Diacritik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Diacritik
Logo de Diacritik

Adresse www.diacritik.com
Description Journal d'actualité culturelle en ligne
Slogan Le magazine qui met l'accent sur la culture
Publicité Non
Type de site Actualité
Langue Français
Lancement 23 septembre 2015

Diacritik est un journal culturel en ligne fondé en 2015.

Historique[modifier | modifier le code]

Le journal en ligne est créé le [1] par Christine Marcandier, Johan Faerber et Dominique Bry. La direction éditoriale est assurée par Christine Marcandier, Johan Faerber, Dominique Bry, Simona Crippa et Jean-Philippe Cazier [2].

Les membres de sa rédaction sont ou ont été journalistes, universitaires (Jacques Dubois, Christine Marcandier, Jean-Christophe Cavallin, Laurent Demanze, Christiane Chaulet Achour, Marie-Odile André, Martin Rass), artiste mutimédia (Christian Rosset), scientifiques (Aurélien Barrau[3]), critiques littéraires ou cinématographiques, philosophes, écrivains et artistes (Fred le Chevalier).

Le journal se consacre à l'actualité culturelle et commente les discours sur la culture[4]. Il publie quotidiennement des articles critiques sur l'actualité littéraire[5], cinéma, bande dessinée, séries télé... (plus de 5300 articles au 6 juin 2021) en accès libre et sans publicité.

Depuis sa création, le site est également partenaire de manifestations culturelles[6] (Festival America, conférences au Centre Pompidou, soirées à la Maison de l'Amérique latine, Forum des Images, etc.).

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Diacritik se veut un laboratoire critique de la création contemporaine, par son analyse des publications et parutions récentes, ses dossiers et entretiens[4] — dont des entretiens filmés disponibles sur la chaîne YouTube du journal — comme par la publication d'inédits littéraires, signés Jacques Roubaud[7], Joseph Andras[8], Jean-Luc Nancy[9], Amy Grace Loyd.

Le journal est engagé dans les débats actuels sur l'environnement, à travers sa rubrique Ecocritik et les tribunes d'Aurélien Barrau[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice : Diacritik », sur BnF (consulté le ).
  2. « Mentions légales », Diacritik,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a et b Marion Rousset, « La ou les catastrophes ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Diacritik », Entrevues,‎ (lire en ligne)
  5. « Un livre un jour Un Livre 2.0 : Diacritik », France 3,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Jean-Marie Durand, « Diacritik, nouveau site pour le plaisir du texte », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Jacques Roubaud : L’occupation de l’Hôtel de Massa (inédit littéraire) », Diacritik,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Joseph Andras : Ce rouge chiffon », Diacritik,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Jean-Luc Nancy : Critique, crise, cri (unser Zeitalter ist nicht mehr das eigentliche Zeitalter der Kritik) », Diacritik,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]