Sophie Fontanel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontanel.
Sophie Fontanel
Sophie Fontanel à la foire du livre 2010 de Brive la Gaillarde.jpg

Sophie Fontanel à la foire du livre 2010 de Brive-la-Gaillarde.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Sophie Fontanel, née le à Paris[1], est une journaliste et écrivaine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille d’origine arménienne[2], elle grandit dans le 16e arrondissement avec son frère, de dix ans son aîné[1].

Sophie Fontanel est élève au lycée Molière de Paris[3]. Dans son roman La Vocation, elle retrace sa vie et évoque son destin de journaliste mode et ceux de sa grand-mère maternelle, Méliné Drezian (dentellière née en Arménie, exilée en Turquie, puis en France) et de sa mère, Knar, couturière émérite auto-rebaptisée Jacqueline pour « faire française »[4]. Sa grand-mère fuit le génocide arménien, selon la légende familiale avec une page de Vogue cachée dans sa manche. Son grand-père, professeur de littérature, devient menuisier pour la RATP puis ouvre un atelier d'ébénisterie rue d'Alésia. Sophie Fontanel possède toujours certains des fauteuils qu'il a conçus[5].

Elle commence à travailler, d'abord comme stagiaire à l'ONU, au service de terminologie afin d'unifier le langage institutionnel. À son retour à Paris, elle se tourne vers le journalisme[5].

Journaliste pour la presse écrite, elle collabore à plusieurs quotidiens nationaux (par exemple Le Matin de Paris à partir de 1985[5]) avant d'occuper le poste de rédactrice en chef adjointe de Cosmopolitan. Elle travaille ensuite comme grand reporter pour le magazine Elle après avoir été animatrice pendant trois ans à Canal+[6]Nulle part ailleurs[5]). Brièvement directrice de la mode de Elle, elle quitte ce journal le 1er avril 2015 et travaille à l'Obs[7]. Elle publie son premier roman en 1995. Sur Instagram, Sophie Fontanel est devenue une « influenceuse ». Elle explore le lien qui l’unit à ses 170 000 abonnés[8]. Elle est désormais journaliste à L'Obs[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Sacré Paul, NiL éditions, 1995
prix du premier roman 1995
  • Le plus jeune métier du monde, NiL éditions, 1999
  • Fonelle et ses amis, NiL éditions, 2002
  • L'Amour dans la vie des gens, Stock, 2003
  • Le Savoir-vivre efficace et moderne, NiL éditions, 2003
  • Fonelle est amoureuse, NiL éditions, 2004
  • Sublime Amour, Robert Laffont, 2005
  • Nouba chez les psys, J'ai lu, 2009
  • Otages chez les foireux, J'ai lu, 2009
  • À Moscou jusqu'au cou, J'ai lu, 2009
  • Grandir, Robert Laffont, 2010
prix « Le Prince-Maurice » du roman d'amour 2011
  • L'Envie, Robert Laffont, 2011
  • La Vocation, Robert Laffont, 2016
  • Une Apparition, Robert Laffont, 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nathalie Rouiller, « Sophie Fontanel : le gris lui sourit » sur Libération, 12 septembre 2017
  2. Sophie Fontanel, elle ne veut pas être Mme Sans Sexe, 10 septembre 2011, sur lejdd.fr
  3. Armelle Héliot, « Isabelle Nataf, la lumière et le courage », in Le Figaro, mercredi 15 mai 2012, p. 15.
  4. Gala, Amélie de Menou, lundi 21 décembre 2015
  5. a, b, c, d et e Françoise Dargent, « Sophie Fontanel, des racines et des ailes », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », vendredi 22 septembre 2017, page 50.
  6. Cette expérience lui a inspiré le sujet de son deuxième roman, Le plus jeune métier du monde
  7. Blog l'express, Géraldine Dormoy, publié le 10/01/2016
  8. Rue 89, 10 décembre 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]