Frédéric Taddeï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taddeï.
Frédéric Taddeï
image illustrative de l’article Frédéric Taddeï
Frédéric Taddeï en 2012.

Naissance (57 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Animateur de télévision
Autres activités Journaliste
Animateur de radio
Médias
Média principal Radio - Télévision
Pays France
Télévision Ce soir (ou jamais !)

Hier, aujourd'hui, demain

Radio Europe 1 Soir, le débat de 19h à 20h du lundi au jeudi

Europe 1 Social Club de 20h à 21h du lundi au jeudi

Fonction Présentateur
Autres médias Europe 1

Frédéric Taddeï, né le à Paris, est un journaliste, animateur de télévision et de radio français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Frédéric Taddeï grandit dans une famille bourgeoise de Boulogne-Billancourt[1]. Son père, d'origine italienne[précision nécessaire], était cadre dans une banque[2] finançant des projets dans le tourisme, et sa mère[3],[4], femme au foyer, est lorraine[5]. Il est l'aîné de sa fratrie, ses parents ayant ensuite donné naissance à deux sœurs Marie-Isabelle et Sandrine qui travaillent depuis des années auprès de lui à la mise en place de ses émissions et dans sa société de production[6]. Il est, depuis 1994, le compagnon de l'actrice Claire Nebout, avec qui il a eu un fils, Diego, né en 1999, dont le parrain est Marc-Édouard Nabe[7] et la marraine Sophie Fontanel[8].

Après son bac, entre 20 et 30 ans, il s'inscrit en faculté six années consécutives dans divers domaines (droit, histoire, sémiologie…) sans dépasser le stade de la première année[9]. Après avoir essayé plusieurs disciplines à la faculté, dont deux ans en droit puisqu'il pensait devenir avocat, ses parents l'aident financièrement pendant dix ans qu'il passe à se cultiver en lisant beaucoup et fréquentant les musées. Il rêve alors d'écrire[1].

Activités liées aux magazines[modifier | modifier le code]

Frédéric Taddeï commence sa carrière en 1990 en lançant le magazine Maintenant. Ainsi repéré par Jean-François Bizot, il est recruté pour collaborer au magazine Actuel. Entre janvier 1990 et février 1991, il écrit quelques articles pour L'Idiot international[10].

Depuis fin septembre 2010, Frédéric Taddeï tient chaque mois « ses carnets de voyageur moderne » dans Le Figaro magazine[11].

À partir de la rentrée 2011, il remplace Frédéric Beigbeder dans le magazine GQ où il donne des interviews de personnalités[12] ; Léa Salamé lui succède en décembre 2015. En mars 2017, Frédéric Taddeï remplace Frédéric Beigbeder à la direction de la rédaction du magazine Lui[13].

En 2017, il écrit l'avant-propos du livre The Night Day[14], du photographe Keffer, sur la vie nocturne hédonistique de Paris[15].

Activités liées à la radio[modifier | modifier le code]

En 1990, Frédéric Taddeï présente, sur Radio Nova, une chronique littéraire intitulée Aujourd'hui, j'ai lu pour vous.

De 2005 à 2011, il présente sur la radio Europe 1, du lundi au vendredi de 15 h à 16 h, l'émission Regarde les hommes changer, dans laquelle il interviewe des personnalités. L'émission est ensuite diffusée le dimanche de 18 h 15 à 19 h. En septembre 2009, Frédéric Taddéï anime une nouvelle émission qui s'intitule Regarde le monde changer, diffusée le samedi de 18 h 15 à 18 h 30, toujours sur Europe 1. Il remplace Marie Drucker depuis la rentrée 2010 dans l'émission Le Débat des grandes voix sur Europe 1.

À partir de la rentrée 2011, ayant quitté Europe 1, il anime le dimanche en fin d'après-midi sur France Culture l'émission Tête-à-tête, dans la lignée de Radioscopie de Jacques Chancel.

À partir de septembre 2013, Frédéric Taddeï revient sur Europe 1 et anime l'émission Europe 1 social club tous les soirs de 20 h à 22 h (depuis janvier 2017 de 21h à 22h). Or, Émilie Mazoyer récupèrant la case du Social Club de Frédéric Taddéï, ce dernier sera dès la rentrée 2017 à la tête d'une nouvelle émission entre 19h et 21h, faisant de lui l'un des nouveaux poids lourds de la station Europe 1[16]. À partir du 8 janvier 2018, dû à des changements de grille, il garde 2 heures pour débattre mais pour deux émissions différentes : de 19h à 20h, il prend en main Europe 1 Soir le débat tandis que Europe 1 Social Club se déroule de 20h à 21h.

Activités liées à la télévision[modifier | modifier le code]

Frédéric Taddeï fait ses débuts à la télévision comme chroniqueur dans la première partie de Nulle part ailleurs sur Canal+ de 1994 à 1998 au sein de la bande de Jérôme Bonaldi, aux côtés de Sophie Fontanel, Alix de Saint-André, Tania de Montaigne et David Gonner. Par la suite, il remplace Thierry Ardisson de 1998 à 2006 dans l'émission Paris Dernière sur la chaîne de télévision Paris Première. Le lancement de l'émission D'art d'art, en septembre 2002 sur France 2, le fait connaître du grand public. Ce mini-magazine d'1 minute 30, programmé après le journal télévisé du dimanche soir, où il raconte les dessous et les à-côtés d'une œuvre d'art, réalise une audience moyenne de 5 millions de téléspectateurs.

À partir de , il est à la tête d'une émission culturelle quotidienne sur France 3, Ce soir (ou jamais !), qui commence en deuxième partie de soirée et encadre le journal du soir de la chaîne, le Soir 3. L'émission fait l'objet de polémiques récurrentes, invitant des personnalités contestées comme Dieudonné M'bala[17],[18]. En 2009, Mathieu Kassovitz, invité de l'émission, émet des doutes sur la version «officielle» des attentats du 11 septembre 2001[19]. Il en résulte, selon l'Observatoire du journalisme, une « petite cabale médiatique », visant à supprimer l'émission, dont « Taddéï ressort néanmoins indemne »[17].

L'émission cesse d'être quotidienne et devient hebdomadaire en septembre 2011. Elle passe sur France 2, autre chaîne du service public, à partir du 8 mars 2013[18].

En avril 2013, Patrick Cohen accuse Frédéric Taddeï d'inviter des « cerveaux malades ». Taddeï réplique : « Je m’interdis d’être le procureur ou le défenseur des uns et des autres [...] Il y a des gens que ça choque, je le comprends. Mais il ne faut pas regarder l’émission. » Et Taddeï précise en outre qu’« il n’y a jamais eu le moindre propos qui a été condamné » sur son plateau[20].

En juin 2016, l'émission Ce soir (ou jamais !) s'arrête. Selon PureMédias, la cause en est des audiences faibles, 555 000 téléspectateurs en moyenne et 5,3 % de part d'audience, mais surtout parce que la chaîne veut créer « une nouvelle grande émission culturelle, plus moderne », qui serait nommée "Stupéfiant". PureMédias évoque aussi comme cause possible les controverses provoquées par l'émission, qui avait invité des « personnalités sulfureuses », par exemple Alain Soral, Tariq Ramadan ou Marc-Edouard Nabe[21],[18]. Mais selon Télérama, l'émission, diffusée tard le soir, « manquait de piquant », « avec un air de déjà-vu et des invités moins surprenants que dans le passé »[22]. En septembre 2016 et jusqu’en Juin 2017, toujours sur France 2, Frédéric Taddeï présente, un mercredi par mois, une nouvelle émission héritière de Ce soir (ou jamais !), le magazine Hier, aujourd'hui, demain consacré aux idées[18],[23], où il passe en revue les meilleurs essais parus en librairie[24].

En juin 2018, après 16 années de présentation de l'émission D'art d'art, Frédéric Taddeï est remplacé par Adèle Van Reeth. Selon Les Inrocks, la direction de France 2 « continue de se séparer de ses animateurs historiques » et Delphine Ernotte, présidente de France Télévision, « a décidé de se séparer définitivement de Frédéric Taddeï »[25].

À partir de la rentrée 2018, Frédéric Taddeï anime une émission de débats culturels et de société d'une heure, quatre fois par semaine, sur l'antenne française de RT (ex-Russia Today). L'animateur déclare que la chaîne russe est « la seule chaîne de télévision qui [lui] ait donné carte blanche pour faire ce [qu'il faisait] dans Ce soir ou jamais »[26],[27],[28].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Fin 2005, Frédéric Taddeï réalise un vidéoclip pour le titre phare du chanteur Jérôme Attal, Comme elle se donne, titre éponyme de son album[29].

Le , il lance un site de débats appelé Newsring[30], qu'il quittera courant 2013[31], ce pure player se rapprochant de Terrafemina.

Le , il devient membre du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, créé le même jour par le gouvernement Ayrault[32].

Honneurs et engagements[modifier | modifier le code]

En décembre 2007, il reçoit le premier prix Philippe-Caloni, attribué à « un journaliste ayant fait preuve de talent et d’éclectisme, en particulier dans l’exercice de l’interview ou de l’entretien[33]. »

Prise de position[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il rejoint RT France en 2018, Frédéric Taddéï déclare : « Dans un paysage télévisuel sinistré, où les intellectuels, les chercheurs, les savants, les contestataires n'ont plus la parole et où les vrais débats ont totalement disparu, c'est la seule chaîne de télévision qui m'ait donné carte blanche pour faire ce que je faisais dans Ce soir ou jamais : des émissions intelligentes, sans parti pris, dans lesquelles on pourra discuter de tout, entre gens qui savent de quoi ils parlent, qu'on ne voit pas ailleurs, et qui ne sont pas d'accord entre eux »[26]. Le SNJ, « premier syndicat des journalistes », déclare que Russia Today est « montrée régulièrement du doigt au plus haut niveau de l'Etat, comme supposé outil de propagande et de désinformation ». Le Huffington Post estime que pour Frédéric Taddéï « ce n'est visiblement pas un souci. Comme il l'a déjà expliqué, il met RT France sur le même plan que CNN ou Al Jazeera »[27].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Taddeï et Marie-Isabelle Taddeï, D'Art d'Art !, vol. 1, Paris, Éditions du Chêne, , 319 p. (ISBN 978-2842778545)
  • Frédéric Taddeï et Marie-Isabelle Taddeï, D'Art d'Art !, vol. 2, Paris, Éditions du Chêne, (ISBN 978-2812301018)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Judith Perrignon, « Frédéric Taddeï, l'homme sans convictions », sur lemonde.fr,
  2. Son grand-père toscan propriétaire terrien et communiste fuit l'Italie de Mussolini (source : Frédéric et Sandrine Taddeï, émission C’est de famille sur Europe 1, 29 juillet 2011, 31 min, http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/c-est-de-famille/sons/c-est-de-famille-frederic-et-sandrine-taddei-648425)
  3. Son arrière-grand-père maternel, Narcisse Mathieu, tailleur juif, est fusillé par les Prussiens en 1918 dans le Nord de la France (émission C’est de famille, 31 min 10 s http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/c-est-de-famille/sons/c-est-de-famille-frederic-et-sandrine-taddei-648425)
  4. Un zeste de télé réalité dans le débat, Le Temps
  5. Portrait : « Sa nuit, son œuvre » de Luc Le Vaillant, Libération du .
  6. « Taddéï, une famille formidable ! » dans Le Figaro-TV Mag du 8 octobre 2010.
  7. David Doucet, « Frédéric Taddeï défend la liberté d’expression et répond à Caroline Fourest », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  8. Anne Fulda, « Frédéric Taddeï, des livres comme des clefs », LeFigaro.fr,‎ (lire en ligne)
  9. Émission radiophonique de Joy Sorman sur France Inter, La Jeunesse, tu l'aimes ou tu la quittes, .
  10. Les contre-vérités de Caroline Fourest sur Frédéric Taddeï, Les Inrocks, 29 janvier 2014.
  11. Minds, « Frédéric Taddéï - Minds Agency », sur minds (consulté le 31 mai 2018)
  12. Frédéric Taddéi remplace Frédéric Beigbeder à GQ
  13. Jean-Philippe Louis, « Frédéric Taddeï remplace Frédéric Beigbeder à la direction de la rédaction de Lui », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  14. Keffer, The Night Day 2008-2016., Dragonfly, (ISBN 9788898565290, OCLC 953980886, lire en ligne).
  15. Keffer, « The Night Day », sur www.thenightday.com (consulté le 24 octobre 2017).
  16. « Europe 1 : Émilie Mazoyer à 21h en semaine, Nikos Aliagas à 11h le dimanche », sur www.ozap.com, (consulté le 27 juillet 2017).
  17. a et b « Frédéric Taddeï - Ojim.fr », Ojim.fr,‎ (lire en ligne)
  18. a, b, c et d « Frédéric Taddeï revient sur France 2 avec une nouvelle émission culturelle », dans lesinrocks.com le 31 août 2016.
  19. « Mathieu Kassovitz doute de la «version officielle» du 11 septembre », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  20. « Liberté d'expression et service public : Frédéric Taddeï face à Patrick Cohen », Acrimed | Action Critique Médias,‎ (lire en ligne)
  21. « France 2 arrête "Ce soir (ou jamais !)" », ozap.com,‎ (lire en ligne)
  22. « “Ce soir (ou jamais)”, c'est fini, mais Frédéric Taddeï reste sur France 2 », Télérama,‎ (lire en ligne)
  23. « Retour de Frédéric Taddeï sur France 2 avec "Hier, aujourd'hui, demain" », dans lexpansion.lexpress.fr le 16 septembre 2016.
  24. « A partir de ce soir, Frédéric Taddeï lâche l'actu pour les idées », Telerama,‎ (lire en ligne)
  25. « Frédéric Taddeï définitivement écarté de France 2 », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  26. a et b « Frédéric Taddeï va animer une émission de débats sur RT France », sur liberation.fr,
  27. a et b « Frédéric Taddéï aura son émission culturelle sur la chaîne russe RT France à la rentrée », sur huffingtonpost.fr,
  28. « Frédéric Taddeï animera quatre émissions hebdomadaires sur RT France », sur francais.rt.com,
  29. Vidéoclip Comme elle se donne de Jérôme Attal, réalisé par Frédéric Taddeï
  30. Frédéric Taddeï lance un site de débats dans Le Figaro du 26 octobre 2011
  31. Frédéric Taddeï et Newsring, c'est terminé dans Toute la télévision en France avec TéléObs et le Nouvel Observateur du 23 octobre 2013
  32. « Roselyne Bachelot au Haut conseil à l'égalité hommes-femmes », dans liberation.fr le 4 janvier 2013.
  33. « Le premier prix Philippe-Caloni », Scam, .

Liens externes[modifier | modifier le code]