Urticaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Urticaire

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

De l'urticaire sur un pied, avec des rougeurs visibles.

CIM-10 L50
CIM-9 708
DiseasesDB 13606
MedlinePlus 000845
eMedicine topic list
MeSH D014581
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'urticaire (du latin : urtica, ortie (autres prononciations : It. ortica, Esp.. ortiga, Pt. urtiga) urere, brûler) est une dermatose inflammatoire marquée par un oedème dermique ou dermo-hypodermique. Le diagnostic est clinique.

L'urticaire cholinergique est souvent causée par des réactions allergiques ; cependant, il existe des causes non allergiques. La plupart des cas d'urticaire durent environ six semaines (urticaire aigüe). L'urticaire chronique (durant plus de six semaines) est rarement due à une allergie. La majorité des patients atteints d'urticaire chronique possèdent des causes (idiopathiques) inconnues.

Des formes plus impressionnantes et graves (ex. urticaire géante, urticaire généralisée) peuvent apparaitre brutalement (en quelques minutes) et accompagner un choc anaphylactique ou un œdème de Quincke.

Description[modifier | modifier le code]

Exemple d'urticaire géante.

C'est une éruption cutanée mobile et fugace à centre blanc et à contours nets (une série de marques rouges sur la peau, ressemblant à des piqûres d'orties) accompagnée d'une sensation de brûlures.

L'urticaire superficielle est constituée de papules œdémateuses érythémateuses ou rosées, à bords nets. En règle générale, elles sont fugaces, migratrices et prurigineuses.

L'urticaire profonde est un angio-oedème qui peut atteindre peau et muqueuses . La tuméfaction est ferme, limité et non prurigineuse. L'attteinte de la muqueuse oro-laryngée est un élément diagnostic majeur. La dysphonie, signant une atteinte laryngée, ou l'hyper-salivation par trouble de la déglutition sont des signes de gravité majeure. Lorsque l'atteinte est faciale, on parle d'Oedème de Quincke.

Dans le cas de l'urticaire géante, la surface couverte est importante, et les taches se transforment en cloques parfois épaisses de quelques millimètres, avec démangeaisons parfois sévères et sensation de chaleur associée[1].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

L’œdème dermique ou dermo-hypodermique est lié à une vaso-dilatation avec augmentation de la perméabilité capillaire[2].

On distingue deux grandes familles d'urticaires[2] : les urticaires immunologiques et les urticaires non immunologiques, les plus fréquents.

Pour ce qui est des urticaires immunologiques, la réaction d'hypersensibilté de type I est la plus fréquente. Quelques soient leurs mécanismes, on distingue une phase primaire qui mobilise des médiateurs primaires tels l'histamine, les prostagalandines… puis une phase secondaire dominée par la libération de médiateurs[2] composés de polynucléaires ou de monocytes.

Causes[modifier | modifier le code]

Elle peut être causée par :

  • un contact direct de la peau avec un allergène ;
  • une réponse immunitaire à de la nourriture ou un autre allergène ;
  • dans certains cas, un contact avec l'eau, la chaleur, le froid, des frottements…
  • à des pathologies internes (infection, pathologie dysimmunitaire…) ;
  • à une piqûre d'insecte ;
  • à des médicaments

Même s'il convient de l'évoquer lorsque les autres causes ont été éliminées, une forme d'urticaire nerveuse existerait, apparaissant suite à un stress important.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

La recherche de la triade de Lewis sur des papules permet de diagnostiquer une urticaire.

On parle d'urticaire chronique lorsque celle-ci évolue depuis plusieurs semaines (au moins six semaines consécutives). Elle peut être due à l'exocytose de substances (les médiateurs chimiques) sécrétée par les phagocytes.

Traitement[modifier | modifier le code]

Une recherche très consciencieuse est nécessaire, car la cause n'est pas forcément très évidente. On ne recherche la cause par des investigations poussées (tests, prick test...) que si l'urticaire devient chronique (ou au moins récidivante).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Barbaud, « Urticaire », sur www.therapeutique-dermatologique.org,‎ (consulté le 23 juillet 2012)
  2. a, b et c Association des Collèges des Enseignants d'Immunologie des Universités de Langue française, « Urticaire et œdème de Quincke : diagnostic, étiologie, traitement » [PDF], sur campus.cerimes.fr/immunologie/enseignement,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]