ; autrefois : l'Institut Xavier (« Xavier Institute for Higher Learning », Salem Center, Comté de Westchester, État de New York, États-Unis), le quartier général de Factor-X (New York, États-Unis), le Vaisseau[1]
Taille 1,67 m[1]
Famille (voir section)
Affiliation Ancien membre des X-Men, des Douze, des Épouses de Set, de Facteur-X (X-Factor), des X-Terminateurs (X-Terminators)[1]
Ennemi de Magnéto, la Confrérie des mauvais mutants

Créé par Stan Lee
Jack Kirby
Interprété par Famke Janssen
Sophie Turner
Films X-Men
X-Men 2
X-Men : L'Affrontement final
Wolverine : Le Combat de l'immortel
X-Men: Days of Future Past
X-Men: Apocalypse
X-Men: Dark Phoenix
Première apparition (en) Uncanny X-Men #1
(septembre 1963)

(fr) Strange no 1
(janvier 1970)

Éditeurs Marvel Comics

Jean Grey est une super-héroïne évoluant dans l'univers Marvel de la maison d'édition Marvel Comics. Créé par le scénariste Stan Lee et le dessinateur Jack Kirby, le personnage de fiction apparaît pour la première fois dans le comic book Uncanny X-Men #1 en septembre 1963.

Membre originelle de l'équipe de héros mutants les X-Men, Jean Grey a tout d’abord utilisé le nom de code Strange Girl (en version originale Marvel Girl)[a] avant de changer son alias en Phénix (Phoenix) quand la Force Phénix (en) modifia ses pouvoirs. Plus tard, elle se retourna contre les X-Men en adoptant le nom de Phénix noir (Dark Phoenix).

Jean Grey est une mutante, née avec des capacités de télépathie et de télékinésie.

La mort de Jean Grey, fait rarissime pour un héros Marvel à l'époque où celle-ci arriva, causa un grand désarroi pour les lecteurs de la série. Le personnage revint plus tard à la vie, mais disparut une nouvelle fois.

Biographie du personnage[modifier | modifier le code]

Activités précoces de mutante[modifier | modifier le code]

Les pouvoirs de Jean Grey se manifestent dès ses dix ans, lorsqu’elle lit malgré elle les pensées de son amie Annie Richardson en train de mourir, percutée par une voiture. Jean sent l’esprit de son amie vaciller puis s’éteindre en mourant, et manque même de mourir avec elle.

Pendant trois ans, ses parents font appel à des spécialistes pour sortir Jean de son état catatonique mais le seul qui y parvient est le professeur Charles Xavier. Celui-ci découvre qu’elle est une mutante dépassée par son pouvoir télépathique. Il décide donc de bloquer psychiquement cette capacité pour la laisser évoluer à son rythme. Tout en restant chez ses parents, Jean suit de nombreux entraînements avec le Pr Xavier destinés à développer et à contrôler ses pouvoirs télékinésiques, jusqu’à ce qu’elle soit adolescente.

La première X-Woman[modifier | modifier le code]

Cosplay de Jean Grey en tant que Strange Girl (autre costume).

À l’adolescence, Jean quitte ses parents et fréquente l’école pour jeunes surdoués du professeur Xavier. Elle rejoint ainsi l’équipe des X-Men sous le nom de code Strange Girl[a], devenant de ce fait la première femme à rejoindre le groupe.

Uncanny X-Men no 2 (novembre 1963) précise que Jean ne peut utiliser sa télékinésie que sur de la matière n’excédant pas le poids de 6 à 7 personnes. Au-delà, les efforts seraient trop importants et elle risquerait de s’évanouir.

Dans Uncanny X-Men no 3 (janvier 1964), il est révélé que Angel, Cyclope et le professeur Charles Xavier sont tous trois amoureux de Jean Grey mais qu’aucun ne veut précipiter les choses. Cyclope craint que ses pouvoirs ne lui échappent et ne la blessent. Pour ce qui est du Professeur, il ne veut rien révéler à Jean parce qu'il est son supérieur.

Uncanny X-Men no 7 (septembre 1964) suggère que Jean est attirée par Cyclope. Son coéquipier Angel le comprend mais non Cyclope lui-même.

Jean compare le physique de Cyclope à celui de l’acteur Richard Chamberlain dans Uncanny X-Men no 11 (mai 1965). Elle est alors la seule membre de l’équipe épargnée lors de leur confrontation avec Le Fléau. Elle doit soigner Angel, le Fauve, Cyclope et Iceberg.

Uncanny X-Men no 14 (novembre 1965) montre le sentiment d’impuissance de Cyclope à disputer l’affection de Jean à Angel.

Le Pr Xavier décrit à Jean, dans Uncanny X-Men no 20 (mai 1966), sa rencontre dans l’Himalaya avec le mal incarné : l’extra-terrestre Lucifer. De cette aventure découle la perte de sa mobilité. Jean apparaît alors comme la confidente du Professeur parmi les X-Men.

Uncanny X-Men no 22 (juillet 1966) entretient le triangle amoureux entre Jean, Angel et Cyclope. Elle accorde un rendez-vous au premier mais insiste pour qu’ils passent prendre le deuxième en route. Finalement cela attise la frustration des deux hommes.

Étudiante[modifier | modifier le code]

Uncanny X-Men no 24 (septembre 1966) voit Jean quitter l’école pour l’université que Johnny Storm fréquente déjà.

Elle est prête à continuer la collaboration avec les X-Men. Cette époque a fourni plusieurs intrigues secondaires où Jean gagne nombre d’amis étudiants. Le plus présent d’entre eux, Ted Roberts, est très attiré par sa nouvelle camarade et se révèle être le frère du super-vilain l’Homme de Cobalt.

Uncanny X-Men no 27 (décembre 1966) présente les X-Men en sous-effectif : Jean étudie à l’université et ne peut trouver du temps pour les X-Men, Angel est blessé et Cyclope démissionne de son rôle de chef de troupe. Le Pr Xavier tente alors de rallier Vif-Argent, la Sorcière Rouge et Spider-Man comme remplaçants, mais les trois refusent. Au même moment pourtant, Jean confectionne de nouveaux uniformes pour l’équipe.

Dans Uncanny X-Men no 33 (juin 1967), Jean et Cyclope se retrouvent en duo lors d’une mission. Ils sont téléportés par le Docteur Strange au temple de Cyttorak en Corée du Nord. Croyant demander assistance à l’Ancien (the Ancient One), c’est Strange qui fut donc contacté. L’épisode se conclut sur la perspective d’un Pr Xavier kidnappé par le groupe de super-vilains Facteur Trois (en), constitué du Colosse, de Miméto, du Cerveau, de Mutant-Master, d’Unus l'Intouchable et du Fantôme.

Uncanny X-Men no 34 (juillet 1967) confirme que Ted Roberts connaît l’identité secrète de Jean Grey, ainsi que son implication avec les X-Men. Roberts la convainc de combattre son frère. Elle parvient à localiser Facteur Trois en Europe centrale en contactant Le Hurleur dans Uncanny X-Men no 35 (août 1967). Uncanny X-Men no 36 (septembre 1967) voit la victoire des X-Men sur Facteur Trois grâce notamment à l’accroissement des pouvoirs télékinésiques de Jean. L’équipe retrouve le Pr Xavier dans Uncanny X-Men no 39 (décembre 1967).

Conspirateurs[modifier | modifier le code]

Uncanny X-Men no 41 (février 1968) voit le Professeur X et Strange Girl agir de manière suspicieuse l’un vis-à-vis de l’autre et entretenir des secrets à l’égard des autres X-Men. Si le mentor des X-Men meurt apparemment dans Uncanny X-Men no 42 (mars 1968), la suite montrera que Miméto avait pris sa place pendant que le vrai professeur préparait une mission secrète. Jean garde secrète la survie de ce dernier, même auprès de ses coéquipiers X-Men pendant un temps.

Uncanny X-Men no 46 (juillet 1968) montre ce qui semble être la fin de l’ère X-Men. Fred Duncan, leur officier de liaison au FBI, considère que l’équipe est devenue une cible trop évidente face à la croissance exponentielle de la population mutante. Il pense que les X-Men seraient plus efficaces dans des actions individuelles réparties à travers le pays. Au même moment, le Pr Xavier souhaite utiliser son domaine de Westchester pour une cause caritative, donnant à chacun des cinq X-Men actifs un poste d’administrateur. Cela assure qu’ils restent en contact. Jean et Cyclope restent à New York tandis que le Fauve et Iceberg déménagent en Californie. Warren voyage en nomade à travers le pays.

Dans Uncanny X-Men no 48 (septembre 1968), Jean termine ses études et trouve un emploi en tant que modèle. Son premier travail est de promouvoir une ligne de maillots de bains. Uncanny X-Men no 49 (octobre 1968) voit l’équipe des X-Men se regrouper face à Mesméro. À cette occasion, Strange Girl fait la connaissance d’une nouvelle équipière : Polaris. Elles deviennent vite amies. Dans Uncanny X-Men no 54, Jean est aussi présentée au jeune frère de Cyclope, Alex Summers, qui vient de terminer ses études. Il ne tarde pas à rejoindre les X-Men sous le nom de code Havok.

Uncanny X-Men no 65 (février 1970) révèle finalement que le professeur Xavier est toujours vivant, en sûreté dans une chambre secrète sous l’école, caché avec l’aide de Jean. Il passe tout ce temps à préparer une défense contre les Z’nox, une race extra-terrestre venue envahir la Terre. Uncanny X-Men no 66 (mars 1970) est la dernière histoire consacrée aux X-Men originels.

Réorganisation des X-Men[modifier | modifier le code]

Dans le hors-série Giant-Size X-Men no 1 (mai 1975), un flashback nous montre qu’un mutant extrêmement puissant avait été localisé par le Pr Xavier dans l’île de Krakoa. Jean fut envoyée avec Cyclope, Angel, Havok, Iceberg et Polaris pour enquêter. Seul Cyclope, sans connaissance, en était revenu. Le professeur devait retrouver le reste de son équipe mais Le Fauve avait rejoint les Vengeurs et Cyclope n’était pas en état d’assumer seul cette mission. En conséquence, le professeur Xavier recruta de nouveaux membres pour porter secours aux vétérans.

Dans l’ordre, arrivèrent :

La nouvelle équipe parvient à retrouver leurs prédécesseurs et, découvrant que le mutant recherché est en fait l’île elle-même (un écosystème absorbant les mutants), l’envoie dans l’espace.

Dans Uncanny X-Men no 94 (août 1975), le premier après la reprise du scénario par Len Wein et Chris Claremont, Jean décide de quitter l’équipe. Angel, Havok, Iceberg, Polaris et Feu du soleil partent en même temps qu’elle ; Le Fauve était, lui, déjà parti rejoindre les Vengeurs. Les X-Men renouvelés comprennent donc sept membres : le Hurleur, Colossus, Cyclope, Diablo, Épervier, Serval et Tornade.

Jean apparaît ensuite dans Uncanny X-Men no 97 (février 1976), où elle vient souhaiter un bon voyage au professeur Xavier qui part en vacances aux Bahamas. Elle est accompagnée par Colossus, Cyclope, Diablo et Tornade. Immédiatement après le départ du professeur, les cinq X-Men restants sont attaqués par Havok et Polaris, sous l’influence psychique d’« Erik le Rouge ». Jean doit sa survie à l’intervention de Tornade.

Uncanny X-Men no 98 (avril 1976) dépeint un rendez-vous entre Jean et Cyclope gâché par une attaque des robots Sentinelles. Jean se retrouve enlevée par celles-ci, avec Serval et le Hurleur. Lors de leur interrogatoire, elle met en rage leur ravisseur, Steven Lang, en le traitant de nazi. La gifle qu’il lui donne a pour résultat de rendre fou furieux Serval, qui parvint à les faire se libérer de leurs liens. Malheureusement, retenus sur une station orbitale, ils ne parviennent pas s’enfuir. Jean et ses deux compagnons devront attendre la tentative de leurs alliés X-Men dans Uncanny X-Men no 99 (juin 1976) pour se voir délivrés dans le numéro suivant.

La naissance du Phénix[modifier | modifier le code]

Cosplay de Jean Grey en tant que Phénix (avec à ses côtes Wolverine).
Cosplay de Jean Grey en tant que Phénix noir.

De retour de l’espace, Jean pilote une navette alors qu’a lieu un important orage solaire. Elle ne doit sa survie qu’à l’intervention de l’entité cosmique connue sous le nom de Force Phénix. La navette s’écrase alors dans Jamaica Bay. Le Phénix prend l’identité de Jean (qui est mise en animation suspendue dans un cocon au fond de l’eau), avec des pouvoirs démultipliés.

Outre une augmentation radicale de ses pouvoirs mutants originels, lui permettant désormais par exemple de voler, elle devient capable de manipuler une puissance énergétique « directement puisée à la fournaise solaire » et de transmuter son corps de chair en une entité énergétique qui, quand son pouvoir se manifeste à plein, prend la forme d'un oiseau de feu avec lequel elle se confond.

Phénix (qui pense elle-même être Jean Grey) poursuit sa liaison avec Cyclope. Même le professeur Xavier ne détecte pas la substitution.

La saga du Phénix noir[modifier | modifier le code]

En parallèle, un groupe de mutants formant le Cercle intérieur du Club des Damnés projette de détruire les X-Men. Le Cerveau, mutant capable de fausser la vision du monde réel chez ses victimes et aspirant candidat au Club des Damnés, décide de manipuler Jean Grey-Phénix dans le but d’en faire sa Reine Noire[2].

Le Cerveau pense qu’en utilisant Jean Grey, il peut asseoir sa suprématie sur le Cercle intérieur. Sous le contrôle du Cerveau, Jean voit le monde qui l’entoure comme si elle vivait au XVIIIe siècle. Elle devient une femme de pouvoir et ses amis de vulgaires pantins (Ororo est une esclave, Peter un paysan, etc.).

Durant la bataille finale au cours de laquelle les X-Men affrontent le Club des Damnés, les premiers sont vaincus (à l’exception de Wolverine et de Tornade). Le Cerveau, qui tient encore Jean sous sa coupe, affronte Cyclope sur le plan mental et le tue dans un duel à l’épée. Jean est surprise par la brusque interruption du lien psychique qui l’unissait à Cyclope et reprend le contrôle de son esprit, détruisant par là même l’illusion créée par le Cerveau et faisant sombrer ce dernier dans la folie.

La fin du lien entre Cyclope et Jean est le début de la « saga du Phénix noir ». Le traumatisme causé par la perte temporaire de sa personnalité conduira Jean Grey à se transformer en un Phénix maléfique et destructeur. Elle réduit le Cerveau à l’état végétatif et met fin aux activités criminelles du Club des Damnés avec l’aide des X-Men libérés.

C’est alors que la personnalité de Jean Grey cède devant celle du Phénix noir. Seul le professeur Xavier parvient à l’arrêter avec ses pouvoirs psioniques. Commence alors une brève période de rémission. Cependant, en secret, le Phénix noir prend le pas sur l’être doux et généreux qu’est Jean Grey. Elle quitte la Terre en secret et, se déplaçant à une vitesse vertigineuse, sort du système solaire et finit par trouver une étoile, qu’elle dévore afin d’en absorber l’énergie. Ivre de pouvoir, elle anéantit ainsi les planètes alentour et les milliards d’êtres qui les peuplaient. Devant cette menace, la Garde Impériale Shi'ar décide d’éliminer Phénix, estimant que son pouvoir met en péril l’univers tout entier.

Profitant d’une reprise momentanée de conscience de Jean Grey, les Shi'ar capturent Phénix et les X-Men afin de la juger. Les X-Men s’interposent mais le tumulte du combat réveille de nouveau le côté sombre de Phénix ; dans un dernier sursaut de conscience, elle choisit de se suicider, évitant ainsi de détruire les Shi'ar et ses amis X-Men.

Cette longue saga sur le déclin et la chute de Phénix[3], écrite par Chris Claremont et John Byrne, est considérée comme une des meilleures histoires de comics des années 1970[2]. Grâce à leur coopération sur les X-Men, Claremont et Byrne feront leur entrée en 2015 dans le Hall of Fame des prix Eisner (l'équivalent des Oscars pour les comics)[2].

Résurrection[modifier | modifier le code]

La mort de Jean Grey fut un choc pour les lecteurs[2]. En effet, à l'époque, il n'y avait eu dans l'univers Marvel que deux morts aussi marquantes : Gwen Stacy (en juin 1973, par Gerry Conway et Gil Kane), la fiancée de Peter Parker, alias Spider-Man, et celle de Bucky Barnes (en 1968, par Joe Simon et Jack Kirby), le partenaire de Captain America[2].

À la suite de cet évènement, Chris Claremont subit des menaces de mort, comme Frank Miller lorsqu'il tua le personnage d'Elektra (en 1982)[2]. L'idée qu'un super-héros ou une super-héroïne puisse mourir n'était pas concevable à l'époque, et ceci d'autant plus qu'aucun ne pouvait « ressusciter » au gré des multivers, inexistant dans ce temps[2]. Pendant cinq ans, la mort de Jean Grey est restée comme définitive, jusqu'à ce que les éditeurs de Marvel Comics décident de mettre en place un twist scénaristique pour la faire revenir, rendant la mort des super-héros beaucoup moins tragique par la suite[2].

La survie de Jean Grey fut révélée quand les membres fondateurs des X-Men formèrent Facteur-X, qu’elle rejoignit à son réveil du coma. Entretemps, Cyclope s’était marié à Madelyne Pryor, sosie de Jean Grey (en fait son clone). Quand Cyclope retourna vers Jean, Madelyne se sentit trahie. Utilisée par les ennemis des X-Men, Madelyne Pryor devint la Goblyn Queen lors du crossover Inferno et mourut dans un combat l’opposant à Jean. Elle se suicida après avoir établi un lien télépathique avec sa rivale, espérant en vain l’entraîner dans la mort avec elle.

Enfin, Cyclope et Jean purent repartir de zéro et se marier. Jean finit par devenir la directrice de l’Institut Xavier. La combinaison de ses nouvelles responsabilités, de la réémergence de ses pouvoirs de Phénix et de la fusion temporaire de Scott et d’Apocalypse sépara le couple. Emma Frost profita de l’opportunité et entama une relation amoureuse télépathique avec Cyclope. Surprise par Jean, Emma s’engagea dans une lutte psychique contre elle. Cyclope prit alors de la distance avec Jean et les X-Men.

Les morts successives de Jean[modifier | modifier le code]

Jean Grey fut peu après faite prisonnière avec Wolverine dans une station spatiale (en réalité l’astéroïde M) qui se dirigeait droit vers le soleil. Le contact avec l’astre tua Jean Grey qui ressuscita grâce aux pouvoirs du Phénix. Elle fit de même avec Wolverine.

Par la suite, le traître Xorn qui s’avéra être Magnéto (on apprit par la suite que ce n’était pas le vrai Magnéto…) attaqua les X-Men et tua Jean Grey d’une puissante charge statique. Celle-ci, agonisant dans les bras de Scott, lui dit qu’elle lui pardonnait et lui demanda de continuer à vivre.

Le retour du Phénix[modifier | modifier le code]

Après la mort de Jean Grey, Emma Frost proposa à Scott Summers de diriger l'Institut Xavier avec elle, mais celui-ci refusa, dévasté depuis sa disparition. Alors, c'est Hank McCoy, alias le Fauve, qui reprit le flambeau. Mais, avec toutes les nouvelles responsabilités qu'il devait assumer et la fatigue accumulée, il commença à prendre du « kick », une drogue contenant en fait la forme aérosol de la bactérie Sublime. Sublime finit par s'emparer de son corps et détruit quasiment toutes les formes de vie terrestres en 150 ans, excepté celles qu'il a créées.

Au bout de ces 150 ans, le Fauve, toujours sous l'influence de Sublime, rappela la Force Phénix avec l'un de ses œufs qu'il trouva sur la Lune. En cassant l'œuf, il découvrit Jean, qu'il réussit à faire travailler pour lui. Mais bientôt, Jean se rendit compte des véritables activités du Fauve et le mit hors d'état de nuire en extrayant Sublime de son corps puis en désinfectant la planète. La Force Phénix absorba cette réalité et la plaça dans la « Chambre Blanche » (White Hot Room en anglais), qui est une réalité habitée par le Phénix ainsi que d'autres hôtes de celui-ci. Le Phénix et Jean s'unirent une nouvelle fois et Jean atteint l'état le plus achevé qu'un hôte du Phénix puisse atteindre, le Phénix Blanc de la Couronne (White Phoenix of the Crown en anglais). Ensuite, Jean remonta le temps pour atteindre la Terre-611 où elle montra à Scott ce qui arriverait s'il arrêtait de vivre parce qu'elle est morte. Ainsi, Scott devint co-directeur de l'Institut avec Emma Frost, avec qui il entama une relation amoureuse d'ailleurs, et cette réalité put être évitée.

Récemment les Shi'ar ont rappelé l’entité Phénix. Celle-ci échappa à leur contrôle et se rendit sur Terre pour y trouver un hôte, et survivre. Retrouvant le corps de Jean Grey, elle la ressuscita pour la posséder à nouveau. Jean constata que l’entité avait été rappelée trop tôt et qu’elle était mentalement instable. Elle dut affronter les X-Men avant de se téléporter avec Wolverine au pôle Nord où elle lui demanda de la poignarder à plusieurs reprises. Affaiblissant ainsi le Phénix, Jean reprit le dessus et plongea dans l’eau glacée, son corps gelant rapidement. Quand les X-Men arrivèrent sur place, Wolverine leur dit que Jean était morte, « du moins autant qu’elle [pouvait] l’être ». L’entité Phénix prit alors la forme d’Emma Frost mais Jean brisa la glace et reprit possession du Phénix, devenant le Phénix noir. Sous cette forme, elle attaqua ses partenaires mais, constatant tout l’amour que les X-Men lui avaient offert, Jean reprit le contrôle : le Phénix noir devint le Phénix blanc. Jean décida de mourir en paix, non sans avoir vu les yeux de Cyclope pour la dernière fois…

Famille[modifier | modifier le code]

Les parents de Jean Grey sont John et Elaine Grey. Son père était professeur dans le département d’histoire à l’université d’Annandale-on-Hudson (en) dans l'État de New York. Elle a une sœur aînée prénommée Sara, qui épousera plus tard Paul Bailey. Sara sera finalement absorbée par la Phalanx, une race d’extraterrestres qui a évolué vers une conscience commune. Elle survit à travers ses enfants, son fils Joey Bailey et sa fille Gailyn Bailey.

Ceux-ci ont partagé le même nom de code Shatterbox en tant que membres de l’équipe « Lost Boys and Girls » mais ont été plus récemment aperçus vivant avec leurs grands-parents maternels.

Cependant, l’ensemble de la famille Grey a été décimé plus tard par les forces Shi'ar afin d’éliminer tout risque de naissance d’un mutant de niveau Oméga ou d’un hôte de la Force Phénix (en) : seule subsiste Rachel Grey (Rachel Summers, la fille de Jean et de Scott Summers, alias Cyclope).

  • John Grey (père, décédé)
  • Elaine Grey (mère, décédée)
  • Sara Grey-Bailey (sœur, décédée)
  • Galen Bailey (nièce, décédée)
  • Joey Bailey (neveu, décédé)
  • Scott Summers (Cyclope, époux)
  • Christopher Summers (Corsaire, beau-père)
  • Katherine-Anne Summers (belle-mère, décédée)
  • Alexander Summers (Havok, beau-frère)
  • Gabriel Summers (Vulcain, beau-frère)
  • Philip et Deborah Summers (grands-parents par alliance)
  • Madelyne Pryor-Summers (la Reine-Démon, clone, décédée)
  • Nathan Christopher Summers (Cable, fils adoptif)
  • Stryfe (clone de son fils adoptif, décédé)
  • Fred Harriman (parent par alliance du côté de son père, décédé)
  • Bekka Wallis (cousine, décédée)
  • Phyllis Dennifer (tante, décédée)
  • Roy Dennefer (oncle, décédé)
  • Roger (oncle, décédé)
  • Julian (cousin, décédé)
  • Liam (oncle, décédé)
  • Mary-Margaret (cousine, décédée)
  • Kindra (cousine, décédée)
  • Derry Campbell (cousin, décédé)
  • Brian Grey (oncle, décédé)
  • Julia (tante, décédée)
  • Fiona Knoblack (alias la Mère Obscure, ancêtre supposée)
  • « Lady Grey » (ancêtre supposée)
  • Rachel Summers (alias Marvel Girl, fille sur une Terre alternative)
  • Nate Grey (X-Man, progéniture sur une Terre alternative, décédé)

Source : Marvel-world.com[1]

Pouvoirs et capacités[modifier | modifier le code]

Jean Grey est une mutante dotée de pouvoirs télépathiques et télékinésiques[1]. En complément de ses pouvoirs, elle est diplômée du Metro College avec une spécialisation en psychologie. Des années plus tard, elle terminera une maîtrise à l'université de Columbia, pendant son adhésion à l'équipe Facteur-X originelle.

En devenant Phénix grâce à la Force Phénix (en), et après l’enseignement de Charles Xavier, alias le Professeur X, Jean Grey développe ses pouvoirs latents de télépathe à l’extrême, au point de devenir presque aussi puissante que Xavier lui-même. Elle est ensuite classée comme une mutante de niveau Oméga (Omega-level mutant)[4], ayant son potentiel mutant le plus élevé et le plus fort lié avec la Force Phénix, avec laquelle elle obtient une puissance capable de vaincre même le tout-puissant Galactus[5],[1],[b].

  • Grâce à la télékinésie, Jean Grey peut déplacer les objets à distance ou les faire léviter. Elle peut également créer des champs de force temporaires qui lui permettent de résister à une explosion, aux rayons optiques de Cyclope, d'immobiliser quelqu'un dans les airs et de voler comme si elle se trouvait sur une surface invisible. Elle peut également dissoudre la matière, ou enflammer et réduire en cendres un homme, un objet, une substance.
  • Ses pouvoirs de télépathe lui permettent de lire dans les pensées d'autrui, de créer des illusions dans les esprits, de se rendre invisible à la vue de certaines personnes, de manipuler les souvenirs des gens ou encore de détruire l'esprit de quelqu'un en se concentrant, provoquant la mort de la personne visée. Elle est par exemple capable de contrôler mentalement l’émission des rayons optiques de Cyclope afin que celui-ci puisse l’embrasser sans devoir porter sa visière ou ses lunettes en quartz rubis.
  • Bien qu'elle possède des pouvoirs mentaux hors du commun, elle a du mal à se servir de Cerebro, la machine qui sert à détecter des êtres mutants car cette tâche exige un certain contrôle, ses pouvoirs étant très instables.

Cependant, malgré ces pouvoirs portés à leur paroxysme, elle va tomber sous l’emprise du Cerveau et libérer le reste de « potentiel noir » qui sommeillait en elle.

  • En tant que Phénix noir, la puissance de Jean Grey augmente de manière considérable. Elle est alors capable de réorganiser ou de désintégrer la matière à un niveau subatomique, de voler sans aide dans l'espace, de survivre dans n'importe quel environnement (même dans le noyau d'une étoile) et de manipuler les énergies électromagnétiques/cosmiques pour générer divers effets et perturbations atmosphériques. Elle peut par exemple créer instantanément des « trous de vers » (stargate) qui peuvent la transporter n'importe où dans l'univers. À ce niveau de puissance, elle est capable de vaincre facilement un héraut de Galactus[6],[7].
  • Lorsqu’elle agit en tant qu'avatar de la Force Phénix, elle peut aussi créer un feu ou des flammes « cosmique » autour d'elle, même dans des situations apparemment impossibles, comme dans le vide de l'espace ou sous l'eau. Typiquement, son feu cosmique prend l'apparence d'un rapace ou d'une partie d'un rapace, comme des griffes ou des ailes. Elle a un contrôle mental parfait sur ces flammes, qui ne consument que ce qu'elle veut. Ce feu, qui n'a pas besoin d'oxygène pour fonctionner, brûle si intensément que la matière est consumée sans sous-produits tels que les cendres. On ne sait pas si ces flammes sont une extension de sa télékinésie ou de sa télépathie, voire une propriété plus générale de la Force Phénix. Son feu cosmique est aussi décrit comme une ponctuation littérale du but du Phénix, qui est de « brûler ce qui ne marche pas », et a été décrit comme « brûler par delà le mensonge et la tromperie »[7].
  • En tant que Phénix, Jean Grey est capable de ressusciter après la mort. Dans certaines représentations, ces résurrections apparaissent immédiatement après sa mort, tandis que dans d'autres il est indiqué que cette résurrection doit avoir lieu après un moment « correct », prenant parfois un siècle[1].
  • La Force Phénix lui permet également de faire revivre, absorber, échanger ou préserver la force vitale de toute forme de vie, ce qui signifie qu'elle peut prendre l'énergie vitale d'une personne et la donner aux autres, se guérir elle-même avec cette énergie vitale, voire ressusciter les morts puisque le Phénix est la somme de toute vie et de toute mort[8],[7],[1].

La relation entre Jean Grey et le Phénix (et la nature de ses pouvoirs) a été représenté de diverses manières tout au long de l'histoire du personnage. Dans l'intrigue initiale du Phénix, ces pouvoirs sont considérés comme les siens[8] car étant une manifestation du vrai potentiel de Jean, comme voulu par Claremont et Byrne pour créer « la première super-héroïne cosmique »[9].

Cependant, depuis la restauration du Phénix en tant qu'entité distincte de Jean Grey, les représentations de ces pouvoirs varient ; ces représentations incluent Jean comme étant l'un des nombreux hôtes du Phénix et « empruntant » ses « pouvoirs de Phénix » durant cette période[10],[11], un hôte unique pour le Phénix[8], ou ne faisant qu'un avec le Phénix[8],[12]. Elle est plus tard décrite comme l'une des rares à détenir le titre de « Phénix blanc de la Couronne » (White Phoenix of the Crown) parmi les nombreux hôtes passés, présents et futurs du Phénix[13].

Apparitions dans d’autres médias[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Les actrices Famke Janssen et Sophie Turner sont les deux interprètes du personnage au cinéma : la première de 2000 à 2013 (de la trilogie originale X-Men à X-Men: Days of Future Past), la seconde à partir de 2016 (dans X-Men: Apocalypse et X-Men: Dark Phoenix).
Article détaillé : X-Men (série de films).

Interprétée par l’actrice Famke Janssen, Jean Grey est l’un des personnages principaux de la trilogie originale X-Men (2000-2006). (Notons que dans X-Men : L'Affrontement final, une version plus jeune de Jean Grey est également interprétée par Haley Ramm).

Janssen revient par la suite dans quelques scènes de Wolverine : Le Combat de l'immortel (2013), pour incarner une version fantasmée de Jean Grey, puis dans les dernières scènes de X-Men: Days of Future Past (2014).

Une version adolescente interprétée par l'actrice Sophie Turner est introduite dans X-Men: Apocalypse (2016), dont l'histoire se situe en 1983. Elle reprendra par la suite son rôle de Jean Grey dans X-Men: Dark Phoenix (2019), dont le personnage est au centre des événements de ce long-métrage où l'action se situe cette fois au début des années 1990.(Notons toutefois que dans le film, une version plus jeune du personnage est également interprétée par Summer Fontana).

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ce nom lui fut attribué par les éditions Lug lors de sa première apparition en France, dans Strange no 1. Dans des rééditions ultérieures, les traducteurs ont parfois conservé celui de Marvel Girl.
  2. Jean Grey n'a pas vraiment affronté Galactus (sauf dans certaines aventures ultérieures) mais, dans une histoire sa fille Rachel Summers l'a affronté alors que celui-ci, en proie à sa faim dévorante, se nourrissait d'une planète. Rachel le vainquit physiquement (Galactus étant affaibli par sa faim), le Dévoreur de mondes prenant ensuite moralement le dessus sur elle ; Source : (en) « Who would win in a battle between Galactus and The Phoenix Jean Grey? », Ashley Ley, Geoffrey Barans, Vince Gray, quora.com, 23 mars 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l et m « Encyclopédie - Grey, Jean », marvel-world.com (consulté le 17 mai 2019).
  2. a b c d e f g et h « La case BD : X-Men, le Phénix noir ou la mort de Jean Grey », Valentin Paquot, Le Figaro.fr, 4 février 2017.
  3. (en) The Dark Phoenix Saga (en) dans Uncanny X-Men #101-108 et #129-138, traduit en France dans Spécial Strange nos 12-17 et 28-34.
  4. (en) X-Men Forever (en), confirmé par le Professeur X.
  5. (en) Dennis Hopeless, RB Silva « Generations: The Phoenix », Generations (en) (vol. 1) #2 (août 2017), Marvel Comics.
  6. (en) Uncanny X-Men #105, Marvel Comics.
  7. a b et c (en) Jeff Christiansen, Mike O'Sullivan (couverture de Tom Raney), Women of Marvel: Celebrating Seven Decades Handbook, Marvel Comics, 2010, 240 p. (ISBN 978-0-7851-4912-5) [présentation en ligne].
  8. a b c et d (en) Chris Claremont, Mike Collins, Josef Rubenstein, « Flights of Angels », Classic X-Men (en) (vol. 1) #43 (janvier 1990), Marvel Comics.
  9. (en) Chris Claremont, John Byrne, Jim Shooter, Jim Salicrup, Louise Jones, Terry Austin, « The Dark Phoenix Tapes », Phoenix: The Untold Story (vol. 1) #1 (avril 1984), Marvel Comics.
  10. (en) Grant Morrison, New X-Men Omnibus, Marvel Comics, 2006. (ISBN 978-0-7851-2326-2)
  11. (en) Louise Simonson, Rich Buckler, Al Milgrom, « Judgment War, part 7, finale: Judgement Day! », X-Factor (vol. 1) #50 (janvier 1990), Marvel Comics.
  12. (en) Greg Pak, X-Men: Phoenix—Endsong, Marvel Comics, 2005. (ISBN 978-0-7851-1924-1)
  13. (en) Grant Morrison, Marc Silvestri, Joe Weems, « Here Comes Tomorrow (en): Rescue...and Emergency », New X-Men (vol. 1) #154 (mai 2004), Marvel Comics.

Liens externes[modifier | modifier le code]