René Nelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Nelli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
CarcassonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

René Nelli, né le 20 février 1906 à Carcassonne et mort le 11 mars 1982 à Carcassonne, inhumé au cimetière de Saint-Vincent dans cette même ville, est un poète occitan, philosophe et historien du catharisme[1]. Il fut le spécialiste du Moyen Âge occitan, de sa métaphysique, de sa poétique et de l’amour courtois[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur ès lettres, professeur de lettres et de philosophie au lycée de Carcassonne puis d'ethnographie méridionale à la faculté des lettres de l'Université de Toulouse, poète[3] essayiste, hermétiste, René Nelli est surtout connu pour ses travaux sur la culture occitane et sur le catharisme.

René Nelli aimait à dire qu'il était descendant d'une famille de sculpteurs florentins installés dans l'Aude au XVIe siècle. En fait, son grand-père, Isidore Nelli, sculpteur et architecte venu de la région de Carrare, avait participé à la construction du Palais de Justice de Carcassonne, puis fait bâtir en 1889 la maison au 24 de la rue du Palais[4]. Le père de René Nelli, Léon, architecte également, érudit, possédait une collection de manuscrits et une bibliothèque importante, vendue au Conseil général de l'Aude en 1926.

Dans les années 1928-1930, et jusqu'en 1950, René Nelli a été très lié avec le poète Joë Bousquet et a pris à ses côtés une part active à l'élaboration du « surréalisme méditerranéen ». Ce mouvement se développait alors, un peu en marge du surréalisme parisien, à Marseille dans Les Cahiers du Sud, et à Carcassonne autour de la revue Chantiers.

Il a participé très activement à la revue d'ethnologie méridionale Folklore, fondée par Fernand Cros-Mayrevieille, et a joué un rôle important en ce qui concerne la connaissance de la culture occitane, notamment en participant à la fondation avec Jean Cassou en 1945, à Toulouse, de l’Institut d'études occitanes. Il s'est intéressé aussi à d'autres littératures (voir par ex. Poètes italiens de l'amour et de l'obscur (XIIIe-XIVe siècles), numéro spécial SUD, 1974, avec Jean-Charles Vegliante).

Il a consacré de nombreux ouvrages au catharisme. Il fonda aussi en 1981 le Centre national d'études cathares, devenu ensuite Centre d'études cathares, dont le tribunal de grande instance a prononcé la liquidation le mardi 11 janvier 2011, faute de moyens pécuniaires suffisants après trente ans d'activité.

Comme Fernand Niel, et beaucoup d'autres, il fit ses premiers pas dans l'étude du catharisme en fréquentant Déodat Roché.

Sa maison, située dans le quartier du Palais à Carcassonne, léguée au Conseil général de l'Aude par sa veuve Suzanne Ramon, décédée le 24 août 2007, doit devenir le musée René Nelli, musée du catharisme, pour présenter l'ensemble de son œuvre.

Vers un futur musée Nelli ?[modifier | modifier le code]

Les archives départementales de l'Aude poursuivent l'analyse et le classement du fonds Nelli, issu de la maison de l'écrivain à Carcassonne et légué au conseil général depuis le début de l'année 2008. « Parmi les plus belles découvertes, il faut citer des manuscrits non édités de René Nelli et des originaux de Joë Bousquet », signale Sylvie Caucanas, la directrice. Quant à la muséographie du site, elle n'a pas encore été décidée, et la reconversion de la maison Nelli en musée pourrait donc être retardée de trois ans[5].

L'Association d'études du catharisme - René Nelli[modifier | modifier le code]

À la suite de la disparition du Centre d'études cathares, fondé par René Nelli, l'Association d'études du catharisme - René Nelli, fondée en 2011, s'est donné pour but de poursuivre les travaux de Nelli et de faire connaître son œuvre. « Elle a pour objet de recueillir, diffuser, partager et vulgariser les connaissances scientifiques pluridisciplinaires sur le catharisme et les dissidences médiévales dans leurs contextes, afin de concourir à la valorisation des patrimoines et des territoires ». Elle est présidée par Philippe Ramon, neveu de René Nelli.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « C'est à la civilisation musulmane d'Espagne que la sensibilité occitane doit de s'être éveillée si tôt. »[6]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Amour et les mythes du coeur (1952)
  • Le Languedoc et le Comté de Foix, le Roussillon, Paris, Gallimard, 1958
  • Écritures cathares. La Cène secrète : Le Livre des deux principes : Traité cathare : Le Rituel occitan : Le Rituel latin : textes précathares et cathares présentés, traduits et commentés avec une introduction sur les origines et l'esprit du catharisme (1959) (Monaco, éd. du Rocher, 1994). Recueil des textes cathares.
  • L'Érotique des troubadours, Toulouse, Privat, 1963 (rééd. dans 10/18 - 2 tomes - 1974 ; Privat, 1984)
  • Le Phénomène cathare - perspectives philosophiques, morales et iconographqiues (1964), Toulouse, Privat, 1988.
  • Le Roman de Flamenca, un art d'aimer occitanien au XIIIe siècle, Toulouse, Institut d'études occitanes, 1966
  • Le musée du Catharisme, Toulouse, Privat, 1966
  • Les Troubadours, texte et traduction par René Nelli et René Lavaud, Desclée de Brouwer, 2 vol., 1960-1965.
  • Dictionnaire des hérésies et des mouvements hétérodoxes ou indépendants apparus dans le Midi de la France depuis l'établissement du christianisme, Toulouse, Privat, 1968.
  • La Vie quotidienne des Cathares du Languedoc au XIIIe siècle, Paris, Hachette, 1969.
  • Des Cathares du Languedoc au XIIIe siècle, Paris, Hachette, 1969.
  • Journal spirituel d'un cathare d'aujourd'hui, Resma, 1970.
  • La Poésie occitane, des origines à nos jours. Édition bilingue, Seghers, 1972.
  • Les Cathares (1972), Marabout université, 1981.
  • Histoire du Languedoc, Hachette, 1974.
  • La Philosophie du catharisme : Le Dualisme radical au XIIIe siècle, Paris, Payot, 1975.
  • Écrivains anticonformistes du Moyen Âge occitan. textes traduits et présentés par René Nelli, Domaine d'oc, 1977.
  • Histoire secrète du Languedoc, Albin Michel, coll. "Histoire secrète des provinces françaises", 1978.
  • Mais enfin, qu'est-ce que l'occitanie ?, Toulouse, Privat, 1978.
  • Du jeu subtil à l'amour fou. Raimon de Miraval. Textes et traductions de René Nelli, Verdier, 1979. Texte en ancien provençal et trad. fr. en regard.
  • Troubadours et trouvères, Hachette, 1979.
  • Les Grands Arcanes de l'hermétisme occidental, Monaco, éd. du Rocher, 1991.
  • Le Livre des deux principes, par Jean de Lugio ou son entourage, Le Grand livre du mois, coll. « Les trésors de la littérature », 1998. Traduction du Liber de duobus principiis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Gouzy, Histoire du catharisme, extrait en ligne sur le site du CEC-René Nelli.
  2. [PDF]Franc Bardou, « Qui était René Nelli ?], », sur Centre d'études cathares-René Nelli, 2008.
  3. « René Nelli, La poésie et l'imagination, » [PDF], sur CEC-René Nelli, 2009 (consulté en 13 mai 2010.)
  4. [PDF]« Chronique Nellienne n°4, », sur CEC-René Nelli, 2009.
  5. Pyrénées histoire, No 1, p. 94.
  6. L'érotique des troubadours (1963), Union générale d'éditions, 1974, p. 103

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]