Division Atomwaffen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Atomwaffen Division
Image illustrative de l’article Division Atomwaffen

Idéologie Néonazisme
Antisémitisme
Terrorisme islamiste (pour certains)
Néofascisme
Suprémacisme blanc
Anticapitalisme[1]
Homophobie
Accélérationnisme (en)[2]
Hitlérisme ésotérique (en)
Nationalisme blanc
Anticommunisme
Millénarianisme (en)
Futurisme américain
Ordre des neuf angles (en) (factions internes)
Positionnement Politique Extrême droite
Objectifs  • Renversement du gouvernement fédéral des États-Unis par le terrorisme et la guérilla
 • Instigation d'un nettoyage ethnique et d'une guerre ethnique contre les non-Blancs
 • Création d'un État ethnique blanc en Amérique du Nord sur la base du nazisme
Statut Actif
Site web atomwaffendivision.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondation
Date de formation 2015[2]
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Fondé par Brandon Russell
Actions
Mode opératoire Meurtres, agressions, violence politique, sabotages, terrorisme
Nombres d'attaques imputées Meurtres de 8 personnes, dont celui de Blaze Bernstein (en)
Victimes (morts, blessés) 8+
Zone d'opération Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, Drapeau du Canada Canada, Drapeau de l'Allemagne Allemagne et pays baltes
Période d'activité Depuis 2015
Organisation
Chefs principaux James Mason (en) (conseiller), multiples chefs de cellules autonomes[3]
Membres + de 80 (2018)
Sanctuaire Floride, Drapeau des États-Unis États-Unis
Tallinn, Drapeau de l'Estonie Estonie (en Europe)
Groupe relié a succédé à Iron March[2],[4],[5]

La Division Atomwaffen (« la division bombe atomique », en allemand) est réseau terroriste néonazi américain fondé en 2015, dans le sud des Etats-Unis. Il est également actif au Royaume-Uni, au Canada, en Allemagne et dans les pays baltes, et dans d'autres pays européens.

Historique[modifier | modifier le code]

La création de la division Atomwaffen a été annoncée sur le forum de discussion en ligne néonazi IronMarch.org en 2015[6],[7]. Il est lié à des groupes militants violents tels que le Mouvement de la Résistance Nordique, Action Nationale, le Bataillon Azov.

En 2016, l'organisation attire l'attention grâce à une campagne d'affichage sur des campus universitaires à travers les États-Unis[8]. Le groupe est composé en majorité de jeunes et il a également recruté de nouveaux membres sur les campus universitaires[9],[10]. Ses campagnes d’affiche de recrutement sur les campus[11] incitent les étudiants à « rejoindre vos nazis locaux! » et dire « les nazis arrivent! ». Elle a posté des affiches de recrutement à l’Université de Chicago[12],[8], à l’Université de Floride centrale[12], à la Old Dominion University de Norfolk, en Virginie, et à l’Université de Boston[13],[14].

La division Atomwaffen a recruté plusieurs anciens combattants et membres actuels des forces armées américaines qui forment les membres de l'organisation à l'utilisation des armes à feu et au combat au corps à corps.

Atomwaffen s’est engagée dans des projets visant à paralyser les réseaux d’eaux publiques et à détruire des éléments du Continental U.S. power transmission grid (en)[15]. Atomwaffen a également été accusée d’avoir planifié l'explosion de centrales nucléaires afin de provoquer des cataclysmes nucléaires[15]. L'organisation vise un renversement violent du gouvernement fédéral américain par le biais de tactiques terroristes et de guérilla.

« La Division Atomwaffen » encourage les membres à brûler le drapeau des États-Unis et la Constitution des États-Unis, et à attaquer le gouvernement et les minorités (en particulier les Juifs)[16]. Le groupe est principalement composé de jeunes et la Division Atomwaffen a été active dans le domaine de la sélection de campus universitaires. Elle est listée comme un groupe haineux par le Southern Poverty Law Center[17],[18].

Depuis 2017, l'organisation a été liée à cinq meurtres et à plusieurs agressions[19],[20],[21].

Début 2018, ProPublica estime que la Division Atomwaffen comporte 80 membres aux Etats-Unis[19], tandis que l'Anti-Defamation League juge quant à elle qu'Atomwaffen aurait 24 à 36 membres actifs[22].

Elle subit ensuite un fort déclin en raison de conflits internes, d'arrestations et de 5 meurtres attribués au groupe[23].

Via les réseaux sociaux, l'organisation a essaimé en Allemagne. Elle est liée à d'autres organsisations terroristes néo-nazies comme la Feurerkrieg Division (FKD), la Sonnenkrieg Division, et The Base[24].

Idéologie[modifier | modifier le code]

L’organisation prône explicitement le néonazisme, tirant une influence notable de James Mason (en) et de sa publication, Siege, un bulletin d’information datant du milieu des années 80 appartenant au National Socialist Liberation Front qui rend hommage à Adolf Hitler, Joseph Tommasi, Charles Manson, Savitri Devi[25]. Celle-ci a été publiée en version livresque, qui doit être lu par tous les membres. Mason, un néo-nazi et négationniste de l'Holocauste qui prône le meurtre et la violence pour créer l'anarchie et déstabiliser le système, est l'un des principaux conseillers du groupe[26],[27].

Atomwaffen s'inspire également de l'ésotérisme et de l'occultisme nazis. Ses lectures recommandées aux aspirants initiés incluent les œuvres de Savitri Devi et d'Anton Long de l'Ordre des Neuf Angles, un célèbre chef néo-nazi britannique aux antécédents criminels violents[7]. Certains membres ont prêté allégeance au mouvement fasciste et sataniste Ordre des neuf angles (en)[27],[28].

Le groupe prône une renaissance du futurisme italien[27], un mouvement artistique d'avant-garde antérieur à la Première Guerre mondiale qui glorifiait « la guerre - l'unique hygiène du monde - le militarisme, le patriotisme, la destruction des porteurs de liberté, de belles idées pour lesquelles il serait digne de mourir »[29].

Elle fait partie de la mouvance de l'alt-right[30],[31],[32],[33],[34], mais elle est considérée comme extrémiste au sein même de cette mouvance[30].

Certains membres ont également affiché de la sympathie à l'égard du salafisme et du djihadisme. Brandon Russell, fondateur de la Division Atomwaffen, aurait décrit Omar Mateen, qui avait prêté allégeance à l'État islamique en Irak et au Levant et perpétré la fusillade dans la discothèque gay d'Orlando, comme « un héros ». Le groupe idolâtre également Oussama ben Laden dans sa propagande et considère « la culture du martyre et de l'insurrection » au sein d'Al-Qaïda et des talibans comme un modèle à imiter[35]. Samuel Woodward a également exprimé un point de vue positif sur l'islam, affirmant qu'il préférait l'EIIL au multiculturalisme et au libéralisme et a cité Julius Evola, Francis Parker Yockey et George Lincoln Rockwell comme ayant également manifesté une sympathie à l'égard de l'islam ; tout en affirmant qu'un des membres du groupe, Devon Arthurs, pense que l'islamophobie est utilisée par les néoconservateurs pour promouvoir le génocide blanc[36]. Un membre de la division Atomwaffen, Stephen Billingsley, a été photographié lors d'une veillée à San Antonio, au Texas, représentant les victimes de la fusillade à Orlando, avec un masque et une pancarte indiquant « Dieu déteste les homosexuels »[37],[38],[39],[40].

Affaires[modifier | modifier le code]

En , Samuel Woodward a été inculpé dans le comté d'Orange, en Californie, du meurtre de Blaze Bernstein, un étudiant juif ouvertement gay qui avait disparu plus tôt dans le mois alors qu'il rendait visite à sa famille. Woodward est un néo-nazi déclaré et un membre du groupe qui avait assisté aux événements et aux camps d'entraînement de la division Atomwaffen, selon ProPublica[41]. Selon des journaux de conversation publiés ultérieurement par ProPublica, un membre a écrit sur le meurtre « J'aime cela » et un autre a louangé Woodward en le qualifiant d'« équipier de démolisseurs de juifs homosexuels ».

Les nouveaux journaux indiquent qu'il y a environ 20 cellules Atomwaffen aux États-Unis, que certains membres ont participé à un entraînement aux armes et montrent aux membres félicitant Timothy McVeigh, responsable de l'attentat à la bombe d'Oklahoma City, du tireur de l'église de Charleston, Dylann Roof, et du meurtrier norvégien suprémaciste blanc Anders Breivik. Bernstein est la cinquième victime du groupe Atomwaffen[16].

En Août 2019, deux membres d'une cellule de Virginie et un militaire en activité ont été arretés[42]. Conor Climo, ancien ingénieur de combat et gardien de sécurité, est accusé d'avoir planifié des attaques sur une synagogue et un bar servant une clientèle essentiellement LGBT. Jarret William Smith, militaire en activité, est accusé d'avoir partagé en ligne des instructions pour fabriqué des bombes et d'avoir élaboré une stratégie pour attaquer le siège social de CNN à New York, et des activités antifa.

En octobre 2019, Cem Özdemir et Claudia Roth, membres des Verts allemands, ont reçu des menaces de mort très précises et crédibles provenant de la branche allemande d'Atomwaffen.


Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « ATOMWAFFEN DIVISION », sur Southern Poverty Law Center
  2. Jake Hanrahan, « Unravelling Atomwaffen: Exposing America’s New Nazi Militants », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  3. James Poulter, « The Obscure Neo-Nazi Forum Linked to a Wave of Terror », Vice,‎ (lire en ligne)
  4. « Visions of Chaos: Weighing the Violent Legacy of Iron March », sur Southern Poverty Law Center
  5. (en) « Atomwaffen Division », sur Southern Poverty Law Center (consulté le 30 novembre 2019)
  6. a et b (en) « Atomwaffen and the SIEGE parallax: how one neo-Nazi’s life’s work is fueling a younger generation », sur Southern Poverty Law Center (consulté le 30 novembre 2019)
  7. a et b (en) « Militant Neo-Nazi Group Claims Credit for Hanging Hitler Portrait, Swastikas on Campus Building », sur www.chicagomaroon.com (consulté le 30 novembre 2019)
  8. « ABC News Timothy McVeigh Verdict Poll, June 1997 », sur ICPSR Data Holdings, (consulté le 30 novembre 2019)
  9. Henry N. Pollack, « Uncertain about science », dans Uncertain Science … Uncertain World, Cambridge University Press (ISBN 978-0-511-54137-7, lire en ligne), p. 5–22
  10. « Anti-Defamation League », sur Religion Past and Present (consulté le 30 novembre 2019)
  11. a et b (en-US) Derek Lowe, « UCFPD Investigating Multiple Nazi Symbols, Fliers at UCF », sur KnightNews.com (consulté le 30 novembre 2019)
  12. (en) University Herald, « Nazi Organization Recruitment At Boston University? Poster Discovered Inside Campus [VIDEO] », sur University Herald, (consulté le 30 novembre 2019)
  13. « Alt Right Groups Target Campuses with Fliers », sur lasvegas.adl.org, Anti-Diffamation League Nevada (consulté le 30 novembre 2019)
  14. a et b A.C. Thompson, Ali Winston et Jake Hanrahan, « Inside Atomwaffen as it celebrates a member for allegedly killing a gay Jewish college student », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  15. a et b A.C. Thompson, Ali Winston et Jake Hanrahan, « Inside Atomwaffen As It Celebrates a Member for Allegedly Killing a Gay Jewish College Student », ProPublica,‎ (lire en ligne)
  16. (en) « Active Hate Groups 2016 », Intelligence Report, Southern Poverty Law Center,‎ (lire en ligne)
  17. Kristine Phillips, « A neo-Nazi with explosives and a framed photo of Timothy McVeigh is not a threat, judge rules », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  18. a et b A.C. Thompson, Ali Winston et Jake Hanrahan, « California Murder Suspect Said to Have Trained With Extremist Hate Group », ProPublica,‎ (lire en ligne)
  19. « Backgrounder: Atomwaffen Division (AWD) », Anti-Defamation League
  20. Kyle Swenson,, « Suspects in five killings reportedly linked to macabre neo-Nazi group" », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  21. Jonah Bromwich, « What Is Atomwaffen? A Neo-Nazi Group, Linked to Multiple Murders », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  22. Dr Eoin Lenihan, « Menaces de mort à l’égard des élus allemands: une conséquence directe de la migration des médias sociaux », sur European Eye on Radicalization, (consulté le 30 novembre 2019)
  23. (en) « Feuerkrieg Division (FKD) », sur Anti-Defamation League (consulté le 30 novembre 2019)
  24. Goodrick-Clarke, Nicholas., Black sun : Aryan cults, Esoteric Nazism, and the politics of identity, New York University Press, (ISBN 0-8147-3124-4, 978-0-8147-3124-6 et 0-8147-3155-4, OCLC 47665567, lire en ligne)
  25. « JAMES MASON », sur Southern Poverty Law Center
  26. a b et c « Atomwaffen and the SIEGE parallax: how one neo-Nazi’s life’s work is fueling a younger generation », Southern Poverty Law Center,
  27. Kelly Weill, « Satanism Drama Is Tearing Apart the Murderous Neo-NaziGroup », The Daily Beast,‎ (lire en ligne)
  28. Filippo Tommaso Marinetti, « The Founding and Manifesto of Futurism », Unknown.nu,
  29. a et b Christopher Mathias, « The Maniac Neo-Nazis Keeping Charles Manson's Race War Alive » : « Even within the alt-right — a loose association of white supremacists and fascists — the Atomwaffen Division is considered extreme. »
  30. Marilyn Mayo, « Alt Right Groups Target Campuses with Fliers », Anti-Defamation League,
  31. « ADL: White Supremacist Group Redoubling Hate Fliering Efforts on Campus », Anti-Defamation League,
  32. Christopher Mathias, « 1 Neo-Nazi Group. 5 Murders In 8 Months. », HuffPost,‎ (lire en ligne)
  33. « Report: Suspect in Penn Student’s Murder Has Neo-Nazi Ties », Philadelphia,‎ (lire en ligne)
  34. Ben Makuch et Mack Lamoureux, « Neo-Nazis Are Glorifying Osama Bin Laden », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  35. Jake Hanrahan, « Unravelling Atomwaffen: Exposing America's New Nazi Militants », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  36. « Donning the Mask: Presenting 'The Face of 21st Century Fascism' », sur Southern Poverty Law Center,
  37. Brian Chasnoff, « Racist at vigil sends online message », Express News,‎ (lire en ligne)
  38. « Neo-Nazi Nerds Recruiting Students At Top Universities To Carry Out ISIS Attacks », Radar Online,‎ (lire en ligne)
  39. Christopher Matthias, « The Enemy Of My Enemy Is My Friend: What Neo-Nazis Like About ISIS », HuffPost,‎ (lire en ligne)
  40. (en-US) A.C. Thompson, Ali Winston et Jake Hanrahan, « California Murder Suspect Said to Have Trained With Extremist Hate Group — ProPublica », ProPublica,‎ (lire en ligne)
  41. (en) Ali Winston, « FBI Crackdown on Atomwaffen Division Heats Up With New Arrests », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]