Cody Wilson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cody Wilson
Illustration.
Wilson à Austin en 2012.
Fonctions
Militant de la libre circulation des armes à feux
Biographie
Date de naissance (31 ans)
Lieu de naissance Inconnu
Nationalité États-Unis
Diplômé de University of Texas School of Law de Austin
Profession Personnalité politique, activiste

Cody Rutledge Wilson (né le 31 janvier 1988) est un Américain défenseur du crypto-anarchisme et étudiant en droit[1]. En 2012 il est considéré comme l'une des 15 personnes les plus dangereuses du monde par le magazine Wired[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Defense Distributed[modifier | modifier le code]

Il est le fondateur et directeur de Defense Distributed, une association à but non lucratif qui développe et publie des armes à feu open source, appelée Wiki Weapon (en), imprimable pour impression tridimensionnelle[3],[4],[5].

Cody Wilson est particulièrement connu pour avoir créé le Liberator (en), une arme à feu imprimable à l'aide d'une imprimante 3D. Le Liberator est une petite arme pouvant tirer jusqu'à une dizaine de balles avant que celle-ci n'explose (dû aux imperfections et à la chaleur provoqué suite aux frottements de la balle). Cette arme, imprimé en 3D n'a donc pas de numéros de série, c'est une arme fantôme. De plus, elle est fabriquée en plastique, elle n'est donc pas détectable par les détecteurs de métaux dans les aéroports, lieux publics... Chaque personne ayant une imprimante 3D chez soi peut l'imprimer en possédant le fichier voire le créer soi-même à l'aide de logiciel 3D.

Hatreon[modifier | modifier le code]

Il est le créateur de Hatreon. La plate-forme de crowdfunding de l’alt-right américaine[6].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Il se définit comme « un homme de gauche, à tendance anarchiste [...] l’héritier de la grande tradition révolutionnaire internationale : pour que le peuple puisse faire la révolution, il doit d’abord pouvoir s’armer librement »[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Coste, Etats-Unis : Polémique autour d'une arme... imprimée en 3D, Marianne, 7 mai 2013, [lire en ligne].

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Cody Wilson » (voir la liste des auteurs).
  1. « All markets become black», http://blink.li/, 27 décembre 2012.
  2. «The most 15 dangerous people in the world», https://www.wired.com/, 19 décembre 2012.
  3. « what-3-d-printing-means-for-gun-rights», http://reason.com/, 12 décembre 2012.
  4. « You don't bring a 3D printer to a gun fight - yet», Yahoo!, 10 juin 2012.
  5. Audrey Duperron, « Aux Etats-Unis, on pourra imprimer légalement une arme en 3D à partir du mois prochain », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  6. Valérie de Graffenried, « Aux Etats-Unis, la menace invisible des armes faites maison », le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  7. Yves Eudes, « Dark Wallet, les anarchistes de l'argent », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :