Nationalsozialistischer Untergrund

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir NSU.

Nationalsozialistischer Untergrund
Parti national-socialiste souterrain
NSU
Idéologie Néonazisme
Turcophobie
Statut Inactif
Fondation
Pays d'origine Drapeau : Allemagne de l'Ouest République fédérale d'Allemagne
Actions
Victimes (morts, blessés) 9 morts
Zone d'opération Allemagne
Période d'activité 2000-2011


Plaque commémorative en la mémoire de la policière Michéle Kiesewetter et des autres victimes du Nationalsozialistischer Untergrund.
Appartement du Nationalsozialistischer Untergrund à Zwickau, volontairement incendié.

Le Nationalsozialistischer Untergrund[1] (NSU), en français Parti national-socialiste souterrain, est un groupe terroriste allemand d'extrême droite[2] de trois membres qui a commis quinze attaques de banques, des crimes racistes : les assassinats de neuf immigrés turcs et grecs entre le et le dans des sandwicheries kebab et des autres magasins et cybercafé, l'assassinat de la policière Michèle Kiesewetter à Heilbronn et deux attentats à la bombe à Cologne en 2001 et 2004.

En novembre 2011, après un hold-up réalisé à Eisenach par deux de ses membres, Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt, leur cavale et leur suicide, mais aussi l'incendie volontaire de leur habitation à Zwickau puis la reddition d'un troisième membre, Beate Zschäpe, la police découvre l'arme de poing de la policière. Celle-ci permet de remonter aux différents meurtres.

La mise au jour de ce groupe terroriste néonazi provoque un important émoi en Allemagne[3] et est à l'origine de multiples commissions parlementaires (fédérales et régionales) ainsi que de la proposition, à partir de 2014, de révision par le Parlement fédéral de l'ensemble des procédures d'infiltration et de surveillance des groupes subversifs.

Attaques de banque attribuées au NSU[modifier | modifier le code]

Date Description Lieu Rue Butin en DM ou en euro
1 18 décembre 1998 Edeka-Markt Chemnitz Irkutsker Straße 1 30 000 DM
2 6 octobre 1999 Postamt Barbarossastraße Chemnitz Barbarossastraße 5 000 DM
3 26 octobre 1999 Postfiliale Limbacher Straße Chemnitz Limbacher Straße 63 000 DM
4 30 novembre 2000 Postfiliale Johannes-Dick-Straße Chemnitz Johannes-Dick-Straße 4 39 000 DM
5 5 juillet 2001 Postamt Zwickau Zwickau Max-Planck-Straße 1a 75 000 DM
6 25 septembre 2002 Sparkasse Zwickau Zwickau Kosmonautenstraße 1 49 000 €
7 2 septembre 2003 Sparkasse Chemnitz Chemnitz ? 473 €
8 14 mai 2004 Sparkasse Chemnitz („DDR-Filiale“) Chemnitz Albert-Schweitzer-Straße 62 30 000 €
9 18 mai 2004 Sparkasse Chemnitz Chemnitz Sandstraße 70 000 €
10 22 novembre 2005 Sparkasse Chemnitz Chemnitz Sandstraße 0 €
11 5 octobre 2006 Sparkasse Zwickau Zwickau ? 0 €
12 7 novembre 2006 Sparkasse Hansestadt Stralsund Kleine Parower Straße 51–53 84.995 €
13 18 janvier 2007 Sparkasse Stralsund Stralsund ? 84 995 €
14 7 septembre 2011 Sparkasse Arnstadt Arnstadt Lindenstraße 15.000 €
15 4 novembre 2011 Sparkasse am Nordplatz Eisenach Nordplatz 71 920 €[4]

Procès du Nationalsozialistischer Untergrund[modifier | modifier le code]

Le procès du Nationalsozialistischer Untergrund a débuté le à Munich[5].

Beate Zschäpe y est jugée pour les meurtres de huit immigrés turcs, d'un Grec et d'une policière allemande entre 2000 et 2007. Quatre autres personnes sont jugés à ses côtés pour complicité : André E., Holger Gerlach, Carsten S. et Ralf Wohlleben. À partir du , plus de 600 témoins sont auditionnés[5].

Initialement prévu le 17 avril 2013, le procès est reporté à la suite d'une controverse sur l'attribution des places réservées aux médias. Ce procès est qualifié sur le moment par Le Monde d'un des « plus grands procès de néonazis » de l'Allemagne et a donné lieu dans le pays à des manifestations pour lutter contre le racisme et les mouvances néo-nazies[5].

Le procès commence à la cour d'appel de Munich le 6 mai 2013. Après 400 jours d'audience, pendant lesquels sont intervenus 750 témoins, plus de 50 experts et 15 avocats, Beate Zschäpe est condamnée le 11 juillet 2018 à la peine la plus lourde, la prison à perpétuité[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « National Socialist Underground » (voir la liste des auteurs).
  1. (fr)« Neonazis allemands : dix ans d’errance meurtrière revendiqués », Portfolio – Lemonde.fr, 14 novembre 2011.
  2. (fr) « Berlin s’alarme d’une nouvelle forme de terrorisme d’extrême droite », Le Monde.fr, 14 novembre 2011.
  3. (fr) « Blognotice 15.11.2011 – les échos de l’énigme de Zwickau », Analyse dans Paysages - Blog- Le Monde.fr, 15 novembre 2011.
  4. Source: Stefan Aust et Dirk Laab: Heimatschutz
  5. a b et c Monde.fr avec AFP et Reuters, « L'un des plus grands procès de néonazis s'ouvre à Munich » sur Le Monde, 6 mai 2013.
  6. « NSU : peine maximale pour Beate Zschäpe », sur info.arte.tv,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

[[]]