Bifle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la pratique sexuelle. Pour le court métrage de Jean-Baptiste Saurel, voir La Bifle.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biffle.

Une bifle parfois orthographié biffle, mot-valise issu des mots « bite » et « gifle »[1], est une pratique sexuelle consistant à gifler son partenaire sexuel avec son pénis[2],[3]. Le terme se dit en anglais : dick slap[4], turkey slap ou turkish slap, littéralement en français : claque turque. Le dictionnaire Sexe libris propose cette définition : « une pratique consistant à gifler son (ou sa) partenaire avec sa bite, ou du moins à imprimer un mouvement de tamponnage sur la joue avec le gland »[5],[1].

Origine[modifier | modifier le code]

Parfois présentée comme issue de la pornographie[6], il semblerait qu'au contraire la bifle ait d'abord été une légende urbaine ou une blague potache avant de devenir une pratique sexuelle sans que la pornographie ait quelque chose à voir avec celle-ci[5]. Cette hypothèse est confirmée par la réalisatrice et ancienne actrice Ovidie : « le porno n’a rien à voir avec la popularisation du terme "bifle" »[5].

Réalité de la pratique[modifier | modifier le code]

Selon HPG qui observe les pratiques émergentes en tant que producteur de films, il n'y a pas de demande relative à la bifle qui impliquerait la production de vidéos dédiées (comme pour l'éjaculation faciale, le fist-fucking ou la sodomie par exemple)[5]. Toutefois, un sondage de l'IFOP paru en octobre 2013 révélait que 36 % des 15-24 ans prétendaient avoir déjà biflé leur partenaire[5],[7].

Caractérisations[modifier | modifier le code]

Sur les réseaux sociaux, une partie des "pratiquants" expliquent que loin d'être un geste humiliant ou relatif à la domination masculine (dans le cas d'une pratique hétérosexuelle), la pratique de la bifle aurait deux principales motivations : d'une part, l'aspect ludique ; d'autre part l'effet soi-disant positif de cette pratique sur la qualité de l'érection[5]. Ainsi Didier Lestrade décrit la pratique comme « un vrai accélérateur de désir »[5] et considère que « la biffle, c'est vraiment le sexe du XXIe siècle »[8].

La bifle est parfois assimilée à une agression sexuelle[9]. En effet, le geste est considéré comme une « violence sexiste » humiliante lors de bizutages par exemple[10]. Au minimum, la bifle est régulièrement caractérisée comme une pratique humiliante : ainsi le psychiatre et sexologue Jean-Roger Dintrans, non seulement classifie la pratique comme violente et relative à « une mise en scène de domination » mais pose la question du désir du partenaire biflé[5].

Influences[modifier | modifier le code]

  • En 2006 au cours du programme télévisé Big Brother diffusé en Australie, deux participants masculins ont pratiqué ce geste envers une candidate. À la suite de la controverse provoquée, ils ont été exclus du jeu[12].
  • Le geste est évoqué dans la chanson Ils sont cools d'Orelsan : « donc, ça commence par une bifle pour t’édenter ».
  • En juin 2014, un participant à l'émission française Les Anges de la téléréalité, bifle par surprise une participante de l'émission : l'image jamais diffusée par NRJ 12 avait été postée sur internet par un blogueur, déclenchant alors un débat sur les réseaux sociaux au sujet de la pénalisation de la pratique, lorsqu'elle est caractérisée comme agression sexuelle[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Camille, Sexe Libris : dictionnaire rock, historique et politique de l’Amérique, Don Quichotte, , 461 p. (ISBN 9782359491111, lire en ligne), p. 42.
  2. Alexandre des Isnards, Dictionnaire du nouveau français, Allary, (ISBN 9782370730084, lire en ligne), p. 77.
  3. Antoine Ailhaud et Hugo Ballini, Amazing Doctor's News, , 15e éd., 34 p. (ISSN 2104-9041), p. 4-5.
  4. Sophie Bramly, « La bifle : pratique potache ou expérience érotique ? », sur terrafemina.com, (consulté le 19 février 2016)
  5. a, b, c, d, e, f, g et h Romain Blondeau, « La bifle, délit ou délice ? », sur lesinrocks.com, Les Inrockuptibles, .
  6. Renée Greusard, « La « bifle », cet acte sexuel « pas très convivial », ça existe ? », sur rue89.nouvelobs.com, Rue89, (consulté le 9 mai 2014).
  7. Constance Durand, « La bifle, une pratique sexuelle qui interroge », sur femmeactuelle.fr, (consulté le 17 juin 2016).
  8. Didier Lestrade, « C'est quoi le problémo avec la biffle ? », Brain Magazine, .
  9. (en) Stephen Betts, « Cushing man gets jail for striking estranged wife with genitalia », sur bangordailynews.com, (consulté le 9 mai 2014).
  10. Isabelle Rey-Lefebvre, « Rue d'Ulm, les fêtes paillardes alcoolisées ne font plus rire », Le Monde,‎  :

    « [...] raconte en détail une soirée de beuverie dans la Kfet, avec [...] « bifles » (gifle avec le pénis) sur le podium »

    .
  11. Charlotte Pudlowski, « Cannes 2012 : qu'est-ce que la virilité? », sur slate.fr, Slate, (consulté le 9 mai 2014).
  12. (en) Darren Cartwright, « Big Brother turkey-slap baby », The Daily Telegraph, .
  13. Jérôme Vermellin, « La bifle : une pratique sexuelle qui peut coûter cher », sur metronews.fr, .

Sur les autres projets Wikimedia :