Mourvilles-Hautes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mourvilles.
Mourvilles-Hautes
L'église Sainte-Madeleine.
L'église Sainte-Madeleine.
Blason de Mourvilles-Hautes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement de Toulouse
Canton de Revel
Intercommunalité Communauté de communes du Lauragais-Revel-Sorèzois
Maire
Mandat
Alain Itier
2014-2020
Code postal 31540
Code commune 31393
Démographie
Gentilé Mourvillois
Population
municipale
166 hab. (2012)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 25′ 38″ N 1° 49′ 03″ E / 43.4272222222, 1.817543° 25′ 38″ Nord 1° 49′ 03″ Est / 43.4272222222, 1.8175  
Altitude Min. 223 m – Max. 311 m
Superficie 6,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative du Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Mourvilles-Hautes

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Mourvilles-Hautes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mourvilles-Hautes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mourvilles-Hautes

Mourvilles-Hautes est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans le Lauragais à 42 km au sud-est de Toulouse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de La Montagne[1].

Ses habitants sont appelés les Mourvillois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Alain Itier    
Les données manquantes sont à compléter.

Commune faisant partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 166 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
362 322 327 335 358 370 371 394 396
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
362 364 309 286 258 265 250 225 232
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
252 259 264 221 219 220 203 178 162
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
140 119 120 122 134 167 158 156 173
2012 - - - - - - - -
166 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Madeleine à clocher-mur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Grégoire Barthélemy Rouger de Laplane, baron d'empire par décret du 19 mars 1808 (lettres patentes du 13 août 1810), lieutenant-général en retraite chevalier de Saint-Louis, grand-officier de la Légion d'honneur, né le 13 octobre 1765 dans le village et décédé en 1837 dans sa maison de Mourvilles ; son nom est gravé sur le pilier sud de l'Arc de triomphe de l'Étoile à Paris. Capitaine au 129ème régiment le 13 fructidor an III, il passa dans la 32ème demi-brigade de ligne le 25 ventôse an IV. Il fit les campagnes de 1792 et 1793 et des ans II, III, IV et V en Italie, de l'an VI en Suisse, des ans VII, VIII, et IX en Egypte.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mourvilles-Hautes Blason D'azur au sabre contourné d’argent posé en barre, accompagné en chef à dextre, d’une tour d’or ouverte du champ, surmontée de trois étoiles du même rangées en fasce, et en pointe à senestre d’une couronne de laurier aussi d’or ouverte vers le chef, au soleil d’or mouvant de l’angle senestre du chef.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012