Assa Traoré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Assa Traoré
Assa Traoré, 2018 (cropped).jpg
Assa Traoré en 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Fratrie
Adama Traoré (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement

Assa Traoré, née en à Paris, est une militante antiraciste française. Sœur aînée d'Adama Traoré, mort après son interpellation par des gendarmes, elle est fondatrice du Comité vérité et justice pour Adama et milite contre les violences policières.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Assa Traoré naît en [1] dans le 9e arrondissement de Paris[2]. Elle est issue d'une famille polygame, dont elle considérait les autres femmes de son père comme également ses mères[2], comptant dix-sept frères et sœurs[3],[2]. Son père Mara-Siré, né au Mali, s'unit d'abord à la Picarde Elisabeth, puis à la Normande Françoise, desquelles naissent sept enfants, puis se marie au Mali avec Hatoumma, dite « Mamma », mère d'Assa, puis avec Oumou, appelée « Tata », mère d'Adama ; les deux épouses vivent ensemble à Beaumont-sur-Oise[4]. Les Traoré grandissent dans le quartier de Boyenval. Leur père, est chef d’équipe sur des chantiers d’étanchéité. Elle a 14 ans quand il décède en 1999, à l'âge de 46 ans, des suites de son exposition aux fibres d’amiante[5],[6].

Mère de trois enfants, Assa Traoré exerce jusqu'en 2016 la profession d'éducatrice spécialisée. Elle a choisi ce métier en classe de CM2, alors que son institutrice avait demandé à des éducatrices de la protection judiciaire de la jeunesse de venir présenter leur métier ; elle a obtenu son diplôme en 2007[5]. Elle est également la créatrice d'une petite ligne de vêtements wax[7] qu'elle relance en 2019 sous la marque Maison Kaye[8].

Elle travaille à Sarcelles[9],[10] pour la Fondation OPEJ - Baron Edmond de Rothschild (anciennement Œuvre de protection des enfants juifs) lorsque son frère trouve la mort ; elle est alors mise en arrêt maladie jusqu'en août 2017[11] et reste salariée de l'OPEJ, sans solde, jusqu'en [11].

Engagement après la mort de son frère[modifier | modifier le code]

Discours d'Assa Traoré lors de la marche pour Adama, en .

En juillet 2016, alors qu'elle encadrait avec une collègue un groupe de sept adolescents défavorisés en voyage à Rabac (Croatie)[11], elle apprend au téléphone la disparition puis la mort de son frère Adama à la suite de son interpellation par la gendarmerie. Elle revient alors précipitamment en France et coordonne le combat de sa famille afin de connaître les circonstances de son décès[9]. Elle fonde et anime, depuis lors, le « Comité vérité et justice pour Adama »[12]. Très investie dans cette mobilisation, elle dit souvent : « Nous sommes devenus des soldats malgré nous »[4],[13]. En décembre 2016, elle est choisie comme « la personnalité citoyenne » par la rédaction de Mediapart pour prononcer les vœux de nouvelle année[10]. Assa Traoré explique son engagement contre les violences policières dans Lettre à Adama, ouvrage co-écrit avec la journaliste Elsa Vigoureux en 2017[14],[15].

Assa Traoré est la porte-parole de la famille[16],[17] et la figure du « comité Adama Traoré » qui comprend des militants chevronnés[4]. Dès la mort d'Adama, elle reçoit le soutien d'Amal Bentounsi, fondatrice du collectif « Urgence, notre police assassine »[4], dont le frère est décédé lors d'un interpellation policière[18] et dont un proche conçoit le graphisme du tee-shirt emblématique du comité depuis le premier rassemblement du 30 juillet 2016[4].

En , elle échange avec Angela Davis, militante historique du mouvement américain des droits civiques[19],[20],[21],[22]. Elle publie en 2019 Le Combat Adama, co-écrit avec le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie[23]. En avril 2019, elle est rédactrice en chef invitée de l'hebdomadaire culturel Les Inrocks[24].

En , quelques jours avant la marche organisée à l'occasion du troisième anniversaire de la mort de son frère, elle publie sur les réseaux sociaux un texte qu'elle nomme J'accuse ! dans lequel elle cite nominativement les gendarmes mis en cause — Romain Fontaine, Matthias Uhrin et Arnaud Gonzales[25] — et les personnes qui, selon elle, chercheraient à entraver l'enquête[26]. Elle est entendue le , après une plainte des gendarmes pour diffamation publique[27]. Poursuivie par deux des trois gendarmes[28], le juge des référés les déboute de leur action et les condamne aux dépens à 2 000  par une ordonnance du . Leurs avocats annoncent leur intention d'entamer un recours[25],[29].

Elle est convoquée en pour dégradation de biens publics lors d'un événement qu'elle avait organisé à Beaumont-sur-Oise le [30].

En , elle lance le hashtag « #MoiAussiJaiPeurDevantLaPolice » pour soutenir la chanteuse Camélia Jordana, dont les propos sur les violences policières, tenus lors de l'émission On n'est pas couché du , font polémique[31].

Quelques jours après la mort de George Floyd aux États-Unis et la publication d'une nouvelle expertise médicale écartant la responsabilité des gendarmes[32], Assa Traoré et le Comité vérité et justice pour Adama organisent une manifestation, le , devant le tribunal de Paris. Elle rassemble 20 000 personnes selon la police, 80 000 personnes selon les organisateurs[33],[34],[35]. Le , une nouvelle manifestation contre le racisme et les violences policières est organisée suite à l'appel à manifestation partout en France fait par le Comité vérité et justice pour Adama. La manifestation, devenue rassemblement statique suite à l'interdiction émise par la préfecture de police de se déplacer jusqu'à la place de l'Opéra depuis la place de la République, rassemble selon la préfecture 15 000 personnes à Paris[36]. À Lyon, un rassemblement regroupe 2 000 personnes, à Nantes un millier, tandis que d'autres manifestations sont organisées à Lille, Bordeaux, Saint-Nazaire[36],[37].

Le , Assa Traoré reçoit le prix BET Global Good pour récompenser son combat antiraciste. Le prix lui est remis pour le rôle central qu'elle joue dans le combat contre « l’injustice raciale et la brutalité policière » depuis 2016[38],[39]. À Noisy-le-Sec, en , le collectif « Black Lines » réalise une peinture murale à son effigie[40].

En septembre 2020, un cousin d’Adama Traoré se noie dans la Seine à Bougival (Yvelines) en tentant d’échapper à la police après un possible vol de motos. Une enquête est confiée à l'IGPN[41].

Comité Adama[modifier | modifier le code]

Assa Traoré est la figure de proue du « comité Adama » qui comprend des militants chevronnés comme Youcef Brakni, militant de Bagnolet, Samir Elyes issu du MIB et Almamy Kanouté du groupe Émergence[4]. Au-delà du cas d'Adama Traoré, le « comité Adama » souhaite rendre visible sa lutte pour les quartiers et contre les violences policières. Il s'impose ainsi en tête de cortège lors de la manifestation unitaire « Marée populaire » contre la politique d'Emmanuel Macron lancée à l'initiative de La France insoumise le , affirmant : « Il est temps d’en finir avec les appels creux à la convergence des luttes ». Nous refusons les injonctions qui sont faites aux mouvements des quartiers populaires de n’aborder que la « question sociale », avec au passage un refus de considérer le racisme qui structure la société comme participant de cette « question sociale ». […] On assiste à une véritable gestion coloniale des quartiers qui font face aux violences policières[42],[43] ». Dès les premières semaines du mouvement des Gilets jaunes, le comité Adama lui apporte son soutien et participe aux manifestations : « On s’est reconnus en eux »[44]. Souhaitant une convergence des combats entre ceux menés par le comité Adama et les Gilets jaunes, plusieurs comités et des figures du mouvement comme Maxime Nicolle, Priscillia Ludosky et Jérôme Rodrigues participent à une manifestation en juillet 2019 à Beaumont-sur-Oise[45].

Rejetant la notion de « convergence », bien qu'elle apparaisse en soutien à des causes comme des femmes de ménage en grève, des luttes de cheminots, de sans-papiers ou d'étudiants, ou lors d'action du mouvement écologiste radical Extinction Rebellion, Assa Traoré explique : « Je ne parlerais pas de convergence, plutôt d'alliances dans la lutte des opprimés, mais chacun garde la nature de son combat »[4].

Quand des expertises requises par la Justice avancent diverses maladies pour expliquer les causes de la mort d'Adama Traoré, le comité Adama commande à ses frais un rapport à des experts de ces maladies, qui contredisent les explications avancées[46], ce qui permet d'éviter la clôture du dossier et de demander de nouvelles investigations judiciaires[47]. Assa Traoré déclare ainsi, en 2020 : « Dans l'affaire Adama, nous en sommes à la cinquième expertise, et nous avons déjà réussi à écarter trois maladies. Si on ne s'était pas battus, mon frère serait officiellement mort de causes cardiaques et d'une infection grave »[48].

Le comité Adama réussit à susciter l'implication durable d'intellectuels comme les écrivains Annie Ernaux et Édouard Louis, ainsi que le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie, ce que n'avait pas réussi à faire le mouvement en soutien à des jeunes de Villiers-le-Bel poursuivis pour des soupçons de tirs sur la police après la mort en mini-moto dans un choc avec une voiture de police de Mushin et de Laramy le , malgré la participation, en juin 2010, de Benjamin Rosoux — l’épicier de Tarnac proche de Julien Coupat — lors d’une manifestation à Pontoise[49]. Quelques jours après l’attaque de la mosquée de Bayonne, Assa Traoré et le comité Adama figurent, le , parmi les premiers appelants à une manifestation contre l'« islamophobie » à Paris le [50], qui réunit 13 500 personnes selon le cabinet d’études indépendant Occurrence[51], plus de 40 000 personnes selon ses organisateurs[52].

Soutien d'un Gilet jaune à Marseille en 2019.

La militante noire américaine Angela Davis salue le combat d'Assa Traoré, car « la lutte dans laquelle elle est engagée dénonce de façon claire la violence policière et le racisme systémique comme éléments à part entière de la société française, comme la violence policière et sa généalogie avec l’esclavagisme aux États-Unis d’Amérique » et estime qu'il « était temps que les femmes prennent la tête des mouvements de lutte, parce qu’elles en ont toujours été la colonne vertébrale »[19]. L'essayiste conservatrice Anne-Sophie Nogaret critique le combat du comité Adama, qu'elle estime imiter le mouvement révolutionnaire noir américain : « le positionnement de l’icône s’est subtilement décalé vers les États-unis et la cause noire américaine. Assa Traoré, coupe afro et poing levé, est la nouvelle Angela Davis. (...) Il ne s’agit en réalité que d’imiter les signifiants visuels du mouvement noir américain des années 60 et 70 »[53]. Elle voit dans les rapprochements du comité avec, par exemple, des Gilets jaunes ou Alternatiba des alliances de circonstance pour élargir son audience au-delà de la « dimension groupusculaire [de] la mouvance indigéniste »[53]. Assa Troré récuse pourtant toute proximité avec Houria Bouteldja, qu'elle ajoute n'avoir jamais rencontrée : « Je vais êtes très claire : nous n'avons pas la même vision que le Parti des indigènes de la République, et nous ne voulons pas être associés à eux. Le comité Adama est ouvert à tout le monde. »[48]. Refusant ainsi d'écarter, par exemple, les Blancs de son combat, elle déclare devant le tribunal judiciaire de Paris, à l'appel du comité Adama le  : « Peu importe d’où tu viens, peu importe ta couleur de peau, peu importe ta religion, peu importe ton orientation sexuelle, tu ne dois pas rester spectateur face à l’injustice, face au meurtre, face à l’impunité policière[54] ».

En particulier après le mouvement consécutif à la mort de George Floyd, en 2020, dans le Minnesota, le comité Adama est rapproché du mouvement américain Black Lives Matter et de concepts forgés aux États-Unis comme le racisme institutionnel ou l'intersectionnalité comme outil d'analyses des discriminations[54],[55]. Toutefois, le sociologue Geoffroy de Lagasnerie, soutien du comité Adama, relativise l'influence américaine. Il admet qu'« en termes de réflexion théorique, il y a une telle déconnexion dans le champ intellectuel et universitaire français avec ces problématiques qu'on est obligé de se référer à des théoriciens américains comme Paul Butler, Michelle Alexander ou Alice Goffman », mais il ajoute qu'« il y a cette tendance, lorsque l'on parle de la police ou du racisme, à toujours évoquer la situation américaine, ce qui me semble problématique. Le Comité Adama est souvent comparé à Black Lives Matter. Mais pour moi, c'est une manière de dénier qu'il s'agit d'une histoire française, encore plus cachée ici qu'aux États-Unis »[48]. Le sociologue Michel Wieviorka minore, lui aussi, l'influence des théories identitaires : « La mouvance postcoloniale ou intersectionnelle appuie l’actuelle mobilisation mais elle n’en est pas elle-même le carburant. Ce mouvement est surtout une demande de justice[55]. »

Publications[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Traoré et Vigoureux 2017.
  2. a b et c Amélie Quentel, « Assa Traoré : Le droit de savoir », Libération, (consulté le 7 avril 2019).
  3. Lauren Bastide, « Assa Traoré », épisode 21, La Poudre, sur soundcloud.com (consulté le 2 juin 2020).
  4. a b c d e f et g Maïram Guissé et Nelly Terrier, « Assa Traoré, l’anti-racisme en mode combat », sur leparisien.fr, (consulté le 31 juillet 2020)
  5. a et b Sylvain Courage, « 10 choses à savoir sur Assa Traoré », L'Obs, (consulté le 22 juillet 2019).
  6. Guillaume Vadot, « Pourquoi il faut lire Lettre à Adama, de Assa Traoré et Elsa Vigoureux », sur revolutionpermanente.fr, (consulté le 22 juillet 2019).
  7. Elsa Vigoureux, « Assa Traoré, une « machine de guerre » pour Adama », L'Obs, .
  8. Alice Pfeiffer, « Où est le cool ? d'Assa Traoré », Les Inrockuptibles, .
  9. a et b Marie Barbier, « Adama Traoré « Mon frère a droit à la justice » », L'Humanité, (consulté le 22 juillet 2019).
  10. a et b « Les vœux de fraternité d’Assa Traoré », sur mediapart.fr, (consulté le 12 avril 2019).
  11. a b et c Erwan Seznec, « L'étrange arrêt-maladie d'Assa Traoré », sur causeur.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  12. Caroline Quevrain, « « La vérité pour Adama » : Assa Traoré, la sœur devenue militante contre les violences policières », sur lci.fr (consulté le 8 juin 2020).
  13. Kareen Janselme, « Affaire Adama Traoré : “L'État et la justice ont fait de nous des soldats malgré nous” », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  14. Inès Belgacem et Pierre Gautheron, « Lettre à Adama, le livre d’Assa Traoré pour que le combat continue », sur StreetPress, (consulté le 7 avril 2019).
  15. Flore Thomasset, « Lettre à Adama, le témoignage militant d’une sœur », La Croix, (consulté le 7 avril 2019).
  16. Valentin Davodeau, « Qui sont les membres du comité « La vérité pour Adama » ? », sur ouest-france.fr, (consulté le 31 juillet 2020)
  17. Louise Couvelaire, « Assa Traoré, la sœur d’Adama, porte-voix des quartiers malgré elle », sur lemonde.fr, (consulté le 31 juillet 2020)
  18. « Amal Bentounsi, sœur d’une victime «Dès lors qu’on dénonce des abus, on est taxé d’être antipolice» », sur liberation.fr, (consulté le 31 juillet 2020)
  19. a et b « Rencontre : Angela Davis et Assa Traoré », Ballast, no 7,‎ , p. 44–53 (lire en ligne), « Angela Davis et Assa Traoré : regards croisés », sur revue-ballast.fr, (consulté le 20 juin 2020).
  20. Anthony Dufraisse, « Ballast n° 7 : singularités, solidarités », Ent'revues, .
  21. (en) Lauren Collins, « Assa Traoré and the Fight for Black Lives in France », The New Yorker, .
  22. Pascal Charrier et Bernard Gorce, « En France, l’influence américaine des nouveaux antiracistes », La Croix, .
  23. Nelly Kaprièlian, « Le Combat Adama d’Assa Traoré et Geoffroy de Lagasnerie : un manuel de lutte », Les Inrockuptibles, no 1219,‎ (lire en ligne).
  24. « [Edito d'Assa Traoré] “Je veux la vérité et la justice pour Adama” », Les Inrocks, (consulté le 22 juillet 2019).
  25. a et b « Traoré : une cinquième expertise bien accueillie par les avocats des Gendarmes », sur lavoixdugendarme.fr, (consulté le 31 juillet 2020)
  26. Jean-Michel Décugis, « Mort d’Adama Traoré : le «J’accuse !» de sa sœur Assa », Le Parisien, (consulté le 22 juillet 2019).
  27. « Mort d'Adama Traoré : Assa Traoré entendue ce mardi par la police, après une plainte des gendarmes pour "diffamation publique" », France Info, (consulté le 30 septembre 2019).
  28. Camille Bauer, « VIOLENCES POLICIÈRES. ASSA TRAORÉ VICTIME D’UNE TENTATIVE D’INTIMIDATION », sur humanite.fr, (consulté le 31 juillet 2020)
  29. Amaury Bucco, « Les trois gendarmes qui ont arrêté Adama Traoré devront verser 2000 euros à sa sœur Assa Traoré », sur lavoixdugendarme.fr, (consulté le 31 juillet 2020)
  30. Marie Persidat, « Beaumont-sur-Oise : une nouvelle mobilisation du comité Justice pour Adama », Le Parisien, .
  31. Irène Ahmadi, « #MoiAussiJaiPeurDevantLaPolice, un hashtag pour soutenir Camélia Jordana », Les Inrocks, (consulté le 26 mai 2020).
  32. « Mort d'Adama Traoré: une nouvelle expertise médicale écarte la responsabilité des gendarmes », sur BFM TV, (consulté le 15 juin 2020)
  33. Fabien Leboucq et Anaïs Condomines, « Des lacrymo ont-elles été tirées depuis les étages du tribunal de Paris, lors du rassemblement en hommage à Adama Traoré ? », CheckNews, Libération, .
  34. Lise Lanot, « En images : les personnalités présentes à la manifestation pour Adama Traoré », sur Konbini, .
  35. Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali, « Justice pour George Floyd, pour Adama Traoré, pour tous », sur Mediapart, .
  36. a et b Martin Lemaire, « Manifestation pour Adama Traoré : 15 000 personnes rassemblées à Paris, des tensions avec les forces de l'ordre », sur L'internaute, (consulté le 4 juillet 2020).
  37. « Contre le racisme et les violences policières : 2 000 personnes rassemblées à Lyon samedi 13 juin, 5 interpellations », France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le 4 juillet 2020).
  38. « "Une reconnaissance dans le combat": Assa Traoré a reçu son prix aux BET Awards américains », sur HuffPost, (consulté le 4 juillet 2020).
  39. Zineb Dryef, « Comment Assa Traoré est devenue une figure de l’antiracisme en France », Le Monde, (consulté le 4 juillet 2020).
  40. Amaury Bucco, « Assa Traoré inaugure une seconde fresque à Noisy-le-Sec en hommage… à elle-même », Valeurs actuelles, .
  41. Juliette Pelerin, « Un cousin d’Adama Traoré se noie en tentant d’échapper à la police », sur parismatch.com, .
  42. « «Marées populaires» : 31 700 manifestants à Paris, selon Occurrence pour un collectif de médias », Libération, (consulté le 12 avril 2019).
  43. Abel Mestre, « Manifestation du 26 mai : le comité Adama s’invite dans le cortège », Le Monde, (consulté le 12 avril 2019).
  44. Anna Mutelet, « Marche pour Adama Traoré : avec les gilets jaunes, «l’union fait la force» », Libération, (consulté le 22 juillet 2019).
  45. Rouguyata Sall, « A la marche pour Adama, une convergence inédite », sur Mediapart, (consulté le 22 juillet 2019).
  46. Nicolas Chapuis, « Affaire Adama Traoré : un rapport réalisé à la demande de la famille remet en cause l’expertise médicale », sur lemonde.fr, (consulté le 31 juillet 2020).
  47. Laury-Anne Cholez, « Assa Traoré attaquée en diffamation par trois gendarmes : “Nous ne lâcherons jamais” », sur lesinrocks.com, (consulté le 31 juillet 2020).
  48. a b et c Thomas Mahler, « Nous sommes dans un système qui protège la police », Le Figaro, (consulté le 31 juillet 2020).
  49. Willy Le Devin, « Violences policières : le combat d’Assa Traoré relancé », sur libération.fr, (consulté le 5 août 2020)
  50. « Le 10 novembre, à Paris, nous dirons STOP à l’islamophobie ! », sur libération.fr, (consulté le 14 août 2020)
  51. Cécile Chambraud, « Plus de 13 000 personnes marchent à Paris contre la stigmatisation des Français de confession musulmane », sur lemonde.fr, (consulté le 14 août 2020)
  52. « Marche contre l’islamophobie du 10 novembre : Un succès et un sursaut qui doit déboucher sur des mesures concrètes ! », sur islamophobie.net, (consulté le 14 août 2020)
  53. a et b Anne-Sophie Nogaret, « “Assa Traoré ne fait qu’imiter les mouvements noirs américains des années 60” », Le Figaro, (consulté le 31 juillet 2020).
  54. a et b Cécile Daumas, « L’idéal «intersectionnel», succès manifeste », sur Libération.fr, (consulté le 5 août 2020)
  55. a et b Pascal Charrier et Bernard Gorce, « En France, l’influence américaine des nouveaux antiracistes », sur la-croix.com, (consulté le 31 juillet 2020).
  56. Ophélie Daguin, « Assa Traoré récompensée pour son « engagement pour le bien-être de la communauté noire mondiale », lors des BET Awards », Elle, (consulté le 27 juin 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]