Actuel (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Actualité (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Actuel
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité mensuel
Genre contre-culture
Fondateur Claude Delcloo
Date de fondation 1967
Date du dernier numéro 1994
Éditeur Nova Press (1972-1994)
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Jean-François Bizot (1970-1994)
Rédacteur en chef Michel-Antoine Burnier puis Frédéric Joignot
ISSN (version électronique) 0587-2472
OCLC 421637286

Actuel est un magazine mensuel français fondé en 1967 qui a connu pas moins de quatre formats : d'abord dédié au free jazz et aux musiques alternatives, il devient en 1970 grâce à Jean-François Bizot, le principal périodique underground francophone. En 1979, il évolue en magazine de société « nouveau et intéressant », et connaît une dernière refonte dans les années 1990 avant de disparaître en décembre 1994.

Histoire[modifier | modifier le code]

Actuel première série (1967-1970)[modifier | modifier le code]

Dans sa première version, lancée en 1967, Actuel est d'abord une sorte de fanzine, imprimé et diffusé en indépendant, dirigé par Claude Delcloo, et spécialisé dans le jazz d’avant-garde, les musiques alternatives, etc. Il est associé dès le mois de mars au tout nouveau label BYG Records fondé par Fernand Boruso (un ancien employé du label de Claude Lelouch), Jean Luc Young et Jean Georgakarakos (les deux futurs fondateurs de Celluloïd).

Actuel, engagé à gauche, est alors destiné à la contre-culture et accompagne les événements de Mai 68. BYG organisa du 24 au 28 octobre 1969 le Festival Actuel à Amougies en Belgique, parce qu'interdit en France : on y vit Frank Zappa, Pink Floyd, Captain Beefheart, Soft Machine, Ten Years After, etc. Bientôt sous-titré « magazine des arts contemporains », Actuel s’ouvre au rock et à la culture hippie, ainsi qu’a des sujets de société comme la politique, la drogue et l’écologie. La maquette, sobre, en noir et blanc, est réglée par Roger Tallon. Les articles, sont pour la plupart non signés, issus de traductions de magazines alternatifs américains comme Oz ou IT; Delcloo gère les entretiens, Patrick Rambaud les pages livres, Gérard Jourd'hui et Philippe Aubert y contribuent également. Le siège parisien est au 60 rue de Richelieu. Jacques Bisceglia a fourni beaucoup de photographies.

Actuel deuxième série (1970-1975)[modifier | modifier le code]

En mai 1970, Jean-François Bizot, alors journaliste, entre à la rédaction aux côtés de Delcloo, et va, tout en restant proche du courant initial, donner un nouvel essor au magazine. En octobre, il reprend les commandes, et lance une nouvelle série et maquette, avec en couverture des dessins de Robert Crumb, un titre de une centré sur « les communautés contre la famille » et une quatrième offerte au Push Pin Studio (en) montrant The Rolling Stones : le ton est donné. Le prix du mensuel est fixé à 3 francs pour 64 pages en noir et blanc avec un cahier couleur au tons dégradés très « psychédéliques », il évolue jusqu'à 5 francs dès 1974, passant par un format 24,5 x 32 cm en 1973 entièrement en couleur, pour revenir ensuite au 21 x 27,7 d'origine.

En 1972, une société d'édition est fondée par Bizot appelée Nova Press[1].

L'équipe d'Actuel entre 1970 et 1975 est notamment composée de Michel-Antoine Burnier (rédacteur en chef), Patrick Rambaud, Yves Frémion et Bernard Kouchner (resté une année), Claudine Maugendre (maquettiste puis directrice de la photo), Jean-Pierre Lentin, Dominique Lacout, Léon Mercadet, Patrice Van Eersel, Patrick Zerbib, Jean Rouzaud, Jean-Paul Ribes, Yves Simon, entre autres[2]. L'équipe s'amuse à se composer des pseudonymes collectifs facétieux : ainsi Bernard de Burnebise est un mélange de Bizot, Kouchner et Burnier ; Jean-François Ramburne c'est Bizot, Burnier et Rambaud. Le siège déménage au 2 impasse Lebouis où sont organisés des fêtes-bouclages mémorables.

Actuel publie dès la fin 1970 de la bande dessinée, et fait connaître au public français des classiques traduits de l'underground américain. Il édite des numéros hors-série sous forme d'albums signés Crumb, entre autres, mais aussi des ouvrages (recueils d'entretiens, guide Actuel de bons plans).

Les illustrateurs, issus de la nouvelle génération américaine, sont à cette époque : Ron Cobb, Richard Corben, Robert Crumb, Gilbert Shelton, S. Clay Wilson ; parmi les Français, on compte Marcel Gotlib, Bruno Blum, Philippe Cousin, Mandrika, et bien d'autres.

Le magazine tire sa révérence en octobre 1975 (n°58) — avec une reprise retouchée de la couverture du n°4 (janvier 1971) —, d'une façon inattendue puisque le journal se saborde, estimant ne pas se renouveler et ne rien avoir à dire dans l'immédiat, et ce, la première année où le journal est bénéficiaire[3] !

Actuel troisième et quatrième série (1979-1994)[modifier | modifier le code]

Après deux almanachs (1977 et 1978), Actuel renaît de ses cendres en octobre 1979 au 33 rue du Faubourg Saint-Antoine, dans le quartier de la Bastille (11e arrondissement). Le noyau des journalistes fondateurs se reforme avec le renfort d'une nouvelle génération de plumes, dirigés par Bizot, directeur, et Michel-Antoine Burnier, responsable de la rédaction. Le magazine s'impose comme le mensuel branché et agitateur d'idées des années 1980[3] avec succès puisque le tirage dépasse en moyenne les 250 000 exemplaires. Emile Laugier créé la maquette originale et assure la direction artistique (1979-1985). Fabrice Pernisco lui succède (1985-1990). A son départ, Jean-François Bizot commande à Neville Brody une nouvelle formule (1991), puis rappelle Emile Laugier (1992-1994).

Actuel est, dans les années 1980, le seul magazine français, avec L'Express, a entreprendre d'ambitieux reportages d'investigation ou de société, souvent décalés, insolents, surprenants, sur des sujets totalement inédits. Comme le souligne Vincent Bernière, on est entre les voyages extraordinaires d'un Jules Verne qui aurait croisé sur une route perdue Hunter Thompson et le côté Pulitzer dans le sérieux des comptes-rendus[4].

Il disparaît finalement en décembre 1994 après avoir lancé une dernière formule. Un nouvel almanach paraît en 1998 titrant sur l'an 2000. L'équipe du mensuel, toujours autour de Bizot, avait lancé entre temps Radio Nova (1981) puis Nova Production (1992).

En janvier 1995 sort Nova magazine, mensuel culturel urbain des sorties parisiennes, destiné aux publics des 18-35 ans, inspiré de Time Out dont les rédacteurs en chef furent Patrick Zerbib (présent aux débuts d’Actuel) puis Vincent Borel, entre autres. Le mensuel disparaît en décembre 2004.

Actuel a plusieurs fois parodié d'autres périodiques (la couverture de L'Express pour un « numéro copié-cochon », L'Hibernation pour Libération, Chienlit Hebdo pour Charlie Hebdo, etc.). Le journal est à ce titre une source directe d'inspiration avouée pour le collectif Jalons, mais aussi pour Canal+ via Bernard Zekri entre autres. Il l'est aussi pour une jeunesse qui ne l'a pas connu directement, par exemple pour le fondateur de So Foot et Society[5] : l'esprit Actuel, s'il semble traverser les décennies, a durablement marqué le paysage médiatique français.

Jean-François Bizot est décédé d'un cancer le .

Contributeurs récurrents (1979-1994)[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le clin d'œil au livre Nova Express de William Burroughs est clairement assumé par Bizot dans l'éditorial du mensuel.
  2. Actuel
  3. a et b Nécrologie de Jean-François Bizot dans Libération du liberation.fr
  4. In: Actuel, les belles histoires (2011), biblio.
  5. « Society veut dépoussiérer le marché des news magazines », In: Le Figaro, 6 mars 2015, en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]