Philippe Gildas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Philippe Gildas
Image illustrative de l'article Philippe Gildas
Philippe Gildas en 2010.

Nom de naissance Philippe Leprêtre
Naissance (80 ans)
Auray (Morbihan), France
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Autres activités Animateur de télévision
Animateur de radio
Médias
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite Combat
Télévision ORTF
Antenne 2
Canal+
Voyage
Paris Première
Vivolta
Comédie!
Radio RTL
Europe 1

Philippe Gildas, né Philippe Leprêtre le à Auray dans le Morbihan, est un journaliste, animateur de télévision et animateur de radio français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Philippe Leprêtre est l'aîné de sept frères. En 1960, il rencontre Jean Gouyé, le futur Jean Yanne, à qui il raconte qu'il est en train de rater ses études pour devenir professeur de lettres. Jean lui conseille de s'inscrire comme lui au Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris[réf. nécessaire].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, Philippe Leprêtre sort diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris et commence sa carrière journalistique comme secrétaire de rédaction au journal Combat.

Il travaille ensuite, à partir de Noël 1962, à la station RTL, pour laquelle il devient directeur de l’information. Jean Bardin, un animateur de Radio Luxembourg, lui demande son nom de radio : encore au service militaire, il lui faut un pseudonyme. Ayant déjà utilisé le prénom de son fils, Gildas, comme pseudonyme pour Combat, il devient Philippe Gildas le [réf. souhaitée].

En 1969, Philippe Gildas s’oriente vers la télévision et l’ORTF ; il accède, au bout de trois ans, au poste de rédacteur en chef. Il collabore, après la disparition de l'ORTF, à TF1, puis Antenne 2.

Années 1980[modifier | modifier le code]

En 1981, Philippe Gildas anime le jeu La Chasse au trésor sur Antenne 2. Cependant, son emploi du temps l'oblige à renoncer à cette présentation pour les saisons suivantes, au profit de Jean Lanzi, puis de Didier Lecat.

Dès 1985, il rejoint la première chaîne commerciale française Canal+, un an après son lancement. Il crée et produit le Top 50, présenté par Marc Toesca, et présente l'émission en plateau Direct Gildas, programmée à la mi-journée de 1985 à 1987.

L'aventure Nulle part ailleurs (1987-1997)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nulle part ailleurs.
Philippe Gildas (au fond à droite) avec l'humoriste Jean-Yves Lafesse dans un studio de la station de radio Europe 1 en .

En 1987, le directeur des programmes de Canal+, Alain de Greef, lui propose de présenter une nouvelle émission, Nulle part ailleurs, où il accompagne les invités au travers des sketches et des délires humoristiques d'une joyeuse troupe, dont les membres les plus éminents sont Les Nuls, puis avec celui qui devient le véritable numéro deux de l'émission, Antoine de Caunes (à l'origine, formant le groupe PAKG, lancé sur la station RFM ; composé également de Peter Stuart, Karl Zéro et Gilles Verlant). Philippe Gildas, en plus de son rôle d’intervieweur et d'animateur dans l'émission, joue le rôle de « tête de Turc » d'Antoine de Caunes, notamment dans la séquence de fin d'émission ou de Caunes interprète des personnages loufoques (avec des textes de Laurent Chalumeau et Albert Algoud).

En parallèle, Philippe Gildas crée sa propre société de production, Ellipse, qui produit la série des Aventures de Tintin en dessin animé pour la télévision. Il fait également quelques apparitions au cinéma.

En 1996, on lui signifie qu'il peut prendre sa retraite, mais il refuse, estimant que la vie est plus longue aujourd'hui, et surtout, qu'il a encore des choses à dire[réf. souhaitée]. En 1997, il quitte la présentation de Nulle part ailleurs, mais reste employé par le groupe Canal+. À la rentrée de , il anime la tranche de midi avec l'émission Un autre journal. La quotidienne a droit à deux saisons, avec Anne Depetrini[1].

Années 2000[modifier | modifier le code]

En , dans un contexte social et financier complexe, Canal+ nomme Philippe Gildas président de la chaîne d'information i>Télévision[2], fonction qu'il occupe jusqu'à l'arrivée de Xavier Couture à la tête du groupe audiovisuel, un an plus tard[3].

Par la suite, il se consacre à la production et la présentation d'émissions sur certaines chaînes éditées par Canalsat, telles que Chacun son monde sur la chaîne Voyage, puis, à partir de 2004, Vous prendrez bien un peu de recul sur Paris Première et, à partir de 2005, Vive la télé, toujours sur Paris Première, consacrée aux archives marquantes de la télévision française.

En 2007, aux côtés de Dominique Farrugia, Philippe Gildas soutient la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, et on le voit dans divers reportages, à plusieurs reprises, aux meetings de ce dernier[réf. souhaitée].

Création de Vivolta (2007)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vivolta.

Le , Philippe Gildas lance la chaîne de télévision Vivolta qui s'adresse prioritairement aux « seniors » (génération du baby-boom), c'est-à-dire les personnes de 45-65 ans.

Il présente la quotidienne, Gildas & Co, en compagnie de Jérôme Bonaldi, Laure Michel, Annette Burgdorf et de Vincent Ferniot jusqu'en janvier 2009. Jusqu'en mai 2009, il présente avec Sarah Doraghi une émission de débat hebdomadaire, intitulée Ne nous fâchons pas. Il présente ensuite, toujours avec Sarah Doraghi et en compagnie de Jérôme Bonaldi et de Peggy Olmi, une émission hebdomadaire intitulée, Alors… heureux ?

À l'origine, la chaîne devait s'appeler « Vista », Philippe Gildas étant dépositaire de cette marque commerciale depuis l'automne 2003. [Quand ?] Il dépose plainte contre l'entreprise Microsoft lorsque celle-ci lance son système d'exploitation Windows Vista pour violation du droit des marques et afin d'obtenir des dommages et intérêts contre le préjudice subi[4]. La plainte n'est pas conduite à son terme, en raison d'un accord à l'amiable avec la société américaine.

Années 2010[modifier | modifier le code]

Le , Philippe Gildas publie son autobiographie, Comment réussir à la télévision quand on est petit, breton, avec de grandes oreilles ?, aux éditions Flammarion, coécrit avec Gilles Verlant, biographe de Serge Gainsbourg qui a longuement collaboré avec Philippe Gildas sur Canal+.

À partir de la fin 2010, il participe à l'émission de Laurent Ruquier On n'demande qu'à en rire sur France 2 en tant que juré, d'abord régulièrement, puis occasionnellement.

Depuis le , il anime (première diffusion à 20 h 40) La fausse émission[5] sur Comédie!, un talk-show où, comme son nom l'indique, tout est faux, mais les invités (victimes) n'en savent rien. L'émission, censée être en direct, est émaillée d'interventions de chroniqueurs bidon, d'artistes improbables, d'incidents, et Philippe Gildas avec sa coanimatrice Lilou Fogli posent aux invités des questions plus absurdes les unes que les autres. Après le générique de fin, les invités prennent place dans un « confessionnal » (à la manière de Secret Story). Les premiers invités ont été Vanessa Demouy, Philippe Lellouche, Philippe Geluck et Guy Carlier.

Engagements[modifier | modifier le code]

En 1984, Philippe Gildas prend position pour l'école libre (école privée) lors de la crise de la réforme du gouvernement Mauroy à propos des deux écoles (libre et privée)[réf. nécessaire].

Il dénonce régulièrement la mainmise des syndicats à propos de négociations avec l'état, alors que ces derniers ne représentent qu'une minorité des travailleurs, inscrits comme cotisants, alors que le mieux serait de les organiser en corporations de métiers, encadrés par l'état[réf. nécessaire].

En 2002 et 2003, il soutient la politique du gouvernement Villepin pour ce qui concerne la réforme des retraites, et déclare qu'il montre lui-même l'exemple, ayant presque 70 ans à l'époque, estimant que les Français devaient travailler plus longtemps[réf. nécessaire].

En 2015, il conteste le principe de la laïcité, car il pense que les gens doivent s'exprimer librement, autant dans le domaine public, que privé[réf. nécessaire].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Philippe Gildas avec sa femme Maryse, en 2010.

Depuis 1984, Philippe Gildas est marié à Maryse Gildas, ancienne animatrice de radio sur Europe 1.

Émissions[modifier | modifier le code]

En tant qu'animateur à la télévision[modifier | modifier le code]

En tant qu'animateur à la radio[modifier | modifier le code]

En tant que participant[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Le moustique ;
  • 1996 : L'amour en prime.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Philippe Gildas et Gilles Verlant (préf. Antoine de Caunes), Comment réussir à la télévision quand on est petit, breton, avec de grandes oreilles, Paris, Éditions Flammarion, , 298 p. (ISBN 978-2700302035)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]