Herpès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir HSV et Herpès (homonymie).
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Herpes.
Herpès
Description de cette image, également commentée ci-après
L'Herpès labial est l'une des formes les plus courants de l'herpès.
La flèche indique le bouquet de vésicules, ici sur la lèvre inférieure.
Spécialité Infectiologie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 A60, B00, G05.1, P35.2
CIM-9 054.0, 054.1, 054.2, 054.3, 771.2
DiseasesDB 5841 33021
eMedicine 218580Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine med/1006 
MeSH D006561

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'herpès est une maladie virale, contagieuse (sexuellement transmissible ou par simple contact selon les cas), et responsable d'affection de la peau, des muqueuses et parfois du système nerveux, caractérisée par des crises d'éruption vésiculeuse de boutons groupés. Ces crises d'une quinzaines de jours sont plus ou moins espacées dans le temps ; elles sont déclenchées par une baisse de l'immunité et souvent par un stress et parfois par l'exposition au soleil[1],[2]. La maladie est jugée bénigne chez les sujets en bonne santé, mais peut se révéler très sérieuse chez l'immunodéprimé, le nouveau-né ou la femme enceinte.

L'herpès, parfois vécu péniblement n'est jamais totalement guéri ; Il impose donc au porteur de prendre des précautions, y compris hors des périodes de crises où il reste potentiellement contagieux.

Vocabulaire spécifique[modifier | modifier le code]

  • une primo-infection herpétique est toute première infection d'un patient (symptômes muqueux ou cutanés, ou forme asymptomatique), par le virus HSV-1 ou HSV-2. Cette notion est importante car la primo-infection est source d'une excrétion plus importante et plus longue de virions contaminants pour l'entourage du patient et pour lui-même (import par exemple d'un virus produit sur la peau vers l'œil d'une même personne, par elle-même)[3].
  • l' Infection initiale non primaire désigne tout premier « contact infectant symptomatique ou asymptomatique avec le virus HSV-1 ou HSV-2, chez un sujet préalablement infecté par l’autre type viral »[3] ;
  • Les récurrences sont des réactivations virale qui surviennent épisodiquement chez un patient antérieurement infecté par le même type viral[3]  ;
  • l' excrétion virale asymptomatique désigne la situation dans la quelle l'organisme produit des virions de HSV-1 ou HSV-2 dans qu'il y ait de symptommes ou lésions visibles (par le patient, ses proches ou son médecin)[3] ;
  • les réactivations sont des épisodes de réplication du virus (entrecoupés de temps de latence) ; les récurrence peuvent être asymptomatiques ou "cliniques" (symptomatiques)[3].
  • la crise herpétique désigne généralement le moment des manifestations visibles de l'infection.

Virus[modifier | modifier le code]

  1. HSV-1 responsable de 95 % des herpès oro-faciaux, et de bon nombre d'herpès neuro-méningés et ophtalmiques. Il est aussi responsable de 20 à 40 % des herpès génitaux par contamination oro-génitale.
  2. HSV-2 responsable principalement de l’herpès génital, et de 5 % des herpès oro-faciaux.
  • Les HSV sont dermoneurotropes (c'est-à-dire qu'ils ciblent la peau et les tissus nerveux), tout comme le virus proche de la varicelle. Malgré la réponse immunitaire générée par la primo-infection, ils persisteront la vie entière, dans le ganglion de Gasser (pour les manifestations oro-faciales), et dans les ganglions sacrés (pour les manifestations anales, génitale et fessières).

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

L'Humain est le seul réservoir connu du virus de l'herpès, dont la transmission semble strictement inter-humaine (pour les deux types viraux connus)[4].

L'herpès reste sous-diagnostiqué car souvent asymptomatique. Il est de plus souvent confondu avec une mycose ou une irritation et la crise ne durant parfois que quelques jours, les patients n'arrivent pas toujours à obtenir un rendez-vous assez tôt avec un médecin.

Les évaluations de prévalence varient significativement selon les pays et/ou les époques. Ainsi :

  • En France une étude Herpimax/2002 a porté sur 4 412 personnes (échantillons collectés en 1996 dans le cadre du programme SU.VI.MAX). Elle a conclu à une séroprévalence moyenne dans la population de 67 % pour le HSV-1, et de 17,2 % pour le HSV-2[5]. Un tiers de la population adulte vivant en France présenterait des symptômes de l'herpès, mais à peine un quart de ces personnes ont vu leur diagnostic confirmé par un médecin[6].
  • En Australie une étude (2006) a échantillonné 4 000 personnes (en 1999-2000 dans le cadre du programme AusDiab), concluant à une séroprévalence moyenne de 75,7 % pour le HSV-1 et de 12,1 % pour le HSV-2[7].
  • Aux États-Unis une étude (2006) a porté sur 11 508 personnes (échantillons collectés de 1999 à 2004 dans la cohorte NHANES du National Center for Health Statistics. Elle concluait à une séroprévalence moyenne dans la population de 57,7 % pour le HSV-1 et de 17,0 % pour le HSV-2[8].
    En mars 2010, les Centers for National Disease notaient une prévalence du HSV-2 restant élevée (16,2 %) plus particulièrement chez les Afro-Américains (39,2 % de prévalence) et les femmes noires (48,0 % de prévalence)[9].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Virus de l'herpès

Les virus HSV-1 et -2 sont connus depuis longtemps. restent parfois asymptomatiques toute une vie en restant sous forme dormante dans les ganglions nerveux[réf. nécessaire]. Ils peuvent aussi brutalement ou répétitivement se manifester sous des formes génitale et faciale, qui se propagent facilement entre sujets ayant des contacts intimes.

La virulence de la primo-infection dépend aussi du type d’herpès ainsi que de sa souche mais aussi de l’âge de l’hôte et de son statut immunitaire. Ainsi la primo-infection est plus spécialement asymptomatique chez le jeune enfant[10]. Normalement, la primo-infection est asymptomatique et est un élément crucial dans la limitation de la réplication du virus ce qui permet généralement l’évitement des symptômes. Cependant, quelques individus peuvent expérimenter une infection primaire avec des vésicules d’herpès gingivo-stomatique[11]. Généralement, l’infection par l’herpès génital, qui peut elle aussi être asymptomatique, peut présenter des lésions génitales ulcérantes accompagnées ou non de symptômes généralisés tels que fièvre et maux de tête[12],[13]. Une infection herpétique peut mener à un herpès cornéen.

Les infections herpétiques se propagent rarement vers d’autres organes. Généralement, seuls les patients immunodéprimés ou les femmes enceintes peuvent présenter des complications plus graves telles que par exemple une méningite[14],[15]. Dans les cas de l'herpès 1 ou communément appelé herpès labial, les manifestations sont fréquentes sur le pourtour de la bouche ou autour des narines, mais également à l'intérieur de la bouche, au fond de la gorge, sur les gencives, sur les joues ou sur le front, voire les yeux. Pour l'herpès génital (hsv-2), les manifestations se situent principalement près des organes génitaux. Cependant, il est possible de voir une infection au HSV-1 sur les organes génitaux et une infection HSV-2 dans la région faciale. De plus, la persistance du virus est définitive, on reste porteur du virus dans les ganglions sensitifs jusqu’à sa mort.

La pénétration du virus dans l'organisme se produit à l'occasion d'un contact avec un sujet infecté (même en l'absence de manifestations cutanées visibles) : les virus pénètrent l'hôte quand ils sont déposés sur une brèche cutanéo-muqueuse. Ils se multiplient dans les cellules épithéliales où ils sont responsables d'une dégénérescence cellulaire avec ballonisation aspécifique. Ces mécanismes peuvent être à l'origine des manifestations de primo-infection herpétique. Ils rejoignent ensuite le ganglion nerveux correspondant à la zone infectée, par voie centripète, en « remontant » le long des nerfs sensitifs, selon un mécanisme dit « transport rétrograde axoplasmique »[16] (dédié au transport de protéines ou d'autres molécules dans le neurone[17] et parfois impliqué dans la dégénérescence nerveuse quand des neurotoxiques (plomb par exemple) rempruntent cette voie[18]). Le virus peut circuler rapidement (et dans les deux sens) dans les neurones[19] et passent facilement d'un neurone à un autre[20]. Cependant les types 1 et 2 du virus Herpes simplex de se fixent pas au neurone de la même manière[21].

Les récurrences herpétiques se produisent lorsque, en réponse à un stress physique ou psychique variable, les virus regagnent la peau pour s'y développer à nouveau. Ces épisodes sont plus ou moins fréquents d'un individu à l'autre, et d'intensité variable, mais fixes dans leur topographie.

Lors de la primo-infection le système immunitaire entre en lutte contre le virus, inhibant en partie la réplication du HSV dans le corps humain. Cette première ligne de défense est non-spécifiques. Elle est en grande partie orchestrée par les macrophages dans les premières heures de l’infection. Le HSV induit la production de INF-α/β et de TNF chez les macrophages. Ces cytokines jouent un rôle d'activateur sur les macrophages eux-mêmes et sur leur production d'espèces réactives de l'oxygène (ERO) qui ont tous deux comme résultats de freiner la prolifération du virus dans les cellules avoisinantes[22]. Cependant, les virus HSV (1 et 2) contournent la défense de l’hôte en inhibant la présentation de l’antigène de surface des cellules hôte infectées. Le virus inhibe l'exposition du CMH1 et donc secondairement l'action des T cytotoxique. Les virus HSV (1 et 2) s'expriment rapidement après l’invasion de l’hôte, par une protéine ICP47 qui inhibe le transporteur de l'antigène[23], ainsi l'anticorps ne peut pas exécuter son action de reconnaissance.

Manifestations cliniques[modifier | modifier le code]

La primo-infection est parfaitement asymptomatiques dans un cas sur deux (et dans la plupart des primo-infection d'herpès génital, pour les deux types d'herpes)[3]. Dans l'autre moitié des cas, les manifestations consistent souvent en un bouquet de vésicules translucides devenant rapidement jaunâtres et croûteuses avec des sensations de picotements, de brûlures ou de démangeaisons[24]. Des infections de la peau (visage, doigts, fesses) peuvent apparaitre alors qu'aucune atteintes muqueuse ne se manifeste[25],[26]. Certaines lésions sont atypiques et sous-diagnostiquées car confondues avec d’autres dermatoses génitales[27],[28].
On croyait autrefois que HSV-1 ne causait d'infection que sur la partie supérieure du corps (oro-faciale notamment) et que le HSV-2 n'attaquait que la partie inférieure du corps. Cette idée est abandonnée : « HSV-1 et HSV-2 peuvent infecter toute région cutanéo-muqueuse »[3].

Les patients symptomatiques et asymptomatiques ont des taux d'excrétion virale identiques. On ignore encore pourquoi la réactivation du virus tend à être asymptomatique chez certains individus et symptomatiques chez d'autres.

Pour les sujets symptomatiques, le nombre d'occurrences, c’est-à-dire de crises, varie selon les individus et dépend de trois facteurs :

  1. la force du système immunitaire, qui dépend notamment du stress (menstruations, exposition à des climats extrêmes, à des maladies...) ;
  2. l'âge après la primo-infection : La gravité et de la fréquence des récidives tendent à diminuer avec le temps ;
  3. le type d'infection : le HSV-1 est principalement responsable de l'herpès labial, et le HSV-2 de l'herpès génital. Selon l'emplacement des lésions, on classe la fréquence des occurrences dans l'ordre suivant :
    • HSV-2 génital : répétitif la première année. Le nombre moyen d'occurrences dans l'année qui suit une primo-infection est de 4. 20 % des patients ont plus de 10 occurrences par an. Certains patients n'ont eu aucune occurrence[29],
    • HSV-1 labial : de une à six fois par an selon les individus,
    • HSV-1 génital : le nombre moyen d'occurrences dans l'année qui suit une primo-infection est faible. 40 % des patients n'ont eu aucune occurrence, 50 % une à deux, et 10 % autant d'occurrences que les infections HSV-2 génitale[30],
    • HSV-2 labial : particulièrement rare.

Herpès labial[modifier | modifier le code]

Infection orale sur la lèvre inférieure.

C'est le classique « bouton de fièvre », essentiellement transmis par contact buccal.

La forme la plus connue est la forme labiale (feu sauvage, dans le registre populaire). Elle évolue via plusieurs stades :

  1. Signes préliminaires : démangeaisons, sensation d'existence d'un léger œdème, rougeurs...
  2. Apparition de papules : la lèvre gonfle plus ou moins localement, parfois durant quelques jours, puis rougit.
  3. Mûrissage des papules : les papules deviennent des cloques puis des vésicules transparentes contenant un liquide clair. Les vésicules finissent ensuite par éclater, libérant ainsi le liquide (riche en virus et donc très contaminant).
  4. Dessèchement : après leur éclatement, les vésicules laissent place à des plaies souvent douloureuses (brûlures) puis sèchent assez rapidement pour former des croûtes qui disparaissent en quelques jours.

Un accès d'herpès labial dure de 8 à 15 jours. L'affection est contagieuse en tout temps, mais plus encore quand les lésions sont encore présentes (y compris sous forme de croûtes, qu'il ne faut pas toucher, et qui peuvent saigner légèrement sans que cela ne soit visible).

Herpès génital[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Herpès génital.

Encéphalite herpétique[modifier | modifier le code]

C'est avec l'herpes néonatal la forme la plus grave de l'herpès. Cette encéphalite aiguë nécrosante focale, presque toujours due au HSV-1 (hors infection néonatale) peut survenir à tout âge. Sans traitement rapide la mortalité dépasse 70 % des cas et le risque de séquelles est élevé chez les survivants)[3]. Rarement (20 cas décrits en France de 1966 à 1998) il s'agit d'une complication de l'herpès chez la femme enceinte ;
Elle nécessite donc un diagnostic et un traitement urgents[3].

Article détaillé : Encéphalite herpétique.

Hépatite herpétique[modifier | modifier le code]

C'est l'une des complications possibles (mais rares) de l'herpès de la femme enceinte[3].
Elle est généralement anictérique (sans jaunisse) mais caractérisée par une insuffisance hépatocellulaire majeure.
Elle doit être évoquée face à toute hépatopathie de la femme enceinte (après diagnostique différentiel ayant éliminé - surtout au 3ème trimestre de grossesse - une stéatose hépatique aiguë gravidique et/ou une cholestase gravidique[31].

Le cas particulier de l'herpès néonatal[modifier | modifier le code]

C'est avec l'encéphalite herpétique la forme la plus grave de l'herpès. Sans traitement rapide la mortalité est élevée et des séquelles graves sont inévitables chez les survivants[3];
Il nécessite un diagnostic et un traitement urgents[3].

Article détaillé : Herpès néonatal.

Moyens diagnostiques[modifier | modifier le code]

Ils sont essentiellement utilisés en cas d'herpès génital, d'herpès de la femme enceinte ou d'herpès du nouveau-né.
Les examens de laboratoire se basent sur deux types de prélèvements : échantillon de lésion (vésicules herpétiques), ou prise de sang.
Pour l'herpès oro-facial, l'examen clinique visuel est en général suffisant.

Prélèvements de lésions[modifier | modifier le code]

Les lésions prélevées par un écouvillonnage pouvant être analysées par différentes techniques :

  • Culture virale

C'est le moyen de référence mais elle doit être pratiquée par un laboratoire spécialisé, ce qui nécessite parfois le transport du prélèvement qui doit se faire dans les plus brefs délais et être maintenu réfrigéré ou congelé si le délai de transport dépasse 36 heures.
La sensibilité est comprise entre 60 et 100 % elle diminue en fonction de la zone prélevée et du temps écoulé entre l'apparition des vésicules et le prélèvement.
Un bon prélèvement doit être fait dans une vésicule fraîche au contenu non troublé, moins de 48h après son apparition.

C'est une technique rapide sa sensibilité est de 80 à 90 % et sa spécificité de 85 à 95 %

C'est une technique très rapide mais elle nécessite la lecture au microscope à fluorescence par un personnel spécialisé et averti. La sensibilité est de 75 à 100 % et la spécificité de 95 %.

Les délais sont plus longs (24 à 48 heures) et nécessitent un transport dans un laboratoire spécialisé.
C'est une technique très sensible et spécifique utilisable même sur un prélèvement de mauvaise qualité ou mal conservé.
Toutefois son coût élevé empêche son utilisation en routine.

  • Par cytodiagnostic de Tzanck

L'intérêt de cette ancienne technique est limité aux situations où une autre technique ne peut être utilisée. Elle est peu sensible (60 %) et peu spécifique car elle ne permet pas de distinguer l'herpès de la varicelle et du zona.

Sérologies[modifier | modifier le code]

La sérologie herpétique est principalement indiquée si l’examen direct est négatif et en l’absence de lésions, ou pour établir le diagnostic du HSV-1 ou du HSV-2.

On distingue deux types de sérologies :

  • la sérologie non spécifique de type, qui détecte les anticorps communs à HSV-1 et HSV-2.
    Elle présente d’excellentes spécificité et sensibilité. Elle révèle la présence d’anticorps IgG ou IgM dirigés contre l’un ou l’autre des deux virus, mais ne permet pas de spécifier le type de virus en cause ;
  • la sérologie spécifique de type permet de distinguer les anticorps anti-HSV-1 et anti-HSV-2. Les trousses commercialisées présentent, selon la population étudiée, une sensibilité et une spécificité d’environ 90 à 100 %. Elle n’est pas inscrite à la nomenclature des actes de biologie médicale.

La sérologie spécifique de HSV-1 ne permet pas d’établir un diagnostic d’infection génitale ancienne à HSV-1. En revanche, une séropositivité pour HSV-2 permet généralement d’établir le diagnostic d’herpès génital à HSV-2[32].

Une réaction sérologique peut être négative alors que le sujet est atteint d'herpès car 1 à 3 mois sont nécessaires à la séroconversion.

Traitement[modifier | modifier le code]

Deux formes de traitements existent à ce jour autour de crèmes à appliquer ou de médicaments antiviraux. Les traitements sont d’autant plus efficaces qu’ils sont administrés très précocement dès l’apparition des tout premiers signes. Plus le traitement antiviral sera pris tôt et plus celle-ci sera limitée en intensité et en durée. Les antiviraux empêchent le virus de se reproduire, et n’agissent que dans les cellules infectées par le virus.

Précautions de base[modifier | modifier le code]

Des précautions d’hygiène sont indispensables pour limiter le risque de contamination, et doivent être respectées tant par les malades que par l'entourage, même en l'absence de crise visible. Ces précautions aident également à limiter le risque d'auto-inoculation, qui peut amener le virus dans des zones très sensibles (herpès génital ou oculaire, aux conséquences graves).

Ces mesures peuvent sembler lourdes au quotidien : elles restent pourtant le seul moyen d'éviter la maladie, qui peut dans certains cas avoir des conséquences dramatiques (aucun vaccin ou médicament n'éradiquant le virus). En effet, le simple bouton de fièvre peut évoluer vers des formes plus graves, par simple progression du virus, ou auto-contamination d'autres zones du corps. Beaucoup de gens ignorent ces précautions ou ne veulent pas les mettre en pratique, ce qui explique que le virus soit si répandu.
Certaines personnes sont plus à risque que d'autres : immunodéprimé, nouveau-né, femme enceinte, porteurs d'une dermatite atopique. Toute personne atteinte, même si la maladie se limite pour le moment à de simples boutons de fièvre, est contaminée et doit prendre les précautions suivantes pour protéger son entourage :

  • se laver soigneusement et régulièrement les mains, surtout après tout contact avec la lésion (même sans gratter) ; le faire avec encore plus d'attention si on va toucher de la nourriture ou de la vaisselle, une autre personne ou ses affaires personnelles (particulièrement des affaires d'hygiène) bien que le virus ne conserve son pouvoir infectant que 2 heures sur un support sec[33] ;
  • éviter d'utiliser les objets ayant été en contact direct avec la salive ou la bouche d'une personne infectée (brosse à dent notamment) ;
  • éviter les contacts sexuels oro-génitaux pour ne pas transmettre un herpès labial au niveau génital ;
  • individualiser le linge de toilette ;
  • ne pas se toucher les yeux (un geste machinal rapide suffit pour la transmission), et bien sûr, ne pas humecter ses lentilles de contact avec sa salive (risque très direct de contamination) ;
  • ne pas gratter les lésions, et plus généralement, ne jamais toucher la zone infectée ;
  • si le geste est machinal, prendre l'habitude de ne plus toucher les lésions, et se nettoyer les mains (ongles compris) chaque fois qu'on le fait ;
  • maintenir les parties atteintes aussi propres et sèches que possible, et ne pas les serrer sous des vêtements trop près du corps ;
  • éviter tout contact avec un nouveau-né (son système immunitaire est encore fragile) ;
  • en cas de bouton de fièvre (même débutant ou presque terminé), éviter d'embrasser, y compris sur les joues, et ce jusqu'à ce que les lésions soient complètement sèches.

Traitements spécifiques[modifier | modifier le code]

Réactions cibles du traitement

Les traitements actuels ne guérissent pas la maladie mais réduisent la charge virale en période de crise. Les médicaments utilisés sont des antiviraux dont quelques exemples sont l'aciclovir, et sa prodrogue le valaciclovir, le famciclovir et le cidofovir.

Le mécanisme d'action : les antiviraux sont des analogues de base étant incorporés par les cellules infectées par les virus. La thymidine kinase des virus est moins spécifique que la thymidine kinase des cellules humaines et permettent donc de phosphoryler des analogues de bases. Par la suite, ces analogues de bases entrent en compétition avec les bases phosphatées de la cellule et une fois incorporé les analogues de bases inhibent l'ADN polymérase. Exemple en absence d'infection, l'aciclovir n'est pas transformé en aciclovir monophosphate car il y a absence de TK virale et donc les étapes ultérieures ne sont pas possibles. Cependant, certain HSV sont résistant aux traitements contre les antiviraux. L'une des causes de résistance est la mutation du gène de la thymidine kinase chez l'HSV [34].

D'autres molécules à action anti-virale sont en cours de développement, comme le pritelivir.

Herpès labial[modifier | modifier le code]

Cette section relève du guide pratique, ce qui n'est pas de nature encyclopédique (mai 2016).
  • Traitement préventif (ref :dictionnaire Vidal) :
    • Valaciclovir 500 mg : 1 comprimé par jour à vie.
    • Valaciclovir 500 mg : 2 comprimés dans l'heure qui suit les premiers symptômes (picotements, démangeaisons), puis 2 comprimés par jour pendant 10 jours.
  • Traitement du premier épisode (ref : Dictionnaire Vidal) :
    • aciclovir crème à 5 % : Ce traitement peut être délivré sans ordonnance et n'est pas pris en charge par l'assurance maladie. Nota Bene : en France, les tubes de 10 grammes sont remboursés mais leur utilisation est limitée à l'herpès génital,
    • ibacitabine gel à 1 % : ce traitement peut être délivré sans ordonnance et n'est pas pris en charge par l'assurance maladie,
    • docosanol crème à 10 % : ce traitement de conseil peut être délivré sans ordonnance et n'est pas pris en charge par l'assurance maladie. Le docosanol est un alcool gras antiviral qui inhibe la fusion du virus avec la cellule en modifiant la structure de la membrane cellulaire,
    • patchs commercialisés en pharmacies : ces pellicules transparentes imprégnées de principes actifs limitent les poussées si elles sont utilisées suffisamment tôt. Couvrant la zone infectée, elles limitent également — sans le supprimer — le risque de contamination ou d'auto-inoculation, mais elles ne dispensent pas pour autant des précautions d'hygiène décrites plus haut dans l'article,
    • aciclovir 200 mg : cinq comprimés par jour à prise régulièrement espacées pendant une durée de 10 jours (primo-infection) ou de 5 jours (récurrences), uniquement pris en charge par l'assurance maladie en cas de gingivo-stomatite,
  • Traitement de la récurrence de l'herpès labial ; le plus précocement possible (ref : Dictionnaire Vidal) :
    • valaciclovir 500 mg, quatre comprimés dès les premiers symptômes (picotements, démangeaisons), il est essentiel d'agir dans l'heure. Quatre comprimés 12 heures après la première prise, traitement sur une journée[35]. (Non pris en charge en France par l'assurance maladie),
    • aciclovir 200 mg : deux comprimés par jour en une seule prise pendant une durée de six mois minimum et 12 mois maximum après quoi le traitement doit être réévalué. (Non pris en charge en France par l'Assurance maladie).

Les personnes souffrant d'au moins six récurrences par an peuvent bénéficier d'un traitement préventif oral sur prescription médicale et pris en charge par l'assurance maladie[réf. souhaitée].

Herpès génital[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Herpès génital#Traitement.
Cette section relève du guide pratique, ce qui n'est pas de nature encyclopédique (mai 2016).
  • Traitement du premier épisode [36] :
    • Valaciclovir 500 mg : 1 comprimé par jour matin et soir pendant 10 jours.
    • Aciclovir 200 mg : 5 comprimés par jour à prise régulièrement espacées pendant une durée de 10 jours
  • traitement des récurrences [36] :
    • Valaciclovir 500 mg : 2 comprimés par jour en une prise pendant 5 jours.
    • Aciclovir 200 mg : 5 comprimés par jour à prise régulièrement espacées pendant une durée de 5 jours.
  • Traitement de la femme enceinte : L'aciclovir et le valaciclovir ont été utilisés chez la femme enceinte sans qu'aucune embryo-fœtopathie ait été constatée[réf. souhaitée]. Toutefois l'utilisation des antiviraux doit être restreinte au cas où un bénéfice est attendu pour la mère et/ou l'enfant.
    • Traitement du premier épisode[réf. souhaitée] :
      • Aciclovir 200 mg 5 comprimés par jour à prises régulièrement espacées, et cela pour une durée allant jusqu'au jour de l'accouchement. L'Aciclovir reste le traitement de référence, car il est utilisé depuis plus longtemps que le valaciclovir.
  • traitement préventif des récurrences, pour les personnes souffrant de plus de 6 récurrences par an{ [36] :
    • Valaciclovir 500 mg : 1 comprimé par jour pendant une durée de 6 mois minimum et 12 mois maximum après quoi le traitement doit être ré-évalué.
    • Aciclovir 200 mg : 2 comprimés par jour en une seule prise pendant une durée de 6 mois minimum et 12 mois maximum après quoi le traitement doit être réévalué.

Nota bene : la crème Zovirax à 5 % tube de 10 grammes n'est plus conseillée par la conférence de consensus de Lyon.

Encéphalite herpétique[modifier | modifier le code]

Vaccin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Herpès génital#Vaccins.

Recherche[modifier | modifier le code]

  • la glycyrrhizine, acide glycyrrhizique, principe actif de la réglisse, agirait contre le virus de l'herpès chez la souris[37] ;
  • l'émodine aurait un effet anti-HSV chez la souris[38]. L’émodine peut être extraite de diverses plantes dont la rhubarbe ornementale (Rheum palmatum) ou la renouée du Japon (Fallopia japonica ou Polygonum cuspidatum).
  • le xylomannan, un polysaccharide sulfaté issu d'algues rouges comme Nothogenia fastigiata , aurait un effet sur la réplication de l'HSV-1 et l'HSV-2[39]. De plus, cette molécule est capable de diminuer l’adsorption du virus sur ses cellules hôtes. Son activité semblerait également plus efficace que l'héparine[40].
  • Le galactofucane sulfaté, extrait d'un grand nombre d'algues brunes (notamment présent chez Undaria pinnatifida, le "wakamé" communément consommé en Asie), présenterait potentiellement une activité anti-herpétique. En effet, une étude épidémiologique menée sur différentes communautés à travers le monde a révélé une importante différence de séroprévalence du virus HSV-2, notamment entre des femmes d'origine afro-américaine et japonaise, chez lesquelles celui-ci était respectivement de 50 % et 7 %[41],[42]. Malgré l'absence de résultats cliniques à ce jour, le lien entre l'ingestion régulière de macroalgues marines contenant ces polysaccharides sulfatés et le faible taux de prévalence de ce virus chez les populations japonaises, a été fortement suspecté. Des résultats obtenus lors de précédentes études ont montré que des fractions aqueuses de Undaria pinnatifida ainsi que des extraits de galactofucanes sulfatés, partiellement purifiés, avaient une activité anti-herpétique in vitro sur toutes les souches virales testées, activité par ailleurs plus forte contre les souches HSV-2 en comparaison avec les souches HSV-1[43],[44]. Le mode d'action de ces extraits a été identifié comme étant une inhibition de l'adsorption du virus sur la membrane de la cellule hôte. En comparaison, les souches traitées à l'acyclovir, molécule largement utilisée actuellement comme anti-herpétique, s’avéraient pour un grand nombre d'entre elles être résistantes à ce traitement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Balasubramaniam, R; Kuperstein, AS; Stoopler, ET (April 2014). "Update on oral herpes virus infections". Dental clinics of North America. 58 (2): 265–80. doi:10.1016/j.cden.2013.12.001. PMID 24655522.
  2. Elad S, Zadik Y, Hewson I, et al. (August 2010). "A systematic review of viral infections associated with oral involvement in cancer patients: a spotlight on Herpesviridea". Support Care Cancer. 18 (8): 993–1006. doi:10.1007/s00520-010-0900-3. PMID 20544224.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Haute Autorité de santé HAS (2016) Un argumentaire de la HAS sur le diagnostic des infections liées aux virus de l'herpès et de la varicelle , validé par le Collège de la Haute Autorité de santé en mai2016
  4. Conférence de consensus : Prise en charge de l'herpès cutanéo-muqueux chez le sujet immunocompétent (manifestations oculaires exclues) mercredi 7 novembre 2001 Espace Landowski - Boulogne ANAES
  5. (en) Malkin JE, Morand P, Malvy D, Ly TD, Chanzy B, de Labareyre C, El Hasnaoui A, Hercberg S, « Seroprevalence of HSV-1 and HSV-2 infection in the general French population », Sex Transm Infect, vol. 78, no 3,‎ , p. 201-3. (PMID 12238654, PMCID PMC1744464, lire en ligne [html]) modifier
  6. Sondage effectué en 2005 par téléphone auprès de plus de 10 000 Français par l'Institut IPSOS pour l'Association Herpès
  7. (en) Cunningham AL, Taylor R, Taylor J, Marks C, Shaw J, Mindel A. « Prevalence of infection with herpes simplex virus types 1 and 2 in Australia: a nationwide population based survey » Sex Transm Infect. 2006;82(2):164-8. PMID 16581748
  8. (en)Trends in Herpes Simplex Virus Type 1 and Type 2 Seroprevalence in the United States
  9. (en)CDC Analysis of National Herpes Prevalence
  10. (en) Cesario TC, Poland JD, Wulff H, Chin TD, Wenner HA. « Six years experience with herpes simplex virus in a children's home » Am J Epidemiol. 1969;90(5):416-22. PMID 4311429
  11. (en) McMillan JA, Weiner LB, Higgins AM, Lamparella VJ. « Pharyngitis associated with herpes simplex virus in college students » Pediatr Infect Dis J. 1993;12:280–4. PMID 8387178
  12. (en) Corey, L. Herpes simplex virus. In: Mandell GL, Bennett JE and Dolin R, editors Principles and practice of infectious diseases. Fifth. Vol. 125. Churchill Livingstone; 2000. p. 1564–1580.
  13. (en) Prober CG, Hensleigh PA, Boucher FD, Yasukawa LL, Au DS, Arvin AM. « Use of routine viral cultures at delivery to identify neonates exposed to herpes simplex virus » N Engl J Med. 1988;318:887–91. PMID 2832756
  14. (en) Flewett TH, Parker RG, Philip WM. « Acute hepatitis due to Herpes simplex virus in an adult » J Clin Pathol. 1969;22:60–6. PMID 4306578
  15. (en) Hillard P, Seeds J, Cefalo R. « Disseminated herpes simplex in pregnancy: two cases and a review » Obstet Gynecol Surv. 1982;37:449–53. PMID 6752785
  16. Kristensson K, Lycke E, Röyttä M, Svennerholm B & Vahlne A (1986) Neuritic transport of herpes simplex virus in rat sensory neurons in vitro. Effects of substances interacting with microtubular function and axonal flow [nocodazole, taxol and erythro-9-3-(2-hydroxynonyl) adenine]. Journal of General Virology, 67(9), 2023-2028.
  17. Kristensson K & Olsson Y (1971) Retrograde axonal transport of protein. Brain research, 29(2), 363-365.
  18. Yamamoto T, Iwasaki Y & Konno H (1984) Retrograde axoplasmic transport of Adriamycin An experimental form of motor neuron disease?. Neurology, 34(10), 1299-1299.
  19. Smith G.A, Gross S.P & Enquist L.W (2001) Herpesviruses use bidirectional fast-axonal transport to spread in sensory neurons. Proceedings of the National Academy of Sciences, 98(6), 3466-3470.
  20. Martin, X., & Dolivo, M. (1983). Neuronal and transneuronal tracing in the trigeminal system of the rat using the herpes virus suis. Brain research, 273(2), 253-276.
  21. Vahlne, A., Svennerholm, B., Sandberg, M., Hamberger, A., & Lycke, E. (1980). Differences in attachment between herpes simplex type 1 and type 2 viruses to neurons and glial cells. Infection and immunity, 28(3), 675-680.
  22. (en) Svend Ellermann-Eriksen « Macrophages and cytokines in the early defence against herpes simplex virus » Virol J. 2005 Aug 3;2:59 PMID 16076403
  23. Richard-A. Goldsby, Thomas-J. Kindt, Barbara-A. Osborne Immunologie : Le cours de Janis Kuby avec questions de révision p. 428
  24. Guillaume J.-C., Lebrun-Vignès B., « Herpès », sur http://www.therapeutique-dermatologique.org/, (consulté le 20 juillet 2012)
  25. Société française de microbiologie (2015) Référentiel en microbiologie médicale. Paris: SFM
  26. Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé, Société française de dermatologie (2001) Prise en charge de l’herpès cutanéo-muqueux chez le sujet immunocompétent (manifestations oculaires exclues). Conférence de consensus. Paris: ANAES| URL:http://www.has - sante.fr/p ortail/upload/docs/application/pdf/herpes_long. pdf
  27. Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (2008). Directive clinique sur la prise en charge du virus de l’herpès simplex pendant la grossesse. J Obstet Gynaecol Can ;30(6):520 - 6
  28. Patel R, Alderson S, Geretti A, Nilsen A, Foley E, Lautenschlager S , et al. (2011) European guideline for the management of genital herpes, 2010. Int J STD AIDS ;22(1):1 - 10
  29. ANAES, 2001
  30. (en) Wald A, Zeh J, Selke S, Ashley RL, Corey L. « Virologic characteristics of subclinical and symptomatic genital herpes infections » N Engl J Med. 1995;333(12):770-5. PMID 7643884
  31. Lecat M. (2002) Herpès cutanèo-muqueux chez l'immunocompétent et grossesse. Ann Dermatol Venereol;129(4 Pt 2):523-32
  32. Jean-Elie Malkin « Quelle place pour la sérologie herpétique dans l’herpès génital ? » La Presse Médicale 2008;37(9):1251-60.
  33. Alimentation et l'herpès - herpes una buena alimentación
  34. (en) Kening Wang, Gowtham Mahalingam, Susan E. Hoover, Erik K. Mont, Steven M. Holland, Jeffrey I. Cohen, and Stephen E. Straus « Diverse Herpes Simplex Virus Type 1 Thymidine Kinase Mutants in Individual Human Neurons and Ganglia » J Virol. 2007;81(13):6817–26. PMID 17459924
  35. VALACICLOVIR BIOGARAN
  36. a, b et c dictionnaire Vidal
  37. (en) Sekizawa T, Yanagi K, Itoyama Y. « Glycyrrhizin increases survival of mice with herpes simplex encephalitis » Acta Virol. 2001 Feb;45(1):51-4. PMID 11394578
  38. (en) Xiong HR, Luo J, Hou W, Xiao H, Yang ZQ. « The effect of Emodin; an anthraquinone derivative extracted from the roots of Rheum tanguticum; against Herpes Simplex Virus in vitro and in vivo » J Ethnopharmacol. 2011 Jan 27;133(2):718-23. Epub 2010 Nov 2. PMID 21050882
  39. (en) Damonte E, Neyts J, Pujol CA, Snoeck R, Andrei G, Ikeda S, Witvrouw M, Reymen D, Haines H, Matulewicz MC. et al., « Antiviral activity of a sulphated polysaccharide from the red seaweed Nothogenia fastigiata », Biochem Pharmacol, vol. 47, no 12,‎ , p. 2187-92. (PMID 8031312) modifier
  40. (en) Ghosh T, Pujol CA, Damonte EB, Sinha S, Ray B, « Sulfated xylomannans from the red seaweed Sebdenia polydactyla: structural features, chemical modification and antiviral activity », Antivir Chem Chemother, vol. 19, no 6,‎ , p. 235-42. (PMID 19641232) modifier
  41. (en) Cooper R, Dragar C, Elliot K, Fitton JH, Godwin J, Thompson K, « GFS, a preparation of Tasmanian Undaria pinnatifida is associated with healing and inhibition of reactivation of Herpes », BMC Complement Altern Med, no 2,‎ (PMID 12443533, PMCID PMC139995, DOI 10.1186/1472-6882-2-11, lire en ligne [html]) modifier
  42. (en) Nahmias AJ, « Sero-epidemiological and -sociological patterns of Herpes simplex virus infection in the world », Scandinavian journal of infectious diseases,‎
  43. (en) Thompson KD, « Anti-viral activity of Tasmanian seaweed extracts against clinical strains of Herpes simplex virus (HSV) », Abstract. 18th Annual Clinical Virology Symposium,‎
  44. (en) Thompson KD, « The mode of action of two Tasmanian seaweed extracts against Herpes simplex virus (HSV) », Abstract. 27th International Herpes virus workshop conference,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :