Priscillia Ludosky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Priscillia Ludosky
Persan, France Jul 20, 2019 02-36-59 PM (cropped).jpeg
Priscillia Ludosky à la Marche pour Adama 2019.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Priscillia Ludosky, née le , est une militante française, connue pour être une des initiatrices et une figure du mouvement des Gilets jaunes.

Le , elle publie une pétition en ligne sur la nécessité de baisser les taxes sur les biens essentiels, dont l'essence, la création d'un référendum d'initiative citoyenne et de plus bas salaires et pensions pour les hauts fonctionnaires et les élus. Cette pétition, qui connaît un grand succès médiatique à l'automne 2018, signée par plus d'un million de personnes et attirant l'attention de nombreux journaux, comme Le Parisien, est l'un des éléments déterminants dans l'initiation du mouvement de protestation des gilets jaunes.

Priscillia Ludosky tient sa légitimité dans le mouvement des gilets jaunes de la notoriété qu'a atteint sa pétition du , ainsi que de son engagement ultérieur au sein du mouvement. Bien qu'elle ait été contactée par des partis politiques, elle refuse d'en rejoindre un, suivant en cela les principes de nombreux membres du mouvement, qui se déclarent a-partisans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Priscillia Ludosky est née le [1],[2], de parents originaires de Martinique[3],[4],[5],[6], s'étant installés en France métropolitaine dans les années 1980. En 2016, après avoir travaillé pour BNP Paribas pendant onze ans[4],[5],[7],[8],[9], elle fonde une entreprise de vente de produits cosmétiques, Fall in Cos'. Elle vit à Savigny-le-Temple[3],[4],[5],[6] où elle gère une petite boutique[10], ainsi que son commerce en ligne fondé sur la vente de cosmétiques bio et de produits d'aromathérapie[3],[4],[11],[7],[6],[8],[2].

Elle milite également pour plusieurs causes environnementalistes, dont la fin des voitures à essence[9]. Les membres du mouvement des gilets jaunes louent son calme et ses qualités de communicante[4].

En , un sondage de Paris-Match la désigne « femme de l'année »[7].

Actions au sein du mouvement des Gilets jaunes[modifier | modifier le code]

Priscillia Ludosky est l'une des premières personnes impliquée dans le mouvement des Gilets jaunes [3],[4], par la rédaction et la publication le d'une pétition en ligne sur la nécessité d'une "baisse des taxes sur les produits de première nécessité, la mise en place du référendum d'initiative citoyenne, la baisse des rentes et des salaires des hauts fonctionnaires et des élus"[3],[11],[12]. La pétition ne rencontre initialement que peu de succès[3],[5]. En , souhaitant attirer plus d'attention sur sa pétition, elle commence à démarcher les réseaux sociaux et les médias et obtient que le journal Le Parisien s'y intéresse[5].

Éric Drouet, cherchant plus de soutien pour une protestation contre l'augmentation du prix du fioul, rejoint Priscillia Ludosky en [3],[5]. Tous les deux appellent à une première manifestation le 2018[4], alors que sa pétition obtient près d'un million signatures[5]. Le , elle rencontre le ministre de l'écologie en compagnie d'autres figures de proue du mouvement[4],[13].

En , Emmanuel Macron répond à la pétition. Priscillia Ludosky critique la lenteur et la nature partielle de la réponse[4]. A la suite de l'"acte II" du mouvement (la seconde manifestation du ), elle critique la réponse de la police aux protestations[4]. A l'occasion de plusieurs des manifestations qui suivent, elle participe à des cortèges secondaires hors de Paris, comme à Marseille le , au Boulou le et à Bourges le [4],[13]. De cette façon, elle entend exprimer l'idée que les problèmes énoncés dans la pétition touchent toute la France, et pas seulement l'agglomération parisienne[13].

Le , Priscillia Ludosky annonce sur Facebook qu'elle prend ses distances vis-à-vis d'Éric Drouet[4],[14],[15],[7],[16]. Les deux militants s'affrontent autour du nom des groupes Facebook qui les hébergent[14],[6], Priscillia Ludosky affirmant qu'Éric Drouet l'aurait menacée, et désirant avoir la liberté de critiquer librement son comportement[14],[14],[15].

Le , elle assiste à une réunion du Conseil économique, social et environnemental qu'elle juge productive[16].

Après la manifestation du samedi , une mobilisation des femmes Gilets jaunes a lieu le dimanche et réunit des centaines de participantes à Paris, Bordeaux, et Toulouse. Elles veulent montrer l'implication des femmes dans le mouvement, et par là donner à celui-ci plus de légitimité. Ludosky participe à la marche des femmes à Paris, et y déclare : « C'est un magnifique message pour dire que les femmes ont le droit de s'exprimer elles-mêmes sur les problèmes sociaux »[17].

Le , Priscillia Ludosky participe à la manifestation à Castres et exprime durant une interview son souhait que les manifestations du samedi continuent, même si l'affluence diminue progressivement[18]. Elle estime également que les violences durant les marches ont troublé le message des gilets jaunes, et déclare : « Il ne faut pas bloquer pour bloquer. Je continue à soutenir les manifestations du samedi, mais nous ne devons pas nous limiter à cela. D'autres initiatives sont possibles, par exemple de mettre la pression sur de grandes entreprises qui ne paient pas leurs impôts, impôts qui permettraient la réduction de la TVA sur les biens essentiels, qui est l'une de nos revendications. »[19]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mme. Priscillia LUDOSKY, Président de FALL IN COS' sur », sur Dirigeant, (consulté le 9 février 2019)
  2. a et b « Priscillia LUDOSKY - Dirigeant de la société Fall in Cos' - BFMBusiness.com », sur Dirigeant de la société, (consulté le 9 février 2019)
  3. a b c d e f et g (en-GB) John Lichfield, « Just who are the gilets jaunes? », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 9 février 2019)
  4. a b c d e f g h i j k et l « Priscillia Ludosky, la force tranquille des "gilets jaunes" », sur L'Obs, (consulté le 9 février 2019)
  5. a b c d e f et g « Priscillia Ludosky, une Martiniquaise derrière les gilets jaunes - Le Social en Guadeloupe », sur France-Antilles Guadeloupe, (consulté le 9 février 2019)
  6. a b c et d Jeanne Bulant, « Gilets jaunes: Priscillia Ludosky et Éric Drouet prennent leurs distances », sur BFMTV, (consulté le 9 février 2019)
  7. a b c et d Thomas Liabot, « Gilets jaunes : la stratégie à part de Priscillia Ludosky, discrète porte-parole du mouvement », sur Le Journal du Dimanche, (consulté le 9 février 2019)
  8. a et b PumTchak, « Priscillia Ludosky, la tête pensante des gilets jaunes », sur AgoraVox, (consulté le 9 février 2019)
  9. a et b La-Croix.com, « Qui sont les porte-parole des " gilets jaunes " ? », sur La Croix, (consulté le 9 février 2019)
  10. (en) « Who is the woman behind the ‘yellow vest’ movement in France? », sur Al Arabiya, (consulté le 9 février 2019)
  11. a et b Jean-Marc Guilbert, « Gilets jaunes : Priscillia Ludosky et Etienne Chouard attendus à Castres le 16 février », sur La Depeche (consulté le 9 février 2019)
  12. Yves-Marie Robin, « Qui sont Priscillia Ludosky et Eric Drouet, les deux Gilets jaunes reçus au ministère de l’Écologie ? », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  13. a b et c « "On n'a pas les mêmes avis sur tout" : comment la lune de miel entre Eric Drouet, Priscillia Ludosky et Maxime Nicolle a tourné court », sur Franceinfo, (consulté le 9 février 2019)
  14. a b c et d « " Gilets jaunes " : Priscillia Ludosky annonce se désolidariser d’Eric Drouet », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2019)
  15. a et b Paméla Rougerie, « Gilets jaunes : le divorce entre Priscillia Ludosky et Eric Drouet est acté », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2019)
  16. a et b Robin Verner, « Priscillia Ludosky juge qu'une " étape a été franchie " après son audition au Cese », sur BFMTV, (consulté le 9 février 2019)
  17. Marion Jort, « Les femmes "gilets jaunes" se mobilisent : "Je n'ai pas envie que mes enfants souffrent comme nous" », sur Europe 1, (consulté le 11 février 2019)
  18. « Gilets jaunes : une mobilisation en baisse pour l'acte XIV », sur la Depeche, (consulté le 17 février 2019)
  19. Thomas Liabot, « Priscillia Ludosky, figure des Gilets jaunes : "Il ne faut pas bloquer pour bloquer" », sur Le Journal du Dimanche, (consulté le 17 février 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]