Philippe Vecchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vecchi.
Philippe Vecchi
Naissance
Lyon , Rhône, France
Décès (à 53 ans)
Riorges, Loire, France
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Journaliste
Animateur de radio
Animateur de télévision
Spécialité Cinéma
Médias
Presse écrite Libération
Le Nouvel Observateur
Les Inrockuptibles
Télévision Canal+
Radio Radio Nova
France Inter
Europe 1

Philippe Vecchi, né le à Lyon et mort le à Riorges, est un journaliste, animateur de radio et de télévision et producteur de télévision français. Il est le frère d'Elsa Vecchi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après diverses expériences radio (dont Radio Bellevue, couplée à Radio Nova), Philippe Vecchi interrompt ses études de droit en 1987 pour intégrer la rédaction du nouveau quotidien Lyon-Libération à l'âge de 22 ans, où il écrit essentiellement sur la culture (cinéma, littérature, théâtre, jazz), mais aussi la politique.

En 1989, il intègre comme journaliste le service culture de Libération (édition nationale), où il traite du cinéma, de la musique et parfois la mode. Il quittera Libération au début de 1995. Certains de ses articles sont repris par la presse internationale, de la Pologne à l'Espagne (El Mundo[1]). Parallèlement, il écrit régulièrement pour Vogue, Glamour, Première, Rolling Stone, etc.

À la radio, il est chroniqueur cinéma chez Bernard Lenoir sur France Inter, qu'il quitte pour rejoindre la tranche matinale d'informations d'Europe 1.

À la télévision, il participe, à partir de 1992, à La Grande Famille sur Canal+ comme « chroniqueur médias » de Jean-Luc Delarue[2]. En 1994, il réalise les interviews filmées des Nuls, à la demande de ces derniers et du producteur Charles Gassot, pour la promotion nationale du film La Cité de la peur. Puis il crée (rédacteur en chef) avec Alexandre Drubigny (producteur) et Michel Hazanavicius (réalisateur) la quotidienne estivale de Canal+ C'est pas le vingt heures. Celle-ci connaît un tel succès qu'elle devient hebdomadaire à partir de la rentrée. À la demande d'Alain de Greef, il présente avec son ami Alexandre Devoise, de 1995 à 1997, La Grande Famille, qui réalise des performances remarquées.

En 1997, il bascule sur la tranche du soir de Canal+ pour produire et animer pendant trois ans Nulle part ailleurs 1re partie, toujours avec Devoise, émission dans laquelle se succèderont Jamel Debbouze qui s'y révèle chaque semaine, Omar et Fred qui y débutent ainsi que des artistes confirmés tels que Barry White, Julianne Moore, Johnny Hallyday, Sinéad O'Connor, Bret Easton Ellis, Björk, Monica Bellucci, Janet Jackson, Herbie Hancock, Françoise Sagan, Asia et Dario Argento, Tim Burton, Alain Bashung, le DJ et compositeur Laurent Garnier, Courtney Love, Hole, William Klein, Jeff Koons, NTM, Jennifer Lopez, Coralie Trinh Thi, The Roots, les Spice Girls, Michael Moore, Laetitia Casta, Albert Dupontel (pour qui il avait, à sa demande, réalisé en 1996 le dossier de presse de son brûlot culte Bernie), George Clooney, Helmut Newton, Juliette Gréco, Massive Attack, Karl Lagerfeld, Jean-Pierre Bacri, Joe Strummer, Arnold Schwarzenegger, Paolo Roversi, Woody Allen, Jay McInerney, Guillaume Depardieu, Wes Craven, Ellen von Unwerth, Gwen Stefani, John Carpenter, la top model Frankie Rayder, Emir Kusturica, Nozha Khouadra, Natalie Portman, Beck, David Bowie et plus de mille autres.

De juin 2000 à février 2001, il est directeur des programmes d'une chaîne Premium cinéma du bouquet satellite, arrêtée en raison d'un changement de direction. Il présente aussi seul chaque mois L'Appartement, le dimanche midi. En mars 2001, Canal+ lui confie la coprésentation, avec Isabelle Giordano, de Nulle part ailleurs cinéma, puis il anime seul dans la foulée la quotidienne + de cinéma sur proposition de Michel Denisot. Il produit en parallèle pendant une saison Le Journal du hard, réalisé par Bruno Piney, en collaboration avec l'agence de presse Capa.

En 2002, il quitte Canal+, quelque temps après le départ d'Alain de Greef et Pierre Lescure[3].

En 2003, il rejoint le supplément « TéléObs » du Nouvel Observateur, dans lequel il écrit des articles consacrés au cinéma et à la télévision (couvertures sur Gérard Lanvin et Marc-Olivier Fogiel), tout en assumant la fonction de chroniqueur hebdomadaire sous le label « Humeur » : « Veni Vidi Vecchi ». Il intervient à quelques reprises la même année dans VSD.

Il présente pendant plus d'un an un talk-show de société de deuxième partie de soirée sur France 3 Paris Île-de-France, les Dossiers de France 3.

En 2003-2004, il anime sur Radio Nova la quotidienne de 20 heures Le Nova Club, où il reçoit les artistes, politiques et écrivains du moment, mais aussi quelques noms en devenir. Il s'entretient par exemple, en exclusivité, avec Jacques Dutronc, pendant deux heures, et avec Corneille pour son tout premier live radiophonique en France. Il permet aussi à l'animatrice Alessandra Sublet de débuter dans les médias.

Au début des années 2000, il est en couple pendant un an et demi avec l'actrice pornographique Mélanie Coste[4],[5].

En 2006, il dirige temporairement le trimestriel international de luxe Double, auquel collaborent le producteur Yves Bigot (Endemol), l'écrivain Arnaud Viviant, le réalisateur Nicolas Saada et la journaliste Laurence Romance (Libération).

En 2008-2009, toujours au Nouvel Observateur, il collabore notamment à l'édition français de GQ, signant, entre autres, les articles de une sur Gad Elmaleh, Antoine de Caunes, Gérard Lanvin, Coluche ou Mélanie Coste. Il repasse par Libération pour des clins d'œil jazz (Herbie Hancock, Erykah Badu).

Début mai 2010, il réalise la couverture de Playboy France hommage à la photographe Bettina Rheims.

En 2010, il réalise tous les mois des interviews pour le magazine CHOBIX, magazine pornographique dans lequel on aura pu lire des articles ou des portraits d'Alain de Greef, de Thierry Ardisson, de Katsuni, de Coralie, etc.

En 2011, il intervient comme électron libre dans la nouvelle formule de l'hebdomadaire Les Inrockuptibles, avec une couverture consacrée à l'ex-Dorcel Girl, Yasmine, et titrée La Révolte d'une hardeuse[6]. En mai 2011, il consacre une page à la Miss météo montréalaise de Canal+, l'artiste-comédienne Charlotte Le Bon, dans le quotidien québécois La Presse[7]. En octobre 2011, il devient l'un des spécialistes des séries télévisées sur le site du Nouvel Observateur, teleobs.com[8].

En août 2012, il fait la couverture de GQ sur François Cluzet et se livre dans un entretien intimiste pour la sortie de Do Not Disturb, troisième film d'Yvan Attal.

En décembre 2014, il signe la couverture du numéro de GQ vouée à « l'homme de l'année », Omar Sy.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2002, il se marie avec Macha Polikarpova, actrice de nationalité russe et de citoyenneté estonienne[9] ayant joué dans de nombreuses séries AB Productions.

Mort[modifier | modifier le code]

Quelques mois après s’être séparé de sa compagne, il se suicide au domicile familial de ses parents à Riorges[10], situé en bordure de Roanne dans la Loire, le 24 octobre 2017[11]. Il a été retrouvé mort par ses parents[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Philippe Vecchi: Entrevista a Kieslowski. », el cine signo,‎ (lire en ligne)
  2. « Le journaliste Philippe Vecchi, ancien animateur de Canal+, est mort à 53 ans », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  3. « C'est la dernière de Philippe Vecchi », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  4. Philippe Vecchi, Mélanie, mon ange pervers, GQ, août 2008
  5. Quand Philippe Vecchi évoquait sa relation avec Mélanie Coste, actrice X, Gala, 25 bctobre 2017
  6. lesinrocks.com, 28 décembre 2011
  7. « Charlotte Le Bon: un soleil sur la Croisette | Philippe Vecchi, collaboration spéciale | Télévision », La Presse,‎ (lire en ligne)
  8. « Séries : Toutes les séries TV, le top séries du moment - TéléObs », sur Teleobs (consulté le 25 octobre 2017)
  9. L'Estonie, comme tous les anciens pays d'URSS, distingue la nationalité - c'est-à-dire l'origine ethnique - de la citoyenneté.
  10. « Veni Vidi Vecchi », sur Libération.fr, (consulté le 26 octobre 2017)
  11. « Philippe Vecchi s'est suicidé », sur Closer, (consulté le 25 octobre 2017)
  12. « L’ancien animateur de Canal+ Philippe Vecchi est mort », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]