Gaston-Armand Amaudruz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amaudruz.
Gaston-Armand Amaudruz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Gaston-Armand Amaudruz est un militant néonazi et négationniste suisse né le à Lausanne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été en premier un militant de la Swiss fasciste, le mouvement d'Arthur Fonjallaz, mais a commencé à être connu du grand public en 1949 en publiant l'ouvrage Ubu Justicier au premier procès de Nuremberg, qui nie l'Holocauste.

Il a ensuite milité dans le néofascisme au sein du Mouvement social européen et a dirigé le Nouvel ordre européen (NOE), une organisation nationaliste européenne et raciste, fondée en 1951 avec notamment René Binet et Erwin Vollenweider[1]. Depuis 1946, il édite la revue le Courrier du continent, devenue par la suite l'organe principal du NOE.

Durant les années 1960, il publie des ouvrages sur la doctrine dite du « social-racisme » (inspirée des essais de René Binet et de la « biopolitique » de l'ancien Waffen-SS réfugié en Amérique du Sud, Jacques de Mahieu) à Montréal aux Éditions celtiques aux côtés du Canadien Jacques Baugé-Prévost, un « naturopathe » auteur d'essais de politique racialiste.

En 1982, il est l'un des créateurs de la « Coordination nationale » qui fédère plusieurs militants d'extrême droite en Suisse[2].

En 2000, à la suite de la publication d'articles antisémites et négationnistes dans le Courrier du continent, Amaudruz est « reconnu coupable de propagande raciste et de déni de la Shoah » et condamné à un an de prison ferme[3]. Il est condamné pour une troisième fois en 2002[4]. En dernier, il est entré en prison le 16 janvier 2003 et en serait sorti le 13 avril 2003.

En 2013, il reste la référence idéologique de l'Action européenne (AE), un réseau successeur du Nouvel ordre européen [5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ubu justicier au premier procès de Nuremberg (préface P. Hofstetter), Paris, Ch. de Jonquières, 1949. Nouvelle édition et préface, Akribeia, 2008
  • « Présentation », Nous autres racistes : le manifeste social-raciste, Montréal-Lausanne, Éditions Celtiques, Institut supérieur des sciences, 1971 ; rééd. 1988
  • « Présentation », Les peuples blancs survivront-ils ? Les travaux du Nouvel ordre européen de 1967 à 1985, Montréal-Lausanne, Éditions Celtiques, « Institut supérieur des sciences », 1987
  • Réflexions d'un détenu, Lausanne, Courrier du Continent, 2003

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • « Préface » à René Binet, Contribution à une éthique raciste, Montréal-Lausanne, Éditions celtiques, 1975
  • « Préface » à René Binet, Socialisme national contre marxisme, Montréal-Lausanne, Éditions Celtiques, « Institut supérieur des sciences », 1978

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. Voir le dossier (de) « Europäische Neuordnung (ENO, Nouvel ordre européen) » sur Apabiz.de, archives antifascistes
  2. Claude Cantini, « L'extrême-droite suisse », L'Affranchi, no 10, printemps 1995.
  3. Sylvie Arsever, « Gaston-Armand Amaudruz a été condamné à un an de prison ferme », Le Temps (quotidien suisse romand), 11 avril 2000.
  4. Marie-Paule Angel, « Révisionnistes jugés à Châtel. La prison ferme, trois fois », La Gruyère, 23 mai 2002.
  5. Alexandre Vick : Les identitaires se réorganisent pour la survie de la « race blanche », article publié sur le site RésistanceS.be, le 28 février 2013, consulté le 6 juillet 2013, http://resistances.be/actioneurop.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]