Jacques Saadé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saadé.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Jacques Saada.
Jacques Saadé
une illustration sous licence libre serait bienvenue

Jacques R. Saadé

Biographie
Naissance
(81 ans)
Tripoli, Drapeau du Liban Liban
Nationalité
Formation
Activité
Famille

Rodolphe Saadé (fils)

Jacques junior saade (fils) Tanya Saade-Zenny (fille)
Autres informations
Distinctions

Jacques Rodolphe Saadé, né le à Beyrouth (Liban), est un homme d'affaires franco-libano-syrien, fondateur et président[1] du groupe Compagnie maritime d'affrètement - Compagnie générale maritime (CMA CGM), troisième compagnie de fret maritime dans le monde, première en France. En 2018, sa fortune est évaluée à 6 milliards d'euros, faisant de lui la 12e fortune française selon le magazine Forbes[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques R. Saadé, fondateur et président directeur général du Groupe CMA CGM, naît le à Beyrouth, au Liban[3].

Diplômé de la London School of Economics en 1957, Jacques R. Saadé reprend en 1958 l’affaire familiale après le décès de son père. Celui-ci avait « monté des usines en Syrie, on produisait du tabac, du grain de coton, de l’huile d’olive, des glaçons etc. »[4].

Sur les conseils de son père après son diplôme, Jacques Saadé part faire un stage à New York pour apprendre le maritime. C’est à cette occasion qu’il découvre le conteneur (d’une contenance d’un mètre cube), utilisé à l’époque par l’armée américaine. Il déclare : « J’ai pensé que le conteneur était une excellente idée pour le transport car c’était fermé, facile, rapide. »[4].

En 1978, en raison de la guerre au Liban, il s'installe à Marseille où il crée la Compagnie maritime d’affrètement (CMA) : opérant tout d’abord des liaisons entre Marseille, Beyrouth et la Syrie, Jacques Saadé va rapidement prendre la décision de franchir le canal de Suez. Après de difficiles disputes familiales entre lui et son frère Johnny, Jacques Saadé reste seul maître à bord[5].

EN 1996, il reprend CGM pour former la CMA CGM.

En 2011, il devient président directeur général du Groupe CMA CGM.

Le Rodolphe Saadé, fils du PDG Jacques Saadé, est nommé au poste de directeur général de CMA CGM. Jacques Saadé conserve la présidence de l'entreprise[6].

Le 24 novembre 2017[7], Jacques Saadé nomme Rodolphe Saadé Président Directeur Général du Groupe CMA CGM. Jacques Saadé devient alors Président Fondateur.

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Depuis 1986, il préside la Chambre de commerce franco-libanaise. Il est, depuis 2010, Président du Conseil des Chefs d’Entreprises France-Jordanie après avoir présidé de 2006 à 2010, son comité France-Ukraine.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • En 2007, il est élu « personnalité de l’année du monde maritime » par le magazine international Seatrade
  • En 2009, il reçoit les insignes d’Officier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur.
  • En octobre 2012, Jacques Saadé reçoit le « Life Time Achievement » décerné par le magasine « Containerisation International ».
  • Il est Officier de « l’Ordre du Cèdre » et Commandeur de la Légion d’Honneur.
  • Jacques R. Saadé a été nommé citoyen d’honneur de la ville de Marseille en janvier 2013.
  • Jacques Saadé est nommé Commandeur dans l’Ordre National du Mérite Maritime en 2016

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jacques Saadé | Groupe CMA CGM », sur www.cma-cgm.fr (consulté le 27 novembre 2017)
  2. « Classement Forbes 2018 Des Milliardaires Français | Forbes France », Forbes France,‎ (lire en ligne)
  3. Who's Who in France (2005-2006)
  4. a et b Marie Bordet, Le Point, 6 juin 2013
  5. CMA-CGM : la revanche du patriarche des mers, Le Monde
  6. Le PDG de CMA-CGM Jacques Saadé passe la barre à son fils Rodolphe, Challenges, 9 février 2017
  7. « Nouvelle étape dans la gouvernance du Groupe et Résultats Financiers du troisième trimestre 2017 », sur www.cma-cgm.fr (consulté le 27 novembre 2017)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]