Hodenc-l'Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Évêque.
Hodenc-l'Évêque
Église d'Hodenc-l'Évêque.
Église d'Hodenc-l'Évêque.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise
Maire
Mandat
Danielle Deblieck
2014-2020
Code postal 60430
Code commune 60316
Démographie
Population
municipale
246 hab. (2014)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 14″ nord, 2° 08′ 56″ est
Altitude Min. 93 m – Max. 216 m
Superficie 3,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Hodenc-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Hodenc-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hodenc-l'Évêque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hodenc-l'Évêque

Hodenc-l'Évêque est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants se nomment les Hodencquois et Hodencquoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village picard dont le territoire, de 3,47 km2 est assez escarpé, puisque son altimétrie varie de 93 à 216 mètres au-dessus du niveau de la mer, soit un dénivelé de 123 m[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Hodenc-l'Évêque[2]
Saint-Sulpice Abbecourt
Hodenc-l'Évêque[2] Ponchon
La Neuville-d'Aumont
Le Coudray-sur-Thelle
Silly-Tillard

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jugement de Childebert III qui accorde à l’abbaye de Saint-Denis la terre de Hodenc-l’Évêque, le 23 décembre 695 (Archives nationales).

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Hodenc-les-Vignes[3], en raison du nombre important de plants de vignes qui poussaient sur les coteaux bien exposés de la commune[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle existait un château-fort, qui constituait une forteresse importante, jusqu' a sa destruction ordonnée en 1357[1].

Le village était un fief des évêques-comtes de Beauvais jusqu'en 1628, année où ils le vendirent pour financer l'acquisition de la châtellenie de Beauvais[1].

Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, les habitants fabriquaient notamment de la tabletterie et des brosses à dents. En 1900, on comptait au village deux épiceries, dont un café[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Noailles[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Chaumont-en-Vexin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Communauté de communes du pays de Thelle, créée en 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[4], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[5],[6].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014[1] Jean-Marc Tintillier    
2014[1] en cours
(au 8 septembre 2014)
Danielle Deblieck    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 246 habitants, en augmentation de 4,24 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
241 249 263 223 208 219 194 209 208
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
204 205 204 175 157 152 155 135 150
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
120 118 121 110 115 101 88 86 127
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
80 84 83 124 153 190 213 236 246
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (54,2 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 54,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 27,3 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 18,7 %, 45 à 59 ans = 22,7 %, plus de 60 ans = 14 %) ;
  • 45,8 % de femmes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 10,2 %, 30 à 44 ans = 27,8 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 19,4 %).
Pyramide des âges à Hodenc-l'Évêque en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,9 
2,3 
75 à 89 ans
0,9 
11,7 
60 à 74 ans
17,6 
22,7 
45 à 59 ans
19,4 
18,7 
30 à 44 ans
27,8 
17,2 
15 à 29 ans
10,2 
27,3 
0 à 14 ans
23,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2016, les enfants de la commune sont scolarisés dans un regroupement pédagogique intercommunal regroupant Silly-Tillard et Hodenc-L'Évêque[1]. L'école de Silly-Tillard devrait accueillir les 13 élèves de Hodenc-L'Évêque à la rentrée 2016-2017, malgré l'opposition des parents concernés[13]. Les activités périscolaires se déroulent sur Noailles[1].

Economie[modifier | modifier le code]

En 2016, il n'existe plus de commerces de proximité au village. L'activité économique se limite à des chambres d'hôtes[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Hodenc-l'Évêque ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut néanmoins noter :

  • Église Saint-Pierre : De facture très simple, l'église se compose d'une nef unique non voûtée du XVIIe siècle, simple salle rectangulaire recouverte d'une charpente en carène renversée, et d'un chœur de deux travées se terminant par un chevet plat. Il date du XVIe siècle et est flanqué au sud par le clocher, de la même époque. Très austère, ses baies abat-son sont pourvues d'un remplage flamboyant comme unique décor. Le chœur a été bâti à l'économique. Il est voûtévôuté d'ogives, mais les ogives de profil prismatique retombent sur des tailloirs sans chapiteaux ; les fenêtres sont dépourvues de remplage ; et des désordres dans le mur du nord ont déformé le doubleau entre les deux travées du chœur.
Le maître-autel en pierre et stuc du XVIIe siècle est de style baroque et mérite l'attention, tout comme les vitraux de 1827, réalisés par l'atelier Houille de Beauvais. Les statues appartiennent à l'art populaire[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Philippe Delattre, « Un lieu haut perché lié à la vigne : Tout savoir sur le village d’Hodenc-L’Évêque : Seizième opus de notre série d’articles consacrés aux villages de la Communauté de communes du Pays de Thelle et de la Ruraloise qui vont fusionner », L'Observateur de Beauvais, no 968,‎ , p. 28.
  2. Communes limitrophes de Hodenc-l'Évêque sur Géoportail.
  3. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  5. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  6. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Évolution et structure de la population à Hodenc-l'Évêque en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  13. « Pour deux élèves, l’école serait condamnée », L'Observateur de Beauvais, no 985,‎ , p. 20 « Après avoir mis en garde la commune depuis des années, l’Inspection académique se retranche derrière les chiffres. Moins de 15 élèves, la classe ferme et, hélas, celle d’Hodenc n’en compte que 13… Le scénario prévoit de regrouper tous les élèves dans l’école de Silly-Tillard, (avec lequel Hodenc Lêveque constitue déjà un RPI) ce qui suppose le regroupement des élèves dans une classe à niveaux multiples (4 à 5 selon les projections) ».
  14. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Noailles, Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée de Thérain, Beauvais, s.d., 32 p., p. 13.