Fernand Foureau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fernand Foureau

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fernand Foureau (vers 1890-1900) par Lucien Walery

Naissance 17 octobre 1850
Saint-Barbant en Haute-Vienne
Décès 17 janvier 1914[1]
Paris
Nationalité Drapeau : France française
Profession

Fernand Foureau, né le 17 octobre 1850 à Saint-Barbant en Haute-Vienne et mort le 17 janvier 1914 à Paris, est un explorateur français du Sahara et qui fut notamment gouverneur de la Martinique de 1908 à 1913.

Biographie[modifier | modifier le code]

Traversée transsaharienne de 1890, dans le Tademaït (photo de Foureau).

Fernand Foureau est né au château de Frédière dans le Limousin[2], il s'oriente vers des études scientifiques et de géographie, avec pour maitre Henri Duveyrier. Au Sahara, il réalise dans un premier temps des forages de puits artésiens pour la compagnie de l'Oued Rihr, puis devient célèbre pour ses nombreux voyages d'études effectués dans le désert à partir de 1882[1],[3] qui lui valurent de nombreux prix de la Société de géographie[4]. Ses neuf expéditions de 1888 à 1896 dans le sud-algérien ont également pour objet d'étudier la possibilité de réaliser une ligne de chemin de fer transsaharienne allant de Ouargla à In Salah[4].

Durant deux ans de 1898 à 1900 avec François Joseph Amédée Lamy, il entreprend un grand voyage depuis Ouargla au lac Tchad lors de l'importante mission Foureau-Lamy, puis poursuit depuis le Chari jusqu'à l'Oubangui et le fleuve Congo. Il réalise alors des cartes au 100 000e, établit des itinéraires transsahariens, et réalise de très nombreux relevés géographiques et météorologiques sur 1278 jours[1].

En 1906, laissant le Sahara, il devient gouverneur de Mayotte et des Comores, puis de 1908 à 1913 gouverneur de la Martinique[3].

Principaux prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1889 : Prix Erhard de la Société de géographie
  • 1895 : Prix Duveyrier de la Société de géographie
  • 1896 : Prix Janssen de la Société de géographie pour ses travaux sur le Sahara et Grande médaille d'or de la société de géographie de Marseille.
  • 1899 : Grande médaille d'or (Patrona) de la Royal geographical society de Londres.
  • 1901 : Grande médaille d'or de la Société de géographie
  • 1913 : Commandeur de l'ordre de la Légion d'honneur (chevalier en 1894, officier en 1900).

Il reçut également la médaille coloniale avec agrafe « Mission Saharienne », fut élevé au rang de commandeur de l'ordre de la Couronne de Belgique et de grand Officier de l'Ordre du Dragon d'Annam.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Mission chez les Touareg : mes deux itinéraires sahariens d'octobre 1894 à mai 1895, Paris, Challamel,‎ 1895 (lire en ligne)
  • Mon neuvième voyage au Sahara et au pays touareg, mars-juin 1897, Paris, Challamel,‎ 1898 (lire en ligne)
  • D'Alger au Congo par le Tchad, Paris, Masson,‎ 1902 (lire en ligne)
  • Documents scientifiques de la mission saharienne : mission Foureau-Lamy. Tome I : Observations astronomiques. Météorologie. Orographie. Hydrographie. Topographie. Botanique, Paris, Masson,‎ 1905 (lire en ligne)
  • Documents scientifiques de la mission saharienne : mission Foureau-Lamy. Tome II. Géologie. Pétrographie et paléontologie. Esquisse ethnographique. Notes sur la faune préhistorique. Aperçu commercial. Conclusions économiques. Glossaire. Index. Tables. Planches, Paris, Masson,‎ 1905 (lire en ligne)
  • Documents scientifiques de la Mission Saharienne (mission Foureau-Lamy 1898-1900). Atlas, Paris, Masson,‎ 1905 (lire en ligne)

Hommages[modifier | modifier le code]

En 1918, alors que le Cameroun intègre l'Empire colonial français, la ville de Kousséri située dans l'extrême nord du pays est rebaptisée Fort-Foureau en hommage à l'explorateur qui s'y rendit en 1900 avec les troupes du commandant Lamy. La ville garde ce nom jusqu'en 1960 où elle reprend son nom d'origine avec l'indépendance du pays.

En 1930, la rue Fernand-Foureau dans le 12e arrondissement de Paris prend son nom en hommage, comme de nombreuses autres voies de cette zone le feront avec le nom d'explorateurs, militaires, hommes politiques, impliqués dans l'extension des colonies françaises en raison de la préparation de l'Exposition coloniale internationale (1931).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Nécrologie de Fernand Foureau par Henri Schirmer dans les Annales de Géographie, 1914, vol.23 no 128, pp. 179-182.
  2. Fernand Foureau sur le site officiel du patrimoine du Haut-Limousin.
  3. a et b (en) Fernand Foureau's Orbituary dans The Geographical Journal, vol. 43-5, 1914, p.587-588
  4. a et b Trésors photographiques de la Société de géographie sur le site de la Bibliothèque nationale de France

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]