Auboué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Auboue)

Auboué
Auboué
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Auboué
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Intercommunalité Communauté de communes Orne Lorraine Confluences
(siège)
Maire
Mandat
Fabrice Brogi
2020-2026
Code postal 54580
Code commune 54028
Démographie
Gentilé Aubouésiens
Population
municipale
2 617 hab. (2019 en augmentation de 3,19 % par rapport à 2013)
Densité 576 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 46″ nord, 5° 58′ 39″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 266 m
Superficie 4,54 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Jœuf
(banlieue)
Aire d'attraction Val de Briey
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Jarny
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Auboué
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Auboué
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auboué
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auboué

Auboué est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est. Elle appartient à l'unité urbaine de Jœuf.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune fut un village-frontière avec l'Allemagne entre 1871 et 1918.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Auboué est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Jœuf, une agglomération inter-départementale regroupant 6 communes[4] et 22 589 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Val de Briey, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 14 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (40,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (41,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (27,7 %), terres arables (23,7 %), forêts (18,9 %), prairies (16,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (12,9 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des travaux de recherches archéologiques ont permis la découverte sur le territoire de la commune d'une occupation du Paléolithique supérieur attribuée à la culture aurignacienne (-38 000 à - 28 000 ans). Le site a livré tout un ensemble de produits de débitage associés à des outils en silex d'importation.

Présence d'une importante occupation gallo-romaine (villa ?) au lieu-ditla ferme de Coinville. D'autres sites gallo-romains sont signalés sur le territoire de la commune.

L'occupation d'Auboué au Haut Moyen Âge est attestée par la découverte de sépultures avec du mobilier civil et militaire.

Coinville appartient au Moyen Âge à l'abbaye Saint- Glossinde de Metz. Coinville (Comitis Villa) est attesté en 875 par une charte de Louis le Germanique.

Auboué compte 12 feux en 1335. Une forge existait sans doute dès le XIVe siècle.

Auboué et Coinville souffrent de la guerre de Trente Ans (XVIIe siècle) comme toute la région.

En 1817, Auboué, village de l'ancienne province du Barrois au confluent de l'Orne et du Woigot avait pour annexes la ferme de Coinville. À cette époque il y avait 288 habitants répartis dans 62 maisons.

Le 11 novembre 1941 le conseiller municipal Émile Cheminé, agriculteur, ancien combattant de la guerre de 14-18, alla fleurir le monument aux morts et arbora le drapeau français à la fenêtre de sa ferme. Il fut arrêté par les nazis, torturé et assassiné le 17 novembre[11]. Cet acte de résistance fut honoré par une plaque commémorative dans la rue où se trouvait sa ferme désormais nommée "rue Émile Cheminé".

Dans le camp de concentration nazi de Buchenwald, on peut voir une plaque dédiée aux habitants de la commune d'Auboué déportés.

En mars 1972 (plus de 250 personnes relogées et les quartiers en partie rasés) et le 14 octobre 1996 des affaissements de terrains brutaux dus à l'effondrement de galeries dans l'ancienne mine occasionnèrent de gros dégâts aux habitations.- 82 familles évacuent en catastrophe et n'habiteront plus jamais leur maison.

Sidérurgie[modifier | modifier le code]

En 1892 débutent les travaux de creusement du premier puits de la mine de la Société de Pont-à-Mousson. Ainsi la commune qui ressemble jusqu'alors à un village rural, va rapidement devenir une petite ville industrielle.
A l'exploitation des trois puits (1897, 1902 et 1909) s'ajoutent sur le "carré" la mise à feu de deux hauts fourneaux (capacité de 100 tonnes de fonte) et une fonderie, en 1905. Le 3e haut fourneau est mis à feu en 1911.

Pour loger les mineurs, les sidérurgistes, les fondeurs et leur famille, des cités ouvrières sont édifiées : cité du Tunnel en 1901, cité de Coinville en 1902 et cité de Géranaux en 1906. Deux cantines sont également construites en 1906 et 1908. Le site industriel, construit à proximité des voies ferrées, comprend plusieurs bâtiments, bureaux, trois salles des machines, deux magasins industriels, trois ateliers de réparation, une conciergerie... Les matériaux de construction de l'ensemble sont en calcaire, en brique silico-calcaire, en enduit et matériaux synthétiques. Les toits à longs pans brisés sont également en matériaux synthétiques. Quant à la couverture, elle se compose de tuiles mécaniques, de verre de zinc et de ciment amiante.

En 1914, l'usine est partiellement détruite, puis reconstruite pendant le second quart du XXe siècle.

En 1960, la mine et la fonderie sont fermées, et de nombreuses installations et bâtiments détruits. Les hauts fourneaux ferment entre 1967 et 1968.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Hubert Marchal   Chef porion

(démission)
Jean Bertrand PCF Dessinateur industriel
Député de la 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle(1967-1968)
Conseiller général du canton de Briey (1964-1976)

(démission)
Catherine Magrinelli PCF  
Yolande Bertrand PCF Sténodactylo
Conseillère générale du canton d'Homécourt (1973-1985)
mars 2008 Geneviève Janovec DVD Agent du Trésor public retraitée
mars 2008 En cours Fabrice Brogi[12],[13]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Professeur des écoles ou instituteur ou assimilé
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Aubouésiens[14]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2019, la commune comptait 2 617 habitants[Note 3], en augmentation de 3,19 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,38 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
330294295596347360383369414
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
4285024704234246622 3884 3454 003
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
5 0225 2114 3694 1164 6594 9844 9344 2233 604
1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019 - -
3 1922 8072 7022 7012 5892 5092 617--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, construite au XIXe siècle. Jusqu'en 1834, l'église paroissiale se trouvait à Coinville, là où subsiste le cimetière et une ferme et fut transférée à Auboué. Reconstruction d'un nouveau clocher à l'arrière en 1922-1923.
  • Église de Coinville, construite avant l'an 821, démolie en 1752. Elle est remplacée par l'église abbatiale en 1758. Réédifiée en 1769, pour mettre à jour le clocher, elle disparait finalement en 1834.

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de basket de la commune, le CSM Auboué a longtemps été la référence du basket lorrain dans les années 50-60, bien avant l'émergence du SLUC Nancy. En effet, le CSM a appartenu à l'élite du basket français en disputant le Championnat de France de basket-ball de 1947 à 1967 avant de disparaître. Le club remporte la Coupe de France de basket-ball en 1956.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Bertrand (1916 - 1983) : député de Meurthe-et-Moselle de 1967 à 1968.
  • Louis Devoti : basketteur, international français

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Jœuf », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Paul VIARD, Recueil d'articles sur Auboué - Tome 01, 264 p. (ISBN 978-1-326-81925-5, lire en ligne), p. 166.
  12. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  13. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  14. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.