Contragestion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le contenu de cet article ou de cette section est peut-être sujet à caution et doit absolument être sourcé. (juillet 2013).

Si vous connaissez le sujet dont traite l'article, merci de le reprendre à partir de sources pertinentes en utilisant notamment les notes de fin de page. Vous pouvez également laisser un mot d'explication en page de discussion (modifier l'article).

image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

La contragestion (contraction de contra-gestation) désigne un mode d'action des méthodes de contrôle des naissances, défini par une intervention après le stade de la conception de l'embryon[réf. nécessaire], c'est-à-dire après formation de la cellule-œuf par fécondation d'un ovule par un spermatozoïde.

La mifépristone, médicament anti-progestatif utilisé pour l'avortement, est appelée pilule contragestive[1],[2],[3], étant donné qu'elle a un effet contragestatif en agissant après la conception.

La contragestion se distingue de la contraception[réf. nécessaire] qui, elle, intervient avant la conception[réf. nécessaire]. La pilule du lendemain combine une action contraceptive (qui peut être inutile si la fécondation a déjà eu lieu lorsque la pilule est prise) et une action contragestive. L'action contragestive, seule, a moins de chances d'empêcher la grossesse.

Les dispositifs intra-utérins, tout comme les contraceptifs oraux par exemple, peuvent agir sur la progression des spermatozoïdes et sur la nidation[4],[5]. Ainsi, outre leur effet contraceptif, ils ont également un effet contragestif.

Certaines associations comme le mouvement pro-vie s'opposent à cette forme de contrôle des naissances, considérant que la vie d'un individu commence dès la conception.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé, Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme, Argumentaire, 2004, page 44 (site de l'HAS)
  2. Baulieu EE, Contragestion and other applications of RU486, an antiprogesterone at the receptor, Science 245, 1351-57, 1989
  3. Le figaro, La pilule contragestive vient de recevoir l'aval de la principale organisation de médecins américains, (Revue de presse sur le site de l'INSERM)
  4. Haute autorité de santé, Méthodes contraceptives : focus sur les méthodes les plus efficaces disponibles, document de synthèse, mars 2013, pages 27 et 30 (site de l'HAS)
  5. Haute autorité de santé, Méthodes contraceptives : focus sur les méthodes les plus efficaces disponibles, document de synthèse, mars 2013, page 8 (site de l'HAS)