Proud Boys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Proud Boys
Image illustrative de l’article Proud Boys

Idéologie Néo-fascisme
Suprémacisme blanc
Masculinisme
Chauvinisme
Antiféminisme
Anticommunisme
Statut Actif
Site web proudboysusa.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondation
Date de formation Années 2010
Pays d'origine États-Unis
Fondé par Gavin McInnes
Actions
Mode opératoire Violence politique
émeutes
insurrection
Zone d'opération Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Organisation
Chefs principaux Enrique Tarrio
Répression
Considéré comme terroriste par Drapeau du Canada Canada (3 février 2021)[1]

Proud Boys (litt. « les fiers garçons ») est une organisation américaine néo-fasciste[2],[3],[4],[5],[6],[7]. N'acceptant que les hommes parmi ses membres, elle promeut et est impliquée dans des actes de violence politique aux États-Unis[8],[9],[10],[11]. Elle est fondée en 2016 à New York par Gavin McInnes, celui-ci la décrivant comme une fraternité, ou un « club pour hommes ». Majoritairement pro-Trump, elle s'adresse aux hommes qui veulent « défendre les valeurs de l'Occident » et « refusent de s’excuser d’avoir créé le monde moderne »[12].

En 2021, le groupe est inséré à la liste des entités terroristes du ministère canadien de la sécurité publique[1].

Mouvement[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Gavin McInnes
Le fondateur Gavin McInnes.

Le mouvement trouve ses origines en la personne de son fondateur Gavin McInnes, connu pour avoir cofondé le magazine Vice au Canada dans les années 1990 et autrefois connu comme « parrain » du mouvement hipster, avant qu'il ne quitte la rédaction de Vice en 2008. Au début des années 2010, dorénavant installé dans l'État de New York aux États-Unis, il anime des chroniques sur plusieurs sites Internet et dans des émissions de télévision à tendance conservatrice. Critique envers ce qu'il perçoit comme les excès du féminisme et du multiculturalisme, ses propos créent plusieurs fois la polémique, et il se retrouve ainsi accusé de sexisme, de xénophobie et de transphobie[13]; mais son idéologie résonne également chez un public principalement composé de jeunes hommes conservateurs américains[14]. Ainsi en 2016, pendant la campagne présidentielle américaine, il crée à New York l'organisation Proud Boys, entièrement masculine, vouée à « défendre l'Occident » et à favoriser l'élection du candidat républicain Donald Trump[12],[14],[15]. Le groupe est très tôt actif sur les réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter[12].

Attributs du mouvement[modifier | modifier le code]

Le nom du mouvement « Proud Boys » proviendrait d'une blague sur la chanson Proud of your Boy utilisée dans la comédie musicale Disney's Aladdin: The New Stage Musical jouée en 2011[16],[17].

La devise du mouvement est : « Nous glorifions les entrepreneurs, nous vénérons la femme au foyer, nous chérissons la liberté d’expression, nous aimons nos armes. »[12]. Les membres reprennent d'autres slogans comme « West is the Best » soit « l'Occident est le meilleur »[12], ou « Stand Back, Stand By » soit « reculez et tenez-vous prêts », en allusion à une phrase prononcée par Donald Trump lors d'un débat présidentiel[18].

Le mouvement n'a pas d'uniforme officiel mais utilise un polo noir de la marque Fred Perry[19]. Le , la marque prend la décision de ne plus vendre le polo aux États-Unis et au Canada[18].

Composition[modifier | modifier le code]

Le groupe affirme rejeter toute discrimination en fonction de la couleur de peau, la religion, l'orientation politique ou sexuelle[20]; cependant, il n'admet pas de femmes dans ses rangs[17],[21]. En effet, le groupe n'accepte comme membres que des hommes adultes et « biologiquement masculins » (biological men)[21]. Un document interne aux forces de l'ordre de l’État de Washington mentionne toutefois l'existence d'une organisation nommée Proud Boy Girls ou Proud Boys Girls, qui serait liée aux Proud Boys et composée de femmes soutenant l'idéologie du groupe[22].

Hiérarchie des membres[modifier | modifier le code]

Enrique Tarrio
Enrique Tarrio, actuel leader des Proud Boys.

D'après l'association antiraciste Southern Poverty Law Center et des déclarations de Gavin McInnes, tout homme désirant devenir membre des Proud Boys doit suivre un rite d'initiation hiérarchisé en 4 degrés[23],[24],[25] :

  • Degré 1 : L'aspirant doit prononcer la phrase « I am a Western chauvinist who refuses to apologize for creating the modern world » (« Je suis un Occidental chauvin qui refuse de s'excuser pour la création du monde moderne »).
  • Degré 2 : L'aspirant doit donner le nom de 5 marques de céréales pendant qu'il se fait rouer de coups par d'autres membres[23]. Ce rituel s'apparentant à du bizutage (McInnes dit s'être inspiré d'un « jeu » pratiqué dans son lycée[23]) aurait pour but, selon McInnes, d'évaluer la capacité de l'aspirant à « contrôler son adrénaline » et à se servir de ses facultés mentales même en situation délicate. Il explique : « Défendre l'Occident contre ceux qui veulent sa chute équivaut à se rappeler des noms de marques de céréales alors qu'on est sous le coup de dix poings. »[25]
  • Degré 3 : L'aspirant doit se faire tatouer le logo des Proud Boys et « renoncer à la masturbation ».
  • Degré 4 : Le degré 4 est obtenu après participation à des combats « pour la cause », contre des groupes d'extrême gauche ou antifascistes[15].

Le groupe a été mené par son fondateur Gavin McInnes jusqu'à son départ de l'organisation. Henry "Enrique" Tarrio[26], chef d'entreprise cubano-américain et membre au 4e degré, a alors repris la direction du groupe[27],[28],[29].

Localisation[modifier | modifier le code]

Créé à New York, le groupe est installé, par le biais d'antennes locales, dans plusieurs États des États-Unis. Il revendique également une présence au Canada (où il est considéré par le ministère de la Sécurité publique comme entité terroriste depuis février 2021[1]) en Australie, en Israël[8] ainsi qu'au Japon[14].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Le mouvement des Proud Boys propose de nombreuses mesures[Lesquelles ?] (liées au port des armes notamment) qui le classent dans l'extrême droite américaine. Ses membres, selon son fondateur Gavin McInnes, sont à « 99 % des soutiens de Donald Trump »[30]

En 2021, à la suite des évènements du Capitole, l'organisation décide de concentrer ses efforts à l’échelon local, notamment auprès des conseils scolaires et conseils municipaux. Des manifestations sont ainsi organisées lors des conseils scolaires pour protester contre le masque à l’école ou en faveur du retrait des bibliothèques scolaires d’ouvrages évoquant les questions LGBT[31].

Liens avec Donald Trump[modifier | modifier le code]

Le fondateur Gavin McInnes a affirmé que les membres du groupe sont à « 99 % des soutiens de Donald Trump ». Les Proud Boys firent l'acualité nationale à la suite du débat présidentiel du opposant les deux candidats Donald Trump et Joe Biden, lorsque le modérateur demanda à Trump s'il était prêt à condamner les suprémacistes blancs ; le candidat répondit simplement « Fiers garçons, mettez-vous en retrait, tenez-vous prêts » (OK Proud Boys, stand back, stand by)[18],[20],[32]. Cette phrase fut interprétée comme un appel du pied aux Proud Boys, notamment par des membres importants de l'organisation[18],[20] qui ont repris « Stand Back, Stand By » comme un slogan[18]. Visé par la polémique, Donald Trump déclara plus tard ignorer l'existence des Proud Boys, avant de les appeler à « laisser la police faire son travail »[20],[32].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Université de New York[modifier | modifier le code]

En , McInnes se rend à l'Université de New York pour un discours, accompagné par une dizaine de Proud Boys. Des antifascistes attendent les Proud Boys et des échauffourées ont lieu. Un membre des Proud Boys aurait encouragé les autres à se battre contre les « pédés en noir qui vont nous empêcher de rentrer [dans l'université]». Ce dernier sera arrêté peu après pour avoir frappé un journaliste. En tout, onze personnes seront arrêtées[réf. à confirmer][33].

Berkeley "Patriot’s Day" rally[modifier | modifier le code]

Durant une manifestation pro-Trump, la « March 4 Trump (en) », l'un des manifestants, identifié comme Kyle Chapman, est aperçu et filmé en train de frapper un contre-manifestant sur la tête. Les images de Chapman deviennent virales et les Proud Boys organisent une collecte de dons pour payer sa caution après son arrestation. Peu après, McInnes invite Chapman à s'impliquer aux côtés des Proud Boys. Ce dernier fonde alors la branche paramilitaire des Proud Boys, nommée « Fraternal Order of the Alt-Knights » (« Ordre Fraternel des Alt-Chevaliers » - pour « chevaliers de l'alt-right », ou droite alternative américaine)[34].

Perturbation d'une manifestation des peuples autochtones à Halifax[modifier | modifier le code]

Le premier juillet 2017, 5 militaires des forces armées canadiennes, s'autoproclamant membres des Proud Boys, perturbent une manifestation autochtone lors des célébrations du Canada Day à Halifax[35]. Les militaires, qui n'étaient pas en service lors de l'évènement, ont été suspendus le temps d'une enquête sur leurs agissements.

Incidents à Manhattan et départ de Gavin McInnes[modifier | modifier le code]

Le , Gavin McInnes prend part à une « reconstitution historique » de l'assassinat d'Inejiro Asanuma, suivie d'un discours, au Metropolitical Republican Club, lieu de rencontre de sympathisants républicains à Manhattan, New York[10],[36]. L'événement est organisé cinquante-huit ans jour pour jour après qu'Asanuma, alors chef du Parti socialiste japonais, a été assassiné par Otoya Yamaguchi, un étudiant appartenant à l'ultradroite nationaliste japonaise. Après le discours de McInnes, une rixe éclate devant le Metropolitical Republican Club ; selon la police de New York, l'incident serait survenu après que des militants masqués, se réclamant du groupe Antifa, ont lancé une bouteille en plastique sur un groupe de personnes (dont des Proud Boys) venues assister au discours[10]. Plusieurs Proud Boys et militants Antifas sont alors recherchés par la police[10].

Le mois suivant, alors que l'enquête sur les violences à Manhattan se poursuit, un document interne aux forces de l'ordre de l'État de Washington circule sur Internet, rapportant que le FBI aurait classé les Proud Boys comme un « groupe extrémiste ayant des relations avec le nationalisme blanc »[22],[37],[38], information qui sera plus tard démentie par le FBI[39]. L'information fait écho dans la presse américaine, et le (soit deux jours après la publication du document) Gavin McInnes annonce publiquement son départ des Proud Boys[8]. Il précise cependant que sa décision repose sur l'avis de ses conseillers juridiques et des forces de l'ordre, et a pour unique but d'alléger la peine de sept Proud Boys jugés pour leur participation aux violences du  ; il déclare « cela montrera aux jurés qu'ils n'ont pas affaire à un gang et que personne n'est aux commandes » et insiste qu'il n'a « jamais été le chef du groupe, seulement son fondateur »[8].

En , lors d'une conférence de presse, un agent du FBI déclare que, contrairement à ce qui avait été rapporté dans la presse, le FBI n'avait pas classé les Proud Boys comme « groupe extrémiste ayant des relations avec le nationalisme blanc » et qu'il s'agissait d'un malentendu entre le FBI et les forces de l'ordre. Selon l'agent, le FBI ne catalogue pas les groupes et avait uniquement « essayé d'évaluer la menace potentielle venant d'individus appartenant au groupe »[39].

Poursuites judiciaires contre le SPLC[modifier | modifier le code]

En , soit plus de trois mois après avoir quitté Proud Boys, Gavin McInnes attaque en justice l'association antiraciste américaine Southern Poverty Law Center pour « diffamation », l'association ayant par le passé désigné les Proud Boys comme un groupuscule « d'incitation à la haine », et déclaré que le groupe, ainsi que McInnes, tiendraient un discours misogyne et anti-musulmans[11],[40]. Selon McInnes, ces affirmations — qu'il rejette — auraient personnellement porté atteinte à sa carrière et sa réputation, et auraient en partie causé son départ de Proud Boys[40].

Arrestation d'Enrique Tarrio[modifier | modifier le code]

Le , la veille de deux journées d’action pro-Trump, le leader Enrique Tarrio est arrêté pour des faits remontant à [27]: il avait revendiqué la destruction le de la bannière Black Lives Matter d’une église afro-américaine[41].

Le , il est condamné pour cet acte à 155 jours de prison et une amende de 1 000 dollars. Il a aussi été condamné à verser 347 dollars de dommages et intérêts à l'église vandalisée[42].

Assaut du Capitole par des partisans de Donald Trump[modifier | modifier le code]

De nombreux membres des Proud Boys ont participé a l'assaut du Capitole du . Le , Joseph Randall Biggs, un des leaders, est arrêté en Floride[43]. Au , 11 membres des Proud Boys avaient été arrêtés dans le cadre de l’enquête du FBI[44].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « 13 groupes s'ajoutent à la liste canadienne des entités terroristes », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  2. Associated Press, « 3 arrested in NYC clashes following speech by leader of far-right Proud Boys group », sur chicagotribune.com (consulté le )
  3. (en) Rebecca Onion, « The Proud Boys’ Acceptance at a Fancy Republican Club Looks a Lot Like the Courtship Between Conservatives and Fascists Before WWII », sur Slate Magazine, (consulté le )
  4. (en) Daniel HoSang, Producers, parasites, patriots : race and the new right-wing politics of precarity, Université du Minnesota (ISBN 978-1-4529-6034-0, 1-4529-6034-8 et 978-1-4529-6033-3, OCLC 1080251627, lire en ligne), p. 2
  5. (en) CV Vitolo-Haddad, « The Blood of Patriots: Symbolic Violence and “The West” », Rhetoric Society Quarterly, vol. 49, no 3,‎ , p. 280–296 (ISSN 0277-3945 et 1930-322X, DOI 10.1080/02773945.2019.1610641, lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Peter McLaren, « Are those whiffs of fascism that I smell? Living behind the orange curtain », Educational Philosophy and Theory, vol. 52, no 10,‎ , p. 1011–1015 (ISSN 0013-1857 et 1469-5812, DOI 10.1080/00131857.2019.1672854, lire en ligne, consulté le )
  7. (en) Samantha Kutner, Swiping Right: The Allure of Hyper Masculinity and Cryptofascism for Men Who Join the Proud Boys, International Centre for Counter-Terrorism, , 34 p. (lire en ligne), p. 24
  8. a b c et d (en) Jason Wilson, « Proud Boys founder Gavin McInnes quits 'extremist' far-right group », sur The Guardian, 2018-22-19 (consulté le )
  9. (en) Ashley Southall, « Police Seek 9 Proud Boys Supporters on Riot Charges After Brawls With Antifa », sur www.nytimes.com, (consulté le )
  10. a b c et d (en) Minyvonne Burke, « Three more Proud Boys members arrested for violent Manhattan fight », sur NBC News, (consulté le )
  11. a et b (en) Merrit Kennedy, « Proud Boys Founder Files Defamation Lawsuit Against Southern Poverty Law Center », sur npr.org, (consulté le )
  12. a b c d et e « Qui sont les Proud Boys, ce groupe qui cherche à « défendre l'Occident »? », sur ici.radio-canada.ca , (consulté le )
  13. (en) Kristina Monllos, « Rooster CCO Gavin McInnes Asked to Take Leave of Absence », sur Adweek, (consulté le )
  14. a b et c (en) Alan Feuer, « Proud Boys Founder: How He Went From Brooklyn Hipster to Far-Right Provocateur », sur www.nytimes.com, (consulté le )
  15. a et b « Présidentielle américaine : qui sont les Proud Boys, le groupe d'extrême droite cité par Trump lors du débat ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  16. (en) Emma Grey Ellis, « Your Handy Field Guide to the Many Factions of the Far Right, From the Proud Boys to Identity Evropa », sur wired.com, (consulté le )
  17. a et b Jane Coaston, « The Proud Boys, the bizarre far-right street fighters behind violence in New York, explained », sur Vox, (consulté le )
  18. a b c d et e Balla Fofana, « Fred Perry retire un polo vampirisé par des suprémacistes blancs », liberation.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. (en)Fred Perry Wants Nothing to Do With Its Alt-Right Fanboys - Esquire, 10 Juillet 2017
  20. a b c et d « Après sa sortie sur les "Proud Boys", Donald Trump fait machine arrière », france24.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. a et b Jaclyn Cosgrove, « The Proud Boys walk into a bar. A fight breaks out. Now a Los Angeles bar deals with the consequences », sur latimes.com (consulté le )
  22. a et b (en) « Clark County Sheriff's Memo », sur propertyofthepeople.org, (consulté le )
  23. a b et c (en)Proud Boys: ‘Willing to go places and disrupt things’ - Toronto Sun, 6 Juillet 2017
  24. (en) « #PROUDBOYS », sur StreetCarnage.com, (consulté le )
  25. a et b (en) Gavin McInnes, « Introducing: The Proud Boys », sur takimag.com (en), (consulté le )
  26. « États-Unis: le chef des «Proud Boys» condamné à 5 mois de prison », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. a et b « Proud Boys : le leadeur de la milice d’extrême droite, Enrique Tarrio, arrêté à Washington », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « États-Unis : qui est Enrique Tarrio, le leader des Proud Boys ? », france24.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en) « Hate Goes Mainstream With the Miami Proud Boys », miaminewtimes.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. (en)Who Are The Proud Boys? - Michael McDonald - Huffington Post Canada, 07 Juin 2017
  31. « États-Unis. Les Proud Boys jettent leur dévolu sur les conseils scolaires et conseils municipaux », sur Courrier international, (consulté le )
  32. a et b « Suprémacistes blancs : les propos de Trump lors du débat font polémique », lepoint.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. « Anti-Fascist Protesters Clash With 'Proud Boys' As Gavin McInnes Speaks At NYU: Gothamist », sur web.archive.org, (consulté le )
  34. Inna Shevchenko (ill. Biche), « SUPRÉMACISTES : Les chevaliers très blancs de l’Amérique de Trump », Charlie Hebdo, no 1473,‎ , p. 9 (ISSN 1240-0068, lire en ligne, consulté le ) :

    « Le fondateur, Kyle Chapman, a d’ailleurs été surnommé Stick Man (« l’homme au bâton ») après en avoir cassé un sur la tête d’un manifestant. »

  35. « Cinq militaires suspendus pour avoir perturbé une manifestation à Halifax », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le )
  36. (en) Joe Sommerlad, « Proud Boys: The male-only far-right fringe group who advocate 'Western chauvinism' and love Aladdin », sur The Independent, (consulté le )
  37. (en) Jason Wilson, « FBI now classifies far-right Proud Boys as 'extremist group', documents say », sur The Guardian, (consulté le )
  38. (en) Corky Siemaszko et Brandy Zadrozny, « The Boys and Girls of white nationalism: 'Proud' groups labeled 'extremist' in newly revealed FBI files », sur NBC News, (consulté le )
  39. a et b (en) Maxine Bernstein, « Head of Oregon’s FBI: Bureau doesn’t designate Proud Boys as extremist group », sur oregonlive.com, (consulté le )
  40. a et b (en) Associated Press, « Proud Boys founder Gavin McInnes sues Southern Poverty Law Center over hate group label », sur nbcnews.com, (consulté le )
  41. (en-US) Peter Hermann, « Proud Boys leader says he burned Black Lives Matter banner stolen from church during demonstrations in D.C. », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne)
  42. « États-Unis: le chef des «Proud Boys» condamné à 5 mois de prison », sur LEFIGARO (consulté le )
  43. « Un leader des Proud Boys arrêté en Floride en lien avec l'assaut du Capitole », Radio-Canada,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. « Donald Trump: une destitution pour aplatir la courbe de la violence politique? », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. (en) Tom Porter, « Who are the Alt-Right Leaders Addressing the White Nationalist Rally in Charlottesville? », sur Newsweek, (consulté le )
  46. (en) John Haltiwanger, « The FBI has officially declared the 'Proud Boys,' a far-right 'Western chauvinist' group with a penchant for street fights, as 'extremist' », sur Business Insider, (consulté le )
  47. (en) Simon Houpt, « Vice co-founder Gavin McInnes’s path to the far-right frontier », sur The Globe and Mail, (consulté le )