Jacques Thuillier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thuillier.

Jacques Thuillier

Naissance 18 mars 1928
Vaucouleurs (Meuse)
Décès 18 octobre 2011
Paris
Nationalité Français
Pays de résidence France
Diplôme
Profession Enseignant/Universitaire
Activité principale Professeur à l'université de Dijon (1962-1970)
professeur à la Sorbonne (1970-1977)
professeur au Collège de France (1977-1998)
Autres activités
Secrétaire scientifique du Comité international d'histoire de l'art (1969-1983)
Formation

Jacques Thuillier, né le 18 mars 1928 à Vaucouleurs, mort à Paris le 18 octobre 2011 (à 83 ans)[1], est un historien de l'art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Thuillier commence ses études au Lycée technique de Nevers, où son père enseigne, à partir 1937. Il reçoit le 1er prix du Concours général (version latine), et entre à l'Ecole normale supérieure en 1951.

Agrégé de Lettres en 1954, pensionnaire à la fondation Primoli (1955), puis à la fondation Thiers (1956-1959), assistant à l'Institut d'art et d'archéologie de la Sorbonne, il est professeur d'histoire de l'art à l'université de Dijon (1962-1970). Docteur ès lettres en 1970, il succède à André Chastel à la Sorbonne. Il est élu en décembre 1976 au Collège de France sur la chaire d'« Histoire de la création artistique en France ».

Spécialiste de la peinture française au XVIIe siècle, il a publié d'importants travaux sur Poussin, Charles Le Brun, Georges de La Tour, les Frères Le Nain. Entre 1963 et 2006 il a dirigé ou co-organisé d'importantes expositions, notamment sur Charles Le Brun, Georges de La Tour, Louis Le Nain, Laurent de La Hyre, Sébastien Bourdon, Jacques Bellange, Lubin Baugin, Nicolas Poussin. Il a contribué également au renouvellement des travaux sur l'art du XIXe siècle (art académique, peinture pompier, peinture religieuse, etc.), en mettant notamment en lumière la question d'une "peinture pompier" internationale.

Il a joué un rôle important dans la promotion de l'histoire de l'art et de son enseignement : il a été membre de la Commission de réforme de l'enseignement de l'histoire de l'art créée par Edgar Faure en mai 1969, et a lancé l'idée d'un institut de recherche sur l'histoire de l'art[2] et d'une école du patrimoine à partir des années 1970. Il a été secrétaire scientifique du Comité international d'histoire de l'art (CIHA) de 1969 à 1983, et a présidé le groupe Informatique du CIHA[3]. Il a été membre du Conseil national du CNRS (Histoire moderne et contemporaine), du Comité consultatif des Universités (1970-1982), de la Commission nationale des Monuments historiques, de la Commission des sites de la Ville de Paris, du Conseil artistique des Musées (1991-2010). Il a pris part à la restauration de la Galerie des glaces du château de Versailles, à la restauration de l'Hôtel de la Marine et de l'hôtel Lambert.

Collectionneur, il a offert de son vivant, avec son frère Guy Thuillier, sa collection de dessins (2 000) et gravures (13 000) au Musée des beaux-arts de Nancy et une partie de sa collection de tableaux au Conseil général de la Moselle pour le musée départemental Georges-de-La-Tour à Vic-sur-Seille. Il a offert à la ville de Nevers une partie de ses archives, sa bibliothèque, une collection de dessins et d'estampes, sa photothèque, ses publications, faisant de la Médiathèque de Nevers un centre de documentation sur la peinture française du XVIIe siècle. Une autre partie de ses archives et manuscrits est déposée à l'Institut national d'histoire de l'art, à Paris.

Il a reçu le Prix Minda de Gunzburg (1991), les Grand Prix d'histoire de la Ville de Paris (1991), Grand Prix national d'histoire (1994), Grand Prix d'histoire Chateaubriand (2002).

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

  • commandeur de la Légion d'honneur[4]
  • grand officier de l'ordre du Mérite
  • commandeur de l'ordre des Arts et Lettres
  • officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • (collectif) Nicolas Poussin, actes du colloque tenu à Paris, 1958, Paris : Éd. du CNRS, 1960, 2 vol.
  • (avec Albert Châtelet) La Peinture française, Genève : Skira, 1962-1964.
  • Fragonard : étude biographique et critique, Genève : Skira, 1967. Nouv. éd. 1987.
  • Rubens : la galerie Médicis au palais du Luxembourg, Paris : R. Laffont, 1969.
  • Nicolas Poussin, Novara : Edizioni per il Club del libro, 1969.
  • (collectif) Georges de La Tour, exposition tenue à l'Orangerie des Tuileries : 10 mai-25 septembre 1972, Paris : Réunion des musées nationaux, 1972.
  • Tout l'œuvre peint de Georges de La Tour, Paris : Flammarion, 1973. Éd. 1985, 1987.
  • (collectif) Valentin et les caravagesques français, exposition tenue au Grand Palais : 13 février-14 avril 1974, Paris : Réunion des musées nationaux, 1974.
  • (collectif) Les Frères Le Nain, exposition tenue au Grand Palais, Paris : Réunion des musées nationaux, 1978.
  • Peut-on parler d'une « peinture pompier ? », coll. "Conférences du Collège de France", Paris : Presses universitaires de France, 1984.
  • Nicolas Poussin, Paris : Fayard, 1988.
  • Nicolas Poussin, Lettres et propos sur l'art, A. Arikha, A. Blunt et J. Thuillier (éd.), Paris : Hermann, 1989.
  • Roger de Piles, Cours de peinture par principes, J. Thuillier (éd.), Paris : Gallimard, 1989.
  • Banque internationale de données biographiques sur les artistes : Manuel, J. Thuillier et alii (éd.), Strasbourg : Comité international d'histoire de l'art, 1989.
  • (avec B. Brejon de Lavergnée et D. Lavalle) Simon Vouet, exposition tenue au Grand Palais, 6 novembre 1990-11 février 1991, Paris : Réunion des musées nationaux, 1990.
  • Propos sur La Tour, Le Nain, Poussin, Le Brun, Paris : Réunion des musées nationaux, 1991.
  • La Peinture française : XVIIe siècle, Genève : Skira, 1992, 2 vol.
  • Georges de La Tour, Paris : Flammarion, 1992. Rééd. 1997, 2002, 2012.
  • Poussin before Rome, London-New York : Richard L. Feigen, 1995.
  • (collectif) Georges de La Tour, exposition tenue au Grand Palais, 3 octobre 1997-26 janvier 1998, Paris : Réunion des musées nationaux, 1997.
  • Jacques Blanchard, 1600-1638, exposition tenue au Musée des Beaux-Arts de Rennes, 6 mars-8 juin 1998, Rennes : Musée des Beaux-Arts, 1998.
  • Sébastien Bourdon, 1616-1671 : catalogue critique et chronologique de l'oeuvre complet, Paris : Réunion des musées nationaux, 2000.
  • Jacques de Bellange, Rennes : Musée des Beaux-Arts, 2001.
  • Histoire de l'art, Paris : Flammarion, 2002.
  • (avec R. Plumart) Jean-Baptiste Sécheret, œuvre gravé et lithographié, 1979-2001, Maubeuge : Malbodiu museum, 2003.
  • Théorie générale de l'histoire de l'art, Paris : O. Jacob, 2003.
  • Jules Bastien-Lepage, Metz : S. Domini, Bar-le-Duc : Conseil général de la Meuse, 2005.
  • Sergio de Castro : 60 ans de création, 1944-2004, J. Thuillier (éd.), Paris : Somogy, 2006.
  • Jacques Stella, 1596-1657, Metz : S. Domini, 2006.
  • (avec D. Lavalle), La galerie des Glaces : chef d'oeuvre retrouvé, Paris : Gallimard, collection "Découvertes", 2007.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Balleret, Jacques Thuillier (1928-2011), dans Annales du Pays Nivernais, La Camosine, no 146, p. IV, 4e trimestre 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]