Mycoplasma hominis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mycoplasma hominis est une bactérie du genre mycoplasma[1].

Cette bactérie est capable de rentrer dans les cellules humaine[2]. Elle est sensible à la clindamycine.

Maladie[modifier | modifier le code]

Elle est associée à la vaginose bactérienne ou la maladie inflammatoire pelvienne, sexuellement non transmissible[3].

Etude du génome[modifier | modifier le code]

Données de séquence d'ADN sont incomplètes pour mycoplasma hominis[4]. Mycoplasma hominis utilise un atypique du métabolisme énergétique, dépendant de la dégradation de l'arginine[5]. Autres mycoplasmes n'ont pas cette caractéristique[6].

Déterminer le génome fournira des informations qui faciliteraient la compréhension des reconstitutions métaboliques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. B. Makar, K. E. McMartin, M. Palese et T. R. Tephly, « Formate assay in body fluids: application in methanol poisoning », Biochemical Medicine, vol. 13, no 2,‎ , p. 117–126 (ISSN 0006-2944, PMID 1, lire en ligne, consulté le 27 avril 2018)
  2. A. Schmoldt, H. F. Benthe et G. Haberland, « Digitoxin metabolism by rat liver microsomes », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 17,‎ , p. 1639–1641 (ISSN 1873-2968, PMID 10, lire en ligne, consulté le 27 avril 2018)
  3. Y. W. Chow, R. Pietranico et A. Mukerji, « Studies of oxygen binding energy to hemoglobin molecule », Biochemical and Biophysical Research Communications, vol. 66, no 4,‎ , p. 1424–1431 (ISSN 0006-291X, PMID 6, lire en ligne, consulté le 27 avril 2018)
  4. P. D. Mier et J. J. van den Hurk, « Lysosomal hydrolases of the epidermis. I. Glycosidases », The British Journal of Dermatology, vol. 93, no 1,‎ , p. 1–10 (ISSN 0007-0963, PMID 30, lire en ligne, consulté le 27 avril 2018)
  5. L. Coscia, P. Causa, E. Giuliani et A. Nunziata, « Pharmacological properties of new neuroleptic compounds », Arzneimittel-Forschung, vol. 25, no 9,‎ , p. 1436–1442 (ISSN 0004-4172, PMID 25, lire en ligne, consulté le 27 avril 2018)
  6. N. Akamatsu, H. Nakajima, M. Ono et Y. Miura, « Increase in acetyl CoA synthetase activity after phenobarbital treatment », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 18,‎ , p. 1725–1727 (ISSN 0006-2952, PMID 15, lire en ligne, consulté le 27 avril 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]