Nationalsozialistischer Untergrund

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nationalsozialistischer Untergrund
Parti national-socialiste souterrain
Idéologie Néonazisme
Turcophobie
Statut Inactif
Fondation
Pays d'origine Drapeau : Allemagne de l'Ouest République fédérale d'Allemagne
Actions
Victimes (morts, blessés) 10 morts
Zone d'opération Allemagne
Période d'activité 2000-2011
Plaque commémorative en la mémoire de la policière Michéle Kiesewetter et des autres victimes du Nationalsozialistischer Untergrund.
Appartement du Nationalsozialistischer Untergrund à Zwickau, volontairement incendié.

Le Nationalsozialistischer Untergrund[1] (NSU), en français Parti national-socialiste souterrain, est un groupe terroriste allemand d'extrême droite[2] de trois membres qui a commis quinze attaques de banques, des crimes racistes : les assassinats de neuf immigrés turcs et grecs entre le et le dans des sandwicheries kebab et des autres magasins et cybercafé, l'assassinat de la policière Michèle Kiesewetter à Heilbronn et deux attentats à la bombe à Cologne en 2001 et 2004.

En , après un hold-up réalisé à Eisenach par deux de ses membres, Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt, leur cavale et leur suicide, mais aussi l'incendie volontaire de leur habitation à Zwickau puis la reddition d'un troisième membre, Beate Zschäpe, la police découvre l'arme de poing de la policière. Celle-ci permet de remonter aux différents meurtres.

La mise au jour de ce groupe terroriste néonazi provoque un important émoi en Allemagne[3] et est à l'origine de multiples commissions parlementaires (fédérales et régionales) ainsi que de la proposition, à partir de 2014, de révision par le Parlement fédéral de l'ensemble des procédures d'infiltration et de surveillance des groupes subversifs.

Crimes commis[modifier | modifier le code]

Attaques de banque[modifier | modifier le code]

Date Description Lieu Rue Butin en DM ou en euro
1 Edeka-Markt Chemnitz Irkutsker Straße 1 30 000 DM
2 Postamt Barbarossastraße Chemnitz Barbarossastraße 5 000 DM
3 Postfiliale Limbacher Straße Chemnitz Limbacher Straße 63 000 DM
4 Postfiliale Johannes-Dick-Straße Chemnitz Johannes-Dick-Straße 4 39 000 DM
5 Postamt Zwickau Zwickau Max-Planck-Straße 1a 75 000 DM
6 Sparkasse Zwickau Zwickau Kosmonautenstraße 1 49 000 €
7 Sparkasse Chemnitz Chemnitz ? 473 €
8 Sparkasse Chemnitz („DDR-Filiale“) Chemnitz Albert-Schweitzer-Straße 62 30 000 €
9 Sparkasse Chemnitz Chemnitz Sandstraße 70 000 €
10 Sparkasse Chemnitz Chemnitz Sandstraße 0 €
11 Sparkasse Zwickau Zwickau ? 0 €
12 Sparkasse Hansestadt Stralsund Kleine Parower Straße 51–53 84.995 €
13 Sparkasse Stralsund Stralsund ? 84 995 €
14 Sparkasse Arnstadt Arnstadt Lindenstraße 15.000 €
15 Sparkasse am Nordplatz Eisenach Nordplatz 71 920 €[4]

Attentats[modifier | modifier le code]

  •  : attentat à l'explosif dans un magasin d'alimentation à Cologne[5] ;
  •  : attentat à la bombe dans un quartier turc de Cologne[5].

Meurtres[modifier | modifier le code]

Procès du Nationalsozialistischer Untergrund[modifier | modifier le code]

La police allemande a d'abord suivi la piste de règlements de compte communautaires. Après chacun des meurtres, les recherches ciblent essentiellement les familles, le voisinage et le milieu des victimes, cherchant même par moments à ébranler leur confiance envers le défunt avec de fausses affirmations[6].

Le procès du Nationalsozialistischer Untergrund a débuté le à Munich[7].

Beate Zschäpe y est jugée pour les meurtres de huit immigrés turcs, d'un Grec et d'une policière allemande entre 2000 et 2007. Quatre autres personnes sont jugés à ses côtés pour complicité : André E., Holger Gerlach, Carsten S. et Ralf Wohlleben. À partir du , plus de 600 témoins sont auditionnés[7].

Initialement prévu le , le procès est reporté à la suite d'une controverse sur l'attribution des places réservées aux médias. Ce procès est qualifié sur le moment par Le Monde d'un des « plus grands procès de néonazis » de l'Allemagne et a donné lieu dans le pays à des manifestations pour lutter contre le racisme et les mouvances néo-nazies[7].

Le procès commence à la cour d'appel de Munich le .

La possible complicité dans des activités criminelles d'agents et informateurs des services de renseignement allemands au sein des groupes néonazis a sucité la controverse. Les rapports des services de renseignement concernant le NSU ont d’ailleurs été, pour l’essentiel, détruits ou classés secrets pour une durée de cent vingt ans. En outre, plusieurs collaborateurs des services de renseignement se sont présentés aux auditions sous un faux nom et ont menti délibérément[6].

Après 400 jours d'audience, pendant lesquels sont intervenus 750 témoins, plus de 50 experts et 15 avocats, Beate Zschäpe est condamnée le à la peine la plus lourde, la prison à perpétuité[8].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « National Socialist Underground » (voir la liste des auteurs).
  1. (fr)« Neonazis allemands : dix ans d’errance meurtrière revendiqués », Portfolio – Lemonde.fr, 14 novembre 2011.
  2. (fr) « Berlin s’alarme d’une nouvelle forme de terrorisme d’extrême droite », Le Monde.fr, 14 novembre 2011.
  3. (fr) « Blognotice 15.11.2011 – les échos de l’énigme de Zwickau », Analyse dans Paysages - Blog- Le Monde.fr, 15 novembre 2011.
  4. Source: Stefan Aust et Dirk Laab: Heimatschutz
  5. a et b Blandine Milcent, « Allemagne: trois néonazis, dix meurtres et treize ans de cavale », sur L'Express, (consulté le 20 novembre 2019).
  6. a et b Massimo Perinelli et Christopher Pollmann, « Le non-procès de la violence néonazie », sur Le Monde diplomatique,
  7. a b et c Monde.fr avec AFP et Reuters, « L'un des plus grands procès de néonazis s'ouvre à Munich » sur Le Monde, 6 mai 2013.
  8. « NSU : peine maximale pour Beate Zschäpe », sur info.arte.tv,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]