Doigtage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une personne pénètre le vagin de sa partenaire avec ses doigts.

Le doigtage est une pratique sexuelle consistant à insérer un ou plusieurs doigts dans un vagin[1] ou un anus.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Une personne insérant un doigt dans son vagin.

Lorsqu'un poing entier est insérée dans le vagin ou l'anus, on parle de fist-fucking. Le doigtage est à distinguer de l'examination médicale du vagin (toucher vaginal)[2] ainsi que du toucher rectal.

Sexualité humaine[modifier | modifier le code]

Vulve[modifier | modifier le code]

Deux femmes allongées l'une contre l'autre nues et souriantes. L'une a sa main posée sur la vulve de sa partenaire, les doigts écartés, touchant son clitoris.
Une femme stimule la vulve de sa partenaire avec ses doigts.

Le doigtage fait partie des techniques de masturbation d'une vulve[3], et peut inclure la stimulation du clitoris avec les doigts ou la caresse de la vulve[1]. La stimulation orale ou manuelle de la vulve, et en particulier du clitoris, est le moyen le plus courant pour une femme d'atteindre un orgasme[4],[5],[6]. Le clitoris est en effet un organe hautement érogène[7]. Des mouvements circulaires, de haut en bas ou de gauche à droite peuvent être utilisés pour stimuler la partie externe du clitoris, notamment le gland[8].

Vagin[modifier | modifier le code]

La stimulation manuelle du vagin peut donner du plaisir, notamment en stimulant l'entrée du vagin[9].

Autres espèces[modifier | modifier le code]

Le doigtage s'observe chez les humains, mais également chez d'autres primates comme l'orang-outan[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) George Haggerty et Bonnie Zimmerman, Encyclopedia of Lesbian and Gay Histories and Cultures: An Encyclopedia. Gay histories and cultures. Vol. 2, Taylor & Francis, (ISBN 978-0-8153-3354-8, lire en ligne), p. 681
  2. Laurence Guyard, « Consultation gynécologique et gestion de l'intime », Champ psychosomatique, vol. 27, no 3,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Shere Hite, The Hite Report: A Nationwide Study of Female Sexuality, Seven Stories Press, (ISBN 978-1-60980-035-2, lire en ligne)
  4. (en) Janell L. Carroll, Sexuality Now : Embracing Diversity, Cengage Learning, , 265–267 p. (ISBN 978-0-495-60274-3, lire en ligne).
  5. (en) Mah Kenneth et Binik Yitzchak M, « The nature of human orgasm: a critical review of major trends », Clinical Psychology Review, vol. 21, no 6,‎ , p. 823–856 (PMID 11497209, DOI 10.1016/S0272-7358(00)00069-6) :

    « Women rated clitoral stimulation as at least somewhat more important than vaginal stimulation in achieving orgasm; only about 20% indicated that they did not require additional clitoral stimulation during intercourse. »

    .
  6. (en) Kammerer-Doak Dorothy, « Female Sexual Function and Dysfunction », Obstetrics and Gynecology Clinics of North America, vol. 35, no 2,‎ , p. 169–183 (PMID 18486835, DOI 10.1016/j.ogc.2008.03.006) :

    « Most women report the inability to achieve orgasm with vaginal intercourse and require direct clitoral stimulation... About 20% have coital climaxes... »

    .
  7. O'Connell HE, Sanjeevan KV, Hutson JM, « Anatomy of the clitoris », The Journal of Urology, vol. 174, no 4 Pt 1,‎ , p. 1189–95 (PMID 16145367, DOI 10.1097/01.ju.0000173639.38898.cd)
  8. Janell L. Carroll, Sexuality Now: Embracing Diversity, Cengage Learning, , 118, 252, and 264 (ISBN 978-0-495-60274-3, lire en ligne)
  9. Greenberg JS, Bruess CE, Conklin SC, Exploring the Dimensions of Human Sexuality, Jones & Bartlett Publishers, (ISBN 978-9814516785, lire en ligne), p. 126
  10. (en) Terry L. Maple et Terry Maple, Orang-utan Behavior, Van Nostrand Reinhold Company, (ISBN 978-0-442-25154-3, lire en ligne), p. 164