Port de Bruges-Zeebruges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Port de Bruges-Zeebruges
452px-MnpBruggeenhavenMap.jpg

Bruges et le port de Bruges-Zeebruges (zones en rose).

Présentation
Type
Trafic
46,95 Mt (2011)
et 2,2 millions d'EVP (2011)[1]
Activités
véhicules, conteneurs, GNL et base navale
Places
89e port mondial et 2e de Belgique (2011)[1]
Équipement
terminaux rouliers, méthanier, conteneurs et ferry ; écluses
Géographie
Coordonnées
Pays
Région
Province
Ville de Belgique

Géolocalisation sur la carte : mer du Nord

(Voir situation sur carte : mer du Nord)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Point carte.svg
Photo satellite de Bruges et du port de Zeebruges.

Le port de Bruges-Zeebruges (en néerlandais, haven van Brugge-Zeebrugge) est situé sur le littoral de la mer du Nord en Belgique. C'est un des ports les plus importants d'Europe.

Généralités[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, on ne trouvait à l'emplacement de l'actuel Zeebruges que quelques fermes dispersées. Le port vit le jour pour permettre à Bruges d'avoir un débouché sur la mer après l'ensablement définitif du Zwin. Relié à la ville de Bruges par le canal Baudouin (1896-1907), Zeebruges devint le principal port de pêche de la côte belge. Les péniches y sont toutefois gênées par un nombre important de portes d'écluses. Un second canal, plus petit relie Bruges et Ostende. Le port deviendra ensuite également un port pétrolier et méthanier et le lieu d'arrivée des navettes trans-manche avec l'Angleterre.

Ses principaux avantages sont sa position géographique en mer du Nord, au débouché du pas de Calais et à proximité de l'Angleterre et son accessibilité en eau profonde. Il a des connexions autoroutières, ferroviaires et fluviales avec beaucoup de pays nord-européens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Auguste de Maere, père de Zeebruges.

Origine du port[modifier | modifier le code]

Les grands travaux de construction du port ont été décidés par une loi votée le , ont commencé en 1896 et furent terminés en 1907.

Durant la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Axe du chenal d'entrée.
épaves de l’Intrépid et de l’Iphigénie coulées par les Britanniques à l'entrée du canal Bauduin pour bloquer le lien entre Zeebruges et Bruges, lors de l'« Opération Zo », le 23 avril 1918.
Carcasses de l’Intrépid et de l’Iphigénie, vue aérienne.

En 1918, Zeebruges est bien reliée à Bruges, par un canal achevé en 1908, qui met Bruges en contact avec la Manche et la mer du Nord. Ceci en fait un site d'enjeu stratégique pour l'armée allemande.

Faute de port naturel dans cette région, les ingénieurs belges ont dû construire une longue jetée (môle) en forme d'arc pour protéger le port des tempêtes et de la houle. À l'époque ce môle est le plus long au monde.

L'armée allemande investit le port dès 1914 et le transforme en base de sous-marins avec un accès direct à la nouvelle base de sous-marins, fortifiée, à Bruges.

Le port était notamment protégé par plusieurs centaines de canons lourds répartis le long du littoral de Zeebruges à Ostende. Le môle était transformé en forteresse, protégée par un millier d'hommes.

Le port sera finalement attaqué par les Britanniques le par une attaque éclair portant le nom de code Opération Zo (Zo pour Zeebruges - Ostende)[2], mais plus connue sous le nom de raid sur Zeebruges. Ce raid conduit par la Royal Navy et les Royal Marines visait à bloquer l'accès depuis et vers le port, en coulant délibérément les navires chargés de béton pour bloquer l'entrée du canal, empêchant ainsi son utilisation par les navires allemands et des sous-marins. Cette opération a nécessité la production d'un immense mur de fumée, et la destruction de l'accès à la jetée, grâce à un sous-marin conduit par six volontaires qui l'ont placé sous les superstructures de l'accès au môle, avant de le faire exploser.

Reconstruction et entre deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le port servira, durant la reconstruction, au rassemblement des munitions immergées, non explosées, collectées en Belgique et amenées à Zeebruges pour être entreposées provisoirement dans les dunes.

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Ce port a fait partie des ports qui ont connu un développement rapide dans la zone Hambourg - Le Havre, grâce à leur proximité avec le centre économique nord-européen. Il a développé une infrastructure moderne, développée pour faire face aux navires rouliers et aux navires porte-conteneurs.

Zeebruges est l'un des plus importants terminaux européens pour le gaz et pour les importations de gaz naturel liquéfié.

C'est le premier port au monde pour le transport des voitures neuves, avec en 2008 plus de 2 126 143 unités. C'est un port européen pour le trafic de roulage non accompagné. Il y a 13 lignes fixes au départ de Zeebruges vers 14 ports du Royaume-Uni avec jusqu'à 20 départs par jour, dont sept uniquement pour Londres. Les autres lignes sont à destination de la Scandinavie et les pays de l'Europe méditerranéenne dont l'Espagne, le Portugal ou la Turquie.

Zeebruges dispose de 23 quais pour l'amarrage des navires de roulage, la capacité totale de chargement et de déchargement est de 3 500 camions toutes les 24 heures, soit plus d'un million par an.

Une étude de viabilité économique d'une fusion entre le port de Zeebruges et celui d'Ostende est en cours[3].

Base navale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Base navale de Zeebruges.

Le port de Zeebruges abrite la plus importantes base navale de la marine belge: la base navale de Zeebruges où est stationnée la plupart des navires belges.

Accidents[modifier | modifier le code]

Prononciation[modifier | modifier le code]

Pour ce qui est de la prononciation : Zeebruges, en français, se prononce comme le nom de la ville de Bruges. Par contre, Zeebrugge se prononce, en néerlandais, comme Brugge, (nom néerlandais de cette même ville) : la dernière syllabe se prononce approximativement « ghe » et non comme « je » (le pronom de la première personne en français). Des confusions sont cependant très fréquentes à ce sujet.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. de Maere-Limnander, (1866). Des communications directes du port de Gand à la mer. Canal de Terneuzen - Canal de Heyst: conférence donnée au Cercle Commercial et Industriel de Gand. Imprimerie et Lithographie C. Annoot-Braeckman: Gand, Belgium. 52, plates I-II pp.
  • A. de Maere-Limnander, (1877). D'une communication directe de Bruges à la mer. Bruges, Imprimerie Houdmont Frères.
  • J. Nyssens-Hart, Le Port de vitesse de Heyst. (Actuellement port de Zeebrugge) avec cartes (circa 1895).
  • J. Nyssens-Hart et J. Zone, Le port de vitesse de Heyst. 120 pp. avec planches couleurs (circa 1895).
  • J. Nyssens-Hart The outer port and the inner port of of Bruges. Cie des Installations maritimes de Bruges, 1898, 43 pp.
  • J. Marechal et J. Denduyver, (1964). Havencomplex brugge-Zeebrugge. Bruges, 164 pp.
  • U. Naert, (1977). Baron August de Maere d'Aertrycke : vader van Brugge-Zeehaven. Eernegem, chez l'Auteur, 148 pp.
  • E. Bilé et E. Trips, (1970). Zeebrugge: een haven in de branding 1895-1970. Bruges, Brugsch Handelsblad, 244 pp.
  • V. Vermeersch (dir.), M. Ryckaert, A. Vandewalle e.a., (1982). Brugge en de zee. Van Bryggia tot Zeebrugge. Anvers, Mercatorfonds, 336 pp.
  • Anon. (1995). Tentoonstelling 100 jaar Zeehaven Brugge 8 juli-20 september 1995. Bruges, Zeehaven Brugge, 184 pp.
  • A. Serlet et R. Van Eenoo, (2000). Auguste de Maere. Vader van Brugge-Zeehaven. Promotor van het cultuurleven in Gent. Bruges, Van de Wiele / Genootschap voor Geschiedenis, 158 pp.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] « World Port Ranking 2011 », sur http://aapa.files.cms-plus.com/ (American Association of Port Authorities).
  2. Récit de l'attaque du port de Zeebruges par les anglais le 23 avril 1918, par Albert McKenzie.
  3. Source : Le Lloyd, 30/12/2009.