Traité de Belgrade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La frontière austro-turque après le traité de Belgrade

Le traité de Belgrade est un traité de paix signé avec la médiation de la France entre les Habsbourg et l'empire ottoman le 18 septembre 1739 à l'issue de la guerre austro-turque de 1735-1739, fixant la frontière austro-turque sur la Save.

Il permet de sauvegarder les intérêts des Turcs face à l’Autriche suite à la politique de redressement du grand vizir Mehmed Yeyen (tr). Les diplomates impériaux, dirigés par Wilhelm Reinhard de Neipperg cèdent aux Turcs presque tous les territoires acquis en 1718 (Belgrade, Serbie, petite Valachie) à l’exception du Banat.

Le 3 octobre suivant, la Russie et la Porte signent la convention de Nyssa : La Turquie retrouve les territoires occupés depuis le début du conflit, sauf un lambeau entre Bug et Dniepr. Aucun pavillon russe ne pénétrera en mer Noire.

Malgré ces conditions favorables, de retour à Istanboul, un des négociateurs ottomans le Grand Drogman Alexandre Ghica soupçonné d'avoir bradé les intérêts de l'empire est exécuté pour trahison le 27 février 1741.

Article connexe[modifier | modifier le code]