Féminisme socialiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le féminisme socialiste est un mouvement politique et militant inspiré à la fois du féminisme et du marxisme et visant à l'émancipation des femmes à la fois du patriarcat et du capitalisme. Le féminisme socialiste naît en même temps que la Deuxième Internationale socialiste, vers la fin du XIXe siècle, et se structure autour de l'Internationale socialiste des femmes en . Très intimement lié au mouvement socialiste, il est alors en opposition avec le reste du féminisme, qualifié de "bourgeois", au point de refuser parfois l'étiquette même de "féminisme".

Après la Première Guerre Mondiale et la fracture entre socialistes et communistes, les grandes figures du féminisme socialiste, pour la plupart marquées à gauche, rejoignent les communistes. Le terme "féminisme socialiste" connaît alors, comme le terme socialisme lui-même, un glissement sémantique.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du féminisme socialiste est intimement liée à l'histoire du marxisme et du mouvement socialiste.

L'ouvrage La Femme et le socialisme (), écrit en prison par August Bebel, président du SPD allemand, fait de la condition féminine une partie intégrante de la question sociale. Le SPD est alors le plus fort et le plus organisé des partis de l'Internationale, et son ouvrage aura un retentissement important, en Allemagne et à l'étranger.

Fondation de la Deuxième Internationale[modifier | modifier le code]

Lors du congrès fondateur de la IIe Internationale, en à Paris, la journaliste et militante allemande Clara Zetkin, alors en exil en France, fait l'un de ses premiers discours publics[1]. Alors qu'il était attendu d'elle un rapport sur la situation des travailleuses en Allemagne, elle déclare devant ses camarades qu'elle ne l'effectuerait point, la situation des travailleuses étant "identique à celle des travailleurs", mais qu'elle parlerait plutôt du principe même du travail des femmes, que certains souhaitent abolir ou limiter. Dénonçant le féminisme "bourgeois" qui réclame avant tout le droit de vote et les droits politiques pour les femmes, elle plaide pour une émancipation de la femme en deux temps : émancipation vis-à-vis de l'homme via le droit au travail, puis émancipation vis-à-vis du capitaliste via le socialisme[2].

« Libérée de sa dépendance économique vis-à-vis de l'homme, la femme [qui travaille] est passée sous la domination économique du capitaliste. D'esclave de son mari, elle est devenue l'esclave de son employeur. Elle n'avait fait que changer de maître. Elle a toutefois gagné au change : sur le plan économique, elle n'est plus un être inférieur subordonné à son mari, elle est son égale. »

Son discours porte et elle fait inscrire dans la nouvelle ligne politique de l'Internationale la revendication de l'égalité économique, juridique et politique des femmes, le droit d'accéder librement au travail, et la recommandation d'inviter les socialistes de tous les pays à inviter les femmes dans la lutte des classes.

Rentrée en Allemagne à la suite de l'assouplissement des lois interdisant le socialisme, Clara Zetkin convertit un grand nombre de femmes à la social-démocratie et organise une structure féminine socialiste puissante mais clandestine, l'appartenance des femmes à un parti politique étant interdite à l'époque en Allemagne. Structure parallèle et autonome au SPD, elle a néanmoins un poids considérable et organise dès son propre congrès avant le congrès du parti socialiste, dont les compte-rendus sont publiés ensemble.

Vers , l'existence de cette structure devient incertaine quand les femmes obtiennent peu à la peu le droit d'entrer officiellement en politique : il est alors question de rattacher la section féminine au parti, voire de la supprimer pour intégrer les femmes comme des travailleurs "comme les autres". Bien des femmes souhaitent conserver leur autonomie, les débats font d'autant plus rage que le mouvement de Zetkin est solidement ancré à la gauche du parti, constituant un enjeu important de politique interne.

C'est dans ce climat qu'en Clara Zetkin organise le premier congrès de l'ISF à Stuttgart, sa ville de résidence. Si, pour l'historienne Nicole Gabriel "on ne peut douter de la sincère volonté internationaliste de Clara Zetkin", la tenue de ce congrès lui permet également de "renforcer sa place dans le parti, en tant que femme et membre de l'aile gauche".

Internationale des femmes socialistes (1907-1917)[modifier | modifier le code]

L'Internationale des femmes socialistes est fondée en à l'initiative de Clara Zetkin, qui en sera la présidente incontestée. Rassemblant les mouvements féminins des différents partis de la Deuxième Internationale, elle se donne comme objectif d'obtenir le droit de vote pour les femmes ouvrières, en opposition avec les autres mouvements féministes qui, comme les suffragettes, se battaient pour que les femmes obtiennent le droit de vote "dans les mêmes conditions que les hommes" (ce qui excluait les ouvriers dans les pays pratiquant le suffrage censitaire).

L'Internationale des femmes est à l'origine de la Journée du droit des femmes, dont la première eut lieu le . Mais, à travers son journal officiel, Die Gleichheit, elle se donnait également l'objectif de réinstaurer un "centre d'autorité morale, capable de susciter l'intérêt des pays membres de l'Internationale", d'après les mots de la révolutionnaire Rosa Luxemburg.

Pendant la Première Guerre Mondiale, en pleine débâcle de l'Internationale socialiste (dont les partis membres sont devenus ennemis en acceptant de soutenir les armées de leurs pays respectifs, en contradiction avec les principes internationalistes du mouvement), les femmes socialistes des différents pays en guerre se réunissent illégalement à Berne, en , pour une conférence sur la paix en Europe. Plusieurs participantes, dont Clara Zetkin elle-même, seront emprisonnées à leur retour dans leur pays.

Notes et références[modifier | modifier le code]

[Gabriel 1989] Nicole Gabriel, « L'internationale des femmes socialistes », Matériaux pour l'histoire de notre temps, vol. 16, no 16,‎ , p. 34-41 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]