William Thompson (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thompson et William Thompson.
William Thompson
Chinnery Thompson.jpg
Portrait de William Thompson par George Chinnery (1830)
Naissance
Décès
Nationalité
A influencé

William Thompson, né en 1775 à Cork dans le Royaume d'Irlande et mort le à Rosscarbery dans le Comté de Cork, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande, est un écrivain politique et philosophique.

Biographie[modifier | modifier le code]

William Thompson est issu d’une famille protestante d’origine anglaise installée en Irlande à la fin du XVIIe siècle. Son père, John Thompson, riche marchand et propriétaire terrien, devient maire de la ville de Cork en 1794. À la mort de son père en 1814, il hérite de ses terres à Glandore, de sa flotte commerciale. Il appartient aussi à quelques sociétés savantes. Il fréquente Jeremy Bentham et Robert Owen et s'inspire de leurs idées comme réformateur social irlandais. Il publie en 1824 l'Enquête sur les principes de la distribution des richesses (Inquiry Into the Principles of the Distribution of Wealth). Il défend la cause des femmes, notamment en demandant la même éducation pour les filles et pour les garçons aux garçons dans l’Appel à la moitié de l’humanité, les femmes, contre les prétentions de l’autre moitié, les hommes, à les maintenir dans un esclavage politique, civique et domestique publié en 1825. Il dédicace le livre à Anna Doyle Wheeler auquel elle a collaboré[1].

Passant de l'utilitarisme à une critique précoce de l'exploitation capitaliste, ses idées influencent les mouvements coopératifs, syndicalistes et chartistes ainsi que Karl Marx. Né dans l'ascendance protestante (en) anglo-irlandaise des riches propriétaires terriens et des marchands de Cork, son vœu de léguer sa succession au mouvement coopératif après sa mort déclenche la plus longue affaire juridique de l'histoire irlandaise comme d'autres parents se battent pour voir ses dernières volontés annulées. D'après E.T. Craig, cette décision de léguer son domaine au mouvement coopératif a été prise après une visite à la Commune pionnière de Ralahine (en).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1824: An Inquiry into the Principles of the Distribution of Wealth Most Conducive to Human Happiness; applied to the Newly Proposed System of Voluntary Equality of Wealth, Longman, Hurst Rees, Orme, Brown & Green : London.
  • 1825 : Appeal of One Half the Human Race, Women, Against the Pretensions of the Other Half, Men, to Retain Them in Political, and thence in Civil and Domestic Slavery, Longman, Hurst Rees, Orme, Brown & Green : London, 1825.
  • 1827 : Labor Rewarded. The Claims of Labor and Capital Conciliated: or, How to Secure to Labor the Whole Products of Its Exertions, Hunt and Clarke : London, 1827.
  • 1830 : Practical Directions for the Speedy and Economical Establishment of Communities on the Principles of Mutual Co-operation, United Possessions and Equality of Exertions and the Means of Enjoyments, Strange and E. Wilson : London, 1830.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Caroline Gomes, « William Thompson, pionnier du socialisme européen », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2019)
  • James Connolly, « The first Irish socialist: A forerunner of Marx » in Labour in Irish History, Dublin, 1910; London, 1987
  • Dooley, Dolores, Equality in Community: Sexual Equality in the Writings of William Thompson and Anna Doyle Wheeler, Cork University Press, Cork, 1996.
  • Dooley, Dolores (Ed.), William Thompson: Appeal of One Half of the Human Race, Cork University Press, Cork, 1997.
  • Pankhurst, Richard, William Thompson (1775 - 1833) Pioneer Socialist, Pluto Press, London, 1991.
  • Fintan Lane, « William Thompson, class and his Irish context, 1775-1833 », in Fintan Lane (ed.), Politics, Society and the Middle Class in Modern Ireland, p. 21–47 Palgrave Macmillan, Basingstoke, 2010.
  • Noel W. Thompson, The People's Science: the popular political economy of exploitation and crisis, 1816-34, Cambridge University Press, 1984.
  • Martine Monacceli (dir.), Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes : Dix pionniers britanniques, Éditions de l'Atelier, 2010, (ISBN 2708241052), compte-rendu de Guyonne Leduc, Université de Lille 3.
  • Caroline Gomes, « William Thompson, pionnier du socialisme européen », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]