Baziège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Baziège
Baziège
Vue aérienne en 2015.
Blason de Baziège
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Sicoval
Maire
Mandat
Jean Roussel
2020-2026
Code postal 31450
Code commune 31048
Démographie
Gentilé Baziégeois
Population
municipale
3 383 hab. (2018 en augmentation de 5,03 % par rapport à 2013)
Densité 172 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 19″ nord, 1° 36′ 58″ est
Altitude Min. 156 m
Max. 253 m
Superficie 19,72 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Baziège
(ville isolée)
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Escalquens
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Baziège
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Baziège
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baziège
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baziège
Liens
Site web Mairie de Baziège

Baziège est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Baziégeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune de l'aire urbaine de Toulouse est située dans le Lauragais sur l'Hers-Mort, à 24 km au sud-est de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Baziège est limitrophe de huit autres communes.

Carte de la commune de Baziège et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Hers-Mort.

La commune est arrosée par l'Hers-Mort et ses affluents le Ruisseau de Visenc et le Ruisseau de Rivel.

Géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune de Baziège est de 1 972 hectares ; son altitude varie de 156 à 253 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune compte une gare sur son territoire, la gare de Baziège, desservie par des trains TER Occitanie des relations Toulouse - Carcassonne - Narbonne et Toulouse - Perpignan.

Baziège est desservie par la ligne 204 du réseau Tisséo, par les lignes 350 et 386 du Réseau Arc-en-Ciel et enfin par la ligne 413 du réseau liO. Toutes ces lignes permettent de rejoindre quotidiennement l'agglomération toulousaine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Baziège est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Baziège, une unité urbaine monocommunale[6] de 3 346 habitants en 2017, constituant une ville isolée[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (96,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (84 %), zones agricoles hétérogènes (7 %), zones urbanisées (6,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,3 %), mines, décharges et chantiers (1,3 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Baziège[12] commence à la préhistoire.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le site de la ville de Baziège était déjà fréquenté à la préhistoire. Une hache du néolithique a été retrouvée. Elle est aujourd'hui exposée au muséum d'histoire naturelle de Toulouse.

Antiquité[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, la ville existe déjà. Elle est alors connue sous le nom de Badera (l'origine de ce nom vient d'un gué qui servait à franchir la plaine marécageuse de l'Hers-Mort) sur la Via Aquitania, axe majeur entre Narbonne et Toulouse, ce qui est mentionné sur la table de Peutinger[13]. D'anciens ponts romains ont été retrouvés aux abords de la ville. Des vestiges de villas gallo-romaines ont également été exhumés[14].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dessin de la bataille de 1219.

Le village, situé dans le Lauragais, haut-lieu du catharisme, comprend des croyants en son sein et même des maisons de parfaits et de parfaites. Sa position étant alors carrefour sur la piste des croisés, Baziège souffre du passage des armées.

En 1219, Raymond VII de Toulouse et Raimond-Roger, comte de Foix, surprennent près de Baziège la troupe de Foucault de Berzy qui ravageait la région, et la massacre, lors de la bataille de Baziège.

En 1439, le village fut pillé par Rodrigue de Villandrando.

On pense que c'est vers cette époque que des remparts et des fossés furent aménagés. Ils laissèrent petit à petit leur place à des jardins et des cours intérieures. C'est aussi à cette époque que le village obtient une certaine importance grâce à la culture de la plante du Lauragais, le pastel, des feuilles de laquelle est extrait l'agranat, une poudre très recherchée dans le domaine de la teinturerie.

En 1755, Jean-Baptiste Lagarrigue était co-seigneur de Baziège, y habitant ; il était marié à Dame Marie de Couzin.

En prévision des États généraux de 1789, Claude Guyon (1724-1801), curé de Baziège, est élu député du clergé.

Empire[modifier | modifier le code]

En 1790, Baziège devient chef-lieu de canton. Dans la nuit du au , les royalistes tentent de capturer la ville. Quelques rares républicains organisent la défense. La troupe légaliste de Villefranche vient au secours des Baziégeois. Mais les habitants étant plutôt pro-royalistes, ils n'auront pas même droit au gîte et au couvert ou même à l'eau.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Vers 1850, on parle de plus en plus de la construction de la ligne de chemin de fer Bordeaux-Sète. Elle passera par Baziège et lui donnera un regain d'activité économique. En 1870, la halle aux grains est détruite car vétuste. Elle sera reconstruite en 1881. C'est cette année-là aussi que la commune se dote d'une école primaire. En 1863, Baziège qui avait le cinquième des habitants du canton payait le tiers des impôts du même canton, ce qui montre bien sa puissance économique par rapport aux autres villes de celui-ci. En 1880, le marché de Baziège est si bien pourvu que l'on dénombre :

5 boulangers 6 épiciers merciers 5 bouchers 3 meuniers
2 serruriers 6 charpentiers et maçons 3 plâtriers 3 ferblantiers
1 lampiste 5 cordonniers 1 marchand de bois 4 maréchaux et forgerons
2 tisserands 3 tailleurs 4 limonadiers 2 grainetiers
1 cloutier 1 briquetier 1 tonnelier 1 modiste
2 marchands drapiers 2 négociants en vin 5 jardiniers 5 menuisiers
4 aubergistes 3 lingères 1 pêcheur de sable 3 chiffonniers
2 négociants en fourrage 2 pharmacies 2 charrons 3 sabotiers
1 quincaillier 2 perruquiers 2 fabricants de chaises 1 bourrelier-sellier
1 horloger 2 fabricants de jougs 1 fabricante de coiffes

Héraldique[modifier | modifier le code]

Baziège

Son blasonnement est : D'argent à la losange de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 2 500 habitants et 3 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de vingt-trois[15],[16].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la dixième circonscription de la Haute-Garonne, du Sicoval et du canton d'Escalquens (avant le redécoupage départemental de 2014, Baziège faisait partie de l'ex-canton de Montgiscard).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie (Grand'rue), en 2010
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1959 Raymond Terrenq SFIO  
1959 1971 Robert Puget    
1971 1986 Claude Massol    
1987 1993 Jean-Jacques Durand    
1993 2014 Robert Gendre PS  
2014 En cours Jean Roussel DVD Retraité Tisséo

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2018, la commune comptait 3 383 habitants[Note 3], en augmentation de 5,03 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4401 3741 3291 5191 6811 6861 6821 6751 707
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7221 6061 5421 5011 4161 4271 4751 3811 323
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2871 2731 2661 1731 1581 1151 0881 1131 178
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1461 1941 2801 6481 8742 1963 0313 1773 338
2018 - - - - - - - -
3 383--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[22] 1975[22] 1982[22] 1990[22] 1999[22] 2006[23] 2009[24] 2013[25]
Rang de la commune dans le département 54 72 72 77 72 60 62 66
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Baziège fait partie de l'académie de Toulouse.

Sur la commune, il existe une crèche, une école maternelle et une école élémentaire, baptisée Raymond-Terrenq[27],[Note 4].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Médiathèque, Photothèque

Chaque été, la ville de Baziège accueille et incite la diffusion du festival Baile Funk du BR32 afin de relancer la night life en Occitanie. Ceci est considéré un moyen de divertissement pour les jeunes habitants de la ville qui dansent sans interruption chaque soirée d'été.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du Sicoval[28].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. Raymond Terrenq était Résistant puis maire de Baziège entre 1945 et 1959.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Baziège », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 avril 2021)
  12. Site officiel de la ville, article sur l'histoire de Baziège
  13. « Badera livre encore quelques secrets », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  14. BACCRABERE Georges, « Stations gallo-romaines en Lauragais », Mémoire de la Société archéologique du Midi de la France, Toulouse, no XXIX,‎ .
  15. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  16. « Résultats des élections sénatoriales 2020 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Senatoriales/elecresult__senatoriales-2020 (consulté le 22 septembre 2020).
  17. http://www.ville-baziege.fr/ville-jumelee-438.html
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  23. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  24. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  25. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  26. « Eglise », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 19 octobre 2019).
  27. « L'école primaire a enfin un nom », sur ladepeche.fr (consulté le 8 janvier 2016).
  28. http://www.sicoval.fr/fr/mon-logement/dechets.html