The Daily Stormer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

The Daily Stormer
Logo de The Daily Stormer

Adresse dailystormer.su
Commercial Non
Type de site Site web d'actualité
Langue Anglais, espagnol, grec et italien
Rédacteur en chef Andrew Anglin
Lancement 4 juillet 2013
État actuel En activité

The Daily Stormer est un site web d'actualité américain des mouvements suprémaciste blanc et néonazi[1].

Positionnement[modifier | modifier le code]

Controversé, il se considère comme une partie du mouvement alt-right, c'est-à-dire de l’extrême-droite américaine[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Andrew Anglin, l'a fondé le , en remplacement de son site web précédent nommé Total Fascism[2].

Il l'a nommé d'après Der Stürmer, le journal nazi dirigé par Julius Streicher[2].

Contenu et polémiques[modifier | modifier le code]

Afin d'attirer au nationalisme blanc un public plus nombreux, Anglin et ses invités n'hésitent pas à utiliser un registre de langage familier, voire ordurier, pour attaquer les Noirs, les Arabes, les Juifs et les Latinos[3], ton qui lui fut reproché, y compris dans son propre camp[4],[5].

Certains lecteurs, rassemblés en une « Troll Army », attaquaient les figures publiques auxquels ils étaient opposés : ainsi Luciana Berger, députée juive britannique, fut victime de l'Operation: Filthy Jew Bitch de la part de la Troll Army[6], qui reçut des conseils d'Anglin pour ne pas avoir d'ennuis[7],[8]. D'autres victimes sont à signaler, tels que l'avocate australienne Mariam Veiszadeh (en)[9],[10], la journaliste américaine Julia Ioffe (en)[11],[12],[13] ainsi que Breitbart News[14].

Le trolling a aussi fait partie de l'arsenal du site : avec l'aide de Weev, ils ont, le jour anniversaire d'Hitler, piraté plusieurs imprimantes afin de les faire imprimer des tracts incitant à venir visiter le site[15].

Problèmes d'hébergement depuis Unite the Right[modifier | modifier le code]

Le , peu après la publication d'un article sur Heather Heyer[16], une femme tuée lors de la manifestation Unite the Right de 2017, le site web a été informé par sa société d'hébergement GoDaddy qu'il avait violé ses conditions d’utilisation. La société d'hébergement leur donnant 24 heures pour trouver un nouvel hébergeur pour le site[1]. Le lendemain, il a déménagé chez Google qui a presque immédiatement annulé son enregistrement « Nous annulons l'enregistrement de Daily Stormer avec Google Domains pour violation de nos conditions de service »[17].

Les comptes YouTube et Twitter du site ont été supprimés[18]. Facebook et Reddit ont également pris des mesures visant le site[19].

Depuis, le site n'est disponible que sur Tor et, sur le réseau général, qu'à titre temporaire sur des adresses qu'il doit changer après avoir été exclu[20],[19].

Versions dans d'autres langues[modifier | modifier le code]

Daily Stormer a créé des versions en espagnol[21], en grec ainsi qu'en italien. En , trois administrateurs de la version espagnole sont arrêtés en Espagne, et un quatrième a été identifié[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Charlottesville : le site néonazi The Daily Stormer sous pression », sur Le Monde, (consulté le )
  2. a b et c (en) Shane Dixon Kavanaugh, « Here's America's leading Millennial Neo-Nazi. Ugh », Vocativ,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Ashley Feinberg, « This Is The Daily Stormer's Playbook », sur HuffPost, (consulté le )
  4. (en) Heidi Beirich, « Blog Wars: The Daily Stormer and its Racist Frenemies », Southern Poverty Law Center,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « White nationalism’s exploding civil war », Salon.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Andrew Anglin, « Operation: Filthy Jew Bitch – A National Action Soldier has Been Jailed for Calling a Jew a Jew, and We Must Resist », sur The Daily Stormer,
  7. (en) Marcus Dysch, « Neo-Nazi gave out internet abuse tips in campaign against MP », sur The Jewish Chronicle, (consulté le )
  8. « Un britannique condamné pour antisémitisme contre une députée juive », sur i24NEWS, (consulté le )
  9. (en) Hamish Patton, « Oz : Too Much Online Hate for Mariam and the Gook », sur The Daily Stormer,
  10. (en) Hilary Whiteman, « Muslim lawyer fights Twitter 'troll army' », CNN, (consulté le )
  11. (en) Andrew Anglin, « Empress Melania Attacked by Filthy Russian Kike Julia Ioffe in GQ! », The Daily Stormer, (consulté le )
  12. (en) Lauren Gambino, « Journalist who profiled Melania Trump hit with barrage of antisemitic abuse », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  13. « Les fans antisémites de Trump harcèlent une journaliste qui a écrit sur sa femme », sur Slate.fr, (consulté le )
  14. (en) Keegan Hankes, « Eye of the Stormer », sur Southern Poverty Law Center, 09-02- 2017 (consulté le )
  15. (en) Amber Park, « Hacker, white supremacist website claim responsibility for anti-Semitic messages around U », The Daily Princetonian (en),‎ (ISSN 0885-7601, lire en ligne, consulté le )
  16. (en) Andrew Anglin, « Heather Heyer : Woman Killed in Road Rage Incident was a Fat, Childless 32-Year-Old Slut », sur The Daily Stormer,
  17. (en) Reuters, « Google cancels Neo-Nazi site registration soon after it was dumped by GoDaddy », CNBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. (en) « Neo-Nazi site Daily Stormer deleted by Google and GoDaddy », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. a et b Gianluca Merrofiore, « Le site néonazi The Daily Stormer s'offre une seconde vie sur le « darknet » et en Russie après avoir été banni par Google, Facebook et Reddit », sur mashable.france24.com, (consulté le )
  20. (en) Jason Murdock, « Why the Tor Project refuses to censor neo-Nazi websites, child porn and drug dealing », International Business Times UK,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (en) Michael Kunzelman, « Leading neo-Nazi website courts new readers… in Spanish », sur timesofisrael.com, The Times of Israel, (consulté le ).
  22. (es) « Detenidos los líderes de la web neonazi más influyente », sur BURGOSconecta, (consulté le ).