Tricherie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tricher lors d'un examen (antisèche)

La tricherie est le fait de ne pas respecter des règles pour profiter d'avantages. On peut tricher au jeu, dans le sport, à un examen (antisèches, copier sur le voisin…). Quelqu'un qui triche est appelé un tricheur. Lorsqu'on découvre que quelqu'un a triché, il est généralement sanctionné.

Jeux[modifier | modifier le code]

Dés[modifier | modifier le code]

Jeux de cartes[modifier | modifier le code]

Le Tricheur à l'as de trèfle de Georges de La Tour illustre une partie de carte dans laquelle un des joueurs triche.
Belote 
On peut bien entendu inventer des tas de techniques comme dans tout jeu de cartes. La tricherie est majoritairement utilisée pour communiquer à son partenaire des informations concernant son propre jeu en utilisant le geste ou la parole en dehors du cadre défini par les règles du jeu (on dit communément qu'il y a parlante).

Exemple (grossier - mais célèbre, tiré d'une partie de manille dans la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol) : Dire tout haut « Tu me fends le cœur ».

Appuyer un appel (qui lui entre tout à fait dans le cadre du jeu) pour le rendre plus clair, notamment en frappant la table lorsque l'on dépose sa carte, est également un acte de tricherie. Annoncer des annonces que l'on n'a pas (en espérant que personne ne demandera à les voir) également.

Des techniques peuvent être plus subtiles, par exemple glisser des espaces entre les cartes pour identifier les groupes de couleurs.

Exemple : on définit un ordre cœur, carreau, trèfle, pique de gauche à droite. On groupe les cartes ensemble par couleurs et on laisse des espaces pour indiquer au partenaire les couleurs dont on dispose.

On peut aussi se gratter le nez pour demander du cœur ou croiser les doigts pour du carreau.

Des signes concernant la place des doigts lorsque l'on tient les cartes sont également assez discrets, mais n'échappent pas à un œil averti (surtout quand il y a des événements non naturels pendant le jeu).

Il existe aussi des faux mélanges et des fausses distributions, nécessitant une grande dextérité.

Toutes ces techniques de tricherie sont interdites et peuvent entraîner des sanctions sévères dans tout concours (en plus de la honte). Elles diminuent par ailleurs considérablement l'intérêt du jeu, autant pour les joueurs honnêtes que pour les tricheurs mais certaines restent malheureusement indétectables, car quelquefois non conçues par les joueurs eux-mêmes comme de la tricherie. Les joueurs jouant énormément ensemble (souvent des couples dans la vie) peuvent se connaître parfaitement au point de "sentir des choses" par rapport à la façon de jouer ou à l'attitude du partenaire.

Signes informant d'une suite[modifier | modifier le code]

Peut signifier: V♠ V♦

Il peut y avoir une conjoncture de mots et/ou de gestes, déterminés avant la poignée de main, qui informe le partenaire de la présence d'une forte suite. Un geste typique est de faire bouger avec ses doigts les lèvres pour le pique, le nez pour le cœur, le menton pour le carreau, et les yeux pour le trèfle. Le nombre de doigts utilisés pour le mouvement peut indiquer le nombre de cartes impliquées dans la suite.

Spectacle[modifier | modifier le code]

Dans le monde du spectacle, on dit qu'un artiste triche lorsqu'il se trompe et qu'il fait en sorte que le public ne s'en aperçoive pas.

Rapport à la ruse[modifier | modifier le code]

La tricherie n'est pas la ruse. (Cf. la notion de ruse chez les Grecs anciens : métis des Grecs. La Métis, en grec ancien Μῆτις / Mễtis, littéralement « le conseil, la ruse » ou par exemple la notion de ruse de guerre.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :