Mouvement de résistance nordique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mouvement de résistance nordique
Image illustrative de l’article Mouvement de résistance nordique
Logotype officiel.
Présentation
Leader Simon Lindberg (Suède)
Haakon Forwald (Norvège)
Antti Niemi (Finlande)
Fondation 1997 (Suède)
1997 ou 1998 (Norvège)
2006 ou 2007 (Finlande)
2016 (Islande)
2017 (Danemark)
Disparition (Finlande)
Fondateurs Klas Lund (Suède)
Haakon Forwald (Norvège)
Esa Henrik Holappa (Finlande)
Positionnement Extrême droite
Idéologie Néonazisme[1],[2]
Scandinavisme[3]
Ultranationalisme[4]
Homophobie[5]
Euroscepticisme[6]
Site web www.nordfront.seVoir et modifier les données sur Wikidata

Le Mouvement de résistance nordique (suédois : Nordiska motståndsrörelsen, norvégien : Nordiske motstandsbevegelsen, finnois : Pohjoismainen Vastarintaliike, danois : Den nordiske modstandsbevægelse, islandais : Norræna mótstöðuhreyfingin) est une organisation néonazie pan-nordique suédoise fondée en 1997[7].

Formation et structure[modifier | modifier le code]

En décembre 1997, Klas Lund et d'autres anciens membres de la Résistance Blanche Aryenne (suédois: Vitt Ariskt Motstånd, également connu sous le nom de VAM) - un réseau militant néo-nazi actif de 1991 à 1993 - ont été libérés de prison après avoir été condamnés pour les vols et homicide involontaire[8], entre autres a formé le Mouvement de résistance suédois (Svenska Motståndsrörelsen ou SMR) avec des personnes travaillant pour le magazine néo-nazi Folktribunen et des membres de Nationell Ungdom, une organisation néofasciste et ouvertement raciste.

En 2016, le Mouvement de résistance nordique a été formé, avec des filiales distinctes en Suède, en Finlande et en Norvège; une filiale danoise a ensuite été dissoute. Le Mouvement de résistance nordique préconise un arrêt immédiat de ce qu'ils appellent une immigration massive dans les pays scandinaves, ainsi que le rapatriement des personnes qui ne sont pas de l'Europe du Nord ou d'ascendance proche. Il préconise également l'autosuffisance des pays nordiques et le retrait de l'Union européenne[9].

Le 28 février 2018, The Verge signalait que Discord avait fermé un certain nombre de serveurs néo-nazis et de droite radicale, y compris celui du Mouvement de résistance nordique, depuis leur plate-forme de discussion privée, pour non-respect des conditions d'utilisation[10].

Suède[modifier | modifier le code]

Le Mouvement de résistance suédois a été fondé par Klas Lund. Son dirigeant actuel est Simon Lindberg et son aile politique est dirigée par Pär Öberg. Il est connu pour son opposition à l'immigration non-blanche en Suède[11]. Le Svenska motståndsrörelsen est considéré comme un acteur central du mouvement suprémaciste blanc en Suède[12]. L’objectif du Mouvement de résistance nordique est d’établir un système autoritaire nordique par les élections ou par une révolution[12]. Le 30 septembre 2017, MRN a organisé une marche avec environ 500 participant à Göteborg[13] , la deuxième ville de Suède, programmée pour coïncider avec la Foire du livre de Göteborg[14] . Les combats ont éclaté entre MRN et les contre-manifestants. Vingt-deux membres du MRN, dont le dirigeant de l'organisation, Simon Lindberg, ont été arrêtés pour suspicion de troubles publics violents et un contre-manifestant a été arrêté pour avoir attaqué un policier. Les Juifs suédois ont été scandalisés par la manifestation qui a eu lieu lors de la fête juive de Yom Kippour et devait à l'origine passer près d'une synagogue[15] . La marche a été réacheminée et raccourcie à la suite d'une décision de justice.

Le 19 avril 2018, un feu d'artifice a été lancé contre l'ambassade américaine à Stockholm lors d'une manifestation contre le bombardement de la Syrie. Un membre du MNR a été arrêté[16].

Le 6 juillet 2018, des membres du MRN ont attaqué deux militants pro-israéliens à Gotland[17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nazister döms till fängelse för bombdåden i Göteborg, Aftonbladet, 7 July 2017, accessed 1 September 2017.
  2. Nazister vill frikännas efter bombdomarna, Göteborgsposten, 28 July 2017, accessed 1 September 2017.
  3. https://www.thesun.co.uk/news/2382438/white-supremacist-nordic-resistance-movement-unite-scandinavia-far-right/ "Inside the violent and rapid increasing white supremacist Nordic Resistance Movement which aims to unite Scandinavia with 'revolution' into a single far-right republic"
  4. Sputnik, « Right-Wing March Backfires on Finnish Nationalists, Brings Money to Opponents », sur sputniknews.com
  5. « Neo-Nazi organization to march in Fredrikstad - Norway Today »,
  6. « How the expansion of the European Union has facilitated the rise of the New Right in Austria and the United Kingdom. »,
  7. Anne-Françoise Hivert, « En Suède, l’inquiétant regain d’activité des néonazis », Le Monde, 9 mai 2018.
  8. « Gun-Britts son blev offer för nazistvåldet - Nyheter - Expressen »
  9. « Information in English » (consulté le 1er octobre 2017)
  10. Liao, Shannon (February 28, 2018) "Discord shuts down more neo-Nazi, alt-right servers" The Verge
  11. (sv) « Adaktusson fortsätter granskningen av nazisterna i Svenska motståndsrörelsen » [archive du ], TV8.
  12. a et b (sv) « Politiskt extremism - Grupper inom vit makt-miljön » [archive du ], Swedish Security Service.
  13. "Dozens of neo-Nazis arrested after violent clashes in Sweden", RT News, 30 septembre 2017, vu le 14 Juillet 2019.
  14. "Sweden’s literati wrestle with the far right", Politico Europe, 29 septembre 2017, ouvert le 14 Juillet 2019.
  15. "NMR-ledaren Simon Lindberg anhållen efter nazimarschen", Aftonbladet, 1 octobre 2017, ouvert le 14 Juillet 2019.
  16. « Fireworks thrown at Stockholm US embassy during neo-Nazi protest », .
  17. « Neo-Nazis assault two pro-Israel activists in Sweden ».
  18. Nazi threat stalks bucolic swedish political fest, Bloomberg.com, 8 juillet 2018. Consulté le 15 août 2018.