Trondheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trondheim (homonymie).
Trondheim
Blason de Trondheim
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Norvège Norvège
Région Trøndelag
Comté Sør-Trøndelag
Centre administratrif Trondheim
Démographie
Population 179 692 hab. (2012)
Densité 525 hab./km2
Géographie
Coordonnées 63° 25′ 00″ N 10° 23′ 00″ E / 63.416667, 10.383333 ()63° 25′ 00″ Nord 10° 23′ 00″ Est / 63.416667, 10.383333 ()  
Superficie 34 224 ha = 342,24 km2
Divers
Langue officielle Neutre
Localisation
Image illustrative de l'article Trondheim

Géolocalisation sur la carte : Norvège

Voir la carte administrative de Norvège
City locator 14.svg
Trondheim

Géolocalisation sur la carte : Norvège

Voir la carte topographique de Norvège
City locator 14.svg
Trondheim

Trondheim ['trɔnhæjm] (anciennement et localement Trondhjem, Drontheim en allemand, Råante en Same du Sud), l'ancienne Nidaros est une ville norvégienne située dans le comté du Sør-Trøndelag, dont elle constitue le centre administratif. Elle comptait 154 351 habitants au pour une superficie de 342 km2.

Trondheim, géographiquement située au milieu du pays, est la troisième ville de Norvège après Oslo et Bergen. Elle accueille une importante université, l'université norvégienne de sciences et de technologie. Le journal local, l'Adresseavisen, fondé en 1767, est le plus ancien journal de Norvège encore en activité.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région est occupée depuis des milliers d'années, comme en témoignent les pétroglyphes du centre de la Norvège (cultures de Nøstvet et Lihult et culture de la céramique cordée).

La ville est fondée par le roi viking Olaf Tryggvason en 997 et baptisée du nom Nidaros : « l'embouchure de la Nid » (la Nid est le nom de la rivière Nidelva). Le site est choisi en raison de ses conditions favorables, tant pour l'installation d'un port que pour la défense du site, la rivière Nid étant assez profonde pour la plupart des bateaux du Moyen Âge[Note 1].

La cathédrale en 1857, avant le début des travaux de reconstruction de 1869.

La région était alors dominée par les puissants jarls de Hlaðir, dont le domaine s'étendait sur le Trøndelag et qui régnaient depuis Lade, aujourd'hui quartier de la ville de Trondheim.

Dans les temps anciens, les rois de Norvège étaient acclamés comme tels à Øretinget à Trondheim, lieu de l'assemblée de tous les hommes libres, à l'embouchure de la Nidelva. Harald Ier (865–933), premier roi de Norvège, y est proclamé roi[1], de même que son fils Håkon Ier. Utilisée comme poste militaire au départ, la ville abrite le trône du roi et constitue la capitale de la Norvège jusqu'en 1217.

Leif Ericson, le fils d'Erik le Rouge, qui fut probablement le premier Européen à explorer des terres de l'Amérique du Nord, a vécu à Trondheim aux alentours de l'an 1000[2] comme membre de la garde prétorienne du Roi Olaf.

La bataille de Kalvskinnet se déroule à Trondheim en 1179 : le roi Sverre de Norvège et ses guerriers y défont Erling Skakke, un rival pour le trône.

En 1349, la peste noire touche la ville tuant les deux tiers de sa population[1].

Renommée Trondheim (la « résidence de Trond ») à la fin du Moyen Âge, la ville est le siège de l'archidiocèse de Nidaros depuis 1152. Avec l'introduction du protestantisme luthérien en 1537, le dernier archevêque, Olav Engelbrektsson, doit fuir vers les Provinces-Unies où il meurt dans la ville actuelle de Lier, en Belgique.

La forteresse de Munkholmen

Construite principalement en bois, la ville a subi de sévères dommages depuis l'époque, notamment du fait d'incendies dévastateurs qui ont ravagé la ville en 1598, 1651, 1681, 1708, 1717 (par deux fois), 1742, 1788, 1841 et 1842. L'incendie de 1651 est de loin le plus ravageur, puisque le feu détruit 90 % des bâtiments dans les limites de la ville. Ce sinistre conduisit à des travaux de reconstruction presque totale de Trondheim. Les travaux sont menés sous la supervision du général Johan Caspar von Cicignon, un militaire originaire du Luxembourg, au service du royaume du Danemark et de Norvège[2]. De larges rues, comme l'actuelle Munkegaten, sont aménagées afin d'éviter une propagation rapide des futurs incendies.

Après le traité de Roskilde en 1658, la ville de Trondheim et le Trøndelag passent brièvement sous domination suédoise, mais elle est rapidement reconquise et repasse dans le giron norvégien après le traité de Copenhague en 1660.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville est occupée du , premier jour de l'invasion de la Norvège, jusqu'à la fin de la guerre. Les Allemands y ont construit une base navale, Dora, qui a accueilli la 13e flottille de sous-marins entre juin 1943 et mai 1945. En raison de sa situation stratégique favorable, Hitler envisagea l'annexion de la ville au Reich et il demanda à son architecte Albert Speer d'établir les plans de la plus grande base navale allemande, qui comprendrait, outre des chantiers navals et des docks, 250 000 Allemands[3],[Note 2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Trondheim est situé à l'embouchure de la rivière Nidelva qui se jette dans le Trondheimsfjorden, formant un port bénéficiant de conditions abritées. La rivière était d'une profondeur suffisante pour la plupart des navires au Moyen Âge. Une coulée de boue et de pierres compliqua la navigation et rendit une partie du port inutilisable au milieu du XVIIe siècle.

Les rives de la Nidelva à l'automne au mois d'octobre 2009.

Le point culminant de la municipalité est la colline de Storheia avec une altitude de 565 mètres. Au solstice d'été, le soleil se lève à 3h et se couche à 23h40, tout en restant juste sous l'horizon. Il n'y a pas d'obscurité totale du 20 mai au 20 juillet[4]. Au solstice d'hiver, le soleil se lève à 10h, reste très bas sur l'horizon et se couche à 14h30.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Trondheim est à dominante océanique[5]. La ville est cependant abritée des vents qui soufflent sur la côte. La température la plus chaude enregistrée est de 35 °C le et la plus froide de -26,1 °C en février 1899. Trondheim connaît des chutes de neige modérées de novembre à mars[6], avec parfois un climat relativement doux et des chutes de pluie. En moyenne, la ville passe 14 jours par hiver avec plus de 25 cm de neige au sol et 22 jours avec des températures minimales inférieures à -10 °C. On trouve généralement bien plus de neige dans les zones périphériques de la ville, notamment sur les points haut comme Byåsen ou Heimdal, avec de bonne conditions pour la pratique du ski de fond à Bymarka. Les températures maximales peuvent occasionnellement dépasser les 20 °C de début mai à fin septembre, avec en moyenne 34 jours par été qui dépassent les 20 °C. Octobre est un mois d'automne typique avec des températures froides et les feuilles des arbres qui chutent, alors que novembre est bien plus froid et déjà très sombre. Les précipitations annuelles sont de 892 mm réparties tout au long de l'année, les mois les plus humides étant septembre et octobre et les plus secs mars, avril et mai. La zone du Trøndelag a vu ses températures moyennes augmenter de près de 2° C au cours des 25 dernières années[7].

Relevé météorologique de la ville de Trondheim
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -6,5 -5,7 -3 0,3 5 8,8 10,3 9,8 6,6 3,3 -2 -4,8 1,8
Température maximale moyenne (°C) 0,1 1 4,1 7,8 14,1 17,3 18,4 17,8 13,6 9,1 3,7 1,5 9
Précipitations (mm) 63 52 54 49 53 68 94 87 113 104 71 84 892
Source : World Weather Information Service Données de la station de Trondheim – Værnes (altitude 12 m, période 1961–1990).


Panorama de Trondheim, le Trondheimsfjord et les alentours.

Faune[modifier | modifier le code]

Plusieurs zones humides se trouvent dans les limites de la municipalité, comme la zone de Gaulosen. Des tours d'observation récemment construites permettent d'observer et de trouver des informations sur la vie des oiseaux qui y nichent.

Même si Trondheim est la troisième plus grande ville de Norvège, on peut encore y observer des animaux sauvages. Loutres et castors prospèrent dans la Nidelva et à Bymarka[8]. Blaireaux et renards peuvent également être observés. Les élans et les rennes sont courants dans les collines autour de la ville et peuvent occasionnellement faire des incursions en ville, notamment au mois de mai quand les jeunes spécimens sont chassés par leurs mères, ou en hiver quand les sources de nourriture, couvertes par la neige, se font rares. Depuis 2002, un glouton a élu domicile à Bymarka[9].

Culture et tourisme[modifier | modifier le code]

La Nidelva au centre de Trondheim, avec de vieux entrepôts sur ses deux rives.

La majeure partie du centre-ville est constitué de petites échoppes de commerces spécialisés. Quelques centres commerciaux existent également autour des rues de Nordre gate et Olav Tryggvasons gate.

À la fin des années 1990, la zone entourant les anciens bassins de radoub et chantiers de construction navale de la défunte Trondhjems mekaniske Værksted du quartier de Nedre Elvehavn fut rénovée et transformée en zone résidentielle et commerciale.

Monuments[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Nidaros.

Parmi les monuments de Trondheim, le plus connu est la cathédrale dite « de Nidaros », monument majeur de l'architecture gothique en Norvège. Elle fut construite en 1070 et restaurée en 1814. Elle constituait le plus important lieu de pèlerinage de Scandinavie au Moyen Âge et accueille, encore de nos jours, le sacre des rois de Norvège.

Près de la cathédrale est le Palais de l'Archevêché où les joyaux de la couronne de Norvège sont conservés[10].

Dans le centre-ville, on peut également voir le vieux pont en bois (Gamle Bybro en norvégien), datant de l'époque de la reconstruction de la ville par Cicignon à la fin du XVIIe siècle et reconstruit en 1861.

La forteresse de Kristiansten, construite en 1681-1684, domine le centre depuis une colline de la ville. Elle repoussa une invasion de suédois en 1718 mais fut démobilisée en 1816 par le prince régent Charles Jean.

Une statue d'Olav Tryggvason, le fondateur de la ville, se dresse sur la place centrale de Trondheim, au sommet d'un obélisque. La base de la statue présente également un cadran solaire.

Le vieux pont ou Gamle Bybro.

L'ilot de Munkholmen, situé face au port, est une zone touristique et de loisirs. Il a autrefois servi de lieu d'exécution, de monastère, de forteresse, de prison et de base anti-aérienne durant la Seconde Guerre mondiale.

Stiftsgården est la résidence royale à Trondheim, dont la construction originale date de 1774. Avec 140 pièces et 4 000 m2, il s'agit de l'une des plus vastes construction en bois d'Europe du Nord. Elle sert de résidence royale depuis 1800.

Une statue de Leif Ericson est située en bord de mer, près de l'ancien bâtiment des douanes. La statue est une réplique de l'original qui se trouve dans le port de Seattle.

Enfin, Dora est une ancienne base allemande qui abritait la 13. Unterseebootsflottille, une flottille de sous-marins, pendant la Seconde Guerre mondiale lors de l'occupation de la Norvège. Aujourd'hui, les bunkers abritent de nombreux bâtiments d'archives, notamment celles de la ville et de l'université. Récemment, la base a également accueilli des concerts.

Musées[modifier | modifier le code]

Le musée des arts de Trondheim possède la troisième plus grande collection publique d'art en Norvège, principalement d'origine norvégienne de 1850 à nos jours[11]. Le musée national des arts décoratifs expose un large éventail de pièces concernant les arts décoratifs et le design, dont un grand nombre de tapisseries de la norvégienne Hannah Ryggen, ainsi que la seule exposition permanente en Norvège concernant l'art et l'artisanat japonais[12].

Le musée des sciences (Vitensenteret i Trondheim) est un musée scientifique et d'expérimentation. On trouve également le musée d'histoire naturelle et d'archéologie qui est géré par l'université norvégienne de sciences et de technologie. Plusieurs petits musées concernent des domaines spécifiques de l'histoire, des sciences ou de la nature, comme le musée maritime, le musée Ringve de musique et d'instruments musicaux qui présente notamment une importante collection d'instruments de musique anciens, avec démonstration par des guides-musiciens, l'armurerie, à côté du palais de l'archevêque, le jardin botanique Ringve, le musée du tramway de Trondheim et le musée juif, situé dans la synagogue de la ville.

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Parmi les 11 lycées de la ville, le Trondheim katedralskole est le plus ancien. Il fut fondé en 1152 (il s'agit du plus ancien établissement de ce niveau en Norvège). Le Brundalen videregående skole est le principal de la région du Sør-Trøndelag.

Au niveau de l'enseignement supérieur, Trondheim abrite l'université norvégienne de sciences et de technologie (Norges Teknisk-Naturvitenskapelige Universitet ou NTNU) qui regroupe plus de 20 000 étudiants[13], mais également l'école supérieure du Sør-Trøndelag (Høgskolen i Sør-Trøndelag ou HiST) et ses 7 000 étudiants. Ces deux universités accueillent des étudiants venant de l'ensemble du pays.

SINTEF, le plus important organisme de recherche en Scandinavie regroupe plus de 2 000, dont 1 300 à Trondheim[14]. L'école de l'armée de l'air norvégienne se situe également à Trondheim.

Infrastructures et transport[modifier | modifier le code]

Trondheim possède un aéroport international aéroport de Trondheim Værnes, situé à Stjørdal. Ce dernier est le quatrième du pays en termes de trafic passager.

Un tramway circulant à Trondheim.

Les principales lignes de chemin de fer sont les lignes menant vers le nord (ligne de Nordlandsbanen menant à Mo i Rana depuis 1942, Fauske depuis 1958 et Bodø depuis 1962), l'est menant à la Suède via Storlien (ligne de Meråkerbanen, ouverte depuis 1882) et deux lignes intérieures menant au sud et Oslo (avec la Rørosbanen depuis 1877 et Dovrebanen depuis 1921).

Les navires de l'express côtier (Hurtigruten) qui fait la liaison maritime de Bergen à Kirkenes le long de la côte fait étape à Trondheim. De nombreux navires de croisières font de même durant la saison estivale.

Le Trampe, ascenseur à bicyclette.

Trondheim possède également la ligne de tramway la plus septentrionale au monde, le Gråkallbanen, dernier tronçon en activité de l'ancien tramway de la ville. D'une longueur de 8,8 km, il relie le centre de la ville à travers Byåsen jusqu'à Lian, dans la zone de loisirs de Bymarka. Autre curiosité, Trondheim possède le seul ascenseur à bicyclette au monde, nommé Trampe, en service depuis 1993.

Le réseau de bus, géré par Team Trafikk couvre la majeure partie de la ville et de sa banlieue tous les jours de 5h00 à minuit environ. Un service de nuit existe les week-ends.

La ville est traversée par la route européenne 6, et est à l'extrémité des routes 14 et 39. La E14 a bénéficié en 2011 d'une aide de l'Europe (Interreg, projet dit "Green Highway") d'équipement sur 400 km entre Trondheim et Sundvall de stations service permettant le rechargement électrique (électricité renouvelable et propre uniquement, d'origine hydroélectrique essentiellement), biogaz, biodiesel et éthanol. La ville de Trondheim s'est équipée en véhicules "verts" qui pourront bénéficie de ce réseau[15]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le centre de Trondheim, avec vue sur le Trondheimsfjord et l'île de Munkholmen, depuis la tour de la cathédrale de Nidaros.

La ville de Trondheim est jumelée avec[16] :

Elle entretient des relations proches avec :

Sports[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Le principal club de football de la ville est le Rosenborg BK qui est également le club de plus titré de Norvège et participe régulièrement à la Ligue des champions de l'UEFA.

Sports d'hiver[modifier | modifier le code]

La pratique des sports est également très répandue à Trondheim. On trouve des pistes de ski de fond à Bymarka et un tremplin de saut à ski à Granåsen. Il est également possible de faire du ski alpin à Vassfjellet. Trondheim a accueilli en 1997 les championnats du monde de ski nordique. La ville accueille régulièrement une étape de la coupe du monde masculine de saut à ski. En mars 2007, Tromsø fut choisie au détriment de Trondheim pour porter la candidature norvégienne pour accueillir les jeux olympiques d'hiver de 2018[17].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une coulée de boue et de pierres compliqua la navigation et rendit une partie du port inutilisable au milieu du XVIIe siècle.
  2. Le 1er juin 1941, le vice-amiral Fuchs, du haut commandement de la marine de guerre donna à Albert Speer les données nécessaires pour calculer la superficie d'un grand chantier naval d'Etat et le 21 juin de la même année, l'architecte et le grand amiral Raeder présentèrent un rapport complet sur le projet ; le Führer décida alors de l'emplacement de la ville, emplacement qu'il précisa le 13 mai 1942, lors d'une conférence sur l'armement, au cours de laquelle il décida que les rochers de granit seraient creusés à la dynamite afin d'installer une grande base de sous-marins.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « A brief history lection about Trondheim » (consulté le 26 décembre 2009)
  2. a et b (en) « Trondheim the History » (consulté le 26 décembre 2009)
  3. Albert Speer (trad. Michel Brottier), Au cœur du Troisième Reich, Librairie Arthème Fayard, Paris, novembre 2010, p. 259.
  4. (en) « Trondheim, Norway - Sunrise, sunset, dawn and dusk times for the whole year », Gaisma (consulté le 19 décembre 2009)
  5. (en) « World Weather Information Service - Trondheim », Worldweather.org (consulté le 19 décembre 2009)
  6. (en) « See Norway's snow, weather, water and climate anytime anywhere » (consulté le 29 décembre 2007)
  7. (no) « Nyhet fra Meteorologisk institutt », met.no,‎ 27 novembre 2007 (consulté le 19 décembre 2009)
  8. (no) « Bymarkbeveren skal holdes i sjakk » (consulté le 3 août 2008)
  9. (no) « Jerven som flyktet til byen » (consulté le 9 mai 2008)
  10. « La Norvège » (consulté le le 21 novembre 2012)
  11. (no) « Trondheim Kunstmuseum » (consulté le 22 décembre 2009)
  12. (no) « Nordenfjeldske Kunstindustrimuseum » (consulté le 22 décembre 2009)
  13. (en) « Facts and figures » (consulté le 18 mars 2009)
  14. (en) « About us », SINTEF (consulté le 25 décembre 2009)
  15. Carte et Portail du projet Green Highway
  16. (en) « Trondheim's Twin Cities », Official Internet Site for Trondheim (consulté le 19 décembre 2009)
  17. (no) « Pressemelding vedr. valg av Tromsø som mulig norsk søkerby til OL og Paralympic 2018 » (consulté le 28 octobre 2007)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]