Éjaculation faciale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éjaculation faciale (dessin).

L’éjaculation faciale est une pratique sexuelle qui consiste à expulser le sperme sur le visage ou dans la bouche d'une autre personne.

Il existe une variété d'opinion concernant la pratique allant d'un acte de dégradation et d'humiliation à un acte étant fondé sur le respect mutuel et le plaisir suscité[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Un exemple ancien : Sade[modifier | modifier le code]

Bien avant l'apparition du cinéma, cette pratique est déjà évoquée dans certaines œuvres littéraires pornographiques. C'est notamment le cas dans La Philosophie dans le boudoir du marquis de Sade, dialogue à la fois philosophique et érotique publié en 1795 mais rédigé à une date bien antérieure (probablement entre 1782 et 1789[2]). Cette œuvre met en scène trois libertins, deux hommes et une femme, qui entreprennent au cours de sept dialogues successifs « l'éducation sexuelle » d'une jeune fille de quinze ans, Eugénie, qu'ils initient en fait à l'impiété ainsi qu'au libertinage des mœurs. Au début du quatrième dialogue, après lui avoir décrit le fonctionnement des organes génitaux et lui avoir donné un aperçu de plusieurs pratiques érotiques, les deux hommes, Dolmancé et le chevalier de Mirvel, décident de la faire assister en direct à une éjaculation, afin qu'elle en saisisse bien le mécanisme. Pour cela, ils se placent en face d'elle ; Dolmancé masturbe le chevalier de Mirvel et, lorsque ce dernier est sur le point d'éjaculer, il braque son pénis sur le visage d'Eugénie qui se retrouve inondé de sperme[3].

Bukkake[modifier | modifier le code]

L'éjaculation faciale est appelée « bukkake » lorsqu'elle est réalisée par plusieurs hommes simultanément et qu'elle n'est pas suivie de l'ingestion du sperme de ceux-ci ; si elle l'est, elle est nommée « gokkun ». Il s'agit d'une spécialité japonaise qui fait recette dans le milieu pornographique. Certaines productions (telles que COHF, pour Cum on her/his face) se sont même spécialisées dans la production de films uniquement consacrés au bukkake. Des acteurs de films pornographiques sont notoirement reconnus pour le volume de leurs éjaculations, comme Peter North, alors que, sur internet, il est possible de trouver des sites d'amateurs revendiquant un goût prononcé pour l'éjaculation faciale (par exemple Heather Brooke).

Risques pour la santé[modifier | modifier le code]

Transmission de maladie[modifier | modifier le code]

Certaines activités sexuelles impliquant les liquides biologiques d'un autre individu peut contenir un risque de transmission d'infections sexuellement transmissibles[4]. Le sperme est en lui-même généralement inoffensif sur la peau ou lorsqu'il est avalé[5]. Cependant, le sperme peut être la cause d'infections sexuellement transmissibles telles que le sida ou l'hépatite. Durant cette activité, le partenaire éjaculateur n'est pas exposé à un risque de MST. Pour le partenaire qui reçoit l'éjaculation, le risque est plus élevé. Il est possible que le sperme entre par inadvertance en contact avec une peau sèche ou muqueuses sensibles (yeux, lèvres, bouches) et augmente les risques de développer une MST.

Réactions allergiques[modifier | modifier le code]

Lors de rares cas, des individus font l'expérience de réactions allergiques aux fluides biologiques[6]. Les symptômes perçus incluent démangeaisons, rougeurs, gonflement ou ampoule 30 minutes après le contact. Elles peuvent également inclure de l'urticaire et des difficultés à respirer. Les options de traitement contre les allergies aux fluides biologiques incluent l'évitement d'une exposition aux fluides à l'aide d'un préservatif ou une désensibilisation[7].

Perception et représentations[modifier | modifier le code]

Éjaculation faciale (dessin).

Critiques[modifier | modifier le code]

La thérapeute sexuel Ruth Westheimer pense que l'éjaculation faciale est humiliante et non sensuelle. Elle conseille aux personnes moyennes contemplant le sexe oral de ne pas penser qu'elle est une partie nécessaire de l'acte[8]. En réponse à une question d'un lecteur, le chroniqueur Dan Savage écrit : « Les éjaculations faciales sont dégradantes et c'est pourquoi elles sont si excitantes ».

Cinéma[modifier | modifier le code]

Cinéma pornographique[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Dans le cinéma pornographique, l'éjaculation faciale fut longtemps assez rare. Elle était peu présente dans les films réalisés durant la première moitié du XXe siècle pour le circuit des maisons closes, et il en allait encore de même dans les productions des années 1970, au temps de « l'âge d'or du cinéma X ».

C'est seulement dans les années 1980 qu'elle s'est de plus en plus répandue, jusqu'à devenir à partir des années 1990 une scène essentielle marquant systématiquement la fin de l'acte sexuel, et ce dans des productions très connues (comme celles de Marc Dorcel en France ou Brazzers et Bangbros aux États-Unis). À l'origine de cette évolution se trouvent les critiques croissantes, à partir de la fin des années 1970, des amateurs de pornographie, lesquels avaient l'impression que les scènes de sexe, bien que non simulées, ne paraissaient pas assez réalistes et ressemblaient trop aux actes sexuels simulés représentés dans Emmanuelle, Histoire d'O et autres films érotiques soft. Afin de montrer clairement que les pratiques érotiques étaient réelles et que les acteurs avaient vraiment des rapports sexuels sur le plateau de tournage, les producteurs de films pornographiques ordonnèrent donc aux hardeurs d'éjaculer systématiquement à l'extérieur du corps de leur partenaire, pour que le spectateur voit bien qu'il n'y avait pas de simulation.

Par ailleurs, l'éjaculation « externe », donc visible, est une manière de filmer la jouissance masculine qui ne montre pas le visage du jouisseur et permet à l'amateur de films pornographiques de dépersonnifier le plaisir de l'acteur et peut-être même de se l'approprier.[réf. nécessaire]

Cinéma publicitaire[modifier | modifier le code]

En 2011, une publicité télévisée diffusée aux États-Unis aux heures de grande écoute a utilisé une allusion détournée à l'éjaculation faciale. On y voit une jolie jeune femme recevoir joyeusement une généreuse projection de lait de soja en pleine figure. Dans cette façon de promouvoir un produit alimentaire, l'allusion à la pratique sexuelle est sans détour et ce spot (toujours accessible sur Internet[9]) a suscité de nombreuses protestations.

Art contemporain[modifier | modifier le code]

Le couple d'artistes Ida Tursic et Wilfried Mille s'est fait connaître notamment en peignant des toiles de grand format représentant des scènes pornographiques[10]. Leurs toiles mettant en scène des éjaculations faciales sont, par exemple :

  • Cumshot in Blue[11]
  • Swimming-Pool[10], 2005 (200 x 300 cm)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Amanda Hess, « Semen Facials Are Like Weddings », sur Washington City Paper,‎ 24 août 2009 (consulté le 8 novembre 2010)
  2. Yvon Belaval, préface à Sade, La Philosophie dans le boudoir, Paris, Gallimard, collection Folio, 2001, note 12 de la p. 19.
  3. Sade, La Philosophie dans le boudoir, Paris, Gallimard, collection Folio, 2001, p. 137-142.
  4. (en) Em & Lo's Rec Sex: An A-Z Guide to Hooking Up, Chronicle Books,‎ 2006 (ISBN 978-0811852128), p. 60
  5. (en) Thaddeus Mann, Male Reproductive Function and Semen, Springer,‎ 1981 (ISBN 978-0387103839)
  6. (en) Guillet G, Dagregorio G, Guillet M, Vulvar contact dermatitis due to seminal allergy: 3 cases, vol. 132,‎ 2005, 123–5 p. (PMID 15798560)
  7. (en) Weidinger S, Ring J, Köhn F, IgE-mediated allergy against human seminal plasma., vol. 88,‎ 2005, 128–38 p. (DOI 10.1159/000087830, PMID 16129942)
  8. (en) Ruth K. Westheimer et Pierre A. Lehu, Sex for Dummies, Hoboken, Wiley,‎ 2006, 3e éd., poche (ISBN 978-0-470-04523-7, LCCN 2006932685), p. 194
  9. Vidéo pour le lait de soja.
  10. a et b Voir sur dijonart.com.
  11. Voir sur rawfunction.com.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :