Article soupçonné de non-pertinence. Cliquez pour suivre ou participer au débat.

Gang bang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gang et Bang.
 Ne doit pas être confondu avec Bang Gang.

Le gang bang (dérivé de l'anglais gangbang) est en langage vulgaire un viol collectif[1]. Par la suite le mot a désigné une forme de pornographie violente visant à l'humiliation ou à la « démolition » d'une femme par plusieurs partenaires[2], puis une pratique orgiaque avec changement de partenaire[3]. Il est alternativement utilisé dans les médias au sens de forme de sexualité de groupe librement consentie entre une femme et plusieurs hommes[4], ou dans son sens originel de viol en réunion.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières vidéos de gang bang apparaissent aux États-Unis vers la fin des années 1990, quelques années après l'apparition du bukkake, autre forme de pornographie importée du Japon mettant en scènes des actrices (ou des acteurs pour les films homosexuels) sur lesquels des hommes éjaculent en groupe[5].

Ressorts mis en œuvre[modifier | modifier le code]

La gang bang se pratique en groupe, mais se distingue d'autres formes de sexualité de groupe telles que le triolisme ou la partouze (multiplicité de partenaires des deux sexes se livrant à des actes sexuels généralement librement consentis). La disproportion « un(e) seul(e) face à tous » ou « tous contre un(e) » est recherchée.

Ce besoin d'agir en groupe relève selon les uns d'une forme d'homosexualité refoulée[4], d'un besoin, face à ses propres limites, de se coaliser entre hommes pour « combler », « colmater » la femme[6].

La notion de vengeance contre les femmes est souvent défendue. Sur le lieu de tournage, l'émulation entre hommes permet une « atmosphère de surenchère dans l’humiliation […] (qui) libère des pulsions sadiques » tandis que de nombreux spectateurs assidus devenus fan d'une actrice pornographique sont « des hommes ulcérés par les acquis récents en matière d’égalité des sexes, heureux de voir des femmes payer pour toutes les autres. »[7].

Vocabulaire du cinéma pornographique[modifier | modifier le code]

  • Gang Bang Reverse, c'est un homme avec plusieurs femmes en même temps.
  • Gang Bang Insémination, c'est plusieurs hommes qui éjaculent les uns après les autres dans le vagin de la même femme.
  • Gang Bang Gay, c'est un homme avec plusieurs hommes en même temps, ou bien une femme avec plusieurs femmes en même temps.

Aspect légal[modifier | modifier le code]

La pratique du gang bang avec un partenaire réceptif non consentant constitue un viol en réunion ou viol collectif.

Pratique[modifier | modifier le code]

De nos jours, des « soirées gang bang » sont proposées dans des club échangiste ou libertin. Cependant, les plus grands gang bangs hétérosexuels de nos jours sont réalisés par des actrices de films pornographiques, où la pratique vise le record de partenaires.

Le 25 novembre 2004, l'actrice américaine Lisa Sparxxx a atteint un record de 919 partenaires lors du salon « EROTICON » à Varsovie en Pologne. Un jury composé d'hommes et de femmes se relayait durant la journée afin de comptabiliser les partenaires, chaque rapport sexuel était validé s'il excédait trente secondes[8].

Autre signification[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, un gangbang est utilisé dans le langage de gang. Il désigne le fait qu'un homme seul soit assassiné par balles sauvagement par un groupe de personnes d'un gang adverse[réf. nécessaire] ou plus généralement des violences impliquant les membres d'un gang[3].

Dans la culture populaire hors le X[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La pertinence du contenu de cet article est remise en cause (merci d'indiquer la date de pose grâce au paramètre date).

Considérez le contenu de cet article avec précaution. Discutez-en ou améliorez-le !

  • En 2010 des call-girls racontent avoir fait un « bunga-bunga » avec Silvio Berlusconi. Selon le Canard enchaîné « bunga-bunga » serait un « gang-bang » traduit de l'« Urban Dictionary » rituel érotique impliquant un chef puissant et plusieurs femmes nues[9].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et sources[modifier | modifier le code]

  1. Gang-bang sur Larousse.fr
  2. Frédéric Joignot, Gang bang. Enquête sur la pornographie de la démolition, collection non conforme, Seuil, 2007
  3. a et b Gang bang sur Oxforddictionaries.com, consulté le 28 janvier 2016
  4. a et b Gang bang Brigitte Lahaye, RTL sur bfmtv.com, 27 mars 2015
  5. (en) Megan Tyler, Everyday Pornography, Taylor & Francis, (ISBN 9780415543781, lire en ligne), « 'Now, that's pornography!': violence and domination in Adult Video News », p. 56.
  6. « L'homme connaît l'orificialité plurielle de la femme, il connaît aussi ses propres limites, c'est pourquoi seul le viol collectif (gang-bang en pornolangue) permet de réaliser le fantasme absolu : la femme comblée. Une bite dans le con, une dans le cul, la troisième dans la bouche : la voilà colmatée » Claude Guillon, Éloge de la sodomie, cité par Michela Marzano, Malaise dans la sexualité - Le piège de la pornographie, collection Essais et documents, Jean-Claude Lattès, 2006, (ISBN 9782709632584), 220 pages, extraits en ligne
  7. Frédérique Giraud, « Richard Poulin, Sexualisation précoce et pornographie », Lectures - Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 25 décembre 2009, consulté le 28 janvier 2016.lire en ligne
  8. Stephen Yagielowicz (2010-02-01). "Lisa Sparks Named Spike TV's Gangbang Queen". XBiz The Industry Source. Retrieved 2010-02-07.[1]
  9. Le Canard enchaîné, n° 4697 du 3 novembre 2010, autres références de l'article à la Tribune de Genève (gang-bang anal) Urban Dictionary Erotic ritual which involves a powerful leader and several naked women.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :