Aller au contenu

Chris Hedges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chris Hedges
Chris Hedges en 2007.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Christopher Lynn Hedges
Nationalité
américain
Formation
Activités
Rédacteur à
Conjoint
Eunice Wong (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
PEN Oakland/Censorship Award (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Chris Hedges (né le à Saint-Johnsbury au Vermont) est un journaliste et auteur américain. Ancien correspondant de guerre, il est reconnu pour son analyse de la politique américaine ainsi que de celle du Moyen-Orient[1]. Il a publié plusieurs livres, dont le plus connu est La guerre est une force qui nous octroie du sens (War Is a Force That Gives Us Meaning) (2002).

« The rush of battle is a potent and often lethal addiction, for war is a drug, one I ingested for many years. »

— Chris Hedges, War is a Force That Gives Us Meaning[2]

Christopher Lynn Hedges, fils du pasteur presbytérien Thomas Hedges, naît à St. Johnsbury, Vermont. Il grandit dans le upstate New York, étudie à la Loomis Chaffee School (en). Il est diplômé du lycée de Windsor (Connecticut) en 1975, de l'Université Colgate à Hamilton, et de l'Université de New-York en 1979.

En 1983, Hedges commence sa carrière de journaliste en couvrant le conflit des États-Unis avec le Salvador ; il travaille pour le Dallas Morning News, le Christian Science Monitor et la National Public Radio. Après six ans en Amérique latine, il apprend l'arabe, puis couvre Jérusalem et, plus tard, le Caire. Il passe sept ans au Moyen-Orient, correspondant au New York Times. Lors de la Première guerre du golfe, il est fait prisonnier par les gardes républicains irakiens alors qu'il couvre la montée Chiite dans Bassora.

En 1995, il quitte le Moyen-Orient pour Sarajevo afin de couvrir la guerre en Bosnie et celle du Kosovo.

En 1998-1999, il est Nieman Fellow (en) à l'Université Harvard. Il écrit pour plusieurs organes de presse tels The Nation, Foreign Affairs, Harper's Magazine, The New York Review of Books, Granta, Mother Jones, New Humanist, . Il est éditorialiste du lundi pour le news magazine sur internet Truthdig (en).

En 2002, Hedges fait partie de l'équipe de reportage du New York Times récompensée du prix Pulitzer pour un article sur le terrorisme[1].

Dans les années 2020, il est l'animateur de l’émission On Contact sur Russia Today America, nommée aux Emmy Awards. Il contribue à Scheerpost[3], un news magazine sur internet, qui a fait suite à Truthdig.

Vie privée

[modifier | modifier le code]

Chris Hedges a deux enfants d'un précédent mariage. Il est aujourd'hui marié avec l'actrice canadienne Eunice Wong. Ils ont un fils et une fille[4]. Il est pasteur presbytérien en l'église de Claremont, près de Los Angeles.

Philosophie

[modifier | modifier le code]

« Nous nous embarquons dans une occupation qui, si on en croit les leçons de l'histoire, sera aussi dommageable pour nos âmes qu'elle le sera pour notre prestige, notre pouvoir et notre sécurité[trad 1]. »

— Chris Hedge à propos de la guerre en Irak, conférence au Rockford College (en)[5]

Hedges affirme que sa vision des choses est influencée par des écrivains tels George Orwell, Samuel Johnson, Karl Popper, Hannah Arendt, Elias Canetti, Dwight Macdonald, C. Wright Mills, Theodor Adorno, William Stringfellow, Karl Barth, Paul Tillich, Abraham Heschel et Reinhold Niebuhr.

Il critique le traitement des Palestiniens par les Israéliens. Il a critiqué également la guerre en Irak.

Le , un éditorial de The Wall Street Journal dénonce Hedges pour sa position contre la guerre[réf. souhaitée]. The New York Times le réprimande publiquement pour « une remarque au public qui pourrait miner la confiance du public dans l'impartialité de la publication »[trad 2],[6].

Le , dans un éditorial intitulé Pourquoi je suis socialiste il fait un réquisitoire contre ce qu'il appelle un « capitalisme totalitaire impitoyable »[trad 3],[7].

Le , il publie une tribune dans laquelle il explique pourquoi lui et sa famille sont devenus végan. Il explique que c'est « le changement le plus important et direct que nous pouvons immédiatement faire pour sauver la planète et ses espèces »[8].

Versions originales

[modifier | modifier le code]

Traductions françaises

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. (en) « We are embarking on an occupation that, if history is any guide, will be as damaging to our souls as it will be to our prestige and power and security. »
  2. (en) « public remarks that could undermine public trust in the paper's impartiality »
  3. (en) « ruthless totalitarian capitalism. »

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b (en) « Authors: Chris Hedges », Simon & Schuster
  2. (en) Chris Hedges, War is a Force that Gives us Meaning, Random House Inc., , 211 p. (ISBN 978-1-4000-3463-5), p. 2-3
  3. (en) « Scheerpost.com », sur scheerpost.com (consulté le ).
  4. Americans Who Tell the Truth.org "Chris Hedges Biography"
  5. (en) [vidéo] Chris Hedges - Speech at Rockford College 2003 - Part 1 sur YouTube
  6. (en) Chris Hedges, « A Father's Gift », The Dallas Morning News,
  7. (en) Chris Hedges, « Why I Am a Socialist », TruthDig,
  8. (en) Chris Hedges, « Saving the Planet, One Meal at a Time », TruthDig,

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :