Tampere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tampere
Héraldique
Héraldique
Dans le sens horaire et de haut en bas, la ville vue de Näsinneula. Mairie de Tampere.Parc de Särkänniemi. Maison de Tampere. La vile vue de la Tour d'observation de Pyynikki. Le Tammerkoski vu du pont Hämeensilta. Cathédrale de Tampere.
Dans le sens horaire et de haut en bas, la ville vue de Näsinneula. Mairie de Tampere.Parc de Särkänniemi. Maison de Tampere. La vile vue de la Tour d'observation de Pyynikki. Le Tammerkoski vu du pont Hämeensilta. Cathédrale de Tampere.
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Pirkanmaa
Maire Anna-Kaisa Ikonen (madame le maire)[1]
Langue(s) parlée(s) unilingue finnois
Démographie
Gentilé Tamperois(e)
Population 230 834 hab.[2] (2017)
Densité 335 hab./km2
Géographie
Coordonnées 61° 29′ 53″ nord, 23° 45′ 36″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 162 m
Superficie 68 959 ha = 689,59 km2 [3]
· dont terre 525,03 km2 (76,14 %)
· dont eau 164,56 km2 (23,86 %)
Rang superficie (180e / 336)
Rang population (3e / 336)
Histoire
Province historique Satakunta
Province Finlande occidentale
Fondation 1775
Droits de Cité depuis 1779
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Tampere

Géolocalisation sur la carte : Finlande

Voir la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Tampere
Liens
Site web http://www.tampere.fi

Tampere (en suédois : Tammerfors) est une ville de Pirkanmaa, au sud-ouest de la Finlande. Avec 230 834 habitants[2] intra-muros, et plus de 320 000 en comptant les municipalités attenantes, elle est la seconde agglomération de Finlande après celle d'Helsinki. Elle est également la plus grande ville non-littorale des pays nordiques. C'est aussi la ville finlandaise la plus peuplée en dehors de la région du Grand Helsinki et un important centre urbain, économique et culturel pour le centre du pays.

La ville est coincée entre deux lacs, Näsijärvi et Pyhäjärvi. En raison des altitudes différentes des deux lacs, soit 18 mètres, les rapides Tammer qui les relient ont été historiquement une source d'énergie importante et plus récemment pour la production d'électricité. Tampere est surnommé le « Manchester de la Finlande », en raison de son passé industriel ce qui a donné le surnom finlandais Manse et des termes tels que Manserock.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La superficie totale de Tampere est de 689,59 km2 dont 524,89 km2 de terre et 164,70 km2 d'eau[4].

Tampere est située entre deux lacs : le lac Näsi et le lac Pyhä. Ces deux lacs ont une différence d'altitude de 18 mètres et sont reliés par les rapides de la rivière Tammerkoski qui traverse la cité. Ces rapides ont été une source d'énergie importante dans l'histoire de la ville, plus récemment pour produire de l'électricité.

Le point le plus élevé de Tampere est situé à Kaanaa (fi), à la partie nord de la ville. Son altitude est de 211 mètres. Le point le plus bas est une profondeur du Pyhäjärvi avec une altitude de 32 mètres[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Au printemps il pleut en moyenne 7–8 jours par mois, pendant les autres saisons il pleut 10–11 jours par mois. La pluviométrie est en février de 25 mm, et ele est en juillet-août supérieure à 70 mm.

Le mois le plus froid est février avec, en moyenne, une température minimale de −11 °C. Le mois le plus chaud est juillet avec, en moyenne, une température maximale de 21,5 °C[6].

Le lac Näsijärvi est gelé en moyenne durant 140 jours durant la saison froide[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Tampere fut créée en 1775 par Gustave III de Suède sur les rives de la rivière Tammerkoski pour servir de comptoir commercial. Quatre ans plus tard, en 1779, elle reçut son statut officiel de ville. À cette époque, Tampere était plutôt une petite ville, occupant quelques kilomètres carrés de terrains autour des rapides Tammerkoski, au pied de la moraine de Pyynikki.

Tampere était déjà un important centre commercial et industriel au XIXe siècle. Durant la première moitié de ce siècle, elle concentrait près de la moitié des activités industrielles de la Finlande. Cette spécificité lui valut le surnom de « Manchester du nord ». De ce fait, les Finlandais lui donnent le surnom Manse qui est une contraction du nom de la ville anglaise[8]. Toutefois, ce diminutif n'est pas des plus apprécié par les habitants de Tampere.

Au début du XXe siècle, la ville de Tampere est une ville dominée par l’industrie, l’espace – encore aujourd’hui – est marqué par l’architecture industrielle. La population ouvrière, est souvent installée dans des quartiers récents entièrement construits pour elle, comme le quartier d'Amuri, qui accueille les ouvriers de la plus grande entreprise industrielle textile de la ville, Finlayson. Dès 1900 les ouvriers de l’industrie représentent 70 % de la population, ce qui est un maximum pour le début du siècle, mais ils représentent encore pratiquement 60 % de la population en 1910 et 61,5 % en 1920. Au début du XXe siècle, l’industrie domine la ville.

Les sites de productions les plus nombreux dans la ville sont ceux de l’industrie textile ainsi que ceux d’une importante industrie du cuir, complémentaire de celle du textile par la fabrication notamment de chaussures. Vient tout même en deuxième position, après l’industrie de l’habillement, l’industrie alimentaire représentant 16 % des établissements industriels de la ville en 1905. Cette industrie permet de ravitailler la nombreuse population ouvrière de Tampere. L’industrie textile représente à Tampere 64 % pour seulement 10 établissements de production répertoriés des ouvriers de l’industrie à Tampere en 1905 et encore 58 % en 1916, malgré le développement d'autres secteurs et notamment la métallurgie.

La ville industrielle de Tampere connaît un essor pratiquement continu depuis le milieu du XIXe siècle. Après la crise économique précédant la Première Guerre mondiale, le sort économique de la ville devient directement lié au sort des armes et donc au sort militaire et économique de la métropole russe à laquelle est encore rattaché le Grand-duché de Finlande. Les commandes de guerre russe stimulent l’industrie locale avant que leur arrêt brutal ne stoppe net cette activité économique perturbée par les difficultés de ravitaillement liées à la guerre en Baltique.

Tampere a été le théâtre de la principale bataille de la Guerre civile finlandaise (28 janvier - ) : les forces « blanches » ont pris la ville ainsi que 10 000 prisonniers « rouges » le 6 avril.

Tampere fut agrandie par regroupement avec des villages voisins. Messukylä a été annexé en 1947, Lielahti en 1950, Aitolahti en 1966 et Teisko en 1972.

Tampere fut longtemps connue pour ses industries textiles et métallurgiques, mais des sociétés spécialisées dans les technologies de l'information et les télécommunications ont remplacé ces activités durant les années 1990. Un grand nombre de ces sociétés sont hébergées au parc scientifique Hermia (fi) à Hervanta, près de l'université de technologie. Nokia y possède un centre de recherche, de même que la start-up Jolla.

La ville a accueilli un Conseil européen extraordinaire les 15 et 16 octobre 1999, la Finlande assurant la présidence de l'Union européenne. Les pays de l'Union ont alors tracé un plan de route visant à la réalisation dans les cinq ans de l'« espace de liberté, de sécurité et de justice » européen.

Population[modifier | modifier le code]

Tampere depuis la tour de Pyynikki.
Les Rapides de Tammerkoski.

En 2006, Tampere a un peu plus de 200 000 habitants, ce qui en fait la troisième ville de Finlande en termes d'habitants. Mais en regard de la définition de l'Union européenne, Tampere n'est pas une ville à cause de sa densité de population trop faible. Tampere est la 158e ville de l'Union européenne sur les 486 agglomérations de plus de 100 000 habitants.

  • Statistiques avant guerre[9],[10] :
Année 1815 1840 1850 1860 1870 1880 1890 1900 1910 1920 1923 1930 1938 1939
population 793 1 819 3 207 5 232 6 986 13 645 20 132 36 344 45 442 47 830 50 138 55 967 76 730 78 012
Année 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2015
population 166 228 169 026 172 560 182 742 195 468 204 337 213 217 223 149[12]

Administration[modifier | modifier le code]

Tampere fait partie de la province de Länsi-Suomen lääni (Finlande occidentale) et de la région de Pirkanmaa. La ville est entourée par les municipalités de Kangasala, Kuru, Lempäälä, Nokia, Orivesi, Pirkkala, Ruovesi et Ylöjärvi.

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

Tampere est découpée en quartiers regroupés en districts et en zones de planification. Les zones de Tampere sont la zone centrale, la zone de l'est, la zone du sud, la zone du nord-est et la zone du nord.

Article détaillé : Subdivisions de Tampere.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal est composé comme suit pour les périodes 2013–2016[13] et 2017–2021[14]:

Parti Sièges
2013–2016
Sièges
2017–2021
SDP 16 16
Kokoomus 16 15
Ligue verte 10 14
Alliance de gauche 7 7
Vrais Finlandais 8 4
Keskusta 3 4
Sans étiquette 2 4
Chrétiens-démocrates 2 2
RKP 1 1
SKP 2 0

Transports[modifier | modifier le code]

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire de Tampere est desservie par les grandes lignes ferroviaires de Finlande ; la liaison avec Helsinki se fait toutes les deux heures, et une liaison quotidienne est assurée avec Oulu.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

La ville est également dotée d'un aéroport international, situé sur la commune de Pirkkala, relié à toute la Scandinavie, la Russie, les Pays baltes, la Pologne et l'Allemagne.

Transports routiers[modifier | modifier le code]

La ville est également reliée au reste du pays par l'intermédiaire du réseau d'autocars dirigé vers la gare routière, et qui permet ainsi d'atteindre l'aéroport d'Helsinki sans correspondance. Tampere est desservie par les routes nationales 3, 9, 11 et 12.

Transports locaux[modifier | modifier le code]

À l'intérieur de la ville, un réseau de bus très dense relie également les communes alentour et assure un service à toute heure du jour et de la nuit pour la plupart des lignes[15].

Une ligne de tramway de 23,5 km devrait voir le jour d'ici 2022. Les travaux de cette ligne démarreront en 2016. Le coût de la construction est évalué à 250 millions d'euros avec un financement de 30 % du gouvernement finlandais[16].

Distances[modifier | modifier le code]

Les distances entre Tampere et quelques destinations sont[17],[18] :

Ville Distance (km) Temps en train
(h:min)
Helsinki 173 1:28
Hämeenlinna 75 0:41
Iisalmi 390 4:40
Joensuu 393 4:25
Jyväskylä 153 1:19
Kouvola 188 2:22
Kuopio 293 2:52
Loimaa 98 1:03
Lahti 126 1:41
Oulu 504 4:24
Pori 114 1:30
Seinäjoki 177 1:04
Turku 165 1:39
Vaasa 240 2:20
Saint-Pétersbourg 402 ~ 6:30

Culture[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Tampere comporte une scène musicale dynamique, avec la multiplication récente de groupes de rock aux influences glam/punk emportant un vif succès dans la région, ainsi que dans le reste de la Finlande. Parmi ces derniers, on peut citer Negative, au succès international grandissant, mais également Jann Wilde & the Neon Comets ou encore Heijaste. L'orchestre philharmonique de Tampere est très actif.

Sports[modifier | modifier le code]

La scène sportive de Tampere est menée par deux équipes de hockey sur glace, Tappara Tampere et Ilves Tampere. Elles ont eu toutes les deux un grand impact sur la culture du hockey sur glace en Finlande et sont les plus performantes du pays. Le football prend également de plus en plus d'importance avec Tampere United qui gagna le championnat finlandais 2001 et 2006 et 2007.

C'est également la ville de naissance et de résidence de Tommi Evilä, éphémère héros des mondiaux d'athlétisme d'Helsinki de 2005, unique athlète médaillé pour le pays organisateur.

En juillet 2009, s'y est déroulé le Festival olympique de la jeunesse européenne

Cette ville accueille aussi un gathering de tricks, organisé par la team Unito. (Du 23 au 25 mars 2012).

Monuments et lieux[modifier | modifier le code]

Tour d'observation Näsinneula.

Les principaux lieux touristiques de Tampere sont :

Le parc d'attractions Särkänniemi est une importante attraction touristique qui comprend un delphinarium et la tour d'observation Näsinneula surmontée d'un restaurant giratoire. Pispala est un site situé entre les lacs Näsijärvi et Pyhäjärvi. Il hébergeait la majorité des usines de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. C'est actuellement un quartier résidentiel, et avec son voisin Pyynikki, il est un lieu historique important de Tampere. La ville de Tampere abrite le Musée Lénine, consacré à Lénine, et installé à l'endroit où Lénine rencontra pour la première fois Staline en 1905.

Le Sauna de Lapinniemi est l'un des saunas publics de Tampere au bord du lac de Näsijärvi. Les usines Finlayson abritent de nombreuses attractions, en premier lieu la visite de ces usines, de nombreux restaurants, un cinéma, un théâtre, ainsi que de nombreux musées tel que le musée de l'Espionnage ou bien le musée de la Police.

Musées[modifier | modifier le code]

Les musées les plus visités sont :

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Une des spécialités culinaires est le mustamakkara, qui est un plat à base de viande et de sang de porc et de seigle. Traditionnellement on le sert accompagné de confiture d'airelle.

Vie estudiantine[modifier | modifier le code]

Tampere est réputée pour sa vie étudiante très active. Un des temps forts de la vie étudiante, partout en Finlande mais particulièrement à Tampere, est la fête de Vappu, qui célèbre la fin de l'hiver, et surtout la fin des examens pour les étudiants. Les célébrations s'étalent sur toute la deuxième moitié du mois d'avril, avec un temps fort le soir du 30 avril, et toute la journée du 1er mai. À cette occasion, tous les étudiants sortent vêtus de leur « salopette d'étudiant (fi) », sorte de combinaison de différentes couleurs qui symbolisent leur appartenance à une filière. Les costumes des étudiants étrangers sont verts par exemple, ceux des étudiants en informatique, noirs. Une tradition toute particulière à Tampere est l'immersion[19] des étudiants de la TUT dans la Tammerkoski la rivière de Tampere : les étudiants de première année sont en quelque sorte « baptisés », et sont plongés dans l'eau glacée du fleuve, à l'aide d'une grande cage soutenue par une grue : un grand moment !


Éducation[modifier | modifier le code]

Bâtiment B de l'université de Tampere
Bâtiment principal de l'université technologique de Tampere

Écoles primaires et lycées[modifier | modifier le code]

La ville gère 38 écoles primaires. Tampere abrite aussi l'école normale de Tampere (fi), l'école Rudolf Steiner, l'école suédoise de Tampere (fi) et l'école chrétienne de Tampere (fi)[20].

Tampere gère six lycées pour environ 3200 jeunes et un lycée pour adultes[21].

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Tampere compte plusieurs universités: l'université de Tampere (UTA), l'université technologique de Tampere (TUT), l'université des sciences appliquées de Tampere (TAMK) et l'École supérieure de police ainsi que l'université d'été de Tampere (fi)[22].

L'université de Tampere est fondée en 1960, quand l'école supérieure sociale est transférée d'Helsinki à Tampere[23]. L'école supérieure technique de Tampere est fondée en 1965, comme extension de l'école supérieure technique d'Helsinki. L'école supérieure technique de Tampere prend son indépendance en 1972 et change plus tard de nom pour s'appeler l'université technologique de Tampere[24].

L'école supérieure professionnelle de Tampere est fondée en 1996. Plus tard, elle est renommée université des sciences appliquées de Tampere[25].

L'École supérieure de police est installée à Tampere en 1974[26].

La plupart des étudiants de ces universités sont logés dans des résidences du TOAS.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Tampere est jumelée avec les villes suivantes[27] :

Personnages célèbres nés à Tampere[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fi) Ympäristön tila Tampereella 2014, Tampere, ville de Tampere, ympäristönsuojelu, 2015 (ISBN 978-951-609-755-1)
  • (fi) Jari Niemelä, Tamperelaisen tiedon portaat, Tampere, Tampere-seura, (ISBN 978-952-5558-05-0)
  • Mari Lind, ”Tampere – kasvava ja muuttuva kaupunki” dans (Hautamäki 2015)
  • (fi) Jari Niemelä, Tamperelaisen tiedon portaat

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fi) Site officiel de Tampere: Madame le maire. Consulté le 29 septembre 2013
  2. a et b (fi) « Ennakkoväkiluku muuttujina Alue ja Kuukausi [Calendrier préliminaire en tant que région de gamme et mois] », sur le site pxnet2.stat.fi (consulté le 10 novembre 2017).
  3. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le 29 décembre 2012)
  4. « Pinta-alat kunnittain », Maanmittauslaitos,
  5. (Ympäristön tila Tampereella 2015, p. 11)
  6. (en) « Tampere - Climatological Information », World Meteorological Organization (consulté le 24 novembre 2016)
  7. (fi) « Ilmastonmuutos: 1800-luvun tamperelainen paleli enemmän ja pilkki pitempään », Yle, (consulté le 24 novembre 2016)
  8. En finnois, le son "ch" n'existe pas et a tendance à être prononcé "s"
  9. (fi) « Suomen tilastollinen vuosikirja 1925, p. 9, taulukko 11. Kaupunkien, kauppalain ja taajaväkisten yhdyskuntain väkiluku vuosina 1815–1924 », Kansalliskirjaston julkaisuarkisto Doria, Tilastollinen päätoimisto (consulté le 1er octobre 2013)
  10. (fi) « Suomen tilastollinen vuosikirja 1940, p. 14, Taulukko 13. Kaupunkien, kauppalain ja taajaväkisten yhdyskuntain väkiluku vuosina 1815–1940 », Kansalliskirjaston julkaisuarkisto Doria, Tilastollinen päätoimisto (consulté le 1er octobre 2013)
  11. (fi) « Väestö kielen mukaan sekä ulkomaan kansalaisten määrä ja maa-pinta-ala alueittain 1980 - 2012 », Tilastokeskus, (consulté le 1er octobre 2013)
  12. a et b (fi) « Suomen asukasluvut kuukausittain – Kunnittain aakkosjärjestyksessä », Väestörekisterikeskus, (consulté le 27 avril 2015)
  13. (fi) « Luottamustoimielimet ja luottamushenkilöt », palvelut.tampere.fi (consulté le 26 novembre 2016)
  14. (fi) « Tampere: Tulokset puolueittain ja yhteislistoittain », Oikeusministeriö (consulté le 25 septembre 2017)
  15. (fi) « Site Officiel des transports de Tampere » (consulté le 30 septembre 2013)
  16. (fi) « Ville de Tampere » (consulté le 19 novembre 2014)
  17. (fi) « Tampere - Reittilista ja kaupunkien välimatkat », reittikartta (consulté le 30 septembre 2013)
  18. (fi) « Paikkakuntien välimatkoja Suomessa », Liikennevirasto (consulté le 30 septembre 2013)
  19. l'immersion des étudiants
  20. (fi) « Perusopetuksen alueet ja koulut », Ville de Tampere (consulté le 25 septembre 2017)
  21. (fi) « Lukiokoulutus », Ville de Tampere (consulté le 25 septembre 2017)
  22. (fi) « Korkeakoulutus », ville de Tampere (consulté le 17 septembre 2017)
  23. (Niemelä 2008, p. 207)
  24. (Niemelä 2008, p. 205)
  25. (Niemelä 2008, p. 197)
  26. (Niemelä 2008, p. 152)
  27. (fi) « Villes jumelles (Ystävyyskaupungit) », Ville de Tampere (consulté le 1er octobre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :