Avignonet-Lauragais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avignonet-Lauragais
Avignonet-Lauragais vue depuis la D 43.
Avignonet-Lauragais vue depuis la D 43.
Blason de Avignonet-Lauragais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Revel
Intercommunalité Communauté de communes Cap-Lauragais
Maire
Mandat
Jean-François Pages
2014-2020
Code postal 31290
Code commune 31037
Démographie
Gentilé Avignonetains
Population
municipale
1 443 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 00″ nord, 1° 47′ 23″ est
Altitude Min. 176 m – Max. 274 m
Superficie 40,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Avignonet-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Avignonet-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avignonet-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avignonet-Lauragais

Avignonet-Lauragais (en occitan Avinhonet de Lauragués), est une commune française, située dans le département de la Haute-Garonne et la région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Avignonetains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune de l'aire urbaine de Toulouse est située dans le Lauragais entre Toulouse et Castelnaudary à l'extrême nord-est du département de la Haute-Garonne à la frontière du département de l'Aude sur la route départementale 813 (ex Route nationale 113) au bord de l'autoroute des Deux Mers. Situé sur la route vers la mer Méditerranée, le village est visible depuis l'autoroute par la présence de plusieurs éoliennes entraînées par le vent d'Autan qui balaie la plaine. Non loin, une autre voie de communication, le canal du Midi, passe au pied du village. Le Port-Lauragais est une halte autoroutière et portuaire située sur la commune. La commune fait partie du Pays Lauragais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Avignonet-Lauragais
Villefranche-de-Lauragais Vallègue Lux
Folcarde
Rieumajou
Montclar-Lauragais
Renneville
Avignonet-Lauragais Montmaur
(Aude)
Beauteville Saint-Michel-de-Lanès
Gourvieille
(Aude)
Montferrand
Baraigne
(Aude)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Fresquel un affluent de l'Aude et par la Ganguise le Marès et ses affluents le Ruisseau du Marès et Ruisseau de Favayrol, ainsi que par le canal du Midi.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village est situé près du seuil de Naurouze, point de partage des eaux méditerranéennes et atlantiques. La commune est la plus vaste du canton de Villefranche-de-Lauragais. Au nord, se trouve la montagne noire et de nombreuses collines où coulent plusieurs ruisseaux se jetant dans l'Hers-Mort et le Fresquel y passe avant de partir vers Carcassonne. Au sud se trouve la plaine du Lauragais et au loin la chaîne des Pyrénées.

La superficie de la commune est de 4 066 hectares ; son altitude varie de 176 à 274 mètres[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la route départementale 813 (ex route nationale 113) et l'A61 par lignes régulières de transport interurbain réseau Arc-en-ciel (anciennement SEMVAT) et par TER Midi-Pyrénées, gare d'Avignonet

Histoire[modifier | modifier le code]

Le blé est la principale culture de la plaine du Lauragais dès l'époque gallo-romaine. Mais c'est au XVe siècle que le pastel rend la région riche. On nomme alors la région « Pays de cocagne ». Mais l'indigo venu d'Amérique concurrence le pastel et le blé redevient la principale ressource du pays à partir du XVIe siècle.

Le village est connu pour le massacre des inquisiteurs du catharisme. Le , le tribunal d'inquisition, dirigé par Guillaume Arnaud et Étienne de Saint-Thibéry se tenait dans la cité. Plusieurs hommes, dirigés par Pierre-Roger de Mirepoix et aidés par les gens d'Avignonet, massacrent pendant leur sommeil les inquisiteurs et leur suite, à coups de hache, faisant ainsi onze victimes. Ce ne fut que l'un des derniers sursauts de résistance avant le siège de Montségur, qui se termina par un bûcher destiné aux cathares réfugiés dans la place, le 16 mars 1244.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Cap-Lauragais et du canton de Revel (avant le redécoupage départemental de 2014, Avignonet-Lauragais faisait partie de l'ex-canton de Villefranche-de-Lauragais).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 en cours Jean-François Pages PS Agriculteur retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 443 habitants, en augmentation de 12,38 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 765 1 981 2 007 2 352 2 513 2 479 2 333 2 342 2 418
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 390 2 400 2 324 2 048 1 857 1 806 1 744 1 638 1 513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 558 1 524 1 522 1 312 1 302 1 276 1 248 1 258 1 217
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 117 1 040 938 931 954 1 069 1 262 1 438 1 443
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 75 91 122 129 131 135 134 126
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville est dominé par le secteur énergétique, dut à la présence d'éolienne et de panneaux solaires installé par la firme nationale ENGIE. La ville peut aussi compter sur quelques exploitation agricole d'importance moyenne, enfin le tourisme occupe une place non négligeable de l'économie du village avec 20 000 touriste en 2014.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Avignonet-Lauragais fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par le groupe scolaire Auguste Fourès : maternelle et élémentaire.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Syndicat d'initiative, vide grenier,

Sports[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes Cap-Lauragais[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-des-Miracles.
  • L'église Notre-Dame-des-Miracles d'Avignonet-Lauragais, commencée en 1385 possède un clocher octogonal flanqué d'une élégante tourelle d'escaliers et couronné par une flèche gothique à crochets. À l'intérieur, un tableau de 1631, placé au fond de l'église, évoque le massacre perpétré le 28 mai 1242 par les conjurés du Lauragais à l'encontre des membres du tribunal de l'inquisition au château d'Avignonet qui a disparu depuis.
  • Le croisé d'Avignonet et la tour poivrière datant de 1352.
  • Anciens moulins à vent.
  • Centrale éolienne d'Avignonet-Lauragais faisant partie du programme EOLE 2005. Le parc détient dix éoliennes N50 (de 800 kW et de 50 mètres de diamètre), soit une puissance globale installée de 8 MW. Deux nouvelles éoliennes E-70 ont été installées en février 2008. Un champ de panneaux solaires se trouve également à proximité.
  • Halle du XIXe siècle.
  • Le canal du Midi : écluse d'Encassan, écluse d'Emborrel et pont-canal de Radel .
Éoliennes près d'Avignonet-Lauragais.
Panneaux solaires près d'Avignonet-Lauragais.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Avignonet-Lauragais

Son blasonnement est : palé et contre-palé de sinople et d'or de six pièces.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]