Françoise Dior

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dior.
Françoise Dior
FrancoiseDior.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Conjoint
Hubert de Mirleau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Françoise Dior, née le à Paris et morte le à Neuilly-sur-Seine[réf. nécessaire], est une militante néo-nazie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines, influences et mariage[modifier | modifier le code]

Issue de la famille Dior, une famille de la bourgeoisie du sud du Cotentin, elle est la fille de l'écrivain Raymond Dior, rédacteur au Crapouillot[1], et de Madeleine Leblanc, ainsi que la nièce du couturier Christian Dior[2]. Elle devient une admiratrice d'Adolf Hitler et de la France d'Ancien Régime. D'abord royaliste[3], elle épouse le le comte Robert-Henry de Caumont La Force[4], petit-fils d'Aynard Guigues de Moreton de Chabrillan, qui prétend un temps au trône de Monaco après la mort, en 1949, du prince Louis II. Ils ont une fille, Anne-Marie Christiane, née le , qui se suicide le [5]. Ils divorcent en 1960.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 1962, Françoise Dior, qui a rompu avec le royalisme, fonde la section française de la World Union of National Socialists (WUNS), une association néonazie internationale, à partir de noyaux isolés d'étudiants[6]. Elle en est un officier de liaison[2].

À l'été 1962, ayant entendu parler par la presse du Mouvement national-socialiste anglais (National-Socialist Movement), elle partit pour Londres[7]. Elle s'y fiance à l'homme politique John Tyndall, qui est plus tard arrêté et emprisonné, ainsi que d'autres membres du parti, pour activités paramilitaires. Elle épouse Colin Jordan[8], qui est libéré avant Tyndall. Les deux hommes, anciens alliés politiques, sont par la suite toujours opposés. Après une cérémonie civile à Caxton Hall, Françoise Dior et Colin Jordan célèbrent leur mariage le , au 74 Princedale Road, London W11, ancienne demeure d'Arnold Leese. La presse publie les photos, où on les voit mêler le sang de leurs doigts au-dessus d'un exemplaire de Mein Kampf, et Françoise Dior proclamer qu'elle aspire à « donner le jour à un petit nazi[9] ». Trois ans plus tard le couple se sépara, et Françoise Dior rentre à Paris le avec son secrétaire Terry Cooper, alors âgé de 19 ans.

Le , la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris la condamne à quatre mois de prison ferme pour activités subversives (elle avait collé des svastika sur les murs de l'ambassade britannique de Paris avant son mariage). Prononcée par contumace, pendant son séjour anglais, cette condamnation demeure sans effet jusqu'à la fin d'octobre, quand elle est arrêtée à Nice ; elle purge l'intégralité de sa peine dans cette ville, puis voyage dans le Tyrol du Sud, en Autriche et en Bavière, où elle rencontre plusieurs chefs terroristes, avant de retourner à Londres[10], en . Là, elle est arrêtée, internée à la prison de Holloway et condamnée en à deux ans de prison pour conspiration dans l'incendie volontaire de synagogues[11] ; libérée avant la fin de sa peine grâce à sa bonne conduite en prison (un tiers est accordé en Angleterre), elle vit à Jersey, Îles Anglo-Normandes pendant six mois avant de revenir en France avec Terry Cooper ; elle abandonne ensuite l'action directe et l'activisme politique pour se consacrer à l'ésotérisme dans un presbytère normand[10], à Ducey où elle accueille notamment une théoricienne du néo-nazisme, Savitri Devi, d’octobre 1970 à mai 1971[12].

À la fin des années 1970, dans le but de se reconstituer un cercle de relations dans des milieux moins marginaux et - selon Terry Cooper - de se trouver un mari, elle fréquenta les représentations françaises du Parti conservateur britannique et adhéra au RPR. Elle épousa en troisièmes noces le comte Hubert de Mirleau, ancien secrétaire général adjoint du Cercle Montherlant et alors adhérent du RPR, passé par la suite au Front national[13],[14],[15],[16].

Fumeuse invétérée depuis l'adolescence, elle décède d'un cancer du poumon en 1993, à Neuilly-sur-Seine, à l'âge de 60 ans.

En 2013, Terry Cooper publie Death by Dior, un livre de souvenirs sur sa liaison avec Françoise Dior, dans lequel il affirme que cette dernière avait une relation incestueuse avec sa fille Christiane : selon Terry Cooper, Françoise Dior aurait manipulé sa fille, avec qui ses relations s'étaient dégradées, pour la pousser au suicide[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie France Pochna, Christian Dior, Flammarion, , 387 p., p. 56.
  2. a et b Michel Soudais, « Le cauchemar Dior qu'a réveillé Galliano », sur Blog hébergé par Politis, (consulté le 6 décembre 2016).
  3. Nicholas Goodrick-Clarke, Hitler's Priestess: Savitri Devi, the Hindu-Aryan Myth, and Neo-Nazism, NYU Press, , 280 p. (lire en ligne), p. 203.
  4. Joseph Valynseele, Les Princes et ducs du Premier Empire, non maréchaux: leur famille et leur descendance, Centrale de l'Ouest, , 323 p., p. 130
  5. Voir (en) « Descendants of Guilhem-Raymond V de Caumont »
  6. Patrice Chairoff, Dossier néo-nazisme, Ramsay, , 468 p., p. 31.
  7. « Interview de Françoise Dior à propos de son futur mariage avec Colin Jordan » [vidéo], sur ina.fr, 2 octobre 1963
  8. « La nièce de Dior vénérait Hitler et le nazisme », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2018)
  9. (en) John Tyndall: Racist idealogue who led a succession of far-right groups - The Times, 20 juillet 2005
  10. a et b Patrice Chairoff, Dossier néo-nazisme, Ramsay, , 468 p., p. 320.
  11. Nicholas Goodrick-Clarke, Hitler's Priestess: Savitri Devi, the Hindu-Aryan Myth, and Neo-Nazism, NYU Press, , 280 p. (lire en ligne), p. 208.
  12. SCRIBD.com
  13. Le ralliement d'Hubert de Mirleau au Front national est mentionné dans le journal Le Monde paru le 3 août 1985.
  14. Anne-Marie Duranton-Crabol, « La « nouvelle droite » entre printemps et automne (1968-1986) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 17, no 17,‎ , p. 46 (lire en ligne).
  15. Jean-Yves Camus, Le Front National: histoire et analyses, O. Laurens, , 287 p., p. 166.
  16. (en) West Africa - Numéros 3707 à 3724, West Africa Publishing Company, (lire en ligne), p. 1718
  17. Death by Dior, by Terry Cooper, The Spectator, 10 août 2013

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]