Paix de Vasvár

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paix de Vasvár
Description de cette image, également commentée ci-après
Extrait de la version turque du traité
Type de traité Traité de paix
Signé
Vasvár
Drapeau du Royaume de Hongrie Royaume de Hongrie
Parties
Signataires Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman

La paix de Vasvár est un traité de paix signé le à Vasvár entre le Saint-Empire romain des Habsbourg et l'Empire ottoman mettant fin à la quatrième guerre austro-turque. Déclarée comme une armistice, elle assurait la paix entre Habsbourg et Ottomans jusqu'en 1683, année durant laquelle un accrochage à la frontière engendre la grande guerre turque qui voit les ottomans assiéger Vienne pour la seconde fois.

Suite aux violences qui ont affecté la Transylvanie sous le prince Georges II Rákóczi et à l'expédition punitive des Ottomans, l'empereur Léopold Ier de Habsbourg avait tenté de bénéficier de la situation fragile. De plus, les forces du comte croate Nicolas de Zrin menaçaient la forteresse turque Kanije (Kanizsa) au sud-ouest de la Hongrie. Les tensions croissantes ont mené au déclenchement de la guerre en 1663.

Dans un premier temps, les principales forces militaires de l'Empire ottoman sous le commandement du grand vizir Fazıl Ahmet Köprülü se sont avérées supérieures ce qui leur a permis de gagner du terrain en Haute-Hongrie (Uyvar) ; l'Armée impériale placée sous les ordres de Raimondo Montecuccoli ont une faible capacité à faire face aux attaques. L'année suivante, toutefois, la monarchie de Habsbourg semble posséder, d'un point de vue militaire, un avantage par rapport à l'Empire ottoman sévèrement défait à la bataille de Saint-Gothard le .

Cependant, compte tenu du fragile état de l'armée impériale après sa victoire, il lui est compliqué de conserver l'initiative afin de reconquérir les territoires encore occupés, celle-ci décide d'entamer les négociations, les combats cessent et la paix est signée. Les factions composant la monarchie réclament d'autres opérations militaires avec insistance, particulièrement les Croates et les Hongrois, propriétaires de la plupart des territoires encore aux mains des ottomans souhaitant profiter de l'opportunité alors présente pour les récupérer. Les familles noble croates Zrinski et Frankopan voient le traité comme particulièrement favorable aux Ottomans, celui-ci demandant à ces familles de donner certains de leurs territoires aux Ottomans, alors que ceux-ci venaient à peine d'être libérés. Cela causa des troubles internes et une instabilité dans la monarchie qui atteint son paroxysme avec la révolte des deux familles nobles croates et de nobles hongrois dirigés par François Rákóczi contre le roi de Hongrie (également empereur des États allemands de la monarchie).

Ce traité reconnaît le contrôle des Ottomans sur la Transylvanie et Uyvar, et oblige la monarchie de Habsbourg à payer des indemnités de guerre à l'Empire ottoman.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]