Division Atomwaffen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Atomwaffen Division
Ordre national socialiste[1]
Image illustrative de l’article Division Atomwaffen

Idéologie Néonazisme
Antisémitisme
Néofascisme
Suprémacisme blanc
Anticapitalisme[2]
Homophobie
Accélérationnisme
Hitlérisme ésotérique (en)
Nationalisme blanc
Anticommunisme
Millénarianisme (en)
Futurisme américain
Satanisme ONA (factions internes)
Antiaméricanisme
Positionnement Politique Extrême droite
Objectifs  • Renversement du gouvernement fédéral des États-Unis par le terrorisme et la guérilla
 • Instigation d'un nettoyage ethnique et d'une guerre ethnique contre les non-Blancs
 • Création d'un État ethnique blanc en Amérique du Nord sur la base du nazisme
Statut Actif
Fondation
Date de formation 2015[3]
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Fondé par Brandon Russell
Actions
Mode opératoire Meurtres, agressions, violence politique, sabotages, terrorisme
Nombres d'attaques imputées Meurtres de 8 personnes aux États-Unis et d'au moins 6 autres personnes dans le reste du monde[4],[5],[6]
Victimes (morts, blessés) 14+
Zone d'opération Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni, Drapeau du Canada Canada, Drapeau de l'Allemagne Allemagne, pays baltes, Drapeau de la Russie Russie, Drapeau de la Suisse Suisse, Drapeau de l'Italie Italie et d'autres pays européens
Période d'activité Depuis 2015
Organisation
Chefs principaux James Mason (conseiller), multiples chefs de cellules autonomes[7]
Membres Membres de plein droit :
~80 (aux États-Unis)
~50-70 (pays baltes)[8],[9]
Plusieurs douzaines (Canada/Royaume-Uni/Allemagne)[10],[11]
38 (Italie)[12]
Initiés :
+ de 60 (aux États-Unis)[13],[14]
Financement Trafic d'armes, vol qualifié, blanchiment d'argent, chimie clandestine (en)[15]
Sanctuaire Floride, Drapeau des États-Unis États-Unis (AWD)
Comté de Saare, Drapeau de l'Estonie Estonie (FKD)
Thuringe, Drapeau de l'Allemagne Allemagne (AWD Deutschland)
Colombie-Britannique, Drapeau du Canada Canada (Northern Order)
Savone, Drapeau de l'Italie Italie (Nuovo Ordine Sociale)
Groupe relié Société de la renaissance aryenne (prison)[16]
Régiment Azov
Sinine Aratus
Combat 18
Mouvement de résistance nordique
Ordre des neuf angles
Mouvement impérial russe (en)
La Base (en)
Répression
Considéré comme terroriste par Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
(SKD, 24 février 2020)[17]
(FKD, 13 juillet 2020)[18]
(AWD, 22 avril 2021)[19]
Drapeau du Canada Canada (NO, AWD, 3 février 2021)[20]
Drapeau de l'Australie Australie (SKD, 22 mars 2021)[21]
Drapeau de la Division Atomwaffen.

La Division Atomwaffen (« Division armes nucléaires », en allemand) est un réseau terroriste néonazi américain fondé en 2015, dans le sud des États-Unis. Il est également actif au Royaume-Uni, au Canada, en Allemagne et dans les pays baltes, et dans d'autres pays européens.

Historique[modifier | modifier le code]

La création de la division Atomwaffen a été annoncée sur le forum de discussion en ligne néonazi IronMarch.org (en)[3],[22],[23] en 2015[24],[25]. Il est lié à des groupes militants violents tels que le Mouvement de résistance nordique, Combat 18, le Régiment Azov.

En 2016, l'organisation attire l'attention grâce à une campagne d'affichage sur des campus universitaires à travers les États-Unis[26]. Le groupe est composé en majorité de jeunes et il a également recruté de nouveaux membres sur les campus universitaires[27],[28]. Ses campagnes d’affiche de recrutement sur les campus[29] incitent les étudiants à « rejoindre vos nazis locaux ! » et dire « les nazis arrivent ! ». Elle a posté des affiches de recrutement à l’Université de Chicago[30],[26], à l’Université de Floride centrale[30], à la Old Dominion University de Norfolk, en Virginie, et à l’Université de Boston[31],[32].

La division Atomwaffen a recruté plusieurs anciens combattants et membres actuels des forces armées américaines qui forment les membres de l'organisation à l'utilisation des armes à feu et au combat au corps à corps.

Atomwaffen s’est engagée dans des projets visant à paralyser les réseaux d’eaux publiques et à détruire des éléments du Continental U.S. power transmission grid (en)[33]. Atomwaffen a également été accusée d’avoir planifié l'explosion de centrales nucléaires afin de provoquer des cataclysmes nucléaires[33]. L'organisation vise un renversement violent du gouvernement fédéral américain par le biais de tactiques terroristes et de guérilla.

« La Division Atomwaffen » encourage les membres à brûler le drapeau des États-Unis et la Constitution des États-Unis, et à attaquer le gouvernement et les minorités (en particulier les Juifs)[33]. Le groupe est principalement composé de jeunes et la Division Atomwaffen a été active dans le domaine de la sélection de campus universitaires. Elle est listée comme un groupe haineux par le Southern Poverty Law Center[34],[35].

Depuis 2017, l'organisation a été liée à cinq meurtres et à plusieurs agressions[36],[37],[38].

Début 2018, ProPublica estime que la Division Atomwaffen comporte 80 membres aux États-Unis[36], tandis que l'Anti-Defamation League juge quant à elle qu'Atomwaffen aurait 24 à 36 membres actifs[39]. Selon le Centre international de lutte contre le terrorisme (en), le groupe compte un grand nombre d'« initiés » en plus de 60 à 80 membres à part entière[14],[40].

Elle subit ensuite un fort déclin en raison de conflits internes, d'arrestations et de 5 meurtres attribués au groupe[41].

Le , Mason a affirmé que la Division Atomwaffen avait été dissoute. Cependant, on pense que le groupe est sur le point d'être désigné organisation terroriste par le Département d'État, et la Ligue anti-diffamation a déclaré que « cette décision vise à donner aux membres une marge de manœuvre plutôt qu'à mettre fin à leurs activités militante »[42],[43]. Un dossier de renseignement qui a été distribué par les forces de l'ordre fédérales a averti qu'Atomwaffen et ses branches discutaient de tirer parti de la pandémie de Covid-19[44]. Le , un homme du Missouri affilié à Atomwaffen aurait prévu de détruire un hôpital traitant des victimes du coronavirus avec une voiture piégée et est mort dans une fusillade avec le FBI[45],[46].

Selon les experts de la lutte contre le terrorisme, le groupe reste actif et continue de créer des filiales en Europe. Via les réseaux sociaux, l'organisation a essaimé en Allemagne. Elle est liée à d'autres organisations terroristes néo-nazies comme la Feuerkrieg Division (FKD, active en Estonie), la Sonnenkrieg Division (SKD, active au Royaume-Uni), et Ordre des neuf angles[47]. Le , il a été annoncé qu'une nouvelle cellule Atomwaffen avait été découverte en Russie. Les services de sécurité locaux venaient également de découvrir une cellule en Suisse, confirmant les soupçons des responsables allemands selon lesquels la Suisse était la base arrière de la filiale allemande d'Atomwaffen, leur permettant d'échapper aux forces de l'ordre. Les responsables européens de la sécurité ont demandé à leurs homologues américains de les aider à combattre ces cellules et ont exhorté à les désigner comme organisations terroristes[48],[49],[50].

En , des mois après sa dissolution, le groupe a refait surface, cette fois sous le nom d'« Ordre national-socialiste »[1].

Idéologie[modifier | modifier le code]

L’organisation prône explicitement le néonazisme, tirant une influence notable de James Mason et de sa publication, Siege, un bulletin d’information datant du milieu des années 80 appartenant au National Socialist Liberation Front qui rend hommage à Adolf Hitler, Joseph Tommasi, Charles Manson, Savitri Devi[51]. Celle-ci a été publiée en version livresque, qui doit être lu par tous les membres. Mason, un néo-nazi et négationniste de l'Holocauste qui prône le meurtre et la violence pour créer l'anarchie et déstabiliser le système, est l'un des principaux conseillers du groupe[52],[53].

Atomwaffen s'inspire également de l'ésotérisme et de l'occultisme nazis. Ses lectures recommandées aux aspirants initiés incluent les œuvres de Savitri Devi et d'Anton Long de l'Ordre des neuf angles, un célèbre chef néo-nazi britannique aux antécédents criminels violents[25]. Certains membres ont prêté allégeance au mouvement fasciste et sataniste Ordre des neuf angles[53],[54].

Le groupe prône une renaissance du futurisme italien[53], un mouvement artistique d'avant-garde antérieur à la Première Guerre mondiale qui glorifiait « la guerre - l'unique hygiène du monde - le militarisme, le patriotisme, la destruction des porteurs de liberté, de belles idées pour lesquelles il serait digne de mourir »[55].

Elle fait partie de la mouvance de l'alt-right[56],[57],[58],[59],[60], bien qu'elle rejette cette étiquette[56],[57],[61],[62],[63] et qu'elle est considérée comme extrémiste au sein même de cette mouvance[56].

Certains membres ont également affiché de la sympathie à l'égard du salafisme et du djihadisme. Brandon Russell, fondateur de la Division Atomwaffen, aurait décrit Omar Mateen, qui avait prêté allégeance à l'État islamique en Irak et au Levant et perpétré la fusillade dans la discothèque gay d'Orlando, comme « un héros ». Le groupe idolâtre également Oussama ben Laden dans sa propagande et considère « la culture du martyre et de l'insurrection » au sein d'Al-Qaïda et des talibans comme un modèle à imiter[64]. Samuel Woodward a également exprimé un point de vue positif sur l'islam, affirmant qu'il préférait l'EIIL au multiculturalisme et au libéralisme et a cité Julius Evola, Francis Parker Yockey et George Lincoln Rockwell comme ayant également manifesté une sympathie à l'égard de l'islam ; tout en affirmant qu'un des membres du groupe, Devon Arthurs, pense que l'islamophobie est utilisée par les néoconservateurs pour promouvoir le génocide blanc[7]. Un membre de la division Atomwaffen, Stephen Billingsley, a été photographié lors d'une veillée à San Antonio, au Texas, représentant les victimes de la fusillade à Orlando, avec un masque et une pancarte indiquant « Dieu déteste les homosexuels »[65],[66],[67],[68].

Affaires[modifier | modifier le code]

En , Samuel Woodward a été inculpé dans le comté d'Orange, en Californie, du meurtre de Blaze Bernstein (en), un étudiant juif ouvertement gay qui avait disparu plus tôt dans le mois alors qu'il rendait visite à sa famille. Woodward est un néo-nazi déclaré et un membre du groupe qui avait assisté aux événements et aux camps d'entraînement de la division Atomwaffen, selon ProPublica[69]. Selon des journaux de conversation publiés ultérieurement par ProPublica, un membre a écrit sur le meurtre « J'aime cela » et un autre a louangé Woodward en le qualifiant d'« équipier de démolisseurs de juifs homosexuels ».

Les nouveaux journaux indiquent qu'il y a environ 20 cellules Atomwaffen aux États-Unis, que certains membres ont participé à un entraînement aux armes et montrent aux membres félicitant Timothy McVeigh, responsable de l'attentat à la bombe d'Oklahoma City, du tireur de l'église de Charleston, Dylann Roof, et du meurtrier norvégien suprémaciste blanc Anders Breivik. Bernstein est la cinquième victime du groupe Atomwaffen[33].

En , deux membres d'une cellule de Virginie et un militaire en activité ont été arretés[70]. Conor Climo, ancien ingénieur de combat et gardien de sécurité, est accusé d'avoir planifié des attaques sur une synagogue et un bar servant une clientèle essentiellement LGBT. Jarret William Smith, militaire en activité, est accusé d'avoir partagé en ligne des instructions pour fabriqué des bombes et d'avoir élaboré une stratégie pour attaquer le siège social de CNN à New York, et des activités antifa.

En , Cem Özdemir et Claudia Roth, membres des Verts allemands, ont reçu des menaces de mort très précises et crédibles provenant de la branche allemande d'Atomwaffen.

En , la police estonienne annonce avoir arrêté, avec le soutien du FBI, le leader de Feuerkrieg Division, un adolescent estonien non nommé[71].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jeremy Jojola, « Militant neo-nazi group surfaces in Colorado », 9News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    • "Siege infused national socialism with the anti-capitalist, hippie ethos of Mason’s hero, Charles Manson." - Rolling Stone, All-American Nazis
    • "U.S. army Private First Class Corwyn Storm Carver, 22, is an ideological leader of The Atomwaffen Division..."Capitalism in and of itself is a poison even if it’s 100% white,” he said in January 2018." - Nate Thayer, U.S. Soldiers Uncovered in Atomwaffen Division Satanic Nazi Death Cult Terror Group
    • "Mason’s archive is highly disturbing. His writing lays out an apocalyptic neo-Nazi vision...“We do not wish for law and order, for law and order means the continued existence of this rotten rip-off capitalist Jew system." - PBS, A.C. Thompson, « Documenting Hate: New American Nazis », Frontline,‎ (lire en ligne).
    • They promote the idea that societal and governmental “systems” are collapsing and that democracy and capitalism have “given way to Jewish oligarchies and globalist bankers resulting in the cultural and racial displacement of the white race.” Anti-Defamation League, Backgrounder: Atomwaffen Division (AWD)
  2. a et b (en) « ATOMWAFFEN DIVISION », sur Southern Poverty Law Center.
  3. (en) « Aggressivität und Gewaltbereitschaft (Aggression and Violence) », Zweites Deutsches Fernsehen,  : « According to Prof. Peter R. Neumann (ICSR) of King's College, London, members of the Atomwaffen Division have already killed 8 people. The threats against politicians are very concrete. ».
  4. (en) « Mysterious hacker dumps database of infamous IronMarch neo-nazi forum », ZDNet,  : « the Atomwaffen Division [is] accused of orchestrating at least eight murders around the world. ».
  5. (en) « Data leak unveils far-right extremists worldwide », New Europe,  : « AtomWaffen has been linked to eight murders ».
  6. a et b (en) Jake Hanrahan, « Unravelling Atomwaffen: Exposing America's New Nazi Militants », sur medium.com, .
  7. (en) « State of Hate 2020 » [archive du ], Hope not Hate, (consulté le ).
  8. (en) « Chats der "Feuerkrieg Division" "Wir töten jeden ..." [Chats of the Feuerkrieg Division "We will kill everyone..."] » [archive du ], N-tv, (consulté le ).
  9. (en) « British Neo-Nazis suggest Prince Harry should be shot », BBC News,‎ (lire en ligne).
  10. (en) « Outrage in Germany over neo-Nazis' political 'kill list' », The Local,‎ (lire en ligne).
  11. Chiara Fabrizi, « «Primo obiettivo la guerra di razza»: anche due umbri tra i 38 del Nuovo ordine sociale », Umbria24, (consulté le )
  12. (en) A.C. Thompson, « Documenting Hate: New American Nazis », Frontline,‎ (lire en ligne).
  13. a et b (en) « Siege: The Atomwaffen Division and Rising Far-Right Terrorism in the United States », International Centre for Counter-Terrorism, .
  14. (en) « Transnational White Terror: Exposing Atomwaffen And The Iron March Networks », sur Bellingcat, .
  15. « Backgrounder: Atomwaffen Division (AWD) » [archive du ], Anti-Defamation League (consulté le )
  16. (en) « Extremist neo-Nazi group to be banned under terror laws » [archive du ], sur BBC News, (consulté le ).
  17. (en) « Priti Patel proscribes far-right terrorist group » [archive du ], Home Office, (consulté le ).
  18. « British Government Bans Atomwaffen Division As Criminal Terrorist Organization », Vice News,
  19. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « 13 groupes s'ajoutent à la liste canadienne des entités terroristes », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  20. « Australia bans far-right extremist Sonnenkrieg Division », sur Deutsche Welle,
  21. (en) James Poulter, « The Obscure Neo-Nazi Forum Linked to a Wave of Terror », Vice,‎ (lire en ligne).
  22. (en) « Visions of Chaos: Weighing the Violent Legacy of Iron March », sur Southern Poverty Law Center.
  23. (en) « Atomwaffen Division », sur Southern Poverty Law Center (consulté le ).
  24. a et b (en) « Atomwaffen and the SIEGE parallax: how one neo-Nazi’s life’s work is fueling a younger generation », sur Southern Poverty Law Center (consulté le ).
  25. a et b (en) « Militant Neo-Nazi Group Claims Credit for Hanging Hitler Portrait, Swastikas on Campus Building », sur www.chicagomaroon.com (consulté le ).
  26. (en) « ABC News Timothy McVeigh Verdict Poll, June 1997 », sur ICPSR Data Holdings, (consulté le ).
  27. (en) Henry N. Pollack, « Uncertain about science », dans Uncertain Science … Uncertain World, Cambridge University Press (ISBN 978-0-511-54137-7, lire en ligne), p. 5–22.
  28. (en) « Anti-Defamation League », sur Religion Past and Present (consulté le ).
  29. a et b (en-US) Derek Lowe, « UCFPD Investigating Multiple Nazi Symbols, Fliers at UCF », sur KnightNews.com (consulté le ).
  30. (en) University Herald, « Nazi Organization Recruitment At Boston University? Poster Discovered Inside Campus [VIDEO] », sur University Herald, (consulté le ).
  31. (en) « Alt Right Groups Target Campuses with Fliers », sur lasvegas.adl.org, Anti-Diffamation League Nevada (consulté le ).
  32. a b c et d (en) A.C. Thompson, Ali Winston et Jake Hanrahan, « Inside Atomwaffen As It Celebrates a Member for Allegedly Killing a Gay Jewish College Student », ProPublica,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. (en) « Active Hate Groups 2016 », Intelligence Report, Southern Poverty Law Center,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. (en) Kristine Phillips, « A neo-Nazi with explosives and a framed photo of Timothy McVeigh is not a threat, judge rules », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. a et b (en) A.C. Thompson, Ali Winston et Jake Hanrahan, « California Murder Suspect Said to Have Trained With Extremist Hate Group », ProPublica,‎ (lire en ligne).
  36. (en) « Backgrounder: Atomwaffen Division (AWD) », Anti-Defamation League.
  37. (en) Kyle Swenson, « Suspects in five killings reportedly linked to macabre neo-Nazi group" », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  38. (en) Jonah Bromwich, « What Is Atomwaffen? A Neo-Nazi Group, Linked to Multiple Murders », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ] Accès payant).
  39. Jonah Bromwich, « What Is Atomwaffen? A Neo-Nazi Group, Linked to Multiple Murders », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  40. Dr Eoin Lenihan, « Menaces de mort à l’égard des élus allemands: une conséquence directe de la migration des médias sociaux », sur European Eye on Radicalization, (consulté le ).
  41. « Audio Recording Claims Neo-Nazi Terror Group Is Disbanding - VICE » [archive du ], sur www.vice.com (consulté le )
  42. Conor McCormick-Cavanagh, « James Mason Announces Neo-Nazi Militant Group Is Disbanding » [archive du ], sur Westword, (consulté le )
  43. « Federal law enforcement document reveals white supremacists discussed using coronavirus as a bioweapon », Yahoo News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  44. « Timothy Wilson Planned to Bomb Hospital During COVID-19 Crisis: FBI », Heavy.com,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  45. « FBI learned of coronavirus-inspired bomb plotter through radicalized US Army soldier », ABC News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  46. (en) « Feuerkrieg Division (FKD) », sur Anti-Defamation League (consulté le ).
  47. « As Trump vows crackdown on 'antifa,' growth of right-wing extremism frustrates Europeans », The Washington Post,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  48. « Todesdrohungen aus der Schweiz (Death threats from Switzerland) », Tagesschau.de,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  49. « As Atomwaffen Division Disbands, European Branch Announces It Will "Remain Active" », SITE Intelligence Group,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  50. (en) Goodrick-Clarke, Nicholas., Black sun : Aryan cults, Esoteric Nazism, and the politics of identity, New York, New York University Press, , 371 p. (ISBN 0-8147-3124-4, 978-0-8147-3124-6 et 0-8147-3155-4, OCLC 47665567, lire en ligne).
  51. (en) « JAMES MASON », sur Southern Poverty Law Center.
  52. a b et c (en) « Atomwaffen and the SIEGE parallax: how one neo-Nazi’s life’s work is fueling a younger generation », Southern Poverty Law Center, .
  53. (en) Kelly Weill, « Satanism Drama Is Tearing Apart the Murderous Neo-NaziGroup », The Daily Beast,‎ (lire en ligne).
  54. (en) Filippo Tommaso Marinetti, « The Founding and Manifesto of Futurism », Unknown.nu, .
  55. a b et c (en) Christopher Mathias, « The Maniac Neo-Nazis Keeping Charles Manson's Race War Alive » : « Even within the alt-right — a loose association of white supremacists and fascists — the Atomwaffen Division is considered extreme. ».
  56. a et b (en) Marilyn Mayo, « Alt Right Groups Target Campuses with Fliers », Anti-Defamation League, .
  57. (en) « ADL: White Supremacist Group Redoubling Hate Fliering Efforts on Campus », Anti-Defamation League, .
  58. (en) Christopher Mathias, « 1 Neo-Nazi Group. 5 Murders In 8 Months. », HuffPost,‎ (lire en ligne).
  59. (en) « Report: Suspect in Penn Student’s Murder Has Neo-Nazi Ties », Philadelphia,‎ (lire en ligne).
  60. (en) « ADL: White Supremacist Group Redoubling Hate Fliering Efforts on Campus » [archive du ], Anti-Defamation League, (consulté le ).
  61. (en) Christopher Mathias, « 1 Neo-Nazi Group. 5 Murders In 8 Months. », HuffPost,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le ).
  62. (en) « Report: Suspect in Penn Student's Murder Has Neo-Nazi Ties », Philadelphia,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le ).
  63. (en) Ben Makuch et Mack Lamoureux, « Neo-Nazis Are Glorifying Osama Bin Laden », Vice,‎ (lire en ligne).
  64. (en) « Donning the Mask: Presenting 'The Face of 21st Century Fascism' », sur Southern Poverty Law Center, .
  65. (en) Brian Chasnoff, « Racist at vigil sends online message », Express News,‎ (lire en ligne).
  66. (en) « Neo-Nazi Nerds Recruiting Students At Top Universities To Carry Out ISIS Attacks », Radar Online,‎ (lire en ligne).
  67. (en) Christopher Matthias, « The Enemy Of My Enemy Is My Friend: What Neo-Nazis Like About ISIS », HuffPost,‎ (lire en ligne).
  68. (en) A.C. Thompson, Ali Winston et Jake Hanrahan, « California Murder Suspect Said to Have Trained With Extremist Hate Group — ProPublica », ProPublica,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  69. (en) Ali Winston, « FBI Crackdown on Atomwaffen Division Heats Up With New Arrests », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. (en-US) The Associated Press, « He Led a Neo-Nazi Group Linked to Bomb Plots. He Was 13. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]