Saissac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saissac
Saissac
Blason de Saissac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Intercommunalité Communauté de communes de la Montagne noire
Maire
Mandat
Eric Beteille
2020-2026
Code postal 11310
Code commune 11367
Démographie
Gentilé Saissagais
Population
municipale
925 hab. (2018 en augmentation de 0,33 % par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 42″ nord, 2° 10′ 10″ est
Altitude 500 m
Min. 166 m
Max. 742 m
Superficie 57,03 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Carcassonne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Malepère à la Montagne Noire
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Saissac
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Saissac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saissac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saissac
Liens
Site web Site officiel

Saissac (occitan : Saissac) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saissagais.

Saissac 02-2010 2.jpg
Saissac pano hiver.jpg
France-Saissac-vue d'ensemble.jpg

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saissac est située dans le Cabardès, sur le Lampy et la Rougeanne, au nord du département de l'Aude, sur les contreforts de la Montagne Noire, à 467 m d'altitude. Le village est situé sur un balcon naturel qui domine la gorge de la Vernassonne et aussi toute la plaine audoise de Carcassonne à Castelnaudary (plaine du Lauragais).

La commune est limitrophe du département du Tarn.

Situation de Saissac.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cours d'eau

Vernassonne

Ouvrages hydrauliques
Béal des Treize Meuniers.
  • Le béal de Saissac est un canal artificiel d'arrosage et d'amenée d'eau qui date du Moyen Âge. Il se nomme le béal des Treize Meuniers, du nom de ses propriétaires d'origine. Il prend sa source au-dessus du village en captant l'eau de la Vernassonne et de l'Aiguebelle. Il mesure deux kilomètres de long et traverse le village le long de l'enceinte fortifiée. Il permet de capter aisément l'eau en tout point du village. Jusqu'au XIXe siècle, le béal a fait tourner près de treize moulins papetiers et fariniers, foulons, ateliers de filatures, rassègues (scies-mécaniques) et martinets. Actuellement, le béal est toujours utilisé pour l'arrosage des jardins. Le village est alimenté en eau courante depuis 1951. Les différents ruisseaux qui alimentaient les jardins sont peu à peu détruits pour refaire les ruelles du village.
  • Le bassin du Lampy est un lac artificiel sur le Lampy servant à alimenter le canal du Midi. Créé en 1782, soit un siècle après l'ouverture du canal du Midi (1681). Ses sentiers ombragés promettent de belles promenades. Ce bassin est cerné de beaux massifs d'arbres de la forêt de Ramondens.

« Louis XIV régnant
Colbert étant son ministre
Ici
L'an 1665
P.-P. Riquet s'empare des eaux
de la Montagne Noire
les conduit à Naurouze
et résout le grand problème
de la jonction des deux mers
L'an 1666
Seul, il ose entreprendre ce grand ouvrage
et répond du succès
L'an 1681
des barques chargées passent
de l'Océan à la Méditerranée
 »

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 12 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 039 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,1 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[2].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1928 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records SAISSAC (11) - alt : 630m, lat : 43°23'36"N, lon : 02°09'54"E
Records établis sur la période du 01-01-1928 au 14-10-2011
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,1 0,3 2 3,8 7,4 10,6 12,6 12,8 10 7,7 3,5 1 6
Température moyenne (°C) 3 3,6 6 8,1 11,9 15,4 18 18 14,7 11,2 6,4 3,8 10
Température maximale moyenne (°C) 5,9 6,9 10 12,4 16,3 20,3 23,4 23,2 19,4 14,7 9,4 6,5 14,1
Record de froid (°C)
date du record
−18
09.01.1985
−19
10.02.1956
−16
08.03.1971
−6
15.04.1982
−4
05.05.10
0
03.06.1962
3
22.07.1980
3
31.08.10
−1,5
19.09.1977
−5
27.10.1970
−10
23.11.1988
−14
17.12.1933
−19
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
18
11.01.1974
21,5
15.02.1998
26
11.03.1981
29
09.04.11
32
30.05.1960
37
18.06.1960
35,5
08.07.1982
38,5
13.08.03
33
09.09.11
29,5
02.10.11
22,5
28.11.1979
20
21.12.1987
38,5
2003
Ensoleillement (h) 66,4 87,3 140,5 176,2 207 216,6 221,3 224,6 179,2 121,1 70,6 56,6 1 767,3
Précipitations (mm) 133,2 117,3 108,8 144,6 113,8 98 58,6 74 89,8 117,1 132,5 133,2 1 320,9
Source : « Fiche 11367001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/06/2021 dans l'état de la base

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 2]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : la « vallée du Lampy »[8], d'une superficie de 9 555 ha, avec la Vernassonne, deux cours d'eau de régime méditerranéen. La qualité de l'eau permet à ces cours d'eau d'abriter une faune piscicole riche et variée, parmi laquelle plusieurs espèces d'intérêt communautaire : le barbeau méridional, la bouvière et la lamproie de Planer[9].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Cinq ZNIEFF de type 1[Note 3] sont recensées sur la commune[10] :

  • le « cours amont du ruisseau du Lampy » (23 ha), couvrant 4 communes du département[11] ;
  • le « cours amont de la Vernassonne » (30 ha)[12] ;
  • les « gorges de Saissac » (223 ha)[13] ;
  • le « lac du barrage de Saint -Denis (+landes et praries humides du Régatel) » (67 ha), couvrant 2 communes du département[14] ;
  • la « zone agricole et forestière des Cabanelles » (181 ha)[15] ;

et trois ZNIEFF de type 2[Note 4],[10] :

  • les « causses du piémont de la Montagne Noire » (8 830 ha), couvrant 20 communes du département[16] ;
  • la « montagne Noire occidentale » (24 257 ha), couvrant 26 communes dont 25 dans l'Aude et 1 dans le Tarn[17] ;
  • la « montagne Noire (versant Nord) » (31 971 ha), couvrant 37 communes dont 14 dans l'Aude, 2 dans la Haute-Garonne, 3 dans l'Hérault et 18 dans le Tarn[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saissac est une commune rurale[Note 5],[19]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Carcassonne, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (55,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (53,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (54,3 %), prairies (20,7 %), terres arables (12,3 %), zones agricoles hétérogènes (10,3 %), zones urbanisées (1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,8 %), eaux continentales[Note 7] (0,6 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saissac apparaît au Xe siècle et provient du gallo-romain Saxiago qui désigne plus un domaine qu'un village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est occupé dès le Néolithique comme en atteste l'érection de la Pierre levée de Picarel et du complexe mégalithique de l'Azérou.

L'histoire de Saissac est fortement liée à celle du château. Saissac est alors un village castral construit au XIe siècle et surtout au XIIe siècle.

Vers le milieu du XIIIe siècle, il est déplacé à son emplacement actuel. À partir du XIVe siècle, Saissac est considéré comme un village fortifié. La cité est partiellement détruite en 1568 par les protestants durant les guerres de religion.

Dès le Moyen Âge, Saissac est un village en pleine croissance grâce à la force de l'eau qui est omniprésente. Des industries artisanales comme la draperie et les moulins s'y développent grâce à l'énergie de l'eau. Au début du XVe siècle, les marchands drapiers sont connus pour leurs tissus vendus sur les foires. La famille Saptes est particulièrement renommée pour ses textiles ; elle bénéficie de la protection de Colbert et Louis XIV. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, l'industrie du textile est permanente et le village connaît une prospérité importante. En 1728, il existait 75 métiers et plus de 23 fabricants. C'est à Saissac que l'on produit le fameux drap noir nommé aile de Gorp.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1968 2009[25] Paul Durand PS Conseiller général
2009 Odile Seigne    
13 novembre 2016 En cours Eric Béteille    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[27]. En 2018, la commune comptait 925 habitants[Note 8], en augmentation de 0,33 % par rapport à 2013 (Aude : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6211 7541 8081 6971 8141 8311 7811 8531 850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7581 5901 5651 4721 5131 4821 4541 3201 257
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1431 1601 1039378849148911 016950
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
8237056527098679231 001929927
2018 - - - - - - - -
925--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le château de Saissac connut une grande période de prospérité avec l'industrie drapière aux XVIIe et XVIIIe siècles[30].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Saissac
Château de Saissac.

Situé en bas du village sur un éperon entouré de précipices, ce château du Xe siècle défend et commande l'avancée sur la plaine. Ruine massive, tours carrées, pans de murs d'enceinte, donjon datant du début du XIIIe, échauguettes, tourelles, c'est un gros ensemble d'architecture militaire. Plusieurs phases de travaux de réhabilitation se succèdent depuis 1996 ; le château intègre désormais un petit musée.

Bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

Bâtiments d'habitation[modifier | modifier le code]

  • L'hôtel des Saptes, une riche famille de drapiers.
  • La maison Soldano, un exemple d'architecture du XIIIe siècle.
Éléments du mur d'enceinte
Tour Laymone.

Des vestiges des fortifications du mur d'enceinte sont toujours visibles ; ils dateraient probablement du XIVe siècle. Ils auraient été édifiés en même temps que le château était reconstruit.

On peut ainsi voir deux tours carrées dans la partie haute du village : la tour ouest, élancée et la tour est, plus massive, qui abrite actuellement le Musée des Vieux Métiers. D'autres tours plus petites étaient réparties sur l'enceinte, à l'image de la tour "Roussignole" que l'on peut encore observer au nord du village. Une quatrième tour, la tour Laymone, sert de clocher à l'église Saint-Michel.

L'enceinte médiévale devait comporter trois portes, dont une seule est conservée : la porte d'Autan (ou porte de Montolieu). Elle est ornée de trois blasons : celui de la famille l'Isle Jourdain, celui de la famille Thurey et celui de la communauté de Saissac.

Musées[modifier | modifier le code]

  • Le musée des Vieux Métiers, installé dans une tour médiévale au nord-est du village, évoque la vie quotidienne dans la Montagne noire. Les outils présentés mettent en valeur les métiers traditionnels.
  • Un petit musée est installé dans le château de Saissac.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saissac Blason
D'azur à une tour d'argent maçonnée de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Saissac », dans Alphonse MAHUL, Cartulaire et Archives des Communes de l'ancien diocèse et de l'arrondissement administratif de Carcassonne , chez V. Didron, Paris, 1863, volume 4, p. 470-509 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[7].
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  7. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  8. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Saissac », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « site Natura 2000 FR9101446 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  10. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Saissac », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « ZNIEFF le « cours amont du ruisseau du Lampy » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « ZNIEFF le « cours amont de la Vernassonne » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « ZNIEFF les « gorges de Saissac » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « ZNIEFF le « lac du barrage de Saint -Denis (+landes et praries humides du Régatel) » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « ZNIEFF la « zone agricole et forestière des Cabanelles » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « ZNIEFF les « causses du piémont de la Montagne Noire » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF la « montagne Noire occidentale » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF la « montagne Noire (versant Nord) » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. - « Le maire de Saissac est mort, la Montagne Noire est orpheline », ladepeche.fr (consulté le )
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  30. Aude, Encyclopédies régionales, Condé-sur-Noireau, Éditions Bonneton, 1994, p. 400.