Mouvement de l'immigration et des banlieues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Mouvement de l'immigration et des banlieues (MIB) est une organisation française fondée en 1995. Il condamne le recours à la violence et inscrit son combat dans un cadre légal.

Le MIB dénonce le racisme institutionnel dont sont victimes les immigrés, et en particulier les violences policières. Au nom de la justice et de l'égalité des droits, le MIB s’est notamment mobilisé contre l'expulsion des étrangers condamnés, souvent appelée la double peine.

De 2007 à 2009, le MIB est engagé dans le « Forum social des quartiers populaires » (FSQP), et semble ne plus être actif depuis. Certains de ses militants auraient participé en 2012 à la création de la « Force citoyenne populaire »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le MIB est issu du mouvement militant entamé par la marche pour l'égalité et contre le racisme de 1984 et des émeutes du début des années 1990.

Le MIB dénonce aussi bien la politique de la droite que celle du Parti socialiste, se démarquant ainsi de SOS Racisme.

En , le MIB est expulsé du local qu'il occupait dans le 11e arrondissement de Paris[2].

Son site n'est plus mis à jour depuis 2007[3]. En 2009, Simon Keller intervient au nom du MIB lors d'une journée d'études organisée par le CERAL[4].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Tarik (parfois orthographié Tarek) Kawtari
  • Nordine Iznasni. Porte-parole de José Bové lors de la campagne présidentielle de 2007. Élu conseiller municipal à Nanterre en .
  • Guy Dardel
  • Mogniss H. Abdallah
  • Samir Baaloudj[5], porte-parole de la campagne «Police personne ne bouge?!» [6].

Forum social des quartiers populaires[modifier | modifier le code]

En 2007, le MIB initie avec DiverCité et Les Motivés le Forum social des quartiers populaires (FSQP), une manifestation annuelle qui rassemble les associations et collectifs autour des problèmes des banlieues. L'objectif est de faire émerger un mouvement social, culturel et politique qui parle des quartiers populaires[7].

  • La première édition se déroule à Saint-Denis du 22 au  ; elle regroupe plus de 2 000 personnes, venues d'une quarantaine de villes[8]. Elle est filmée et retransmise en direct sur internet par l'association Regarde à vue[9].
  • La seconde édition a lieu à Nanterre du 3 au . Des extraits sont diffusés sur Internet[10].
  • La troisième édition[11] a lieu à Montpellier dans le quartier du Petit Bard, du 25 au . L'un des débats met en face à face des représentants du NPA et des organisateurs du forum[12].

Les associations participant au Forum sont : La Contrebande (Romainville), Frontline (St-Denis), ATMF, FTCR, ASAD (La Courneuve), Maison des Tilleuls (Blanc-Mesnil), Vu d'Ici (Blanc-Mesnil), Lumière et Couleurs 93 (Blanc-Mesnil), Indigènes de la République, Regarde à vue, Idées-à-coudre (Lille), Article 1er (Lille), Collectif des sans papiers 59 (Lille), SUD Solidaires, Mouvement de l'immigration et des banlieues, DiverCité (Lyon), Motivé-e-s (Toulouse), Ghorba (Lyon), Agora (Vault-en-Velin), Taktikollecktif (Toulouse), Justice pour le Petit Bard (Montpellier), Bouge Qui Bouge (Dammarie-Lés-Lys), Agence Im'média, Résistons Ensemble, Collectif Anti-Démolition, Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), Droit au logement (DAL), Indigènes du Nord (Lille), Association Synergie (Goussainville), Association des femmes des Francs-Moisins (Saint-Denis), L'Autre-Ment (Villetaneuse), UTIT, Act-Up, AUBE (Venissieux), ASTI (Petit-Quevilly), Quai de la Mémoire (Nantes), Festival Permanent Contre les Lois Racistes (Strasbourg), La K-Bine, La Rage du Peuple (Marseille), Rebondir (Bondy), Collectif des musulmans de France, Fontenay Générations (Fontenay-sous-Bois), Génération Palestine (Stains), ACTIT (Paris), La Maison Ouverte (Les Ulis), AC le Feu (Clichy Sous Bois), Discri'badge (Sarcelles), Centre Malcom X (Fontenay Sous Bois), Le Kartier Genera l (Les Ulis), R.E.I.D (Bezon).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la Force citoyenne populaire, consulté le 2 juillet 2014.
  2. http://www.liberation.fr/societe/2000/05/19/le-mouvement-de-l-immigration-et-des-banlieues-expulse_326266.
  3. http://mibmib.free.fr du MIB.
  4. http://www.fonda.asso.fr/IMG/pdf/Programme_journee_CERAL_-_29_juin_2009.pdf.
  5. « autoportrait - 3 / Samir Baaloudj », in Vacarme, n°21, automne 2002 [lire en ligne]
  6. « Police personne ne bouge?! ».
  7. « La Croix - Actualité en direct, informations France, Monde, Economie... », sur La Croix (consulté le ).
  8. E.B., « Les quartiers populaires ont pris la parole », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « R e g a r d e a v u e . c o m », sur regardeavue.com (consulté le ).
  10. http://fsqp.free.fr/video.htm
  11. http://fsqp.free.fr/2009.htm
  12. « Débat musclé entre militants du NPA et du Forum social des quartiers populaires », Politis,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Entretien avec Samir B. Elyes (ancien du MIB) dans StreetPress, « Le Mouvement de l’immigration et des Banlieues, matrice politique du comité Adama », sur StreetPress (consulté le 25 septembre 2021).
  • Entretiens, chronologies et descriptions dans le numéro 21 de la revue Vacarme, « Dammarie-lès-Lys : les militants de l’incertitude », sur vacarme.org, automne 2002 (consulté le 25 septembre 2021)
  • "Du Comité national contre la double peine au Mouvement de l'immigration et des banlieues : Entretien avec Tarek Kawtari" dans le livre de Ahmed Boubeker et Abdellali Hajjat (dir.), Histoire politique des immigrations (post)coloniales. France, 1920-2008, Amsterdam Editions, 2008, p. 210 et suivantes. (ISBN 9782354800239).
  • Entretiens avec Mogniss H. Abdallah, Samir Baaloudj, Tarek Kawtari et Farid Taalba (présentés par Perrine Poupin), « 30 ans de luttes contre les violences policières dans les quartiers populaires », revue Monde commun, 2018/1 (N° 1), PUF, Paris, p. 162-184. DOI : 10.3917/moco.001.0162
  • Portrait de Nordine Iznasni, l'un des fondateurs du MIB, dans le livre du sociologue de Philippe Bernard, La Crème des Beurs. De l'immigration à l'intégration, Paris, Seuil, 2004.
  • Michel Kokoreff, "L'expérience MIB" (p. 61-67), dans La Diagonale de la rage : une histoire de la contestation sociale en France de 1970 à nos jours, éditions Divergences, 2021 (ISBN 979-10-97088-36-1), (OCLC 1259442859)
  • Entretien avec Tarek Kawtari dans le livre de l'historien Karim Taharount, « On est chez nous » Histoire des tentatives d’organisation politique de l’immigration et des quartiers populaires (1981-1988), Solnitsata, 2018, 360 p.
  • Livre de l'historien Karim Taharount, « Pas de Justice Pas de Paix ». Vol. 2 : Le Mouvement de l’Immigration et des Banlieues (MIB) (1993-2006), Solnitsata, 360 p., à paraître. ISNB papier : 978-2-9560969-0-0
  • Olivier Bertrand, « Coup de gueule aux assises sur la ville », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]