Fontiers-Cabardès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fontiers-Cabardès
Fontiers-Cabardès
Blason de Fontiers-Cabardès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Intercommunalité Communauté de communes de la Montagne noire
Maire
Mandat
Gilbert Joseph Plagnes
2020-2026
Code postal 11390
Code commune 11150
Démographie
Gentilé Fontiérais
Population
municipale
450 hab. (2019 en augmentation de 1,35 % par rapport à 2013)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 14″ nord, 2° 14′ 55″ est
Altitude Min. 438 m
Max. 803 m
Superficie 8,46 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Carcassonne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Malepère à la Montagne Noire
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontiers-Cabardès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontiers-Cabardès
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Fontiers-Cabardès
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Fontiers-Cabardès
Liens
Site web https://www.fontiers-cabardes.com/
Le bosquet André Le Nôtre, place centrale du village.

Fontiers-Cabardès Écouter est une commune française située dans le nord-ouest du département de l'Aude en région Occitanie.

Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie de la Montagne Noire, un massif montagneux constituant le rebord méridional du Massif Central. Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par la Dure, le Linon et par un autre cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Fontiers-Cabardès est une commune rurale qui compte 450 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 1 127 habitants en 1861. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Carcassonne. Ses habitants sont appelés les Fontiérais ou Fontiéraises.

Le patrimoine architectural de la commune comprend un immeuble protégé au titre des monuments historiques : l'église Saint-Clément, inscrite en 1948.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fontiers-Cabardès est une commune située dans le Cabardès à 25 km de Carcassonne sur un mamelon élevé de la Montagne Noire dominant les vallées de l'Aude, la chaine des Pyrénées et des Corbières, belle vue à l'est sur le pic de Nore (1 210 m). Le village est borné au nord et à l'ouest par les forêts de Ramondens et de la Loubatiere.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fontiers-Cabardès[1]
Lacombe
Saint-Denis Fontiers-Cabardès Cuxac-Cabardès
Brousses-et-Villaret Fraisse-Cabardès
(par un quadripoint)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Fontiers-Cabardès se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans la région hydrographique « Côtiers méditerranéens »[3], au sein du bassin hydrographique Rhône-Méditerranée-Corse[4]. Elle est drainée par la Dure, le Linon et le ruisseau du Pousset, qui constituent un réseau hydrographique de 7 km de longueur totale[5],[Carte 1].

La Dure, d'une longueur totale de 26,9 km, prend sa source dans la commune de Laprade et s'écoule vers le sud. Elle traverse la commune et se jette dans la Rougeanne à Montolieu, après avoir traversé 8 communes[6].

Le Linon, d'une longueur totale de 11,3 km, prend sa source dans la commune de Lacombe et s'écoule vers le sud. Il traverse la commune et se jette dans la Dure à Saint-Denis, après avoir traversé 4 communes[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 235 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,8 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[8]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer[9].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[8].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[11] complétée par des études régionales[12] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Cuxac-Cabardes », sur la commune de Cuxac-Cabardès, mise en service en 1991[13] et qui se trouve à 3 km à vol d'oiseau[14],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,2 °C et la hauteur de précipitations de 972,7 mm pour la période 1981-2010[15]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Carcassonne », sur la commune de Carcassonne, mise en service en 1948 et à 19 km[16], la température moyenne annuelle évolue de 13,7 °C pour la période 1971-2000[17], à 14,1 °C pour 1981-2010[18], puis à 14,5 °C pour 1991-2020[19].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte de la ZNIEFF de type 2 localisée sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 4] est recensée sur la commune[20] : la « montagne Noire occidentale » (24 257 ha), couvrant 26 communes dont 25 dans l'Aude et 1 dans le Tarn[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fontiers-Cabardès est une commune rurale[Note 5],[22]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[I 1],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Carcassonne, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (50,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (50,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46,6 %), terres arables (25 %), prairies (16,5 %), zones agricoles hétérogènes (9 %), zones urbanisées (2,8 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Fontiers-Cabardès est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, la rupture d'un barrage, et à un risque particulier : le risque de radon[25]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[26].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Dure et le Linon. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1992, 1999, 2009, 2011 et 2018[27],[25].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Fontiers-Cabardès.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 10,3 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (75,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 292 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 11 sont en en aléa moyen ou fort, soit 4 %, à comparer aux 94 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[28],[Carte 3].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est en outre située en aval du barrage de Laprade, de classe A[Note 7], mis en eau en 1984, d’une hauteur de 30,9 mètres et retenant un volume de 8,8 millions de mètres cubes. À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture de cet ouvrage[30].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Fontiers-Cabardès est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[31].

Histoire[modifier | modifier le code]

La tour de l'horloge, faisant partie de l'ancien château de Fontiers-Cabardès.

Fontiers est fondée en 1203 par des seigneurs du voisinage : Sicard de Puylaurens et Éleazar d'Aragon. Il est réuni à la couronne de France à la suite de la conquête de la croisade des Albigeois.

La commune de Fontiers était formée primitivement de plusieurs hameaux, souvent assez éloignés les uns des autres : Fontiers, Lacombe, les Bordes, la Fonde, la Canade, la Coulagne. Le roi de France Philippe le Bel avait donné aux habitants de Fontiers et de Saint-Denis, villages créés comme il le spécifiait dans sa charte pour le défrichement des forêts, le droit de prendre du bois pour construire leurs habitations. Il voulut réglementer cette autorisation à cause des abus qui se produisaient et en chargea le sénéchal de Carcassonne en février 1307.

Pierre de Rochefort, évêque de Carcassonne créa un peu plus tard en 1315 la Chartreuse de La Loubatière dans la forêt du même nom situé à proximité de Fontiers. La forêt de la Loubatière appartenait à l'évêque de Carcassonne, les bornes en pierre qui marquaient ses limites étaient ornées de la crosse épiscopale. La forêt est devenue domaniale en 1791[32].

En 2009,à peu de distance de la maison forestière (qui a remplacé la ferme des Chartreux) subsistent les ruines isolées, couvertes de lierre, d'une église ; cet édifice dépendait de la Chartreuse ; elle portait le nom de Notre-Dame-de-Beaulieu, puis celui de Sainte-Marie-de-la-Loubatière ; une fontaine source abondante et glaciale, près de la maison forestière fut établie au milieu du cloître de la Loubatière en 1332 à la suite d'une donation de Pierre Dejean, évêque de Carcassonne[33].

Après l'inauguration en 1975 de l'usine de salaisons du Languedoc (S.O.S.A.L), un nouveau quartier fut créé au début des années 1980 sur la partie haute du village, qui donna naissance au lotissement de Fontiers-Plaisance.

En août 2000 eut lieu sur les territoires de Fontiers-Cabardès et Brousses-et-Villaret (commune limitrophe) une Rave party ou Tecknival (fête de la musique techno) sauvage. Plus de 15 000 raveurs pendant cinq jours firent la fête jour et nuit au son d'une musique assourdissante. Le maire de Fontiers devant l'ampleur de la situation, pris le parti d'acheter une pompe à eau dans le but d'utiliser un ancien captage d'eau situé en contrebas du champ occupé par les raveurs.

Après la manifestation le nettoyage des lieux fut assuré en partie par des détenus de la maison d'arrêt de Carcassonne en fin de peine[34].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Fontiers-Cabardès est membre de la communauté de communes de la Montagne noire[35], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Les Ilhes. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[36].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Carcassonne, au département de l'Aude, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Occitanie[35].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de la Malepère à la Montagne Noire pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[35], et de la troisième circonscription de l'Aude pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[37].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1931 1937 Maurice Istria SE  
1937 1943 Louis Valette SE Docteur
1943 1989 Victor Bonnafous DVD Imprimeur, conseiller général du canton de Saissac
1989 2014 Yves Bonnafous DVD Ancien secrétaire général de la CCI de Carcassonne
2014 en cours Gilbert Plagnes SE Ancien fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Les juridictions compétentes pour la commune de Fontiers-Cabardès sont le tribunal d'instance de Carcassonne, le tribunal de grande instance de Carcassonne, la cour d'appel de Montpellier, le tribunal pour enfants de Carcassonne, le conseil de prud'hommes de Carcassonne, le tribunal de commerce de Carcassonne, le tribunal administratif de Montpellier et la cour administrative d'appel de Marseille.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[39]. En 2019, la commune comptait 450 habitants[Note 8], en augmentation de 1,35 % par rapport à 2013 (Aude : +2,52 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8399381 0081 0351 0991 0731 0771 1131 104
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1221 127459434431387378368365
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
370336348282248235227245237
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
305205245307306324407419440
2017 2019 - - - - - - -
454450-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village possède une école maternelle et primaire. Le collège Antoine Courrière se situe à 3,5 km.

Festivités et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Depuis 2019, « Le chat barré, » un cabaret champêtre ouvre ses portes pendant la saison estivale[42].
  • La fête du village a lieu chaque année en août
  • Le Triathlon de la Montagne Noire, la première semaine d'août
  • Deux vides greniers sont organisés sur le bosquet en avril et juillet
  • Toute l'année des concerts sont programmés au Club 620 (bar-restaurant musical). Depuis le début des années 80, ce lieux emblématique de la Montagne Noire, a vu passer de nombreux artistes, dont le célèbre guitariste et chanteur britannique, Kevin Ayers (1944-2013) qui résidait dans la commune voisine de Montolieu[43],[44].

Sports[modifier | modifier le code]

Après une coupure de près de 20 ans, la 2e édition du Triathlon de la Montagne Noire est de retour en 2010 sous l'impulsion du Comité des Fêtes, d'André Cano et du Club de Tri de Carcassonne.

Au fil des ans, l'épreuve est devenue un moment clé de l'été (toujours le premier week-end d'août) en accueillant de 70 athlètes lors de la première édition à plus de 800 de nos jours. En 2015, une association distincte du comité des fêtes est créée pour gérer l'épreuve et développer le tourisme sportif.

En 2018 l'association Sport en Montagne Noire, sous la présidence de Bertrand Avignon, devient le premier club de triathlon de la Montagne Noire et a pour ambition devenir un centre d'entraînement pour Paris 2024.

En novembre 2019, à l'occasion du Congrès des maires, le Comité d'organisation des Jeux olympiques Paris 2024 a révélé la liste des 500 premières communes labellisées Terre de Jeux 2024 ; Fontiers-Cabardès est le premier village d'Occitanie (moins de 1000 habitant) à être labellisé pour participer à l'aventure olympique.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 188 ménages fiscaux[Note 9], regroupant 437 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 17 950 [I 4] (19 240  dans le département[I 5]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 6] 9,5 % 8,7 % 10,7 %
Département[I 7] 10,2 % 12,8 % 12,6 %
France entière[I 8] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 261 personnes, parmi lesquelles on compte 76,8 % d'actifs (66 % ayant un emploi et 10,7 % de chômeurs) et 23,2 % d'inactifs[Note 10],[I 6]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui du département, mais supérieur à celui de la France.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Carcassonne, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 4],[I 9]. Elle compte 73 emplois en 2018, contre 70 en 2013 et 57 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 173, soit un indicateur de concentration d'emploi de 42 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 54,9 %[I 10].

Sur ces 173 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 60 travaillent dans la commune, soit 34 % des habitants[I 11]. Pour se rendre au travail, 85,7 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 9,7 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 4,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 12].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

32 établissements[Note 11] sont implantés à Fontiers-Cabardès au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 12],[I 13].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 32
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
1 3,1 % (8,8 %)
Construction 5 15,6 % (14 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
10 31,3 % (32,3 %)
Information et communication 1 3,1 % (1,6 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
5 15,6 % (13,3 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
6 18,8 % (13,2 %)
Autres activités de services 4 12,5 % (8,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 31,3 % du nombre total d'établissements de la commune (10 sur les 32 entreprises implantées à Fontiers-Cabardès), contre 32,3 % au niveau départemental[I 14].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Le village compte quelques commerces et services : épicerie-tabac-laverie, bar/restaurant, restaurant, agence postale, bibliothèque, dentiste, ostéopathe, plusieurs gites et chambres d'hôtes.

À la suite de la fermeture de l'usine de salaisons Campofrio Montagne Noire début 2005, un projet de golf 18 trous porté par le groupe Lacoste[45] est en cours depuis octobre 2006 sur le site des Augers sur près de 230 hectares[46].

Agriculture[modifier | modifier le code]

1988 2000 2010
Exploitations 9 9 8
Superficie agricole utilisée (ha) 391 455 330

La commune fait partie de la petite région agricole dénommée « Montagne Noire »[47]. En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 13] sur la commune est l'élevage d'ovins et de caprins[48]. Huit exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune sont dénombrées lors du recensement agricole[Note 14] de 2010 (neuf en 1988). La superficie agricole utilisée est de 330 ha[48].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Clément.
  • Le Bosquet Le Nôtre est la place principale du village. Il aurait été dessiné par le célèbre jardinier André Le Nôtre (1613 - 1700), dont une rue à proximité porte son nom, quand Pierre-Paul Riquet (1604-1680) qui résidait au château de Fontiers (il en reste La Tour de l'Horloge) a entrepris la création de "la Rigole de la montagne" située à « La prise d'Alzeau » sur la commune voisine de Lacombe, à l'époque faisant partie de Fontiers-Cabardès.
  • La Rigole de la montagne permet d'alimenter le canal du Midi en eaux venues de la Montagne Noire.
  • L'église Saint-Clément. L'église (à l'exception du porche) est inscrite aux monuments historiques depuis le . Elle possède une nef à quatre travées charpentée sur arcs diaphragmes et quatre chapelles du XVIe siècle, un chevet à cinq pans, des chapiteaux corinthiens, six chapelles latérales, une chapelle au nord du chœur 1535/1537, un clocher de 17 cloches fondues en 1974 par le fondeur Dominique Bolife, et des piliers du chevet antérieurs au XVIe siècle.
  • La Tour de l'horloge datant du XVIe siècle et mesurant 18 m de haut. À côté se trouve une fontaine de 1727 dont la partie supérieure a été refaite en 1821 sur la place de l'Aubépine. La tour est classée à l'inventaire des monuments historiques.
  • L'ensemble des 3 Fontaines de la Samaritaine (1834/1854/1871) dont deux ont été bâties par l'abbé Escribe. Celle de 1871 est inscrite à l'inventaire du patrimoine depuis 1944.
  • Le monument aux morts, situé sur le bosquet du village[50]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Étienne Roques (1777-1852), instituteur et secrétaire de la mairie de Fontiers de 1801 à 1845[51]
  • Joseph-Charles Scheurer (1840-1901) : musicien, compositeur, organiste, maitre de chapelle à la cathédrale Saint-Michel de Carcassonne ; il repose au cimetière du village.
  • Jacques Ourtal (1868-1962) : peintre, il a fréquenté Toulouse-Lautrec, Van Gogh et Villette. Il réalise de grandes compositions pour les églises, des portraits ou des décors pour « l'hôtel de La Cité » (les 4 époques de La Cité) son tableau: « Le lavoir de Fontiers » (1908)[52] après avoir orné le bureau du procureur de la république se trouve exposé au musée des beaux arts de Carcassonne, qui possède également une huile sur toile intitulée, « Le boulanger de Fontiers » (1915). Une rue du village porte son nom, où était situé son atelier.
  • René Nelli (1906-1982) : philosophe, poète, historien et écrivain, séjourna souvent dans le village, notamment chez Pierre et Suzon Bru, au domaine de « Pantouquet ». En 1962, il dédia un poème à ses hôtes et au village, intitulé « Gouttes d'été »[53].
  • Charles-Pierre Bru (1913-1998) : philosophe, peintre de l'abstraction et du surréalisme, ami des écrivains René Nelli et Joë Bousquet, il a créé la majorité de ses œuvres dans son atelier situé au domaine de « Pantouquet » à Fontiers[54]. Il repose au cimetière du village.
  • Félix Bergèze (1914-2003) : joueur et entraîneur de rugby à XIII à l'ASC de Carcassonne avec laquelle il remporta de nombreux titres de champion ou des coupes de France (Lord Derby), il a été surnommé « le Basque bondissant » ou« le Sorcier ». Il repose au cimetière du village.
  • Marcel Forrieres (1914-1986) : après avoir été ordonné prêtre en 1941, il devient secrétaire particulier de Mgr Charles-Albert Gounot, et vicaire de la cathédrale Saint-Vincent de Paul de Tunis. De retour en France, il sera curé de Fontiers, et des villages aux alentours de Saint-Denis, Brousses-et-Villaret et Lacombe, de 1964 à 1986. Sa forte personnalité a marqué ses paroissiens qui firent une souscription, en son hommage, pour apposer une plaque commémorative visible dans l'entrée de l'église Saint-Clément.
  • Jacques Sudan (1917-1993) : journaliste à l'O.R.T.F. Toulouse-Pyrénées, y acquit une maison en 1968 et fit partie du conseil municipal avec lequel il relança le foyer rural avec M. Espanol, secrétaire, pour quelques années. Durant son activité « journalistique », de nombreux reportages furent réalisés aux alentours sur le thème de l'agriculture avec l'appui de Victor Bonnafous alors maire.
  • Henri Tort-Nouguès (1921-2001) : professeur de philosophie, ancien grand-maître de la Grande Loge de France (1983-1985), président du festival de La Cité de Carcassonne (1996-1999). Le foyer du village (où il possédait une maison) porte son nom. À cet endroit, il donnait chaque été une conférence sur des thèmes aussi variés que « Napoléon n'a jamais existé », « l'homme, la culture, la gastronomie » ou « Embarquement pour Cythère »[55].
  • Edouard Ponsinet (1923-2006) surnommé « Ponpon » : joueur et entraineur de rugby à XIII à l'ASC de Carcassonne et au FC Lézignan, International, 18 sélections en équipe de France, il fut conseiller municipal de Fontiers-Cabardès.
  • Simon Cadell (1950-1996) : acteur britannique. Il posséda au début des années 90, le « domaine de Clément », situé à l'orée de la forêt de la Loubatière[56].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Fontiers-Cabardès

Son blasonnement est : de sable au pal d'argent.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • collectif, Montagne Noire, regards sur un patrimoine, Éditions Loubatières 2009, p. 80 (ISBN 978-2-86266-586-3)
  • Alphonse MAHUL, Cartulaire et Archives des Communes de l'ancien diocèse et de l'arrondissement administratif de Carcassonne , Fontiès-Cabardès. Éditions V. Didron, Paris, 1863, volume 4, p. 429-446 (lire en ligne)
  • collectif (Opération vilatges al païs), Le canton de Saissac, Fédération Audoise,
  • Bernard Blancotte, Montagne Noire en Languedoc, Éditions F.D Toulouse 1970, p 195-196

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[10].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Le classement des barrages est fonction de deux paramètres : hauteur et volume retenu[29].
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  9. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  10. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  11. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  12. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  13. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  14. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[49].
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Fontiers-Cabardès » sur Géoportail (consulté le 7 décembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le )
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  4. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Fontiers-Cabardès » (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Aude » (consulté le ).
  6. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Fontiers-Cabardès » (consulté le ).
  7. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans l'Aude » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Fontiers-Cabardès » (consulté le ).
  11. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  12. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  13. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Fontiers-Cabardès » (consulté le ).
  14. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans l'Aude » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. « Découpage en régions hydrographiques », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le )
  4. « Désoupage en territoires SDAGE/DCE du bassin Rhône-Méditerranée-Corse », sur www.rhone-mediterranee.eaufrance.fr, (consulté le )
  5. « Fiche communale de Fontiers-Cabardès », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  6. Sandre, « la Dure »
  7. Sandre, « le Linon »
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  10. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  11. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  12. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  13. « Station Météo-France Cuxac-Cabardes - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. « Orthodromie entre Fontiers-Cabardès et Cuxac-Cabardès », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France Cuxac-Cabardes - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  16. « Orthodromie entre Fontiers-Cabardès et Carcassonne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  17. « Station météorologique de Carcassonne - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Station météorologique de Carcassonne - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Carcassonne - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Liste des ZNIEFF de la commune de Fontiers-Cabardès », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF la « montagne Noire occidentale » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Fontiers-Cabardès », sur Géorisques (consulté le )
  26. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  27. « Dossier départemental des risques majeurs dans l'Aude », sur www.aude.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  28. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  29. Article R214-112 du code de l’environnement
  30. « Dossier départemental des risques majeurs dans l'Aude », sur www.aude.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  31. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  32. Société d'études scientifiques de l'Aude, « Fontiers-Cabardès », sur http://www.sesa-aude.fr
  33. Sources:Dr Charles Boyer, bulletins de « la Société d’Études Scientifiques de L'Aude » (S.E.S.A) tome 43:1949, tome 59:1958
  34. Sources:Quotidiens « Le Monde », « Libération» du 22.08.2000, « Midi-Libre » du 21 et 25.08.2000
  35. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Fontiers-Cabardès », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  36. « communauté de communes de la Montagne noire - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  37. « Découpage électoral de l'Aude (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  42. « Le chat barre, cabaret champêtre » (consulté le )
  43. Susan, « Kevin Ayers and Stf Delattre in Languedoc Roussillon », sur kevinayers.org, (consulté le )
  44. « Kevin Ayers interview 2008 », sur https://www.ccma.cat/tv3/, (consulté le )
  45. Professeur Canardeau, « Des 18 trous, des 18 trous, toujours des 18 trous.. », Le Canard enchainé,‎
  46. Bruno Huet, « Fontiers-Cabardès. Dialogue de sourds autour de Catherine Lacoste », sur ladepeche.fr, (consulté le )
  47. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  48. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Fontiers-Cabardès - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  49. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  50. Bruno Devillers, « Les monuments aux morts - Fontiers Cabardès », sur https://monumentsmorts.univ-lille.fr, (consulté le )
  51. https://archivesdepartementales.aude.fr/affaires-communales, Fontiers-Cabardès, Registre de Délibérations Communales (10/05/1843 - 24/08/1849), p.32: "délibération concernant le sieur Roques"
  52. Marie-Noëlle Maynard, Répertoire des peintures des 20e et 21e siècles du musée des beaux-arts et de la ville de Carcassonne, Carcassonne, Imprimerie Antoli, , 1 p., p.47
  53. Collectif, Guide Aude, Pays Cathare, Paris, Gallimard, , 288 p. (ISBN 2-7424-1249-2), p.111
  54. « Charles-Pierre Bru Les tables de la loi & le veau d’or de la matière », sur www.espritsnomades.net (consulté le )
  55. Jean-Laurent Turbet, « Hommage à Henri Tort-Nouguès le 19 octobre 2013 à la Grande Loge de France. », sur http://www.jlturbet.net (consulté le )
  56. (en) Brian Slade, « Simon Cadell », sur https://televisionheaven.co.uk (consulté le )