CMA CGM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

CMA CGM
logo de CMA CGM
illustration de CMA CGM

Création 1851 : Messageries maritimes (MM)
1855 : Compagnie générale transatlantique (CGT)
1977 : Compagnie générale maritime (fusion CGT MM)
1978 : Compagnie maritime d'affrètement (CMA)
1996 : CMA CGM (fusion Compagnie maritime d'affrètement - Compagnie générale maritime)
Dates clés 1999 : fusion des sociétés CMA et CGM
2019 : Rachat de CEVA Logistics
Fondateurs Jacques Saadé
Personnages clés Jacques Saadé, Rodolphe Saadé
Forme juridique Société anonyme et SA à conseil d'administration (S.A.I.) (d)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Tour CMA-CGM
Boulevard Jacques-Saadé
4 Quai d'Arenc
13002 Marseille
Drapeau de la France France
Direction Rodolphe Saadé
Directeurs Rodolphe SaadéVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Transports maritimes et côtiers de fret
Produits ConteneurisationVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales

Autres filiales :

  • CMA Ships
  • CMA Terminals
  • CMA Terminals Link
  • Progeco
  • CEVA Logistics
  • Gefco
Effectif 110 000 en 2019
SIREN 562 024 422
Site web cma-cgm.com
cmacgm-group.com

Chiffre d'affaires 55,98 milliards de dollars en 2021
Résultat net 17,894 milliards de dollars en 2021

Société précédente Compagnie générale transatlantique
Compagnie maritime d'affrètement

La Compagnie maritime d'affrètement - Compagnie générale maritime (plus connue sous son sigle, CMA CGM) est un armateur de porte-conteneurs français. Son offre globale de transport intègre le transport maritime, la manutention portuaire et la logistique terrestre. Il est un leader mondial du transport maritime en conteneurs et le premier français.

Le groupe CMA CGM est issu de la fusion en 1996 de la Compagnie maritime d'affrètement (CMA) et de la Compagnie générale maritime (CGM), elle-même héritière de la Compagnie générale transatlantique et des Messageries maritimes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la compagnie CMA CGM est récent, mais ses origines remontent à l'année 1851 quand les Messageries maritimes (MM) ont été fondées par Albert Rostand, armateur marseillais. Vers la même époque, en 1855, une autre compagnie, la Compagnie générale maritime (CGM), est fondée à Granville par les frères Émile et Isaac Péreire, puis renommée Compagnie générale transatlantique en 1861, active à partir du Havre. La Compagnie générale transatlantique (CGT), surnommée la French Line ou la Transat, assure alors le transport transatlantique régulier de passagers avec des navires comme le Normandie ou le France.

Ces deux sociétés fusionnent pour devenir la Compagnie générale maritime (retrouvant ainsi le premier nom de la CGT), le 23 février 1977. En 1996, cette dernière est privatisée. En parallèle, Jacques Saadé crée la CMA (Compagnie maritime d'affrètement) en 1978[2].

La Compagnie maritime d'affrètement (CMA) et la Compagnie générale maritime (CGM) fusionnent finalement pour former la CMA-CGM. La fusion est finalisée en 1999[3].

Sous ce même nom, la compagnie rachète en 1998, Australian National Lines (ANL), puis son concurrent Delmas (fondé en 1867, basé à La Rochelle et appartenant à Bolloré Group) en septembre 2005 pour 600 millions d'Euros.

Ces acquisitions placèrent la compagnie française basée à Marseille comme la quatrième plus grande compagnie maritime de transport de conteneurs au monde derrière A.P. Møller-Mærsk et Mediterranean Shipping Company.

En 2006, la compagnie relance une activité de transport de passagers haut-de-gamme avec la Compagnie des Îles du Ponant, revendue en 2012 au fonds d'investissement Bridgepoint. Il est également possible d'embarquer comme passager sur ses cargos[4].

En 2007, CMA CGM acquiert Cheng Lie Navigation, une entreprise taïwanaise, Comanav, une entreprise marocaine et US Lines, une entreprise américaine[5].

Fin 2009, une crise mondiale a provoqué une chute du transport maritime, sans précédent depuis 1945. La CMA CGM doit être recapitalisée[2]. Robert Yildrim, patron du groupe familial turc Yildrim, arrive en sauveur avec 500 millions d'euros, accompagné de Bpifrance[6].

Le 25 janvier 2013, un partenariat stratégique est signé entre le Groupe CMA CGM et l'opérateur portuaire chinois China Merchants Holdings (International). Cette opération d'envergure représente la première pierre d'un partenariat stratégique pour les deux parties, qui entendent ainsi exploiter et développer des terminaux à conteneurs dans le monde entier et intensifier leurs relations commerciales, tout en tirant profit des tendances macroéconomiques mondiales favorables.

En 2014, CMA CGM signe les accords Ocean Three[7]. Le Groupe renforce ainsi son offre de service en signant des accords majeurs sur les plus grandes routes maritimes mondiales avec CSCL et UASC. La même année, le groupe acquiert la société allemande OPDR, un transporteur maritime spécialisé dans le transport maritime à courte distance.

En avril 2015, le Groupe annonce une prise de participation stratégique dans LCL Logistix, un leader de la logistique en Inde, via sa filiale CMA CGM LOG.

En novembre 2015, le Groupe annonce être en négociation pour acquérir la société de transport de Singapour Neptune Orient Lines. Les 2,7 % de part de marché du transport de conteneurs de sa filiale American President Lines permettrait à CMA-CGM (8,9 %) de se rapprocher des leaders Maersk (14,7 %) et Cosco Shipping (13,4 %) avec 11,6 %[8].

Le 7 décembre 2015, CMA CGM confirme son acquisition via une offre à 1,3 dollar singapourien par action, offre souscrite par son actionnaire majoritaire, le fonds souverain de Singapour Temasek[9]. Cela représente une valorisation de 2,4 milliards de dollars US pour NOL, Le groupe résultant ayant une flotte de 553 navires et 29 000 salariés pour un chiffre d'affaires de 22 milliards de dollars[10].

À l’occasion de ses 80 ans, Jacques Saadé annonce le 7 février 2017 la nomination de son fils Rodolphe Saadé en tant que Directeur Général du Groupe CMA CGM. Jacques Saadé conserve ses fonctions de Président du Conseil d’Administration. Le 24 novembre 2017, Rodolphe Saadé est nommé Président du conseil d’administration du Groupe CMA CGM en complément de ses fonctions de Directeur Général du Groupe CMA CGM.

Toujours en 2017, la compagnie passe une commande au groupe chinois de construction navale China State Shipbuilding Corporation pour la construction de neuf porte-conteneurs de nouvelle génération, suffisamment large pour accueillir 24 rangées de conteneurs, mais surtout fonctionnant au Gaz naturel liquéfié et non pas au fioul lourd, ce qui réduit considérablement la pollution de l'air. Ces navires, dont le premier se nomme CMA CGM Jacques Saadé entrent en service entre 2020 et 2021.

En avril 2018, CMA CGM annonce l'acquisition d'une participation de 25 % dans Ceva Logistics, au travers d'une augmentation de capital[11].

Début 2019, CMA CGM lance une offre publique d’achat (OPA) amicale sur CEVA. En avril 2019, l’armateur annonce détenir 97,89% du logisticien. CMA CGM devient un groupe de plus de 110 000 collaborateurs, présent dans 160 pays à travers le monde et réalisant plus de 30 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel.

En 2020, la crise liée à la pandémie de Covid-19 engendre au premier semestre une contraction mondiale du trafic maritime[12],[13]. Le deuxième semestre est marqué par rebond des volumes de conteneurs transportés, dû à la reconstitution des stocks et d’une forte accélération du e-commerce[12],[13].

En février 2021, CMA CGM crée une nouvelle division dédiée au fret aérien. Dotée au lancement de 4 Airbus A330-200F, CMA CGM Air Cargo complète les solutions de logistiques terrestres et de transport maritime du Groupe[14]. En décembre 2021, CMA CGM annonce l'acquisition de la filiale Commerce and Lifecycle Services d'Ingram Micro pour 3 milliards de dollars[15].

En janvier 2022, CMA CGM annonce vouloir acquérir d'une participation de 51 % dans Colis privé, une filiale de distribution de colis de Hopps Group, pour un montant non dévoilé. Hopps détendra après l'opération 39 % de Colis privé et Amazon les 10 % restant[16].

En février 2022, alors que le conflit russo-ukrainien éclate, la CMA CGM annonce ne plus vouloir desservir les ports russes pour des raisons de sécurité mais aussi dans la continuité des sanctions économiques à l'encontre de la Russie[17]. En avril 2022, CMA CGM annonce acquérir la participation de 75 % de Gefco détenue par les Chemins de fer russes, ainsi que la participation de 25 % de Stellantis pour un montant estimé à entre 450 et 500 millions d'euros[18],[19].

En mai 2022, CMA-CGM et le Groupe Air France-KLM annoncent un partenariat stratégique de long terme dans le domaine du fret aérien. L'accord prévoit l'entrée de CMA-CGM au capital du groupe de transport aérien, une coopération industrielle et la commercialisation conjointe des capacités de transport de fret aérien des deux groupes [20],[21].

Flotte[modifier | modifier le code]

Porte-conteneur CMA CGM Balzac dans le port de Zeebruges.
Transport de conteneurs près d'Abomey-Calavi (Bénin).

La flotte de 566 navires du groupe assure 257 services maritimes et escales dans 420 ports dans 160 pays, sur les 521 ports commerciaux existants dans le monde. Parmi les navires emblématiques du groupe, se trouvent notamment :

Filiales[modifier | modifier le code]

Airbus A330-200F de CMA CGM Air Cargo au départ de Hong Kong en 2021

Le Groupe CMA CGM compte de nombreuses filiales spécialisées dans le transport maritime parmi lesquelles CNC (Asie), US Lines (côte ouest des États-Unis, Nouvelle-Zélande, Australie), ANL (Océanie), Comanav (Afrique du Nord) et OPDR (Europe), et depuis 2016 la filiale APL (Singapour)

CMA CGM vend des prestations de transport intermodal complètes, combinant le maritime, le rail, le fluvial et le routier. Ses filiales spécialisées dans l'intermodal sont :

  • Gefco
  • River Shuttle containers (RSC)
  • CEVA Logistics

Siège social[modifier | modifier le code]

Le siège social de la société est hébergé dans la tour Jacques R. Saadé ; avec 33 étages pour une hauteur de 147 m, c'est le plus grand immeuble à usage de bureau de la ville de Marseille[réf. nécessaire]. Située dans le quartier d'affaires Euroméditerranée, la tour a été conçue par l'architecte Zaha Hadid et construite entre 2006 et 2011. C'est là que les départements stratégiques tels que la finance, le marketing ou les ressources humaines gèrent les activités internationales du groupe. Avec près de 2 400 collaborateurs, CMA CGM est le premier employeur privé de la ville[24].

Chiffres clés de CMA CGM[modifier | modifier le code]

au 31 décembre[25].
2015 2016 2017 2018 2019
Chiffre d'affaires en millions d'euros 11 907 9 911 13 572 15 538 16 847
Résultat net en millions d'euros + 176 - 463 + 987 + 318 + 539
Effectif moyen annuel 2543 2593 2628 2787 2868
(*EVP : équivalent vingt pieds)
CMA CGM 2020[26]
Chiffre d'affaires 31,5 milliards USD
Nombre de conteneurs transportés 20,98 millions d'EVP*
Nombre d'escales 420 ports d'escales dans 160 pays
Flotte de navires 566
Capacité totale de la flotte (en EVP) 3,01 millions d'EVP*
Effectif (Monde) 110 000 salariés
Effectif (France) 5 856 collaborateurs dont 1 156 pour CEVA France

Polémique[modifier | modifier le code]

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique émet en mai 2022 un avis d'incompatibilité sur le souhait de l'ancien ministre Jean-Baptiste Djebbari de rejoindre l'entreprise CMA CGM[27],[28], indiquant que « le risque de mise en cause du fonctionnement indépendant et impartial de l’administration serait substantiel si Monsieur Djebbari rejoignait ce groupe », en raison d'un risque déontologique élevé[29]. L'autorité indépendante estime que les nombreuses rencontres entre l'ancien ministre et des responsables de l'entreprise sont de nature à « créer un doute légitime quant aux conditions dans lesquelles le ministre a exercé ses fonctions gouvernementales »[30],[31].

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying de CMA-CGM aux États-Unis s'élèvent en 2017 à 530 000 dollars[32].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

CMA-CGM est inscrit depuis 2017 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 200 000 et 300 000 euros[33].

En France[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, CMA-CGM déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 400 000 euros[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. a et b Bruno Declairieux, « Les fausses manœuvres du marseillais CMA CGM », Capital (magazine),‎ , p. 40-41
  3. « History », sur cma-cgm
  4. « CMA CGM / BETTER WAYS », sur cma-cgm.fr (consulté le ).
  5. CMA CGM, Fleuron français de la conteneurisation, Isemar, 15 mai 2015
  6. Antoine Boudet et Elsa Conesa, « CMA GGM prêt à ouvrir son capital au turc Yildirim », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  7. Franck André, « CMA CGM crée l'alliance "Ocean Three" avec CSCL et UASC », L'antenne,‎ (lire en ligne)
  8. « CMA CGM sur le point de racheter le singapourien Neptune Orient Lines », Les Echos,
  9. « Projet d'acquisition de NOL : CMA CGM renforce sa position d'acteur de référence dans le transport maritime mondial », CMA-CGM,
  10. « R. Saadé : « CMA CGM devient numéro un sur les lignes maritimes entre l’Asie et l’Amérique » », Les échos,
  11. Jean Michel Gradt, « CMA CGM noue un partenariat stratégique mondial dans la logistique », sur Les Echos,
  12. a et b Stéphane GALLOIS, « Conteneurs. Le trafic mondial repart de plus belle, avec sa part de risques », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  13. a et b « « Le transport maritime a beaucoup moins souffert que les croisiéristes et les compagnies aériennes » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. CMA CGM, « CMA CGM accélère son développement stratégique dans la logistique avec la création d’une division AIR CARGO et l’acquisition de 4 avions cargo », sur cmacgm-group.com, (consulté le )
  15. Jérôme Cristiani, « CMA CGM étend son empire logistique en s'emparant d'Ingram Micro CLS pour 3 milliards de dollars », sur La Tribune,
  16. (en) « CMA CGM in preliminary deal to buy majority stake in delivery firm Colis Prive » Inscription nécessaire, sur Reuters,
  17. « Ukraine : l'armateur français CMA CGM va cesser de desservir les ports russes », sur LEFIGARO, (consulté le )
  18. (en) « Auto logistics firm Gefco to buy out Russian shareholder » Accès libre, sur Reuters,
  19. Jean-Michel Bezat, « CMA CGM en passe de racheter le transporteur français Gefco, détenu à 75 % par la société des chemins de fer russes » Accès libre, sur Le Monde,
  20. CMA CGM et Air France-KLM s’associent et signent un partenariat stratégique majeur de long terme dans le fret aérien https://www.cmacgm-group.com/fr/actualites-media/partenariat-strategique-entre-cma-cgm-et-air-france-klm consulté le 19 mai 2022
  21. https://www.air-journal.fr/2022-05-19-fret-aerien-cma-cgm-investit-dans-air-france-klm-5235954.html#:~:text=Le%20groupe%20a%C3%A9rien%20Air%20France,9%25%20du%20capital%20du%20premier.
  22. (en) « CMA CGM MARCO POLO », sur cmacgm-marcopolo.com (consulté le ).
  23. (fr) Hollande in Marseille for launch of world's largest container ship , RFI, Tuesday 04 June 2013
  24. « A Marseille, l’ambitieuse académie de l’armateur CMA CGM sort de terre », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. « CMA CGM - Bilans récents », sur www.verif.com (consulté le )
  26. « CMA CGM / Le Groupe CMA CGM », sur cma-cgm.fr (consulté le ).
  27. « L’ex-ministre Jean-Baptiste Djebbari interdit d’embarquer chez l’armateur CMA-CGM », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  28. « La reconversion de l’ancien ministre des transports Jean-Baptiste Djebbari chez l’armateur CMA CGM recalée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Laurent Mauduit, « Rodolphe Saadé, le milliardaire chouchou d’Emmanuel Macron », sur Mediapart (consulté le )
  30. HATVP, « Délibération n° 2022-123 du 5 avril 2022 relative au projet de reconversion professionnelle de Monsieur Jean-Baptiste Djebbari », sur HATVP (consulté le )
  31. « La reconversion de l'ex-ministre Djebbari chez l'armateur CMA-CGM recalée par la HATVP », sur LEFIGARO, (consulté le )
  32. (en) « Opensecrets.org », sur le site du Center for Responsive Politics (consulté le )
  33. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le )
  34. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]